Kinderzimmer – Valentine Goby [invité]

Aujourd’hui voici l’avis de Sophie M. qui participe au challenge de la rentrée littéraire. Sophie n’ayant pas de blog publiera ses avis sur le groupe facebook ainsi qu’ici, afin que tout le monde puisse les lire! N’hésitez pas à lui laisser des commentaires!

***
Roman adulte
Rentrée Littéraire 2013

 

Kinderzimmer

Valentine Goby

Actes Sud, août 2013
9782330022600, 20€

***

Thèmes : Seconde guerre mondiale, maternité

***

La chambre des enfants … ou l’histoire d’une mère courage sur fond de seconde guerre mondiale et de camp de concentration.

« En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout. Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles. »

Kinderzimmer est une de ces lectures qui laisse des traces , qui vous poursuit et vous invite à repenser ce que vous venez de lire.

Ce roman est une petite perle littéraire ni plus ni moins. L’auteure connait son sujet et le maîtrise parfaitement, lui permettant ainsi de nous livrer des personnages « vrais et sincères ». Pas besoin d’en faire trop, pas besoin de détails sordides ou de romance facile. Non, rien de tout ça uniquement de l’humain, de l’authenticité et de la simplicité pour cette écriture fluide qui vous agrippe sans vous laisser repartir. L’émotion est présente, les faits sont là et tout se combine à merveille, vous emporte sans verser dans le larmoyant. Kinderzimmer est le récit d’un drame humain (le camp de Ravensbruck), mais aussi un récit plein d’espoir et de force accessible à tous (du « simple lecteur » à l’étudiant en passant par l’amateur d’Histoire).

Je qualifierai ma première lecture de cette rentrée littéraire comme étant une petite perle ou une vraie claque … au choix … Quant à moi, j’ai découvert cette auteure avec cet ouvrage et n’ai qu’une envie : découvrir le reste de son univers livresque.

Sophie M.

Challenge 1% Rentrée Littéraire 1/6

La formule préférée du professeur – Yoko Ogawa

Roman adulte (Japon)

La formule préférée du professeur

Titre original : 博士の愛した数式

de Yoko Ogawa

traduit par  Rose-Marie Makino-Fayolle

Actes Sud, 2008
Babel, 244 pages 
9782742772230, 7,70€

Thèmes : Mathématiques, amnésie, japon

Quel éblouissant roman! Il y a dans ces pages tout ce que j’aime! Une découverte enrichissante qui me manque souvent dans les romans adultes et une véritable trame narrative.

Un professeur de mathématiques aménsique qui ne se souvient que de ses 80 dernières minutes, une femme de ménage et son fils, un garçon plein de vie. Voici le trio au coeur de ce roman. Un groupe atypique mais rapidement attachant. Leurs relations sont entravées bien sûre par la mémoire défaillante du professeur, mais c’est ce qui fait toute la trame narrative. Comment construire quelque chose malgré la mémoire si courte du professeur, la condition sociale de la femme de ménage et l’entrain trépidant de son fils bientôt surnommé Root (un jeu de mot mathématique). Comment trouver un terrain d’entente quelque chose d’intemporel pour les réunir. La réponse tient en deux mots : mathématiques et base-ball. Aussi étrange que celà puisse paraître ce sont bien les principaux thèmes du livre et ils y tiennent une place prépondérante.

Le base-ball permet l’évasion, le rapport avec le monde extérieur, mais aussi un lien entre la jeunesse du professeur et celle du jeune garçon. Je ne suis pas fan de ce sport et je n’ai pas été passionnée par ce thème mais il est cohérent avec l’ensemble de l’histoire, apportant une certaine touche de modernité et de suspense.

Les mathématiques enfin.. et bien désolée de vous décevoir mais il sera bien question de nombres, d’opération, d’équation et de théorème… Si vous êtes allergiques, ça sera sans doute difficile de passer outre, mais pour toutes personnes avec un peu d’intérêt scientifique (et j’en ai beaucoup) vous verrez que ce roman est une promenade dans l’univers des nombres, un enchantement scientifique sans rien de compliqué, juste avec une justesse et un appétit passionnant. C’est véritablement cet aspect qui a marqué ma lecture et m’a enchanté.

Enfin l’écriture (la traduction française en l’occurrence vu ma connaissance des langues asiatiques) est elle aussi précise et scientifique mais elle n’oublie pas d’être aussi touchante ! Les pages filent et même les parties mathématiques résonnent d’un brin de poésie, admirable!

Bien sûr, on a beau tourner le dos au monde, on peut sans doute trouver autant de cas que l’on veut pour lesquels les découvertes mathématiques ont fini par être mises en pratique dans la réalité. Les recherche sur les ellipses ont donné les orbites des planètes, la géométrie non euclidienne a produit les formes de l’univers selon Einstein. Les nombres premiers ont même participé à la guerre en servant de base aux codes secrets. C’est laid. Mais ce n’est pas le but des mathématiques. Le but des mathématiques est uniquement de faire apparaître la vérité.

petit++  En 2006, un film a été réalisé par Takashi Koizumi au Japon.

