Louise, l’insoumise – Roman graphique

LouiseLouise

Le venin du scorpion

Chantal Van Den Heuvel & Joël Alessandra (Ill.)

Casterman (2016)

Ξ Ξ Ξ

Louise, c’est Louise Brooks, l’orchidée noire, « Brookie » pour les intimes, vous l’aurez facilement reconnue si vous êtes fan de cinéma muet…

Dans une autre vie, il y a très très longtemps, je travaillais dans un cinéma d’Art et Essai à Paris. J’adorais les vieux films, et, quand je n’en projetais pas, j’allais en voir dans les salles concurrentes. Dans cette autre vie, j’aurai aimé être Louise Brooks. J’adorais son style à la fois innocent et coquin, ses grands yeux sombres bordés de noir et sa coupe de cheveux ! C’était une femme cultivée, insoumise, malheureuse certainement et qui surtout, voulait être libre ! Ce qui lui vaudra d’ailleurs de finir sur une liste noire à Hollywood…

Loulou

Sa carrière n’aura pas duré plus de 10 ans et pourtant, elle a laissé sa marque dans l’histoire du cinéma.

Cette bd débute à la fin de la carrière de Louise Brooks, en 1928, avec son arrivée à Berlin pour le tournage de « Loulou » de Pabst (voir vidéo ci-dessous). Elle raconte le tournage puis, dans un long retour en arrière, on voit comment Louise a vécu, enfant, ce qu’elle a vécu surtout… Peu ou pas d’amour maternel (ni paternel d’ailleurs !), un voisin qui abuse d’elle alors qu’elle n’a pas 10 ans, sa mère qui ne la voit que comme une « création ». Si j’ai aimé retrouver la vie de cette star du muet, j’avoue que, mise à part la couverture, que je trouve très belle, je n’ai pas apprécié le dessin (ni les couleurs d’ailleurs, que j’ai trouvé plutôt tristes et ternes).

Ξ Ξ Ξ

Le hasard faisant bien les choses, un bouquin que j’avais réservé à la médiathèque il y a longtemps est enfin arrivé : Un été avec Louise de Laura Moriarty aux éditions Fleuve Noir (2013).

Il raconte la vie de deux femmes, celle de Louise Brooks (15 ans) et son chaperon Cora, une femme d’une trentaine d’années. Un roman qui parle de la vie de Louise Brooks bien sûr, mais qui aborde également de nombreux autres sujets : On y parle du train des orphelins (voir plus de précisions avec une autre bd présentée ici), d’homosexualité, de prohibition… Très chouette !

Ξ Ξ Ξ

Allez donc feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

Voir ici d’autres avis plus enthousiastes que le mien : Ceux de Un amour de bd et de Noukette

Et pour ceux qui voudraient voir le film (N&B et muet – 1929) c’est par ici : Le résumé sur Wikipédia et la vidéo ci-dessous

 

Cette semaine, c’est chez Stephie La bd de la semaine

 

La bd de la semaineEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cherub 17 – le dernier tome de la série ! #concours

cherub 17Cherub 17 – Roman d’aventures pour adolescents

Cherub
17 – Commando Adams

Robert Muchamore

Casterman, 02/11/2016
2203085894, 16€

Au cours d’une banale mission de recrutement, deux agents de CHERUB mettent à jour un complot criminel mené depuis le Moyen-Orient par un redoutable groupe terroriste. Le gouvernement britannique souhaite intervenir secrètement. Les autorités chargent donc James Adams de former un commando de choc. L’occasion pour lui de réunir ses anciens camarades de CHERUB pour une ultime mission à haut risque en territoire ennemi…

Ce tome clôture la série CHERUB, et ne rentre finalement pas vraiment dans la « saison 2 » de la série (qui commence avec le tome 13). J’ai en effet plus retrouvé le rythme des premiers tomes qui m’avait manqué dans les derniers tomes. On revoit des personnages des premiers tomes qui vont s’entraîner et travailler avec les agents actuels et ce mélange des personnages anciens et nouveaux est vraiment intéressant et amène une nouvelle dimension ainsi que de nouvelles interactions.

