Georgia, tous mes rêves chantent – conte musical

GeorgiaGEORGIA

Tous mes rêves chantent

♥ ♥ ♥

écrit par Thimothée de Fombelle / illustré par Benjamin Chaud

Raconté par Cécile de France / Mis en musique par l’ensemble Contraste

Gallimard Jeunesse Musique (2016)

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Georgia, une star de la chanson, remonte dans le passé et nous raconte les secrets de son enfance, ses doutes, ses blessures et ses rêves… Elle nous présente ses amis, ceux qui l’ont aidée à dépasser ses peurs, à avancer et à grandir, et nous parle de son étrange rencontre avec Sam, le jeune voisin violoniste.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

C’est un album qui dure environ une heure, mais c’est une heure que je n’ai pas vu passer tellement j’ai été emportée par cette histoire et ces chansons ! Comment ne pas désespérer, comment ne pas « couler » lorsqu’on est séparé de ceux qu’on aime ? Écoutez Georgia, elle vous donnera son secret !

L’histoire est très belle et toute en émotions, les chansons sont entraînantes, rythmées et mêlent agréablement différents genres musicaux. Quand aux illustrations, vives, colorées, rigolotes et pleines de pep’s de Benjamin Chaud, elles sont extra ! J’aime beaucoup les personnages qui représentent les rêves.

Anny Duperey, marraine de l’association « SOS Villages d’enfants » a signé l’introduction de cet album et a prêté sa voix à l’un des rêves. Impossible de citer tous les participants, entre les chanteurs, les auteurs de chansons, les musiciens et les autres, il y en a trop (voir à la fin de la vidéo ci-dessous). Mais ils ont tous bien travaillé, c’est une vraie réussite !

Un très gros coup de cœur pour moi !

Je remercie très sincèrement la personne qui me l’a offert, elle a vraiment bien choisi, j’ai adoré.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Un album en soutien à l’association « SOS Villages d’enfants », ce qui veut dire qu’en plus de vous faire très plaisir ou de faire très plaisir à quelqu’un, vous réaliserez une belle action !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Pépite 2016 du meilleur livre jeunesse du Salon de Montreuil  et Coup de cœur de l’Académie Charles Cros 2016…

Interview de Thimothée de Fombelle

Sur le site de Gallimard, vous pourrez écouter un extrait, feuilleter quelques pages…

Le site de SOS Villages d’enfants

Ils ont aimé aussi : Le cabas de Za, Chez Clarabel, Bricabook, Lire sous le tilleul

Cet album participe bien évidemment au Challenge Album 2017, ainsi qu’au Challenge Petit Bac chez Enna (Catégorie Prénom)

   challenge albums 2017                     

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Il était une fois Lily : Voyage au pays des contes #Concours

Il était une fois Lily, joli album jeunesse pour voyager entre contes, rêves et histoires… Concours en fin d’article.

Il était une fois Lily
Album jeunesse,
dès 4-5 ans

Il était une fois Lily

de Sara O’Leary

illustré par Julie Morstad

Traduit de l’anglais : This is Sadie
Belin Jeunesse, janvier 2017
9782410004052, 12,90€

Si tu aimes voyager au pays des contes
et raconter des histoires…
Vite, suis-moi !

Lily est une petite fille qui joue dans sa chambre. Cachée dans un carton, elle nous invite à la suivre dans ses histoires… On embarque sur un bateau, on plonge sous l’eau telle une sirène, on boit un thé à la table d’Alice au Pays des merveilles… On s’envole, même. Avec Lily, le lecteur va vivre de nouvelles aventures à chaque pages. Certaines qui feront écho avec d’autres lectures, films ou jeux qu’il connait, d’autres non, mais peut importe. L’important ici, c’est le pouvoir de l’imagination. 

Lily, en mettant sa robe préférée ou en construisant une cabane, s’évade dans ses propres histoires. Des histoires où elle a pleins d’amis, loin de ses parents qui dorment toujours (Chut). Le lien avec des contes reconnaissables facilement par les lecteurs adultes apporte une petite touche supplémentaire. L’histoire pourra être continuée même une fois le livre fermé, en inventant ses propres aventures, ou en cherchant les références dans les livres de contes. Il était une fois Lily

Puis je retrouve mes amis.
Certains habitent dans ma rue,
d’autres vivent dans mes livres.
Avec eux tout, devient magique !

Les illustrations et la typographie sont réellement importantes dans cet album, et participent grandement à sa réussite. Julie Morstad crée une petite fille de peinture qui semble très vivante, avec ses cheveux un brin ébouriffés. Dans sa réalité, généralement représentée sur fond blanc, comme dans sa chambre, on assiste aux élements qui vont permettre à Lily d’inventer ses histoires. Dès que la double page est colorée, le lecteur comprend qu’il est dans l’imaginaire. Cette habile transition permet un repère visuel que le texte ne dit pas.
De même la typographie permet, pour l’enfant lecteur, de mettre en valeur certaines paroles de Lily, les invitations qu’elle fait au lecteur, les petits mots les plus faciles à lire pour les lecteurs débutants. Un peu de relief dans le texte…

Un album vraiment très joli, les illustrations nous entraînent dans les mondes de Lily, avec une frontière entre réalité et histoire imaginée, pas toujours facile à appréhender pour des petits (mini hérissonne, 2 ans, a adoré les illustrations, et chercher des choses connues au fil des pages, mais n’a pas compris ce lien).

