Le coeur des amazones – bd ado/adulte

amazones

Le cœur des amazones
C. Rossi (ill.) et G. Bindi

Casterman (2018)

*****

Présentation de l’éditeur : Plus jamais depuis la rébellion sanglante qui avait fait d’elles des femmes libres, plus jamais les amazones ne se soumettraient, elles l’avaient juré. Mais quand leur jeune reine, Penthésilée, défie le demi-dieu Achille, leur rencontre remet en cause ce qui ne l’avait jamais été : la haine des hommes, héritée de leurs aînées…

*****

La guerre de Troie eut lieu dit-on à cause d’une femme, Hélène, enlevée à son époux. Quand cette histoire commence, elle bat son plein et les guerriers s’affrontent sans relâche. Mais un peu plus loin, on se prépare pour autre chose. Les amazones, femmes libres protégées par Artémis (déesse de la nature et de la chasse) s’apprêtent à partir à la chasse… à l’homme ! En effet, c’est le printemps et le moment est venu pour la fête des fleurs d’avoir lieu…

J’ai trouvé le dessin très beau (dégradés de marrons/bruns – réalisés au brou de noix), la nature, les arbres sont vraiment magnifiques, sans parler des corps, féminins ou masculins. Le brou de noix apporte vraiment un « relief » particulier au dessin, donnant parfois une certaine douceur aux traits des personnages et parfois, au contraire, un côté inquiétant, à la nature notamment.

La construction de l’histoire ne m’a pas toujours convaincue, je ne me suis pas franchement attachée aux personnages et il y a trop de scènes de batailles à mon goût. J’aurai préféré que le quotidien des amazones soit plus approfondi… Mais ne serait-ce que pour le dessin, je vous encourage vivement à y jeter un œil !

*****

Pour feuilleter les 10 premières pages

Également illustré par Rossi et présenté sur ce blog : la série W.E.S.T

Une bd repérée chez Jacques et Brize

Cette semaine nous sommes chez Stéphanie pour Mille et une frasques !

Une bd qui participe également au Challenge Petit Bac chez Enna – catégorie Prénom

Nous suivre et partager :
0

La loterie – BD d’après S. Jackson (Adulte)

Loterie

LA LOTERIE

Miles Hyman

d’après la nouvelle de Shirley Jackson (1948)
Casterman (2016)

******

Juin. Dans un village de Nouvelle-Angleterre, la population se prépare tranquillement, avec des gestes immuables hérités d’une longue habitude. En effet, chaque année, c’est le 27 juin qu’a lieu la loterie et tout le village se doit d’y participer. Qu’y gagne t-on ? Je ne peux vous le dévoiler, c’est la chute de l’histoire.

Miles Hyman, auteur/illustrateur, a adapté en bande dessinée la célèbre nouvelle de Shirley Jackson, sa grand-mère.

******

Depuis que j’ai vu cette couverture, j’ai envie de lire cette bd. Et encore plus après avoir lu quelques avis mystérieux de mes collègues de la BD de la semaine et vu quelques (magnifiques !!!) illustrations…

Une bande dessinée à réserver aux adultes. Âmes sensibles s’abstenir !

Les illustrations, m’ont tout de suite fait penser aux tableaux d’Edward Hopper que j’aime beaucoup (L’époque ? Le style ? Les couleurs ? Je ne sais pas). Quand à l’histoire… Disons qu’il est question d’une ancienne coutume, si ancienne que les rituels qui l’accompagnaient ont été perdus depuis bien longtemps…

Au fil des pages, on sent les visages se fermer, une menace qui plane, une angoisse qui monte. Jusqu’à la fin, terrible.

Une bd qui m’a beaucoup plu, même si la fin… Bon sang quelle fin !! Un si joli petit village…

Dans un dossier documentaire très intéressant, à la suite de la bd, Miles Hyman nous parle de sa grand-mère et de l’histoire liée à cette nouvelle qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie.

Loterie

Cette bd faisait partie de la sélection pour le Prix du Polar SNCF 2018

******

Ils l’ont lu aussi : Lecturissime, Natiora, Caro, Brize, Soukee, Alice,

Interview de l’auteur

Son site (avec quelques superbes illustrations !!)

Feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

 

est en congé pour la période estivale !

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis.

 

Nous suivre et partager :
0

Betty Boob – Vivre après une mastectomie

Betty

Betty Boob

Véro Cazot & Julie Rocheleau

Casterman (2017)

^^^^^

Élisabeth, dite Betty, vient d’être opérée. Suite à un cancer du sein, elle a subit une chimio (donc plus de cheveux) et on lui a enlevé un sein. Son mari ne supporte plus de la regarder (il s’évanouit carrément) et elle-même a vraiment du mal à accepter ce nouveau corps. Et comme si tout cela ne suffisait pas, elle perd aussi son boulot (plus assez parfaite…)

Heureusement pour elle, elle va rencontrer des gens différents, plus « ouverts », plus tolérants.

^^^^^

Le titre avec sa référence et son jeu de mot (Betty Boop l’actrice et « Boob » le sein en anglais -en argot-), la couverture très colorée ainsi que de nombreux avis très positifs (voir plus bas) m’ont amenés à lire ce roman graphique quasi muet.

Pourtant, j’ai presque honte de le dire,  je n’ai pas vraiment accroché. L’histoire et le thème sont évidemment très intéressant et c’est bien traité, on comprend bien toutes les phases par lesquelles passe Betty et la fin est très optimiste. Le découpage en chapitres avec juste un carton qui porte une ou deux phrases, à la manière des films muets d’antan m’a bien plu.

Je crois bien que c’est le dessin, qui ne me plait pas, qui a fait que je n’ai pas ressenti d’émotions, que je n’ai pas vraiment été touchée… Dommage.

^^^^^

Prix BD de la FNAC – 2018

Prix Albérie-Bourgeois au Festival Québec BD – 2018

Prix des libraires du Québec – Catégorie BD québécoise – 2018

^^^^^

Feuilleter les premières pages sur le site de l’éditeur

Des avis beaucoup plus enthousiastes que le mien : Antigone, Charlotte, Mo’, Karine, Noukette, LeiloonaAmandine, Moka

Et celui de Stephie, un peu plus réservé ! (ce qui me rassure un peu je dois dire, je me sentais un peu seule !)

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Nous suivre et partager :
0

Petit Elliot – La grande famille – Album

petit

Petit Elliot

La grande famille

Mike Curato

Casterman (2016)

^^^^^

Petit Elliot, nous vous en avons déjà parlé, avec le premier tome de cette petite série : « Petit Elliot dans la grande ville ». Celui-ci est le 2ème. Un 3ème tome « Petit Elliot et la fête foraine » est paru fin 2017 (pas encore lu !), et le 4ème « Petit Elliot à la campagne » est prévu pour octobre 2018 (et j’ai vu sur le site de l’auteur qu’il y en a un sur Noël).

Dans cet album, Petit Elliot l’éléphant à pois et son amie la souris habitent ensemble. Mais aujourd’hui, la souris a une réunion de famille (Parents, grand-parents, 15 frères, 19 sœurs, 25 tantes, 27 oncles, 147 cousins…) et Petit Elliot reste seul dans l’immeuble désert. Il décide alors d’aller se promener, mais partout autour de lui les gens sont en couple, avec leurs enfants, leurs amis… Il se sent seul. Et triste.

^^^^^

Une seconde histoire aussi mignonne que la 1ère (même si elle est moins gourmande ! ;) ) qui montre que même si on n’a pas de famille, on peut être accueilli (adopté ?) par des personnes avec qui on sera bien et avec qui on formera une famille (même sans « liens du sang »).

Et comme je l’avais déjà noté dans la présentation du premier volet des aventures du Petit Elliot, il n’est pas étonnant que les illustrations me plaisent autant ! Dans cette Interview de Mike Curato, dans laquelle il explique sa façon de travailler, il dit s’être inspiré des tableaux de Edward Hopper, un peintre américain que j’aime beaucoup.

Dernier « détail » mais qui a son importance : il y a des gens de toutes les couleurs/nationalités dans les illustrations et je trouve ça vraiment très bien !

Feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

Le site de Mike Curato

Cet album participe au challenge « Je lis aussi des albums 2018″

challenge albums 2018

Nous suivre et partager :
0