+ Un roman offert par Ismérie, encore merci!

+ Les avis de : Yv, qui n’a pas aimé, Stéphane Lamy, professeur de mathématiques,

+ Si le dernier théorème de Fermat vous intéresse (autant que moi)

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Prix Goncourt – Le sermon sur la chute de Rome J Ferrari

Comme vous l’avez peut être vu Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari a obtenu le Prix Goncourt 2012!

Mais les prix Goncourt, entre vous et moi, ce n’est pas toujours vraiment à mon goût. Qu’en sera-t-il pour celui-ci ? Afin de vous aider à vous faire votre propre avis avant de le lire j’ai réuni pour vous les avis des lecteurs du challenge 1% de la rentrée littéraire! 10 blogueurs déjà l’ont lu et partagent avec nous leur avis :

 J’ai choisi pour vous un extrait de leurs avis, mais je vous invite à aller lire leurs articles complets (en cliquant sur leur nom!)

Mélo

« Dès les premiers mots j’ai découvert une vraie plume d’une grande force qui m’a tout de suite accrochée, une sublime écriture travaillée et fluide en même temps, un vrai régal. […] Les quelques passages sur le sermon m’ont plutôt ennuyée mais finalement je conseille ce roman rien que pour cette plume de conteur magnifique, intimiste et touchante et puis pourquoi pas pour faire la connaissance de Saint Augustin, comme moi. »

Valérie 

« Malgré ce titre bien sérieux et bien pompeux, à mon avis, il m’est arrivé de sourire devant certaines scènes cocasses, comme celle de l’employée qui a pour coutume de caresser les parties intimes des hommes, ce qui « fidélise » les clients. Mais ce fut rare et même si j’ai aimé des phrases, je ne peux pas dire que j’ai aimé le roman ou alors, de manière inégale. »

Achille49

« Récit très poétique parfois long dans la recherche d’uen écriture quasi précieuse […] J’avoue m’être parfois accroché pour poursuivre cette lecture mais ne le regrette nullement. »

Chris

« Je ne suis pas enthousiaste. Je me demande si je suis passée à côté de quelque chose.
Certes, c’est très bien écrit mais je suis restée un peu sur ma faim et décidément que cette rentrée littéraire est sombre… »

Estellecalim 

« J’ai effectivement trouvé cette histoire intéressante. Elle promettait de belles heures de lecture. Malheureusement, ce roman m’a semblé un peu déséquilibré. »

Jérôme

« Comme toujours chez Ferrari, la langue est superbe, à la fois poétique et abrupte, et l’écriture, oscillant sans cesse entre un lyrisme maîtrisé et un vocabulaire des plus crus, reste d’une incroyable fluidité. »

Jostein

« Je suis assez perplexe après la lecture de ce roman. Nul doute que l’auteur a un grand talent d’écrivain, même si je n’apprécie pas forcément les phrases très longues qui appesantissent le style. Toutefois, je n’ai pas vraiment compris l’objectif du livre. »

 Pierre D. <3

« Premier coup de coeur de cette rentrée littéraire, « Le sermon sur la chute de Rome » est un texte lucide et brillant qui sait saisir une photo impitoyable du monde passé et actuel tout en gardant l’attrait d’un grand roman. »

Zazy 

 « Pour clore ce livre le sermon de Saint Augustin que Jérôme Ferrari nous rend si facile et agréable à lire. Il permet une focalisation sur la fin des mondes, la faillite des vies de Matthieu et Marcel, entres autres. Ce sermon garde toute sa modernité alors que, soi-disant, nous serions à la fin d’un monde. »

Sophielit

 » Mais de ce projecteur que Jérôme Ferrari place sur les grandes et petites déchéances, on ne retient que la lumière.
 Un roman aussi vibrant qu’un chant corse. »

Yv
« je me suis attaché à l’histoire, aux personnages et surtout à la somptueuse écriture de Jérome Ferrari. Ses phrases sont longues, travaillées, permettent néanmoins de respirer de prendre des pauses. L’auteur excelle dans la tragédie, le sombre, mais la première partie de son roman est assez légère, voire même avec de vrais morceaux d’humour dedans, mais toujours avec distinction et un sens du verbe plus qu’évidents »

– Le sermon de la chute de Rome est publié chez Actes Sud –

Vous aussi vous avez lu Le Sermon de la chute de Rome, partagez votre avis avec nous!

La couleur des sentiments (Roman et Film) [concours]

La couleur des sentiments

Kathryn Stockett

Roman adulte
(mais tout à fait accessible pour les adolescents dès 14 ans je pense!)

Lu en version numérique


Jacqueline Chambon Editions

 

 

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire.

Quelle belle histoire que celle ci! Au coeur de l’Amérique raciste, les nègres sont esclaves et les blanches ne font rien si ce n’est pavoiser et se réunir entre elles. Cette histoire, on a beau la connaître, l’avoir déjà croisée dans des livres ou des films, jamais le point de vue adopté n’a été pour moi aussi touchant que celui ci.

