Lion Boy – aventure pour jeunes ados !

Lion Boy ♥

Zizou Corder
Coll. Wiz
Albin Michel
* * * * *

Lion             LIon                  Lion

Tome 1 : Lion Boy (2004)
Tome 2 : Les fugitifs (2005)
Tome 3 : La poursuite (2006)

* * * * *
Zizou Corder est le pseudo utilisé par le binôme Louisa Young, (une auteure anglaise) et sa fille Isabel (10 ans !) pour écrire ce roman.
* * * * *

En rentrant chez lui un soir après avoir passé sa journée chez frère Jérôme, son précepteur, Charlie trouve la maison vide… Ses parents ont disparu ! Charlie essaie de leur téléphoner, sans succès. Mais Charlie a un secret, un vrai secret : il sait parler le « félin ». Ce qui lui permettra d’être rapidement sur une piste pour retrouver ses parents grâce aux chats qu’il rencontre et qui le renseigne.

* * * * *

Voici une aventure originale avec des personnages principaux qui sortent de l’ordinaire ! En effet, Charlie va être aidé dans sa quête par un groupe de… lions ! Des chapitres assez courts et de nombreux rebondissements font qu’on avance rapidement dans l’histoire. Charlie est un gamin attachant et débrouillard, et, même s’il est jeune, il a été habitué à réfléchir par lui-même.

Lion Boy est un roman qui aborde de nombreux sujets : Les façons de faire parfois sujette à caution des laboratoires pharmaceutiques (à travers le problème de l’asthme et des allergènes), comment on traite les animaux et ce qu’ils ressentent (ici dans un cirque), les problèmes de pollution, d’écologie, de racisme… Tout cela apparaît à travers l’histoire qui est très prenante et reste avant tout une belle aventure. J’ai lu les 3 tomes en 2 jours, ça m’a bien plu !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Challenge 1% Rentrée littéraire ~ Les avis de Granny

Voici les avis sur des romans de la rentrée littéraire 2016, par Granny, une participante au Challenge 1% ! Cet article sera remis en avant à l’ajout de nouveaux avis, Granny est parti pour 18 titres !

Au 20/09 – Deux premiers titres :

Riquet à la houppeRiquet à houppe

d’Amélie Nothomb

Albin Michel, 2016

Comme chaque année, je l’attends avec impatience et comme chaque année, je le dévore beaucoup trop vite ! Madame fut d’humeur généreuse cette année , le livre est un tantinet plus long !

Inspiration, sans dissimulation, du conte populaire de Charles Perrault. Réflexion sur la beauté et la laideur , l’intelligence et la bêtise chez l’enfant et l’ado. On y retrouve univers loufoque, voire baroque, des noms à coucher dehors, une langue d’une fluidité parfaite, des références littéraires et la présence discrète d’une grande dame que l’on devine très cultivée, sa touche d’humour et de truculence.

Deux heures de lecture montre en main ! Bref, un bon moment, toujours rafraîchissant !

Pour les adeptes du style, ce cru est une petite pépite.

Coup de coeur

*****

La Gouvernante suédoiseLa gouvernante suédoise

de Marie Sizun

Arléa

Gentillet.
La Gouvernante suédoise est un roman intimiste au parfum suranné.

Portrait tout en tendresse des ancêtres franco-suédois de l’auteure. Il est question d’amour maternel, d’amitié, d’exil.

écoutez nos défaitesLes pages se tournent facilement, on s’attache aux personnage.

Une lecture reposante !

*****

octobre 2016 5 titres de plus :

Ecoutez nos défaites

de Laurent Gaudé

Actes Sud, 2016

Le petit dernier de Gaudé :
roman choral et historique (bien documenté), sous forme de récit à 5 voix.

Le sujet abordé assez difficile : « nos victoires ne sont-elles pas des défaites ? »

Laurent Gaudé nous emmène sur les traces de grands hommes qui ont fait l’Histoire : Hannibal, Hailé Sélassié, le général Grant, un espion habitué du Moyen-Orient, une conservatrice de musée confrontée à la destruction d’un patrimoine millénaire. Un fil rouge pour relier ces personnages : la victoire, ou la défaite de chacun d’eux, et leur manière de la vivre.

Il y a beaucoup de sujets amenant à la réflexion dans ce roman, mais néanmoins j »ai eu du mal à me plonger dedans (peut-être pas le bon moment).

L’écriture reste toujours exceptionnelle… Gaudé fait du Gaudé mais pour moi, ce n’est pas le meilleur cru.

******

Petit  pays

de Gaël Faye

Premier roman largement autobiographique qui retrace une jeunesse presque insouciante au Burundi.
Tout cela va malheureusement prendre fin à la suite des conflits entre Hutus et Tutsis au Rwanda voisin.

Angoisse de l’enfant à qui on va demander de grandir trop vite
Le langage est simple et délicat , rempli de nostalgie.
Le narrateur est exilé de son pays .. mais surtout de son enfance .

