1, rue des petits pas – Roman historique

Rue1, rue des petits-pas

Nathalie Hug

Calmann-Lévy (2014)

* * * * *

1918-1919 : Dans un village de Lorraine, à quelques kilomètres du front, des rescapés, des femmes surtout occupent un village et s’organisent pour survivre. Louise n’a que 16 ans, mais elle a déjà vu et vécu beaucoup d’horreurs, comme tant d’autres à cette époque. Elle va être recueillie par deux sage-femmes, Anne et Vida, qui vont lui transmettre leurs connaissances.

* * * * *

Des livres sur la guerre, la 1ère ou la 2nde, sur les camps, j’en ai déjà lu plusieurs. Mais celui-ci parle de la période qui suit immédiatement la fin de la guerre. Tout est détruit, les maisons comme les gens. Les Américains, nos libérateurs sont omniprésents et ne se conduisent pas tous bien. En lisant ce roman, on imagine aisément le terrible quotidien des populations juste après guerre…

Les hommes, qui rentrent à moitié fous, à cause de ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils ont vu, de ce qu’ils ont dû faire… Et comme si la guerre n’avait pas suffit, il faudra faire face à la terrible épidémie de grippe espagnole.

Sans être un livre « féministe », c’est un livre qui parle des femmes. De leurs vies, de leurs combats, de leur quotidien, de leurs petits bonheurs. De leur vie intime aussi, vous saurez tout. Les maladies de l’appareil uro-génital féminin , les différentes façons d’accoucher…

Un livre passionnant qui m’a beaucoup touché et beaucoup appris ! On sent que le tout a été sérieusement documenté…

* * * * *

Un extrait ? « Les gémissements de la fille qui s’agrippe à mon bras, le serrant jusqu’à l’os, son buste redressé, son visage grimaçant d’effort… J’ignorais tout de cette inconnue déposée devant notre maison. Des Poilus l’avaient ramassée dans un fossé, à côté d’une charrette renversée dont le contenu avait été pillé. Moribonde, elle était menottée au cadavre d’un gendarme fauché par la grippe. Probablement une voleuse ou une meurtrière en transfert, ou encore une folle. Depuis la guerre, les routes grouillaient de pauvres hères chassés des hôpitaux où les lits étaient réservés aux soldats.

Son identité nous importait peu. Chaque femme, chaque fille, chaque vieille, qu’elle soit coupable du pire ou innocente, prostituée ou sainte, trouvait notre porte ouverte.« 

* * * * *

L’interview de Nathalie Hug qui m’avait donné envie de lire son livre.

D’autres avis : Celui d’Aline sur Anamor, celui d’Indira sur Livre et compagnie, celui du journal Page des libraires

Ce livre est ma 2ème participation au Challenge « Première Guerre Mondiale » chez Blandine.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le chuchoteur – Donato Carrisi

Le chuchoteur- Donato Carrisi-Liliba

Roman policier

Le Chuchoteur

de Donato Carrisi

traduit de l’italien par Anaïs Bokobza

Calmann Levy, 2010
Livre de Poche, 2011
576 pages
9782253157205, 7,90€

Voilà un livre qui traine depuis longtemps dans ma PAL. Depuis sa sortie en poche exactement, quand Monsieur l’a lu et à décréter que c’était son thriller préféré, lui qui n’aime pas les romans policiers. J’étais intriguée, et en même temps, il y avait un peu d’appréhension… je me demandais ce que j’allais bien pouvoir trouver dans ce livre… Il aura fallu l’annonce par Liliba d’une Lecture Commune pour me décider à le lire. Et encore, alors que cette LC est prévue pour aujourd’hui, j’ai commencé le livre dimanche, au dernier moment… Sauf que voilà, une fois lancée, j’ai aimé, moi aussi, et j’ai dévoré les dernières pages cette nuit !

Le chuchoteur, c’est avant tout l’histoire de Mila, une jeune policière spécialisée dans la recherche des enfants disparus. Elle travaille seule, avec ses intuitions, sa perception des monstres qu’elle traque… Alors quand elle se voit intégrée à une équipe de recherche de tueur en série, l’adaptation est d’abord difficile. Surtout que l’histoire est horrible, ils traquent « Albert », ainsi qu’ils l’ont nommé, un tueur en série qui a enlevé et tué 5 fillettes, et qui en détient une 6ème.

La force de ce roman tient dans la qualité de ses personnages, dans leurs fêlures personnelles, que l’on découvre peu à peu. Si Mila est incontestablement le point central, d’autres points de vue, d’autres personnages sont mis en avant, nous permettant de rentrer au coeur de l’intrigue. C’est d’ailleurs cette alternance de point de vue qui m’a d’abord déconcertée. Cette dispersion est finalement habillement jouée, et principalement au début du roman, et cela permet d’ajouter à l’impression de noirceur. On a ici affaire à un roman sombre, à l’intrigue terrifiante. Étonnamment, c’est dans les scènes d’action que j’ai le moins aimé ce roman, tant le côté psychologique est important ici.

