Challenge Coupe d’Europe des Livres

N’étant pas spécialement fan de foot, j’ai trouvé très sympathique l’idée de Cajou de faire ce challenge :

Il s’agit de créer une équipe 11 livres (+ 4 réservistes !)

  1. Le gardien de but (1) : Le livre qu’on veut lire à tout prix pendant ce mois
  2. Les attaquants (4) : Les livres de notre PAL qu’on veut absolument lire
  3. Les milieux de terrain (3) : Ceux qu’il est grand temps de sortir de notre PAL
  4. Les défenseurs (3) : Des romans qu’on souhaite lire mais qui ne sont pas encore dans la PAL
  5. Les réservistes (4) : Pour les gourmands qui n’auront pas assez de 11 livres !

Voici donc mon équipe :  Le Siècle

* * * * *

Coupe CoupeLOcéanAuBoutDuChemin Coupe

* * * * *

MissPeregrineT3EnAnglais 13èmeConte  LaVéritésurLAffaireHarry

* * * * *

LaFilleAutomate  plateau Replay

* * * * *

LaRelieuseDuGuéLesHautsConteurs

* * * * *

Bon ben voilà, le 1er match m’aura donné l’occasion de terminer mon article, mais je vais m’arrêter là, si je lis tout ça, ça sera déjà bien !! Sans compter tous les livres jeunesse (3 mois de retard, ça va encore, non ?) que je vais lire aussi… Et celui en cours à finir ! « Ce qu’il nous fait c’est un mort » d’Hervé Commère…

Enregistrer

Enregistrer

Par bonheur, le lait

Par Bonheur le lait  Par bonheur, le lait

Neil Gaiman & Boulet (ill.)

Traduit de l’anglais par Patrick Marcel

Au Diable Vauvert (2015)

***

« Par bonheur, le lait » aurait également pu s’appeler « la meilleure excuse de tous les temps » !!

Le titre, déjà, intrigue beaucoup : « Par bonheur, le lait », ça veut dire quoi ça ? C’est un titre ? Bon, pour faire court, grâce à la bouteille de lait, l’univers est sauvé de l’anéantissement. Si, si, au final, c’est ça ! Enfin presque.

Un petit roman totalement loufoque, dans lequel, un papa ayant fait attendre longtemps, très longtemps, TROP longtemps ses enfants (il était parti acheter du lait pour les céréales du petit déjeuner) leur explique pourquoi il est en retard…

Et là, franchement, c’est grandiose ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que le papa ne manque pas d’imagination… Et, si un jour un de vos enfants vous sort une excuse pareille, il ne faudra pas le gronder, mais le féliciter chaudement pour son imagination plus que débordante…

Pêle-mêle dans ce roman, vous allez trouver des extraterrestres, des dinosaures, un Dieu, des pirates, des nains qui dansent…

***

J’aime beaucoup Neil Gaiman, même si ce roman-là ne fera pas partie de mes préférés. C’est amusant, mais un peu trop loufoque pour moi, heureusement qu’il est très court (105 pages) c’est plus facile à digérer !

ParBonheur-lait

***

De cet auteur, je vous ai déjà parlé d’un coup de cœur « L’étrange vie de Nobody Owens » et j’ai également lu (et beaucoup aimé) un de ses romans « adulte » Neverwhere » et un recueil de nouvelles excellentes « Miroir et fumées » (après avoir lu sa version de Blanche-Neige, vous ne penserez plus jamais à celle de Walt Disney !!)

Dans ma PAL, Coraline, un autre de ses romans jeunesse, m’attend sagement…

La vie de Régis de Sa Moreira

Roman adulte – Rentrée Littéraire 2012

La vie

de Régis de Sa Moreira

Au Diable Vauvert, 22 août 2012
9782846264426, 15€

« Je suis sortie sur le parking, il faisait froid, c’était agréable, un homme m’a demandé mon numéro de téléphone, je ne sais pas ce qui m’a pris, je lui ai tout de suite donné… C’était la première fois que j’osais aborder une inconnue et il a fallu que ce soit la bonne. Nous nous sommes mariés deux mois après. Tout ce travail sur ma timidité pour un seul numéro, j’aurais bien voulu en profiter un peu plus, au moins tenter ma chance avec la fille de l’agence de voyages…
Il passait devant l’agence tous les jours, presque toujours à la même heure. Je ne le connaissais pas mais quand il a cessé de passer, je me suis inquiétée. Qu’est-ce que ça veut dire connaître les gens ? Je ne suis même pas sûre de connaître l’homme avec lequel je vis… Encore heureux. Je suis sûr que si elle me connaissait elle partirait en courant. D’autres l’ont fait avant elle… « .

Un principe simple, celui du marabout (Marabout, Bout de ficelle, Selle de… ) est transposé à ce livre, pas vraiment un roman donc, plus un ensemble de phrase, comme des instantanés de la vie. Des vies qui se croisent, et nous qui regardons. Au début on cherche à trouver des personnages qui reviennent, former une histoire… mais c’est une quête veine car comme la vie les mots coulent et les personnages passent. Des histoires qu’on ne fait que pressentir, qu’on imagine, qu’on aimerait tellement continuer parfois.

J’ai lu Le libraire, du même auteur, que j’avais trouvé à la fois intéressant et étrange, ce livre me fait un peu le même effet!

Voici un livre que j’ai commencé par trouver terriblement frustrant. Comme si on ne faisait que lire des incipit de romans sans jamais pouvoir lire la suite. Pourtant au bout d’un moment on se laisse prendre au jeu, on rouvre le livre au hasard, on dévore quelques nouveaux textes… Une incitation à faire plus attention aux gens qui nous entourent finalement, pour créer nous même quelques lignes de plus dans ce texte…

C’est plaisant à parcourir, l’idée est sympathique et j’ai apprécié, mais cela reste tout de même simple et répétitif.

Régis de Sa Moreira met en scène la vie dans ce qu’elle a de plus effrayant finalement : son éphémérité !

 

 + Si vous le souhaitez je peux faire voyager ce livre !

+ Ce roman sort aujourd’hui mais vous pouvez déjà lire de nombreux avis sur la toile :

Cynthia, Gwordia, Shangols, Corboland, La livrophile, …

+ La vidéo de présentation du livre par l’auteur.

+ Challenge Rentrée littéraire 2012 1/7