RDL#5 35 kilos d’espoir et Les enfants du dieu-soleil

Ronde des Livres #5  Ces livres dont je n’ai pas parlés

 

35 kilos d’espoir d’Anna Gavalda

Ce roman est l’histoire simple d’un jeune adolescent qui n’aime pas l’école. Qui n’a jamais aimé l’école. La seule chose qu’il aime c’est créer de ses mains. Redoublement, mauvais bulletins et puis finalement renvoi… Pour lui l’école est vraiment un cauchemard et c’est la guerre à la maison.  Ses seuls instants de bonheur sont auprès de son grand père, mais même lui fini par lui faire la leçon…

Un très beau livre sur le mal être scolaire, l’enfance, la famille et ses conflits et sur les relations grands-parents enfants, dans ce qu’elles ont de merveilleux… et de douloureux!

Un roman qui se lit très vite et qui aborde de nombreux thèmes très intéressants sans jamais être pesant ou didactique!

Bayard jeunesse, 2002 – 9782747006606, 9€50 – 111 pages

Les enfants du dieu-soleil d’Odile Weulersse

La mythologie égyptienne revisitée ou surtout ré expliquée grâce à une forme romanesque. Rê crée deux divinités, qui à leur tour donnent vie à une nombreuse descendance. Mais le dieu-Soleil découvre que ses enfants sont puissants et jaloux et  lui causent bien des soucis…. Histoire d’amour surtout, mais querelles et ruses aussi…

Adolescente j’aimais beaucoup découvrir l’histoire avec Odile Weulersse, je comprends aujourd’hui pourquoi : tout semble à la fois réel et moderne mais tout est au plus proche des connaissances que l’on a sur ces légendes. Un roman très documenté, peut être un peu trop documentaire parfois, mais vraiment précis qui permet de mieux comprendre les relations qui unissaient et désunissaient les dieux égyptiens.

Casterman, mai 2011 – 9782203040816, 8€ – 180 pages

——————————-

Cette ronde des livres dont nous n’avons pas eu le temps ou l’occasion de  parler sur nos blogs est un rendez-vous mensuel spécial Sophie, avec :
 * Missbouquinaix : L’agence Barnett et Cie, La duchesse de Bloomsbury Street et Le combat d’hiver de JC Mourlevat
* Somaja : Lune captive dans un oeil mort et la théorie du panda

Prochain rendez-vous le 3 mai!

Cherub 13 Le clan Aramov de Robert Muchamore

Cherub Mission 13

Le clan Aramov

de Robert Muchamore

Roman d’aventure pour adolescent

Casterman, janvier 2012
978-2-203-04370-1, 15€

Après huit longs mois d’attente, Ryan se voit enfin confier sa première mission Cherub.

Sa cible : Ethan, un jeune Californien privilégié passionné par l’informatique et le jeu d’échecs. le profil type du souffre-douleur idéal… sauf que sa grand-mère dirige le plus puissant syndicat du crime du Kirghizstan. Si Ryan espérait profiter de cette opération pour bronzer sous le soleil californien, il déchantera bien vite.

En réalité ce n’est pas mon avis que je vous propose aujourd’hui, mais comme pour le tome 12 celui de ma soeur, P. presque 19 ans, et fan de Cherub :

Encore un bon roman de Robert Muchamore mais qui nous tiens moins en haleine que les précédents.

L’arrivée de nouveaux personnages ne dérange pas autant que prévu [Note de la grande soeur : Elle m’avait même dit qu’elle arrêterait après le 12!]. On aimerait pourtant revoir James et Lauren un peu plus, après les avoir suivi aussi longtemps. Les nouveaux personnages se révèlent attachants et le livre se dévore d’une traite comme les précédents !

L’histoire est sympa et intéressante, toujours la recette Muchamore, qui fonctionne bien [NdlGS : Elle fonctionne même très bien sûr mes élèves de 5ème en ce moment, qui se sont lancés dans la série il y a peu!]. Un petit reproche quand même car l’histoire se déroule vraiment de façon linéaire dans ce tome, sans aucune surprise… même la fin ne surprend pas, on avait l’habitude d’avoir un peu plus de suspense !