L’auteur ne prend pas le lecteur pour un idiot, il n’hésite pas à donner des détails techniques, et en même temps, sous couvert d’explication à Mila, il prend toujours le temps d’expliquer en détail. Ces informations, ajoutées aux descriptions très intéressantes des personnages, permettent de faire partie de l’enquête, et si quelques éléments sont faciles à deviner, on ne peut s’empêcher de finir le roman extrêmement surpris par les derniers événements.

Pour trouver un tueur en série, les enquêteurs en sont persuadés, il faut le considérer comme un homme normal, et non comme un monstre. Une assertion difficile à accepter…

Comme tous les criminologues qui travaillaient pour la police, il avait ses méthodes. Avant tout, attribuer des traits au criminel, afin d’humaniser une figure encore abstraite et indéfinie. En effet, devant un mal aussi féroce et gratuit, on tend à oublier que l’auteur, tout comme la victime, est une personne, avec une existence souvent normale, un travail et parfois aussi une famille.

Enfin, il me faut parler de quelques autres personnages. Goran Gavila, criminologue dépressif, véritable cerveau de l’équipe, qui pousse les autres à trouver par eux même, est un personnage surprenant, tant il est difficile à cerner. Boris, Stern, Sarah Rosa, le reste de l’équipe a aussi ses petits secrets, ses petits travers, que l’on découvre au fil de l’histoire. C’est sans doute cela d’ailleurs qui rend ce roman si prenant, la certitude que tout peut arriver, tant Donato Carrisi nous attache à ses personnages pour mieux les malmener. Enfin il y a cette petite fille, attachée sur un lit, droguée, qui tente de se comprendre ce qu’elle fait là, pourquoi on la retient prisonnière, ce qu’elle a fait de mal…

Albert, le monstre, celui qu’on devrait haïr, reste très secret tout au long des pages, mettant en avant d’autres monstres… Une accumulation qui rend ce roman sombre et glauque !

De nombreuses affaires citées dans ces pages sont réelles.

Comment dormir après cette annexe, en fin d’ouvrage. Après tout ce qu’on vient de lire et qui prend progressivement forme dans notre esprit. Les monstres existent, difficile d’en douter, et les percevoir ainsi fait froid dans le dos…

+ Lecture Commune avec LilibaMarjorie, et Alexielle

+ Prix du polar SNCF et prix des lecteurs du livre de poche

+ Challenge Thriller et polars

0 challenge thriller & po 4b

La mémoire des autres d’Annelise Corbrion

Roman adulte

La mémoire des autres

d’Annelise Corbrion

Calmann-Levy, avril 2012
9782702143087, 9,05€

Thèmes : Photographie, Mort, Revenant, Histoire, Famille, Amour, Enquête

Infographiste spécialisée dans la retouche des photographies anciennes, Emma se remet difficilement de la mort brutale de ses parents. Plongée dans la vie  d’inconnus figés dans leurs moments les plus heureux, elle rend aux souvenirs des autres l’éclat que leur a volé le temps. Mais la réalité la rattrape étrangement le jour où elle reçoit un courriel dont l’expéditeur n’est autre qu’un homme posant sur l’une des photos restaurées.

Un homme décédé dans les années 40. Il a besoin d’elle, comme les autres fantômes qui assaillent bientôt la boîte mail de la jeune femme. Que veulent les défunts capables de communiquer avec les vivants ? Emma devient une messagère et porte leurs dernières volontés pour défi er l’oubli et rétablir la vérité. Jusqu’au mail de trop, celui qui la touche personnellement. Emma se lance alors dans une enquête au coeur de dangereux souvenirs qui n’appartiennent pas encore tout à fait au passé.Les morts la ramènent littéralement à la vie, l’entraînent dans une course folle.
Mais jusqu’où Emma ira-t-elle dans sa quête de vérité ?

 

Ce roman est bien difficile à classer tant il touche à plusieurs genres. Fantastique, thriller, historique, sentimental, la mémoire des autres c’est un peu tout ça à la fois, dans un savant mélange bien réussi.

Ce livre est édité par Calmann Levy pour le prix Nouveau Talent de la fondation Bouygues et Metro, qui consiste à insérer dans le roman un élément de communication moderne. J’avais ainsi lu Idylles, Mensonges et Cie, qui mettait les SMS au cœur du récit. Ici ce sont les mails qui sont l’élément central. Mais des mails bien étrange, puisqu’ils sont envoyé à Emma par des morts.

