Francie de Karen English #roman ado

Francie

Karen English

Traduit par Marie-Hélène Delval

Bayard Jeunesse (2001)

A partir de 10/11 ans

francie

Sélectionné pour le 14ème prix des Incorruptibles (CM2/6ème et 5è/4ème)

L’auteure : Karen English vit en Californie. En plus d’être écrivain, elle est institutrice. Elle a écrit au moins 10 livres pour la jeunesse (romans, albums) mais traduits en français je n’ai trouvé la trace que de « Francie » et un album paru en 2007 chez Kaléïdoscope intitulé « Un heureux évènement« . Elle a reçu de nombreux prix pour ses livres aux Etats-Unis.

L’histoire : Francie rêve d’une vie meilleure aux côtés de son père parti à Chicago, qui a promis de les faire venir près de lui. En attendant, elle travaille durement chez les Blancs, après l’école, pour aider sa mère. Heureusement, il y a Jesse, un jeune garçon, noir comme elle, qui, lui aussi, en a assez de cette vie de misère. Leur amitié leur donnera le courage d’affronter l’adversité.

Mon avis : Une histoire qui raconte la vie (la survie, parfois !) des enfants noirs (et de leurs parents) à l’époque de la ségrégation raciale dans le sud des États-Unis (ici en Alabama). Une vie de domestique (y compris pour les enfants) passée non seulement à travailler mais aussi à baisser la tête, à répondre « oui Ma’me », « non Ma’me », à être rabaissé, humilié et même parfois accusé à tort… Toute l’injustice de la ségrégation racontée par une enfant, Francie, un personnage attachant, sensible et gentil. J’ai repensé à « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett sauf bien sûr que « Francie » s’adresse à des enfants, mais c’est le même genre d’histoire : la vie quotidienne des blancs et des noirs au temps de la ségrégation. Il n’est pas fait mention de date ici, mais cela se passe probablement dans les années 40/50…

Un roman agréable et facile à lire qui montre bien les différences de vie entre noirs et blancs de cette époque. Une bonne initiation à l’Histoire pour les plus jeunes.SignatureNat

Gros Câlin de Nicholas Oldland

Nicholas Oldland - Gros câlin.Album jeunesse

Gros Câlin

de Nicholas Oldland

traduit de l’anglais par Alice Boucher

Bayard Jeunesse, 2014
9782747052696, 10,90€

 

« Il était une fois un ours plein d’amour et de joie. Chaque fois qu’il se promenait dans la fôret et qu’il rencontrait un être vivant, il le prenait dans ses bras. »

Ainsi commence cet album, avec ce grand ours qui semble aussi grand que les sapins. Cette grande silhouette noire sur le vert de la nature. Ce grand ours semble vraiment avoir un grand cœur, car peu importe celui qu’il croise, il lui fait un câlin. Même si c’est un animal que les ours mangent, ou bien un tout petit, un grand, un féroce… Même les arbres, ours adore les câliner. Tous les arbres. Alors quand un homme arrive dans la fôret et commence à couper ses arbres adorés, l’ours n’a plus envie de faire des câlins ! La chute n’est pas très surprenante, mais elle est bien dans le ton du livre.

Les illustrations sont simples, colorées, mais n’ont pas sûes me séduire. L’homme, notamment, n’est pas très expressif, et j’aurai préféré pour cette histoire des  traits plus fins, plus séduisants. Les contrastes sont tout de même intéressants, faciles à repérer pour les jeunes lecteurs.

Un album intéressant, surtout pour son personnage du gros ours adorable qui adore câliner.

Abel de Sibylle Delacroix

Sibylle Delacroix - Abel. Album jeunesse

Abel : une petite histoire réchauffante

de Sibylle Delacroix

Bayard Jeunesse, 2014
9782747052603, 10€50

Avec la neige qui tombe en hiver dans ma campagne, le titre de cet album m’a forcément attiré : une petite histoire réchauffante ? Parfait ! Et effectivement cette petite histoire est très douce et tendre.

Abel est un mouton très doux, toujours content, qui n’a jamais froid. Un joli mouton stylisé dans les illustrations, tête haute et reflets violets qui font penser qu’il est habillé. Mais il va rencontrer Cléo, un petit moineau qui lui, a bien froid sous la neige. Puis des petites souris. Et une famille de lapin… et comme Abel est un mouton vraiment gentil, il ne peut s’empêcher de donner un peu de laine à chacun… sous les yeux du lecteur qui voit notre pauvre Abel se retrouver de plus en plus nu…

Une petite histoire toute douce, qui donne d’abord un petit froid, pour finir par réchauffer le corps et l’esprit, avec une magnifique fin ! Quel album tout doux, on regrette même que l’éditeur n’ai pas choisi un album à toucher, on aurait aimé profiter nous aussi de la laine d’Abel !

Archie Greene, le futur « Harry Potter » ?

Archie GreeneArchie Greene

et le secret du magicien

D. D. Everest

Bayard Jeunesse (mars 2015)

L’auteur : Il est journaliste et auteur de plusieurs livres documentaires. Archie Greene est son premier livre pour la jeunesse.

L’histoire : Orphelin, Archie Greene vit chez sa grand-mère Gardénia. Le jour de son 12ème anniversaire, il reçoit un mystérieux grimoire écrit dans une langue indéchiffrable. Ce colis est accompagné d’un parchemin qui l’invite à se rendre à la librairie « La page blanche » à Oxford. Le jeune garçon part sur le champ ! Archie devient apprenti relieur au Musée des Collections Magiques où les livres battent des pages pour voler, où les grimoires prédisent l’avenir et révèlent le passé, où les pop-ups font jaillir des chevaliers… Il découvre bientôt qu’il a un don très particulier. Désormais, son devoir est de protéger les Terribles Tomes, ces livres de magie noire convoités par des magiciens maléfiques…

Mon avis : Au départ, je me suis dit : « allons bon, l’auteur ne s’est pas cassé la tête, il a prit Harry Potter, changé quelques petits trucs et hop ! le tour est joué… »

Il faut dire qu’il y a des coïncidences assez troublantes : C’est un jeune garçon orphelin qui se retrouve le jour de son 12ème anniversaire propulsé dans le monde de la Magie. Il devient apprenti-relieur et se retrouve rapidement en train de mener une enquête en compagnie de deux cousins dont il ignorait jusque là l’existence, Ronce (la fille) et Chardon (le gars). Bref, c’est vrai, il y a des similitudes.

Mais cela n’empêche pas que l’on se laisse emporter par cette histoire, bien écrite, amusante, pleine de trouvailles (magiques, bien sûr !). Les 3 jeunes héros sont très sympathiques ainsi que l’oncle et la tante d’Archie (Sauf que les recettes de Loretta Foxe, heu, comment dire ? Non, sans façon, merci !)

Quand au livre en lui-même, la couverture est jolie, glacée et un peu en relief. Les chapitres sont courts, la police de caractères assez grosse (donc bien pour les jeunes lecteurs !) et l’en tête et le pied de page sont joliment décorés.

Et puis un livre jeunesse qui se passe au milieu des livres (même magiques !), dans une librairie et un musée, franchement, moi je craque !!

Pour un public plus jeune peut-être qu’Harry Potter, car un peu moins effrayant.

 SignatureNat