+ Voir la bande annonce VO
+ Le site de l’auteur Sara O’Leary  et sur Instagram : @123olearyo
+ Le site de l’illustratrice Julie Morstad et son Instagram @Juliemorstad

+ Challenges : Je lis aussi des albums 2017 

concours

En partenariat avec Belin Jeunesse, nous vous offrons un exemplaire de Il était une fois Lily, accompagné de goodies (marque-page, badge…)

Pour participer, il vous suffit de répondre, en commentaire, à cette question :
Dans quel livre souhaiteriez-vous aller faire un tour ? 

+ 1 chance supplémentaire : Suivre Belin Jeunesse sur les réseaux sociaux : Facebook, Instagram
+ 1 chance supplémentaire : Suivre Délivrer des Livres et partager le concours et/ou être inscrit à la newsletter :   Instagram  Pinterest

Concours ouvert du 5 au 15 février, France Métropolitaine, Règlement. 

Edit : Bravo à Dam57 (mail envoyé avec demande des coordonnées)

 

 

Swing café ou l’histoire de Zazou

SwingSwing café

Conte musical de Carl Norac

Illustrations de Rébecca Dautremer

Raconté par Jeanne Balibar

Didier Jeunesse (2009)

<> <> <> <> <>

C’est l’histoire d’Esperanza Carmina Belleza dite Zazou, une jolie cigale brésilienne aux yeux verts… Depuis toujours, Zazou aime chanter. Mais son plus grand rêve, c’est d’aller chanter en Amérique ! Suite à la perte de son ami, Miro le papillon, Zazou se décide et part pour l’Amérique en se cachant dans un chapeau à fleurs… Dans le New-York des années 30, elle va découvrir les origines du jazz…

<> <> <> <> <>

Je ne connaissais pas Jeanne Balibar, la narratrice. Quelle jolie voix elle a ! Elle a, de plus, une façon de raconter, accélérant, freinant, rendant l’histoire très vivante.

L’histoire est très chouette, poétique et les extraits musicaux dans leurs enregistrements d’origine (donc avec les craquements, j’adore !) sont superbes : Ella Fitzgerald, Cab Calloway, Duke Ellington, Fats Waller… pour n’en citer qu’une partie. Quand aux illustrations de Rebecca Dautremer, elles sont adorables, pleine d’humour, de douceur et d’émotion.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce conte musical et je vous le recommande chaudement ! Si vous souhaitez initier vos enfants au jazz ou tout simplement leur faire écouter une belle histoire, n’hésitez pas !! Un coup de cœur pour moi.

Un très bel album pour faire découvrir le swing, le jazz des années 30/40, pour les enfants (mais aussi pour les grands !) à partir de 8 ans.

Au fil de l’histoire, ce sont des extraits musicaux qui sont proposés, mais à la fin du CD la plupart des morceaux (7/12) sont repris en version intégrale, et à chaque page, on vous indique l’extrait musical en cours, pratique quand on n’y connait rien…

<> <> <> <> <>

Le site de Carl Norac

Celui de Rebecca Dautremer

Éditions Didier Jeunesse

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’étrange bibliothèque

étrangeL’étrange bibliothèque

Haruki Murakami

Belfond (2015)

*****

Un jeune garçon particulièrement curieux et aimant les livres (et les bibliothèques) se retrouve, suite à une requête un peu particulière (Comment s’y prenait-on dans l’Empire Ottoman pour collecter les impôts ?)  enfermé dans une cellule par un vieillard grincheux qui l’oblige à lire les ouvrages traitants de la question.

*****

Je vais faire hurler les fans de Murakami, mais franchement, je n’ai rien trouvé d’extraordinaire à cette petite histoire… C’est bien écrit, ça se lit sans déplaisir et très rapidement (à peine 60 pages), il y a une atmosphère très particulière, limite inquiétante, on ne sait pas s’il s’agit d’un rêve ou plutôt d’un cauchemar, mais c’est une histoire qui ne me laissera pas un souvenir impérissable… A réserver aux grands connaisseurs de Murakami peut-être ?

Par contre, j’adore la couverture (avec des parties légèrement en relief) et je trouve que les illustrations participent beaucoup à l’atmosphère inquiétante de cette nouvelle (de ce conte ?)

*****

Un extrait :

Je m’assis sur le lit, m’enfouis le visage dans les mains. Pourquoi devais-je subir une telle épreuve ? Alors que j’étais simplement venu à la bibliothèque emprunter des livres !  » Dites-moi, M. l’homme-mouton, fis-je. Pour quelle raison le vieil homme veut-il m’aspirer le cerveau ? – Eh bien, lorsque le cerveau est bourré de savoir, il est particulièrement délicieux. Nutritif et consistant. Bien crémeux, riche en pulpe.  » [source éditeur]

De Murakami, Sophie vous avait présenté le premier tome de la trilogie 1Q84