 + Info : En avril prochain sortira la BD du premier tome des aventures de Cherub 100 jours en enfer.

Avec  John Aggs aux illustrations et Ian Edginton pour reprendre le scénario avec Robert Muchamore, l’ensemble devrait être convaiquant… On attend de voir!

Rappel de la présentation du tome 1 :

James, placé dans un orphelinat sordide à la mort de sa mère, ne tarde pas à tomber dans la délinquance.
Il est alors recruté par Cherub et va suivre un éprouvant programme d’entraînement avant de se voir confier sa première mission d’agent secret. Sera-t-il capable de résister 100 jours? 100 jours en enfer…

CHERUB, un département ultrasecret du MI5 composé d’agents âgés de dix à dix-sept ans. Des professionnels rompus à toutes les techniques d’infiltration et de renseignement mais des enfants donc… des espions insoupçonnables !

 Pour raison d’État, ces agents n’existent pas.

A paraître en France le 4 avril 2012, Casterman – 9782203048386, 13,00 € – 176 pages

+ Le tome 14 de Cherub Guardian Angel est prévu pour le mois d’août… en anglais!

+ Le site de la série

LC Sida – Le sida dans la littérature jeunesse (bibliographie) – RDL Ces livres dont je n’ai pas parlé

Avec Liyah nous aimons bien collé à l’actualité, ainsi aujourd’hui il nous a paru normal de parler ensemble, dans le cadre de nos lectures croisées, du Sida.

Le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le sida. Je ne vais pas entrer dans les détails de cette maladie, vous trouverez des informations et des spécialistes sur le site de Sida Info Service, mais j’ai eu envie de faire un point sur le SIDA dans la littérature jeunesse.

Deux raisons à cela, tout d’abord le très bel album lu en septembre Petit Monsieur car je n’avais pas souvenir d’avoir déjà lu un album sur ce thème. Deuxième raison l’ignorance terrifiante de mes élèves. Bon il s’agit d’élèves de 6ème, mais j’ai été extrêmement surprise de voir qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’était le SIDA (pour la plupart). Tous pourtant ont bien repéré le petit ruban rouge qui apparait le 1er décembre sur la plupart des chaines de télé, mais c’est tout. Certains pensaient d’ailleurs que cette maladie n’existait pas en France. D’autres que cela ne pouvait toucher que les homosexuels… Bref beaucoup d’idées reçues, aucune connaissance. Ils sont un peu jeune pour entrer dans les détails de la partie plus sexuelle, je l’ai donc évoqué, les orientant vers l’infirmière pour plus de détail, mais je leur ai présenté et lu un livre : Lettres à qui vous savez. Une très belle façon d’aborder le Sida avec des jeunes.

Lettres à qui vous savez

d’Hervé Debry

Casterman, 1999

Ce roman ne se présente pas comme parlant du Sida, et en effet nous ne le savons pas pendant la première partie du livre. Malheureusement impossible de vous le cacher c’est ce qui fait le livre, et ce qui fait aussi qu’il faut le lire, le conseiller…

Jérémy, le jeune héros, est à l’école primaire. Suite à une dispute il a peur de ne pas avoir de cadeau pour noël, et commence donc à écrire des lettres… au père noël. Oui je sais, vous souriez, mes élèves aussi, pourtant ce point de vue épistolaire qui se rapproche fortement du journal intime est très intéressant.

Jérémy donc nous raconte sa vie en classe, à la maison, avec ses amis, Gaétan son chat… Une vie quotidienne d’enfant de son âge. Sauf que voilà, sa vie n’est pas si classique… régulièrement il doit se rendre à l’hôpital apprend t-on. Et quand il a pris un peu froid, il reste à la maison par précaution. Son père ne veut pas qu’il se batte avec d’autres élèves… et Antoine son meilleur ami semble bien prévenant.

Au cours d’une bagarre, au milieu du livre, nous apprenons en fait que Jérémy est séropositif. Un accident de vélo, une transfusion sanguine, et voilà… Vivre avec cette maladie n’est pas facile, mais quand en plus toute l’école est au courant, cela devient un cauchemar. Les parents des autres élèves veulent qu’il quitte l’école, plus personne ne veut lui parler, il est interdit de piscine…

Pas de point de vue extérieur, juste l’histoire de Jérémy, qu’il raconte lui même. C’est très simple dans l’écriture, presque trop recherché dans le côté enfantin même, mais c’est touchant, et cela sonne juste. Les élèves ont apprécié, cela leur permet de se poser de nombreuses questions, et comme ça au moins ils savent maintenant que ce n’est pas juste un ruban rouge, et que ce n’est pas tabou. Et en plus, ça donne envie de croire à la magie de noël en cette période de fin d’année !

Un livre de 74 pages, vite lu, accessible dès 10 ans.

Je profite aussi qu’on soit jeudi pour vous parler d’un livre que j’ai lu il y a longtemps mais dont je n’ai pas parlé ici, dans le cadre de mes Rondes des Livres dont je n’ai pas parlé, avec Somaja.

La vie à reculons

de Gudule

Thomas, comme Jérémy dans Lettres à qui vous savez, est séropositif suite à une transfusion sanguine. Comme lui il va en cours sans que ses camarades de classe ne soit au courant… Mais Thomas a 15 ans, il ne se laisse pas faire.
Un roman très touchant sur le secret et l’acceptation des autres mais aussi donc sur le Sida.
J’ai beaucoup aimé les personnages de ce roman, et j’en garde un souvenir attendri, mais impossible de me souvenir de la fin de l’histoire, il a fallu que j’ouvre le livre pour la re-parcourir… Ce livre permet aussi d’aborder l’homophobie, souvent lié, dans les esprits, au virus du sida. Un roman singulier qui sait ne pas s’appesantir trop sur cette maladie pour laisser toute la place à l’humain, et aux rapports sociaux.

Somaja vous présente cette semaine : Garde à vie – Abdel Hafed Benotman et Je mourrai pas gibier – Guillaume Guéraud 2 romans coup de poing et coup de coeur!

Je n’ai pas trouvé lors de mes recherches tant de livre que cela autour du Sida en littérature jeunesse, voici donc une mini bibliographie non exhaustive.

Bibliographie Le sida dans la littérature jeunesse

Albums :
Petit Monsieur de M. Piquemal et E. Battut (sans âge)
L’histoire de Petit Monsieur, qui cherche un remède contre la maladie de l’amour (le SIDA n’est jamais cité)

Brenda a un petit dragon dans son sang de Vink H. (dès 7 ans?)

Brenda est une petite fille ordinaire. Une chose cependant n’est pas si ordinaire que cela : un dragon vit dans son sang. Ce dragon s’appelle VIH et il faut le maintenir endormi. Voici l’histoire vraie de Brenda, racontée par sa mère adoptive.

Romans 6 – 9 ans
je n’ai pas trouvé grand chose, si vous avez des pistes ?

Va-t-en vilain chien de David Donald
l’histoire d’Aude, une enfant qui a le Sida, et d’un chien dont personne ne veut.

Romans 9 – 12 ans
Lettres à qui vous savez d’Hervé Debry
L’histoire de Jérémy, 10 ans, séropositif. Comment se faire accepter dans sa classe malgré la peur de sa maladie.
(avis juste au dessus)
Deborah Ellis - Binti, une enfance dans la tourmente Africaine
Tu es tellement ma soeur de Clotide Bernos [indisponible]
Une histoire racontée par Tom, dont la grande soeur Miette a le Sida.

Binti une enfance africaine de Déborah Ellis
12 ans et plus peut être ?
Binti voit sa vie basculé quand son père meurt du Sida. Elle nous plonge dans un monde africain de grande misère où le sida est partout…Clotilde Bernos - Oh là là Lola

Tout contre Léo de Christophe Honoré
P’tit Marcel découvre que son frère ainé a le Sida, sauf qu’il n’est pas censé être au courant…

Oh là là Lola de Clotide Bernos
L’histoire de Lola, une jeune fille qui a le Sida, et Sam son meilleur ami qui l’ignore. Secret, rejet de l’école, hopital…

L’instit : aimer par coeur de Gudule

Romans adosGudule - La vie à reculons

La vie à reculons de Gudule
Présenté aujourd’hui par Liyah + Avis au dessus

Un goût d’amande amère de Manos Kondoleon
L’histoire de Phèdre et Ulysse, deux jeunes amoureux, dont la vie est bouleversé quand Ulysse apprend que son ancienne petite amie a le Sida.

Le cerf-volant brisé de Paula Fox
La vie de Liam est bouleversée lorsque ses parents se séparent parce que son père a le sida.

Mais il part d’Anne Sophie Vermot
Saul sauve Lola, une petite chienne. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Kyle, malade du Sida.Comme la lune / Meynard D., ed. Ecole des loisirs

Comme la lune de Daniel Meynard
Le jour où il vient rencontrer sa classe, Mirabelle est la seule à ne pas lui poser de question.
Parce que, les écrivains, elle n’a rien à leur dire. Leur vie, elle n’en a rien à faire. D’ailleurs, elle est creuse, la vie des écrivains. Vivre ou écrire, il faut choisir.

Le Secret de Chanda d’Allan Stratton
Conseillé par Fantasia

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans  de Barbara Samson
Conseillé par Mélo

BD

Tendre Banlieue : Le prof de Tito

Jo de Derib
voir cet article qui présente bien la BD

Documentaires récents (je ne trouve que des choses des années 90…)
ViH – SIDA : La vie en danger de Aggée Célestin Lomo Myazhiom – Syros, Collection J’accuse

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Pénélope Green 1 de Béatrice Bottet

Pénélope Green
Tome 1 La chanson des enfants perdues

de Béatrice Bottet

Roman policier pour adolescent

Casterman, septembre 2011
331 pages
9782203035430, 15€

Thèmes : Orphelin, Enquête, Journaliste, Londres, 19ème, vengeance

Présentation de l’éditeur :

Nom : Green ; prénom : Penelope ; situation familiale : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green ; ambition (scandaleuse) : devenir journaliste ; signes particuliers : une envie d’étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l’aventure et le danger.
Penelope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier Foxglove Court. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres ?

Mon avis :

Une nouvelle héroïne pour Béatrice Bottet, mais toujours aussi forte. Si tous les romans que j’ai lu de l’auteur ont pour point commun l’histoire, quelque soit la période, la femme est aussi un thème récurrent. Une jeune fille volontaire qui ne laisse pas les hommes décider pour elle.

L’héroïne de cette nouvelle série, Pénélope Green, s’inscrit donc tout à fait dans cette veine. Orpheline, elle décide de ne pas se marier afin de poursuivre l’enquête de son père et devenir ainsi journaliste. Mais pour une jeune fille dans le Londres du 19ème siècle, ce n’est pas si simple! C’est là que le personnage secondaire fait son apparition… Un marin français revenu d’Amérique, qui n’est pas sans rappeler Martial Belleroche (voir Rose Aimée tome 1 et 2). Là s’arrête les comparaisons, puisque c’est cette fois à des enquêtes que nous avons à faire.

Penny enquête sur un meurtre de l’East End. Les bas quartiers londonien. Avec elle c’est une partie de la vie du Londres de cette époque que nous découvrons, et plus particulièrement de ces bas fonds. Des chanteurs de rue, un accordéoniste en fauteuil roulant, un bijou mystérieux… L’histoire est bien menée, pleine de surprises même si l’on en découvre quelques unes avant l’héroïne… Les personnages sont attachants, ils semblent vivre sous nos yeux au fil des pages.

Penny n’est pas sans rappeler Enola Holmes et je plonge toujours avec beaucoup de plaisir dans les enquêtes londonienne de l’époque.

Il faut s’attendre à retrouver Penny dans d’autres aventures, comme nous l’annonce la fin du livre…. pour ma part je la suivrai jusqu’au bout du monde, où au moins l’Amérique!

Chaque roman de cette série pourra se lire indépendamment des autres, mais je vous conseille vivement de découvrir Pénélope Green dans ce tome!

+ Challenge Littérature ado de Mélo, Audrey et Hélène

+  L’avis de Pauline