Premier roman très réussi… Coup de coeur !
Je le vois bien remportant le Goncourt des lycéens!

Gael FAYE est également auteur-compositeur-interprète. Il vit aujourd’hui au Rwanda

******

La mort de Mitali Dotto

de Anirban Bose

Moyen.. plus déçue que ravie par ce roman.

Intéressant par les descriptions des différences de mentalité entre l’Inde et les U.S, les descriptions médicales. Les traditions, la corruption, les habitudes de vie sont décrites. Mais, je ne suis pas parvenue à m’attacher aux personnages…

J’ai tourné les pages … Roman pas très long et qui m’a paru interminable !

Mercure de France

******

Tropique de la violence

de Natacha Appanah

Mayotte .. à la fois si loin et si proche ( le plus pauvre des départements français ).

Ce roman est basé sur un fait réel ..l’abandon des enfants sur l’ile de Mayotte par leurs parents .
Une plongée dans l’enfer de la jeunesse livrée à elle-même. La violence est au rendez-vous!

Après avoir lu ce livre, si d’aventure vous aviez songé à des vacances à Mayotte , vous aurez vite fait de changer d’avis.
Nous sommes loin de l’île paradisiaque avec sa barrière de corail et qui est le rdv des plongeurs !

Récit court mais bouleversant.

Gallimard

 ******

Le garçon

de Marcus Malte

Un grand livre au vocabulaire incroyable.

Des mots, des métaphores, des poèmes… avec beaucoup de références. Nous passons pages après pages de la tristesse à la solitude, de la folie à l’horrible et à l’amour. Et tout cela sans un mot sans une parole du garçon.

Roman à la fois naturaliste, puis initiatique, puis d’amour (très) érotisant, puis roman de guerre et même épistolaire mais dans un seul sens puisque le garçon est illettré.
Marcus Malte maîtrise de bout en bout et se livre à un exercice brillant. La meilleure preuve, c’est que l’on ne voit pas vraiment passer les pages et que l’on aurait même envie que cette histoire se prolonge pour passer plus de temps avec le garçon devenu homme. C’est beau !

Grasset

******

Un paquebot dans les arbres

de Valentine Goby

Par l’auteur de « Kinderzimmer ».

Très beau roman, également inspiré d’une histoire vraie ,  qui embarque le lecteur dans une traversée tumultueuse où Mathilde prend le commandement du bateau familial à la dérive. Elle sera celle, fragile, mais courageuse et tenace, qui tente de redonner la dignité à sa famille éclatée.
Nous sommes dans les années 50, au cœur des trente glorieuses… La maladie s’installe, la toute neuve « sécurité sociale  » ne prend pas en charge les indépendants… Tout s’écroule.

C’est beau, c’est fort .. on quitte Mathilde avec difficulté.

Coup de cœur !

Actes Sud

****

Retrouvez tous les participants au Challenge 1% Rentrée Littéraire sur l’article dédié, et n’hésitez pas à participer vous aussi !

Et ce Nothomb alors, je sais que beaucoup l’attendent à chaque rentrée, qu’en avez-vous pensé ? Un coup de coeur pour vous aussi ?

#RDL Grevet, Mlynowski et Howe

romans adolescents

Trois livres dans cet article, trois romans adolescents que j’ai lu il y a déjà quelques mois mais que je n’ai pas pris le temps de commenter, alors qu’ils offrent de bons moments de lecture !

Celle qui sentait venir l'orage

Celle qui sentait venir l’orage
d’Yves Grevet

Yves Grevet possède une plume et une imagination que j’apprécie beaucoup, notamment dans ses romans de science-fiction, comme sa trilogie Méto. Celle qui sentait venir l’orage prend place en 1897, au nord de l’Italie. Pas de science-fiction ici, mais un roman psychologique, à la suite de Frida, une adolescente obligée de fuir, car ses parents sont accusés et condamnés pour des crimes odieux. Elle trouve refuge dans la maison du docteur Grüber, à Bologne. Mais y est-elle vraiment en sécurité ?

Celle qui sentait venir l’orage est un roman  qui oscille entre policier, historique et scientifique. La morphopsychologie naissante y est mise en avant, tout en offrant surtout un personnage principal fort, prêt à se battre pour survivre, mais aussi pour comprendre ce qu’il s’est passé chez elle. Les personnages secondaires sont nombreux, et il est difficile de savoir à qui se fier dans ce monde de mensonge. Si le premier tiers est relativement calme, tout s’enchaîne ensuite très rapidement et Frida est souvent en danger… L’aventure n’est jamais loin !

