PETIT AIGLE – Conte musical végétarien

petit aigle

L’histoire du PETIT AIGLE élevé par des poulets

Texte de Jean-Philippe Vaillant
Illustrations et chansons de Mélodie Vaillant (Yucca)
Raconté par Carole Vaillant

Avec les voix de :

Dani Terreur (grand prix des Inrocks 2016) : Petit Aigle,
Lise : Aiglette,
Yucca : la Mère Poule
Carmen Maria Vega : Renard…

^^^^^

Alors que Petit Aigle n’était qu’un œuf, un paysan l’a volé dans le nid de ses parents pour le rapporter à sa ferme. Il voulait le faire couver par une de ses poules, puis le dresser pour la chasse quand il serait adulte… C’est dans le nid de la petite poule bleue que l’œuf a été mis. Elle sait bien que ce n’est pas son œuf et elle voit bien que ce n’est pas un œuf de poule… Mais qu’importe ! Un cœur de mère bat sous son plumage bleuté et elle s’assied délicatement pour le tenir au chaud. Quand Petit Aigle casse sa coquille, tout le monde dans la basse-cour voit bien qu’il est différent : il est bleu quand les autres poussins sont jaunes, son bec est beaucoup plus crochu, ses pattes bien plus acérées et il est plus gros. Mais personne ne lui tient rigueur de toutes ses différences. Même le fermier le laisse tranquille ! Que faire d’un aigle qui ne vole pas ?

^^^^^

Un très joli conte entrecoupé d’une douzaine de chansons.

Au départ, on ne peut que penser au conte d’Andersen, le vilain petit canard. Un petit qui est élevé par une autre famille que la sienne et qui est bien différent. Ici donc, c’est un aiglon qui est élevé par une poule dans la basse-cour d’une ferme. Il a été élevé comme un poulet et se comporte comme tel, picorant des graines et des vers et ne volant pas. Jusqu’au jour où…

Un conte qui parle de la différence, de la peur de l’étranger et du rejet qui peut en découler.

J’ai beaucoup aimé le texte, plein d’humour et de références à l’attention des parents (« Je croyais qu’elle venait de Bergerac dit le cochon, elle avait un si grand bec, que dis-je, un bec…), les jolies musiques et les chansons douces et rythmées à la fois.

Et puis, un conte avec un aigle végétarien, ça ne vous intrigue pas ?

Un des chansons pour vous donner une petite idée.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Voyager avec un bébé : guide pratique pour les jeunes parents

voyager avec bébéGuide pratique pour les parents

Voyager avec un bébé :
Guide pratique pour les jeunes parents

de Tiphanya Ursula Chenu

Auto-publication, juin 2016
disponible sur Amazon en numérique
et bientôt en format papier

Tiphanya Ursula Chenu est une grande voyageuse. Une blogueuse voyageuse, qui partage ses découvertes et ses expériences sur son blog Avenue reine mathilde. J’ai suivi de loin et avec admiration ses premiers périples avec sa fille. Un premier périple à Lyon, dont je me souviens, en train, puis le Japon, le bassin méditerranéen, le Royaume Uni, et encore bien d’autres envies… Est-ce qu’elle est folle de voyager comme ça, avec un bébé ? Non, juste courageuse, téméraire et organisée ! Et en plus, elle vient d’écrire un guide pratique, Voyager avec bébé, pour aider tous les parents à faire pareil – ou au moins à voyager un peu avec bébé – !

Ce guide est un précieux atout pour oser se lancer dans une aventure plus ou moins longue, plus ou moins loin. Tiphanya nous livre sa propre expérience tout en donnant toutes les astuces et conseils pour réussir son voyage. Sans prétention et sans juger ceux qui ont déjà peur d’aller en week-end à l’autre bout de la France, elle décline toutes les petites choses à ne pas oublier.

Tiphanya et sa fille à Athènes

Des conseils pour tous, avec même des petits questionnaires pour nous aider à définir notre projet. Administratif, santé, transport, valise… Tiphanya a pensé à tout pour nous, il n’y a plus qu’à suivre le guide, d’autant plus qu’elle a aussi prévu des check-listes pour ne rien oublier !

Les informations et conseils de Tiphanya, émaillés de ses péripéties, vous permettent aussi de trouver des petites choses pour le quotidien. Le passage sur le restaurant, par exemple, peut être mis en pratique dans la vie de tous les jours, pas besoin de voyager bien loin ! Au fur et à mesure de ce guide, on découvre des expériences de parents, à travers des témoignages. Ces témoignages apportent là encore des idées, et surtout montre qu’il n’y a pas une seule bonne manière de procéder, tant qu’on s’adapte à son enfant, et au pays où l’on se trouve.

Là où j’ai été surprise c’est que je me suis prise au jeu, complètement. J’ai lu ce livre en entier, alors même que je ne prépare en ce moment aucun voyage. J’ai appris plein de choses, confirmé d’autres choses que je savais déjà, et j’ai eu envie, follement, d’emmener mini-hérissonne découvrir le monde. J’espère commencer dès cet été, sans doute par l’Europe… De l’avantage et de l’inconvénient d’être professeur : j’ai plein de vacances, mais en même temps que tout le monde, alors tout coûte plus cher… et monsieur n’a pas du tout les mêmes vacances ! Etre enceinte ne m’avait pas empêcher de faire un road-trip jusqu’en Autriche, entièrement en camping sauvage, avoir mini-hérissonne ne devrait donc pas trop nous freiner non plus !

+ Découvrir le blog voyage de Tiphanya – et son blog littérature  !
+ Enna en parle aussi (et elle témoigne dans le livre !)

Acheter le livre :

L’enfant au cœur éveillé

Lenfant-au-coeur-éveilléL’enfant au cœur éveillé
Récit initiatique pour petits et grands
Isabelle Le Tarnec (Auto édition 2015)

Résumé : Un enfant peu ordinaire, Raphaël, 12ans, rencontre différentes personnes. Étant doué d’une très grande empathie (il « lit » presque dans la tête des gens), il passe son temps à aider les personnes en difficulté qui croisent son chemin…

Ο Ο Ο Ο

Mon avis : J’avoue qu’à la fin du premier chapitre, je me suis dit : « plus jamais je n’accepte de lire de livres auto-édités, si les éditeurs n’en veulent pas, après tout, il doit y avoir une raison… » Oui toujours mes préjugés… (je me soigne, je me soigne !!)

Et puis… Je me suis laissée prendre par l’histoire de ce jeune garçon pas comme les autres. Les « ficelles » sont un peu grosses, l’histoire parfois maladroite et le langage employé est franchement inapproprié pour un enfant de 12 ans, même différent.

Mais on sent toute la gentillesse, la bienveillance et l’humanité de l’auteur, qui essaie de faire passer un message porteur de valeurs humaines. Une chose est sûre, si ce fameux Raphaël peut avoir ce regard, cette empathie vis-à-vis des autres, c’est parce qu’il a été aimé, choyé et respecté par ses parents…

SignatureNat

 Pour en savoir plus sur l’auteur, c’est ici.

Like, love, live Tome 1 : l’effet Narcisse

Like, love, live

Tome 1 : l’effet NarcisseEffetNarcisse

Daria Phen (2014)

Sofia est une jolie blonde de 17 ans. Surnommée Narcisse par sa famille, sa superficialité cache en fait un conformisme aux codes de l’adolescence. Elle pourrait avoir n’importe quel mec, mais un seul l’intéresse vraiment : Stéphane, un véritable Don Juan qui a pour seule et unique règle de ne jamais tomber amoureux. Une conduite que partage Raïssa, sa Best Friend Forever, mais dont la réputation en pâtit irrémédiablement.

 Heu… comment dire ? C’est un tout petit roman (120 pages) mais il m’a semblé très trèèèès long…

Déjà, la couverture avec la fille qui a une clope à la main, j’avoue que ça ne m’a pas plu. Les ados sont déjà tous (ou presque) très tentés de se mettre à la clope, ce n’est pas la peine de les y inciter davantage…

Mais bon, s’il n’y avait que ça…Ce n’est pas très bien écrit ; je ne suis pas prof de français, mais certaines fautes ou tournures de phrases sautent aux yeux. C’est du langage « parlé » version « D’jeuns » : par exemple ? Bogoss, biatch, kiffer, venere (pour énerver, hein pas pour vénérer !) et tant d’autres.

Le must : « Là, peut-être qu’il serait juste en colère quelques secondes (si tenté était qu’il puise ressentir des émotions). » La partie entre parenthèses est écrite de cette façon-là dans le bouquin ! Y’a pas un malaise ?? Et ce n’est malheureusement pas le seul cas…

Toute l’histoire tourne autour des petits copains et des sorties en boite, à croire que les filles de 17 ans ne pensent qu’à boire, sortir avec un mec et le mettre dans leur lit ! Je ne suis pas naïve, mais là, c’est un peu exagéré parce qu’il n’y a « que » ça…

Je me suis engagée à lire et à présenter tout ce que je reçois, il y a juste des fois où c’est moins intéressant que d’autres ! Mais je l’ai lu entièrement avant de me permettre d’écrire cette « critique ». Je peux comprendre qu’on ait envie d’écrire et d’être publié, mais quand on le fait soi-même, la moindre des choses serait de faire relire son texte afin qu’il soit corrigé !

Pour finir sur une note positive : Un petit passage intéressant pages 37 à 39, sur le comportement et le « ressenti » des ados au collège et au lycée : ce passage « sonne » juste et est plutôt bien écrit par rapport au reste.

SignatureNat