Après avoir abordé rapidement et sans rapport avec la suite le sujet de la pédophilie, l’histoire commence par une simple mission de recrutement. Rapidement elle évolue vers une opération de beaucoup plus grande ampleur mais également plus dangereuse. James Adams forme alors un commando d’anciens de CHERUB pour aller affronter un groupe terroriste sur son propre territoire.

L’intrigue est intéressante et d’actualité, mais je trouve que les rebondissements et évolutions de la mission sont un peu trop prévisibles. Le  suspense n’est pas aussi présent que dans les premiers tomes, mais c’est sûrement dû au fait qu’on commence à connaître Robert Muchamore et sa façon de faire évoluer ses personnages.

Même si la mission en elle même m’a plu, j’ai trouvé que la partie sur le commando était trop courte par rapport au reste de l’histoire. C’est la partie la plus stressante du tome, qui amène aussi le plus de suspense, mais elle ne s’étale que sur 5 chapitres. Je pense qu’elle aurait mérité un peu plus de détails, de rebondissements, et une fin peut être différente. On a en effet droit à une fin assez classique pour un CHERUB. Mais comme il s’agit du dernier tome, je pense qu’une fin qui marque plus, qui tranche vraiment avec les tomes précédents aurait présenté plus d’intérêts.

Pour finir, j’ai été vraiment déçue par l’épilogue. N’accorder que quelques pages aux devenir de tous ces agents que l’on a suivi à travers les 17 tomes de la série est un peu triste. Même si l’on sait ce devient chacun, j’aurai aimé au moins un ou deux chapitres qui se seraient passés quelques années après la fin de cette mission. 

Pour conclure, j’ai retrouvé dans ce tome l’esprit des premiers tomes et je le recommande à tous ceux qui ont aimés les premiers CHERUB (même sans forcément les lire à partir du 13). Je suis déçue que CHERUB soit terminé mais Robert Muchamore nous a fait voyager pendant ces 17 tomes et j’ai vraiment bien aimé qu’ils ramènent des personnages des premiers tomes dont on avait plus forcément de nouvelles depuis quelques tomes. 

Avis de Lilou

***

+ Robert Muchamore sera présent au salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, le samedi 4 décembre après-midi ! Rendez vous sur Cherub Campus pour tous les détails !
+ Lire un extrait
+ Découvrez d’autres tomes de Cherub sur Délivrer des Livres : Tome 12,   Tome 13

+ Si vous avez aimé Cherub, vous aimerez sûrement : Rush, Amnesia, Bodyguard, Alex Rider

***

En partenariat avec Casterman nous vous proposons de gagner des goodies Cherub !

A gagner :
Lot 1  :
1 mug Cherub + 1 dog tag
Lot 2 à 6
1 Mug cherub
Lot 7 à 15
1 Dog tag  – médaille type militaire, gravée Cherub

cherub

calendrier aventPour participer il vous suffit de répondre aux deux questions suivantes en commentaire :

> Qu’aimez vous dans Cherub ou pourquoi avez-vous envie de découvrir cette série ?
> Comment s’appelle le tome 13 de la série ? Indice

Chances Supplémentaires :
+1 en relayant ce concours
+1 si vous êtes inscrits à la newsletter

Bonne chance à tous !

Concours ouvert du 16 novembre au 5 décembre 2016. France, Belgique, Suisse. Règlement.

Voir tous les concours du Calendrier de l’avent :
Harry Potter 8

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Silence, une magnifique bd par Comès

Silence – Intégrale

* * * *

silenceSilence de Comès (1942-2013) chez Casterman (2005)

L’histoire : Silence est un ouvrier agricole muet. Il est gentil et légèrement demeuré. Gentil au point de ne pas voir à quel point son patron l’utilise, l’exploite même et se moque de lui… Il aime les animaux, la nature et rêve de voir la mer. Il n’a pas de souvenirs, ne sait pas qui il est ni d’où il vient. Au fil des pages on apprend qui est Silence, ce qu’il fait là et pourquoi il n’a reçu aucune éducation.