Emma est en fait infographiste spécialisée dans les retouches de photo anciennes. Le lien qu’elle parvient à établir avec les morts par mail est en fait lié à ces photos, et tous veulent qu’elle parle pour eux à leur proche. Emma se retrouve alors dans des situations très complexe car rétablir la vérité n’est pas toujours facile.

Mais un des morts qui la contacte a une mission un peu différente pour elle… retrouver son meurtrier, Emma mène alors l’enquête accompagnée par sa meilleure amie et un journaliste lié à la victime.

La partie thriller nous réserve quelques surprises et l’enquête se mêle à l’action. J’ai réelement apprécié ce roman, un peu facile par certain coté et dans l’écriture mais très agréable à lire. Je ne saurai pas vraiment expliquer en quoi mais ce roman m’a fait pensé à ceux de Guillaume Musso, dont je ne suis pourtant pas fan. Peut être est-ce lié à l’histoire d’amour qui se noue entre les pages, peut être le coté thriller dans un roman qui n’en est pas un, toujours est-il que j’ai pris du plaisir à découvrir cette histoire. J’ai aussi apprécié que l’élèment fantisque ne soit pas tout à fait laissé au hasard, il y a des explications qui nous permettent d’appréhender l’histoire dans son ensemble.

Une fois encore ce prix Nouveau Talent nous réserve une bonne surprise!

Idylles, mensonges et compagnie d’Agnès Nierdercorn

Idylles, mensonges et compagnie

d’Agnès Nierdercorn

Roman adolescents / adultes

Calmann-Lévy, avril 2010
9782702140949, 8,90€
270 pages

Thèmes : Paris, Lycée, SMS, famille, diabète

Rentrée des classes au lycée Alexandre-Dumas à Paris.
Le nouveau proviseur est anxieux, et il n’est pas le seul. Bohémond, fraîchement débarqué de sa province, s’apprête à faire la connaissance de ceux qui vont partager son année. Heureusement, Joséphine, la pétillante petite rousse, lui présente sa bande d’amis : Chloé, Mehdi, Agathe et Silia. Entre eux se tissent des relations fortes, spontanées, mais, très vite, maladresses et dissimulations font naître les tensions.
Les adolescents s’interrogent, les parents également. Chacun a sa part de secret, il faudra pourtant que certaines confidences se fassent…

J’ai été très agréablement surprise par ce roman ! Très frais, il nous entraine dans le quotidien d’un groupe de lycéens parisiens, et de leur famille.

Des personnages jeunes dans l’ensemble mais avec déjà cette touche d’adulte qui les rend à la fois un peu trop mature et pourtant très réels. Bohémond, jeune débarqué de la campagne est à la fois le meneur de ce livre et mon personnage préféré. Son regard neuf sur le microcosme du lycée nous permet d’appréhender différemment les personnages qui se croisent dans ce roman.

Histoires de lycée donc, d’amitié, d’amour mais aussi histoires de vie. Ce roman en effet grâce aux nombreux personnages permet d’aborder de nombreux thèmes. Celui des SMS notamment puisque ce livre est lié au Prix Nouveau Talent, gagné en 2010. Ce prix est attribué pour un premier roman par un jury composé d’éditeurs, de journalistes du quotidien Metro et de membres de Bouygues Telecom. Le principe est d’intégrer le langage des SMS et des messageries instantanées à la structure narrative de son récit. Ici c’est donc le cas et c’est très bien fait. L’insertion se fait ici tout naturellement dans le fil du récit en intégrant les discussions via messages dans la narration. La narration étant à points de vue alternés, les SMS ou message ne sont pas toujours reçu et compris de la même façon. Quelques raccourcis de temps en temps, mais ce n’est vraiment pas génant, et l’auteur en joue. Professeur qui s’indigne, nouveau possesseur de portable qui ne comprend pas tout ou cache cache derrière un pseudo et même un brin de facebook… tout y est! Une très belle façon de traiter des méthodes de communication actuelles.

Et puis d’autres thèmes sont abordés, que je ne peux pas tous vous citer pour ne pas vous gâcher quelques surprises, mais vous trouverez des secrets de famille, de l’art, des cours, des fêtes mais aussi le diabète, bien traité. Mon seul point négatif n’en ai d’ailleurs pas vraiment un mais j’ai eu envie de secouer certains personnages, un peu lents ou exaspérants dans leur réaction… mais cela fait partie de l’histoire!

Un roman riche et entrainant qui a su me divertir,
peut être plus pour un public d’ados et jeunes adultes cependant… 

+ L’avis de Malice, Celui de Sophielit

+ Une petite vidéo interview