Nous alternons les points de vue entre Skeeter, Aibileen et Minny et cela permet de créer un récit vraiment vivant. Nous suivons toutes ces histoires qui se croisent et se mêlent, nous apprenons à connaître toute cette petite communauté, dans leur pire côté comme dans leurs meilleurs. Je me suis plongée dans ce livre et j’ai eu l’impression d’être vraiment au coeur du Mississippi avec ces femmes hors du commun ! Même si certains passages ne m’ont pas tout à fait autant intéressé, comme l’histoire d’amour de Skeeler, je me suis vraiment attachée à ces femmes et ces enfants. Minny est d’ailleurs ma préféré avec son caractère, elle ne fait pas les choses à moitié et elle nous présente d’une façon très touchante l’histoire de Miss Célia.

Skeeter a un rôle dynamisant dans ce livre, elle est le déclencheur grâce à Constantine, son ancienne bonne, et son envie de faire du journalisme, mais ce n’est pas un personnage qui m’a vraiment touché. Je n’ai pas réussi à m’attacher à son histoire personnelle, ni à celle de sa famille. Seule Constantine relève un peu son histoire. Mais rien de bien grave puisque c’est avant tout l’histoire du livre qu’elle écrit avec Aibileen et Minny qui est au centre du roman, ainsi que sa façon d’être avec ses « amies blanches ».

Un très beau roman, à l’écriture dynamique et pourtant posée qui m’a vraiment touché. On ressort grandi d’une telle histoire !

Couleur des sentiments

Et le film ?

Je suis souvent déçue par les films tirés de roman que j’ai aimé, car j’ai mon imaginaire, mes attentes… Etrangement ici j’ai beaucoup apprécié l’ensemble, notamment les actrices! Emma Stone m’a presque réconciliée avec Skeeter, et Octavia Spencer est terrible (en bien!), juste comme je me l’imaginais. L’ambiance du livre est bien rendue même s’il manque pas mal de détails (certains dont on se passe bien d’autres qui m’ont un peu manqué, notamment des scènes avec la petite fille…).

Le décor permet vraiment de s’immerger dans cette histoire et cette période, de mieux vivre de l’intérieur certaines situations. Les toilettes notamment (oui bon il faut lire le livre pour comprendre l’importance des toilettes…) et certaines histoires sont mieux mises en valeur.

Par contre il est certain que l’alternance de point de vue est beaucoup moins riche que dans le livre où l’on pouvait se permettre d’être un peu moins linéaire dans le récit, mais cela n’enlève rien à la portée émotionnelle de l’histoire, où l’on alterne entre fascination et révolte.

Au final un très bon film, pétillant de vie, d’amour et d’humour, qui sait rendre l’essentiel du livre en lui apportant quelques petits plus.  Une belle réussite qui mérite largement ses nombreux spectateurs, ses 4 nominations aux Oscar (ainsi que ses prix littéraires d’ailleurs!)

Vous avez raté ce film lors de son passage au cinéma ? Rassurez vous le DVD et le Blu Ray sortent le 29 février (ainsi qu’en VOD d’ailleurs!), une belle occasion de voir ce film! 

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule je vous propose aussi de gagner ce DVD ici même, là tout de suite (ou presque!)

A gagner :

2 DVD du film La couleur des sentiments / The Help

1 tablier aux couleurs du film

 

Comment participer :

1/ Laisser un commentaire sous cet article indiquant :
– si vous avez lu le livre ou vu le film votre personnage préféré et pourquoi
– si vous ne l’avez pas lu/vu celui vous inspire le plus après ma présentation (ou d’autres que vous avez pu lire / voir)

2/ compléter les champs de ce logiciel (en anglais mais toutes les traductions et explications pour jouer se trouvent dans cet article  et n’hésitez pas à me demander si vous rencontrer le moindre soucis). Vous pouvez cumuler des chances supplémentaires en suivant les instructions du formulaire, n’hésitez pas.


a Rafflecopter giveaway

 

Règlement : Concours ouvert aux personnes majeures (ou avec autorisation parentale pour les mineurs) – France Métropolitaine – du 8 février au 16 février 2012. Concours organisé via le logiciel Rafflecopter, qui enregistre les participations et effectue aussi le tirage au sort (aucun enregistrement de vos données n’est effectué autre que pour ce jeu concours). Jeu concours réalisé en partenariat avec Way To Blue (merci!)

The Help © 2012 DREAMWORKS II DISTRIBUTION CO., LLC

—————————————–

Résultats :

Délicat tirage au sort, car beaucoup n’ont pas suivi les consignes. Certains ont donc commenté sans remplir le formulaire, d’autre l’inverse… je vais essayer de trouver plus simple pour les prochains concours, mais j’ai ici privilégié les gens ayant tout fait comme il faut… (il m’a fallu tiré 7 noms :/)

Bravo donc à :

* Marie R. (mail : marie.r….@wanadoo.fr)

* Laety

qui gagnent un DVD

et à

*  Estelle Calim qui va pouvoir mettre un très joli tablier pour faire ses bentos!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :