Un été pour tout changer

Un été pour tout changerRoman estival pour adolescents

Un été pour tout changer
l’intégrale

Melissa de la Cruz

trad. Florence Schneider et Valérie Le Plouhinec

Albin Michel, Wiz, 2013
9782226249272, 20,90€

Cette intégrale comprend les trois romans de la série : Un été pour tout changer, Fabuleux bains de minuit et Une saison en bikini. Une intégrale ensoleillée, parfaite pour cette grise saison. On part dans les Hamptons, cette chic destination de vacances pour les américains, un séjour au bord de la mer, pour se prélasser et faire la fête… ou presque ! En effet Mara, Jacqui et Eliza, nos jeunes héroïnes, s’y rendent pour travailler ! Elles ont trouvé un emploi de jeune fille au pair dans la famille Perry. Ces trois tomes racontent leurs histoires, à travers des narrations alternées. A l’arrivée elles ne se connaissent pas, et ont du mal à s’apprécier, tant elles sont différentes, mais au fil du récit des liens vont se nouer entre elles. En trois tomes, trois étés, le lecteur a le temps de voir évoluer ces trois jeunes filles, et de s’attacher à elles.

La famille Perry, c’est tout un poème, la famille riche par excellence, qui ne s’occupe pas de ses enfants. Les enfants sont donc forcément à cette image… Et les filles vont avoir fort à faire avec Madison, Zoé, William et Cody ! Heureusement elles trouveront des alliés, notamment Ryan, le grand frère, séduisant et amical… Car outre ces histoires d’enfants et de travail, Mara Jacqui et Eliza vont vivre un été rempli de fêtes, de soirées sur la plage et de rencontres !

Rien de très original, mais Un été pour tout changer répond parfaitement aux attentes du lectorat : des aventures à paillettes, du soleil, et des histoires d’amour, le tout avec des personnages bien campés. Le premier tome est vraiment pétillant, les filles sont très sympathiques avec leur trois caractères opposés, et les personnages masculins sont charismatiques. Le tome 2 est agréable à lire aussi, mais se renouvelle assez peu. Le troisième tome par contre apporte des changements et on bascule beaucoup plus dans un côté adulte. Le travail n’est d’ailleurs plus tout à fait le même…

Le côté Amérique ultra riche et jeunesse dorée est intéressant, mais c’est surtout le regard de ces trois jeunes filles d’horizon différent qui permet de mieux comprendre son fonctionnement. La jeune fille ruinée, la latino qui sait utiliser son physique pour obtenir ce qu’elle veut et la trop sérieuse qui a besoin de ce job pour payer ses études… Trois regards complémentaires pour une critique souvent très drôle de ce milieu qui fait envie.

Une intégrale pétillante, qui sent bon le soleil, la plage, la mer et le luxe, mais qu’il est préférable de ne pas dévorer d’un seul coup, pour ne pas se lasser de ces trois jeunes héroïnes. Le soucis, c’est que c’est un pavé de presque 1000 pages, qui pèse lourd au bout des bras…

+ Attention cette intégrale ne contient pas le quatrième tome de la série : Glamour toujours !

+ L’avis de Leiloona

+ Du même auteur : Les vampires de Manhattan (fantastique), Frozen (dystopie)

Rentrée littéraire 2015 – Mes lectures

Zéro. Je n’ai parlé d’aucun des romans adultes de la rentrée littéraire 2015 que j’ai lu cette année. Un record ! Alors que débute la rentrée littéraire de janvier 2016, il est temps de rattraper le retard, et d’en parler rapidement, avant d’oublier !

Afficher l'image d'origineLe plus libérateur : Otages Intimes de Jeanne Benameur

Repéré chez Noukette, j’ai lu ce livre sans conviction, et j’ai été surprise. Et je ne m’attendais pas à accrocher autant ! Otages intimes raconte, non pas la captivité, mais la libération et le retour à la vie. Je me suis laissée prendre à cette lecture, à ce destin torturé, à ces amis qui se sont éloignés. J’ai dévoré les pages, suivi Etienne et son entourage, espéré, pleuré… La plume de Jeanne Benameur a su faire vivre pour moi ces personnages, qui le temps du livre sont devenus mes meilleurs amis et ma famille. Cette mère fragile, avec ses secrets. Ce meilleur ami, ténu. Cette ex, torturée, et son compagnon. Cette soeur de coeur, si forte et fragile à la fois. Ce village d’enfance, sa tranquillité. L’abandon. La musique. Etienne est prisonnier de lui-même…

Un texte poignant, qui ma redonné goût à la littérature adulte après de nombreuses déceptions, et qui augurait une très belle rentrée littéraire !

Noukette en parle bien mieux que moi !

Le plus touchant : Camille, mon envolée de Sophie Daull Afficher l'image d'origine

Ce roman, repéré chez Stephie, est terriblement touchant.

L’histoire d’une perte, le décès de la fille de l’auteur. Quatre jours d’une fièvre étrange, personne ne semble s’inquiéter. Quatre jours et tout bascule. J’avais peur de passer mon temps à pleurer, et finalement ce beau roman m’a surtout beaucoup touché. J’ai eu les larmes aux yeux, souvent, bien sûr, mais j’ai surtout trouvé ce roman puissant. La façon dont cette mère évoque le tragique, nous fait partager l’horreur, l’errance… Journal intime qui tisse des liens avec le lecteur, Camille, mon envolée est un très beau texte, un cri déchirant, une réalité impossible à admettre.

Sophie Daull partage sa peine sans s’enfermer dans le pathos, elle écrit pour libérer, et c’est un magnifique hommage à sa fille.

« Je voulais écrire vite, jusqu’à ta mort, ton dernier souffle ;
puis, allez, faisons durer jusqu’à ton enterrement,
et puis voilà, ça ne s’arrête pas,
ça ne s’arrêtera jamais – toi disparue n’a pas de fin. »

Le plus vivant, et brut : La petite barbare d’Astrid Manfredi

Un style brut, abrupte même. Difficile d’accès dans les premières pages. Et puis, peu à peu, on s’attache à cette petite barbare. Cette jeune fille, derrière les barreaux, qui écrit comme un espoir de vie meilleure. Avec elle on va découvrir sa banlieue, sa violence. Les rêves vivent oubliés et l’argent facile, comme pour croire encore en quelque chose.

Un roman qui secoue, à travers les mots durs, les situations plus dures encore, et l’espoir qui fait trop souvent défaut. Un texte que j’ai délaissé d’abord… et que j’ai repris pour ne plus lâcher !

Des gens qu’on parque sans une thune dans des endroits sans un arbre, il ne peut pas leur pousser des ailes.

Céline a aimé aussi !

La déception de la rentrée : Le crime du comte Neville d’A. Nothomb

Alors que j’avais trouvé de belles choses dans les derniers romans d’Amélie Nothomb contre beaucoup d’avis, j’ai cette fois ci eu une belle déception. Belle tout de même, car j’ai aimé le personnage de Sérieuse. L’histoire est totalement farfelue, burlesque. Le comte Neville apprend par une diseuse de bonne aventure que lors de la grande fête qu’il a prévu, il va tuer un de ses invités ! Il en perd le sommeil, et l’esprit !

Inspirée d’une nouvelle d’Oscar Wilde que je n’ai pas lu, ce récit, très court, m’a pourtant régulièrement ennuyé. Ce comte est un personnage volontaire ridicule, mais l’humour noir de l’auteur n’a pas fonctionné sur moi. Seule Sérieuse, sa fille cadette persuadée qu’elle ne peut rien ressentir et qui veut mourir m’a interpellée.

Un récit court dont la fin a su susciter un peu d’intérêt… trop tard, c’était terminé !

« Tais-toi. Si tu continues de parler, je vais te haïr. Et si je te hais, je n’aurai pas le courage de te tuer. »

Afficher l'image d'origineLe plus bouleversant et révoltant : La maladroite d’Alexandre Seurat

Le roman s’ouvre sur le témoignage d’un professeur, qui reconnait dans un article de journal, une ancienne élève. Une élève qu’elle soupçonnait d’être maltraitée. Une élève qu’elle n’a pas pu sauver. C’est ainsi que se déroule le récit, à partir des témoignages de ceux qui ont côtoyé cette fillette de 8 ans. De ceux qui ont cru, pensé, alerté, mais qui n’ont rien pu faire. Chaque page est poignante car elle nous montre la souffrance de cette enfant, sans jamais lui donner la parole. Ces témoignages extérieurs sont terribles, bouleversant, et montre comme la lenteur du système peut être préjudiciable.

Un récit fort, qui nous vrille le coeur. L’auteur sait mettre une distance impressionnante, ne pas donner son avis, juger… Un premier roman vraiment réussi !

Le plus historique : La terre qui penche de Carole Martinez 

Vivre le Moyen-Age avec Blanche, c’est découvrir un univers à la fois réel et fantastique. D’autant plus que Blanche est morte à 12 ans, et que ce récit alterne entre sa voix d’enfant et celle de son âme, qui a vieillie. L’auteur manie avec brio la plume pour nous rendre compte de cette époque, et notamment de la condition des femmes, tout en y incorporant suffisant de magie pour qu’on soit envoûter ! Les chansons médiévales sont aussi de belles parenthèses.

Un très beau conte médiéval, qui invite à lire Du domaine des Murmures !

« Et peigne, peigne la toison,
Et tourne, tourne le fuseau
Et mouille, mouille la laine du bout des doigts,
Et le fil se fait sans y penser »

J’en ai commencé quelques autres, et j’en ai encore dans ma PAL… Je vous parlerai sans doute un jour… La variante chilienne, Les échoués, La source, Boussole, La logique de l’amanite, Un roman anglais, Deux messieurs sur la plage, les eaux troubles du Mojito…

Merci à la Librairie Dialogue et au Match de la rentrée littéraire 2015 Priceminister

Toute la rentrée littéraire chroniquée par les blogueurs, c’est sur le blog du challenge de la rentrée littéraire 2015 !

 

 

 

L’étrange vie de Nobody Owens

LEtrangeVieDeNobodyOwens♥ L’Étrange Vie de Nobody Owens ♥

Neil Gaiman

Illustrations de Dave McKean

(sauf couverture : Laurent Besson)

Éditions Albin Michel Jeunesse (2009)

ℑ ℑ ℑ

Un bébé échappe par miracle à un mystérieux assassin qui vient de tuer sa famille. Le nouveau-né trouve refuge dans le cimetière voisin. Il est adopté par un couple de fantômes M. et Mme Owens, et protégé par un être mystérieux et fascinant – Silas –. Le jeune Nobody Owens grandit heureux, entouré d’amour par une bien drôle de famille. Mais vivre parmi les morts peut se révéler aussi dangereux que d’affronter le monde des vivants. Car le meurtrier des parents de Nobody le traque toujours, plus que jamais décidé à accomplir sa mission : tuer Nobody…

ℑ ℑ ℑ

Ce livre m’a tellement plu, que j’ai du mal à en parler. J’ai peur d’en dire trop ou pas assez… Pour commencer, j’aime beaucoup la couverture, mais n’ai pas trop apprécié les illustrations intérieures (les visages ne me plaisent pas !) même s’ils elles apportent un vrai plus en terme d’ambiance. Quant au roman… Il y a là un mélange franchement réussi d’humour, de macabre (on est quand même dans un cimetière avec des morts !) et de fantastique (la danse macabre, la vouivre, les goules…)

Drôle et effrayant à la fois mais également plein de tendresse et une ambiance vraiment très très particulière. Si vous ne connaissez pas cet auteur, n’hésitez pas.

Un univers et des personnages que j’ai quitté à grand regret !

ℑ ℑ ℑ

Ce roman a remporté en 2009 la médaille Newbery (prestigieux prix américain pour une œuvre de fiction jeunesse), le prix Hugo et le prix Locus. Il a également remporté en 2010 la médaille Carnegie (prestigieux prix anglais pour une œuvre de fiction jeunesse), devenant ainsi le premier ouvrage à remporter les médailles Newberry et Carnegie. Et c’est bien mérité !

Et pour vous mettre un peu dans l’ambiance, je vous conseille vivement ce petit film…(3’40) Rien à voir avec Neil Gaiman, sauf que dans l’introduction d’un de ses recueils de nouvelles (Miroirs et fumée), il parle à plusieurs reprises des créations de Lisa Snellings… Évidemment, curieuse comme je suis, il a fallu que j’aille voir ce que faisais cette dame… Et je suis tombée sur ce petit film, parfait pour une ambiance macabre !

challengehalloweenalbumSignatureNat

Wild Girl – Audren #Concours

Roman historique pour adolescents
Rentrée littéraire 2015

Wild Girl

d’Audren

Albin Michel, 2015
9782226318510, 15€

Un voyage au bout des Etats-Unis, sur la trace des chercheurs d’or ! Milly quitte sa famille pour devenir institutrice à Tolstoy, nouveau village du Far West américain. Après une route longue et difficile, elle arrive enfin, pour découvrir une petite école en bois, à l’accès boueux. Mais rien ne saurait décourager cette jeune femme de 19 ans, rêveuse et pétillante. Un petit bout de femme libre, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Avec elle nous découvrirons la vie de cet ouest américain, entre coups de feu et coups de coeur !

Montana, États-Unis, printemps 1867 : Milly Burnett, 19 ans, débarque de son Massachussetts natal en plein Far West !

 

Milly est une héroïne comme on les aime ! Une jeune fille pétillante, forte mais pourtant touchée par les remarques, qui fait tout pour que son rêve soit comme elle l’imaginait, malgré les aléas de la vie ! La vie qu’on découvre avec elle, celle du Far West américain, est tonitruante ! Les personnages sont entiers, parfois désagréables, souvent pleins de mystères mais attachants. Grâce à la narration centrée sur Milly, on découvre avec elle l’histoire des personnages, et on se fait surprendre, avec elle, par la face cachée des personnages qu’elle rencontre…

Les événements se succèdent, il n’y a pas de place pour l’ennui, seuls quelques instants de poésie, dans les pensées de Milly, permettent de souffler ! L’histoire est réellement haletante, on voyage, on découvre, on tremble, on pleure… mais heureusement aussi on sourit et on tombe amoureux !

La plume d’Audren est une fois de plus passionnée et passionnante et le voyage qu’elle nous offre dans son livre vaut vraiment le détour. Je ne suis pas une grande connaisseuse du Far West, des chercheurs d’or et de cette époque, mais l’aperçu qu’on nous offre plante un décor théâtral, facile à imaginer d’après les descriptions de l’auteur. Les personnages vivent réellement le temps de la lecture, et on les accompagne.

Un roman pour adolescents où les sentiments ont la part belle, mais qui n’en aborde pas moins des thèmes comme le génocide indien, la xénophobie voire le racisme, la condition des femmes… Beaucoup d’idées semées dans la tête des lecteurs, qui pourront continuer leur découverte dans des documents historiques.

Ce n’est pas le premier tome d’une série, a priori, pourtant, on espère retrouver Milly dans d’autres aventures, pour continuer notre bout de chemin avec elle, mais aussi pour en apprendre un peu plus sur son passé et certaines petites choses qui restent mystérieuses à mes yeux. Envie de reprendre une bouffée de joie de vivre, aussi, de continuer cette quête du bonheur et des droits de la femme…

+ Sur le site de l’éditeur
+ L’avis de Nebel

concours

 A gagner : 1 exemplaire de ce roman 

Pour participer (au choix) :
– Laisser un commentaire en m’expliquant pourquoi ou pour qui vous voulez gagner Wild Girl
ou
– Partager la publication sur ma page facebook*
ou
– Partager ma photographie sur Instagram*
ou
– Retweeter mon tweet du concours*

Si vous faites les 4, vous aurez bien entendu 4 chances !

Règlement – Concours ouvert du 3 au 17 octobre 2015 – 
*en mode public, et me suivre sur le réseau social concerné !

** Les résultats sont annoncés ici ! **