Si j’ai encore une fois apprécié l’écriture d’Yves Grevet j’ai tout de même été moins emportée par cette histoire que par Méto ou U4… Celle qui sentait venir l’orage est un récit puissant, à la fois trop condensé pour qu’on s’attache aux personnages, et un peu trop long dans certains passages…

Syros, 2015 – 16€90 – disponible en epub 12,99€

nypensememepasN’y pense même pas
de Sarah Mlynowski

Un étrange phénomène secoue les élèves de seconde B du lycée Bloomberg. Suite à un vaccin ils se retrouvent à pouvoir entendre les pensées des autres. De tout ceux qui les entoure… Pas facile de contrôle ce que l’on pense, ce que l’on entend !

Vous pensez peut-être que c’est Olivia qui vous fait ce récit. […] Ce pourrait être n’importe lequel d’entre nous. Mais non. C’est nous tous. Nous vous racontons notre histoire tous ensemble. Nous ne pouvons pas faire autrement.
C’est le récit de notre étrange métamorphose.
Comment un groupe de je s’est transformé en nous.

Si ce récit n’est pas très original dans ces thèmes, notamment secondaires (adolescence et histoire d’amour), il propose tout de même une intrigue sympathique. Nous suivons une bande d’élèves de seconde, principalement quelques filles, et avec elles nous découvrons les avantages et les inconvénients d’écouter les pensées des autres. Le rapport aux adultes est aussi intéressant, mais parfois un peu caricatural. Les personnages sont intéressants, touchants et bien trouvés. Certains sont prévisibles, mais d’autres, comme Pi, ont attiré mon attention…

Une lecture légère et plaisante, mais la couverture n’est pas très attirante…

+ Le site de Sarah Mlynowski
+ Deux autres titres de l’auteur sur Délivrer des Livres :  2 filles + 3 garçons – les parents = 10 choses que nous n’aurions pas dû faire et Parle-moi, dans la même veine.

Albin Michel, Wiz, 2015. Traducteur : Claudine Richetin. 13,90€ – 9,49€ en epub

conversionConversion
de Katherine Howe

Katherine Howe s’est inspiré pour ce récit d’un fait réel, survenu dans un lycée américain. Coleen, Deena, Emma et Anjali, ses héroïnes, sont lycéennes. Un jour d’étranges symptômes touchent les élèves de l’école : convulsions, perte de cheveux, paralysie, toux… La panique gagne bientôt le lycée et la presse se jette sur l’affaire ! Commence alors un récit croisé, celui de Colleen d’un côté, et un autre, d’une autre époque, celui d’Ann Putman, au temps des sorcières de Salem…

Des récits croisés qui font froids dans le dos, et qui tiennent en haleine tout au long du récit. La partie qui se déroule en 1692 est particulièrement bien décrite, et totalement effrayante. Le récit moderne est plus basé sur les réactions des adultes et de la presse, et sur le vent de panique général. On ne peut qu’attendre le recoupement entre les deux histoires…

Salem, l’auteur connait bien, elle est historienne spécialiste de cette époque, mais aussi une descendante directe d’une des célèbres accusées du procès des sorcières de Salem ! Le côté historique est donc bien travaillé, totalement crédible, et cela rend l’ensemble encore plus glacial !

Conversion est un récit dont l’ambiance est d’abord très proche du roman d’horreur, avant de glisser peu à peu vers un roman psychologique bien mené, et étonnant !

Albin Michel, Wiz, 2015. Traducteur : Céline Alexandre. 18€, 12,99€ en epub.

Le trailer de Conversion :

Coraline

CoralineCoraline

Neil Gaiman

Albin Michel (2003)

§§§

J’ai mis un moment avant d’emprunter ce roman. Pourtant, j’ai déjà lu plusieurs romans de Neil Gaiman (voir plus bas), et j’aime beaucoup cet auteur. Mais la couverture, déjà, me mettait mal à l’aise…

Que dire alors de l’histoire ! Car bien sûr, je n’ai pas résisté et je l’ai lue. Et je peux vous dire que c’est une histoire impressionnante. Certains romans pour « adulte » ne m’ont pas fait aussi peur. Il est noté à partir de 11 ans, je dirais que ça dépend si votre enfant est impressionnable ou pas, car c’est vraiment une histoire qui fait « froid dans le dos » !! Ces personnages avec des boutons à la place des yeux… Brrr…

§§§

L’histoire : une petite fille profite de l’absence de ses parents pour aller visiter un endroit qui est normalement fermé, un couloir (muré habituellement !) qui mène vers une autre version de son appartement, avec une autre version de ses parents ! Une petite fille très courageuse…

Neil Gaiman adore les contes, c’est sûr, et il aime les réécrire à sa façon… Ici, il s’est amusé à refaire « Alice : de l’autre côté du miroir » !

§§§

Prix Hugo du meilleur roman court 2003 ; prix Nebula du meilleur roman court 2003. Adapté au cinéma en 2009 par Henry Selick.

Autres livres du même auteur présentés sur ce blog :

L’étrange vie de Nobody Owens (que j’ai adoré !)

Par bonheur le lait

La bande annonce du film d’animation, que je n’ai pas vu, mais qui a l’air de bien respecter l’histoire… Et un extrait de ce film.