Silence

Cette bd a été initialement publiée dans la revue mensuelle « A Suivre » en 1979. Cette intégrale est parue en 2005 chez Casterman.

En lisant cette bd, j’ai d’abord pensé à la bd « Tout seul » de Chabouté (Vents d’Ouest – 2008) : pour le dessin en noir et blanc et la solitude de Silence, pour l’émotion aussi qui se dégage de ces pages. Puis j’ai pensé à une bd encore plus vieille. « La Tchalette » de Jean-claude Servais (Le Lombard – 2003) pour le côté fantastique, la sorcière et le rapport à la nature.

Une bd conseillée par un lecteur, que je remercie pour cette belle découverte ! N’hésitez pas, ne vous laissez pas freiner par le noir & blanc ou par les premières paroles de Silence (écriture presque phonétique), c’est une histoire magnifique !

Une bd pas toute jeune, très émouvante, qui n’a pas vieilli et qui m’a beaucoup touchée !

Mon conjoint, pas un très gros lecteur de bd et plutôt amateur des classiques lu dans sa jeunesse (Tintin, Astérix et Lucky Luke), après avoir grimacé devant les premières cases « phonétiques », s’est laissé emporté par l’histoire, qu’il a, finalement, beaucoup aimé également !

* * * *

Une bd pour « la bd de la semaine » qui participe également, grâce à sa belle sorcière, au Challenge Halloween chez Lou & Hilde (Pour le programme complet, c’est sur leurs blogs !)

Cette semaine, c’est chez (personne, je me suis trompée dans les dates !!) ;) La bd de la semaineHalloween

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Féroce, un album de J-F Chabas et D. Sala

FéroceFéroce

Jean-François Chabas & David Sala (ill.)

Casterman (2012)

¨¨¨¨¨¨¨¨

Féroce, c’est Fenris : Fenris était un petit louveteau comme les autres. Vraiment ? En fait, il n’était pas plus méchant que les autres, mais il avait l’air… féroce ! Et il faisait peur à tout le monde, y compris à sa mère. En grandissant, ce fut pire : il devint un loup immense, et son pelage rougeâtre, sa gueule encombrée d’énormes crocs et ses yeux à la lueur écarlate, faisaient fuir tout le monde. Résultat, Fenris, qui au départ n’était pas plus méchant que les autres, se retrouva seul et devint véritablement cruel. Une bien triste histoire, qui heureusement ne s’arrête pas là, mais je vous laisse le plaisir de la découverte !

¨¨¨¨¨¨¨¨feroce2

Une histoire, un conte, qui m’a beaucoup plu ! Combien de gens dans ce cas, rejetés, mal-aimés à cause de leur apparence et qui, du coup, malheureux, deviennent comme Fenris, des loups solitaires ? L’histoire est très belle, mais, comme souvent avec les albums (et les bd !) ce qui m’a tout d’abord attirée, ce sont les magnifiques illustrations de David Sala ! Comme dans l’album -des mêmes auteurs- que je vous ai présenté il y a quelques temps, Le bonheur prisonnier, les illustrations sont emplies de détails, de fleurs, de circonvolutions colorées…

Un album moins grand que « le bonheur prisonnier », mais ici c’est un format à l’italienne, et en plus on leur pardonne parce qu’une page sur deux se déplie horizontalement ou verticalement, pour faire de très grandes illustrations !

Bref, c’est encore un superbe album que nous proposent ces deux auteurs et je vais vite regarder ce qu’ils ont fait d’autres, ensemble ou séparément…

Féroce Je viens de lire une critique qui faisait un parallèle entre les illustrations de David Sala et les peintures de Gustave Klimt. Et effectivement, en y regardant de plus près, on se dit que David Sala doit beaucoup aimer Gustave Klimt.

¨¨¨¨¨¨¨¨

De J.F. Chabas nous vous avons également présenté : Les lionnes, Sortilège et Récits extraordinaires.

Le site de Jean-François Chabas

Sur le site de l’illustrateur David Sala vous pourrez voir d’autres illustrations de cet album splendide !

logoalbums2016.jpg

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer