La cithare nue de Shan Sa

 

La cithare nue
 
 


la_cithare_nue.jpg
Auteur :
Shan Sa
Editeur :
Albin Michel

SP : Gilles Paris
 Date : 03/06/2010
Pages : 336 p.
Prix : 20 €
ISBN
9782226208446

 
 
Roman
– Littérature française / Littérature
chinois

 

 

Thèmes : Amour, Musique, Chine impériale

 

 

 

 

 

 

 

 

 Présentation de l’éditeur :
« 
Elle est issue d ‘un illustre clan de la plaine du Milieu.
Dans ses veines coule le sang des plus hautes castes. Otage d ‘un capitaine de guerre, elle le suit à travers un pays ravagé, de champs de bataille en cités détruites jusqu’aux portes de la
Cité interdite, du trône impérial. Il est orphelin, pauvre, mais le seul luthier en ces temps d’invasions et de violence à pouvoir fabriquer la Fabuleuse cithare aux sept cordes de soie
inventée par le dieu Fu Xi.
Sous ses doigts, le bois précieux du sarcophage de l’impératrice oubliée se transforme en musique, et l’amour renaît, au-delà des siècles. Shan Sa poursuit une oeuvre singulière et puissante
centrée sur la Chine où elle est née, qu’elle soit celle des grandes dynasties d’Impératrice ou plus contemporaine de La Joueuse de go, elle y évoque des héroïnes fortes et fragiles qui, face
aux aléas de la réalité, vivent la mélancolie et la beauté du monde comme seule source d’harmonie.
« 

Avis :

Encore une belle lecture pour cet été, sur la plage ou au boulot ! Quand deux être semble aussi
destinés, même après des siècles, on ne peut que suivre avec passion et bonheur leur

histoire.
Une histoire d’amour donc, mais pas uniquement, puisque tout se passe sur un fond de guerre et de musique. De
musique surtout, puisque c’est toute l’histoire. La cithare aux sept cordes est un idéal que notre jeune luthier tente d’atteindre.
Entre références historiques et fiction, on ne sait plus toujours où l’on se trouve, mais on l’on dévore cette
histoire avec beaucoup de plaisir. Comme dans La joueuse de Go on se situe dans la Chine d’origine de Shan Sa, bien que cette auteure habite en France. Les femmes ont encore une fois un
rôle très important, mais agrémenté une fragilité exacerbée qui les rend très attachantes.
La beauté intemporelle de la musique nous envoute, et nous permet, pages après pages de passer outre tous ces noms
de personnages, de lieux, qui s’ils ont un goût très exotiques, m’ont beaucoup freinés au début de ma lecture. J’avais tendance à confondre les personnages, les temps, car mon esprit n’arrivait
pas à prononcer les noms, encore moins donc à les retenir. Je ne sais pas si cela vous arrive parfois avec les romans étrangers, pas trop anglophones encore, car j’ai l’habitude, mais asiatique
notamment ! Cependant une fois lancé dans l’histoire, on n’y pense plus, et cela coule tout seul.
Un beau roman qui me donne envie de relire La joueuse de Go, Goncourt des lycéens 2001.

Les vampires de Manhattan de Mélissa de la Cruz

http://www.decitre.fr/gi/01/9782226180001FS.gifRoman pour adolescents * Fantastique – Vampires

Les vampires de Manhattan
Mélissa de la Cruz
Trad. Valérie le Plouhinec

Albin Michel, Wiz, 2007
341 pages
978-2-226-18000-1, 13,50 €

Thèmes : Vampire, Jeunesse dorée, Upper east side

Présentation de l’éditeur :
« Il n’y a pas plus glamour que Mimi et son frère Jack au lycée ultra chic Duchesne, à New York. Snobs et branchés, ils forment avec leurs amis un club très sélect. Theodora, qui est plus vintage que Prado, n’est pourtant pas insensible au charme du très sexy Jack. Pourquoi un garçon si populaire s’intéresse-t-il soudain à elle ? Quel rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang ? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparaît sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang. Elle non plus n’est pas une fille tout à fait comme les autres… « 

Avis :
Encore des vampires… j’ai aimé Twilight, mais je crois que ce phénomène commence à me lasser. J’ai pourtant apprécié l’originalité de ce roman quand au thème. Pourtant l’ensemble est tout juste gentillet, plutôt long, et un mois après ne m’a laissé que de vagues souvenirs, guère élogieux. J’ai pourtant lu ce roman assez vite, sans trop de soucis. J’ai apprécié certains des personnages, surtout Théodora, mais les secrets qui s’accumulent et le peu de réponses que l’on a à la fin du premier tome ont eu raison de moi, je ne pense pas lire la suite de si tôt… Pourtant j’ai lu de bons avis, pourtant mes élèves me l’avaient réclamé, et ont l’air de l’aimer… Bah je ne sais pas, ce n’était peut etre pas le bon moment tout simplement. Je laisse donc aux autres le soin de mieux vous en parler, et de vous donner envie !

+ D’autres romans de vampires :
Twilight, Carnet intime d’un vampire timide, Comment se débarrasser d’un vampire amoureux, Vampire City, Les étranges soeurs Wilcox, A comme association,