Entre ici et ailleurs – Bd ado/adulte

entreEntre ici et ailleurs

Vanyda
Dargaud (2016)

^^^^^

Après 7 ans de vie commune, Coralie vient de se faire larguer. Il y a 3 semaines, elle a emménagé dans un nouveau logement, mais ce n’est pas toujours facile… Elle n’est pas très organisée, un peu tête en l’air (du genre qui arrose sa plante verte avec l’eau bouillante qui reste dans la bouilloire…) A 28 ans, c’est la première fois qu’elle vit seule et elle a un peu de mal à se faire à sa nouvelle vie, à trouver ses marques.

Par défi, elle décide de s’inscrire à la Capoeira*. Elle va y rencontrer de nouvelles personnes, se faire des amis, sortir de son isolement. Ces rencontres vont également l’aider à se trouver et à résoudre certains questionnements posés par sa double culture : elle est française par sa mère, laotienne par son père.

^^^^^entre

Une bd qui parle de la vie quotidienne d’une jeune femme qui se cherche. De ses problèmes par rapport au fait d’être métisse, du racisme aussi. Une bd qui m’a bien plu même si je ne sais pas trop quoi en dire ! On voit Coralie évoluer, sa vie changer, son quotidien s’améliorer. Coralie a une naïveté très touchante, c’est un peu une femme-enfant.

Le dessin, en noir et blanc, m’a bien plu même si parfois les expressions sont un peu exagérées ou les traits pas trop développés comme dans un manga.

^^^^^

* Art martial afro-brésilien qui puise ses racines dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. Merci Wiki !

Le blog de l’auteure

Sur le site de l’éditeur, Dargaud, vous pouvez lire les 60 premières pages.

Une interview de Vanyda par ici :

parenthèse

Cette semaine, nous sommes chez Mo’

Loup – Bd Ado/Adulte

LoupLoup

Renaud dillies

Dargaud (2017)

*****

Loup, c’est l’histoire d’un personnage qui sort d’un bois un soir. Il est nu, frigorifié et surtout, il est totalement amnésique… Il a oublié jusqu’à son nom. Au cours d’une promenade à pied, il entend une musique qui semble l’appeler. A cause d’une méprise, il se retrouve sur scène…

*****

Je préfère être honnête : j’avais adoré le poussin Abélard, mais Loup m’a laissée assez indifférente…

Au point que je ne sais pas trop quoi en dire ! Les illustrations et les couleurs sont très agréables, même si la mise en page est assez « classique » (6 cases de même taille par page, avec seulement 5 ou 6 pleines pages). En fait, j’ai plutôt bien aimé les illustrations et les couleurs.

Côté scénario par contre, je trouve que c’est un peu juste, qu’il manque quelque chose, mais quoi ? Le rythme de l’histoire est assez lent et la fin… C’est peut-être ce qui m’a déplu finalement. Cette fin rapide (en 4 pages on sait tout) et un peu bizarre… La poésie et la naïveté qui étaient présentes dans Abélard ne sont ici qu’effleurées. Bref, je suis restée sur ma faim. Dommage…

Mais cela ne m’empêchera pas d’aller lire les autres bd de cet auteur !

Noukette a été charmée, Mo’, tout comme moi, n’a pas apprécié la fin.

Feuilleter la bd sur le site de l’éditeur

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Blacksad – Bd Ado/Adulte

Blacksad  Blacksad

^ ^ ^ ^ ^

BLACKSAD

Canales Juan Diaz & Juanjo Guarnido (dessin)

Dargaud

^ ^ ^ ^ ^

Série en cours : le tome 6 n’est pas encore annoncé… :(

Tome 1 : Quelque part entre les ombres (2000) ♥ ♥ ♥

La journée commence mal pour Blacksad, qui se retrouve face au cadavre d’un grand amour passé. Une actrice, qui fut d’abord une cliente avant de devenir une amante. Une époque heureuse. Le commissaire Smirnov lui a expressément recommandé de ne pas se mêler de cette affaire…  Mais Blacksad veut savoir. Qui a fait ça ? Et pourquoi ?

En lisant ce tome, j’ai eu l’impression de regarder un film noir des années 40/50 (avec Bogart si possible !). Le héros est sombre, l’ambiance aussi. Un tome avec beaucoup d’action, filmé dessiné de façon dynamique avec des découpes de cases originales. Page 38 par exemple, on a une vue sur le salon de Blacksad depuis le plafond (pleine page). Voir aussi la vignette ci-dessous. Une histoire relativement simple, un détective mène l’enquête, mais avec une ambiance et des couleurs tout à fait spéciales !

J’ai adoré ce 1er tome ! Pourtant ce n’était pas gagné, l’anthropomorphisme, ce n’est pas vraiment mon truc (quoi que j’ai plusieurs contre-exemples en tête, tels que la magnifique série bd « De cape et de crocs » ou encore, lu plus récemment, « Saga »  ou « Abélard » que j’ai adorés également !)

Tome 2 : Arctic-Nation (2003) ♥ ♥ ♥

Blacksad est embauché par une institutrice, inquiète de la disparition d’une de ses petites élèves. Dans ce quartier, il y a beaucoup de tension et de nombreux crimes racistes sont perpétrés. Un groupe de « blancs » mélange de nazis et de Ku Klux Klan fait régner l’ordre et la loi à sa façon…

Là encore, l’ambiance « film noir » est très présente. Un tome très sombre, qui se terminera par un éclat de rire, grâce à un nouveau personnage, qui va devenir l’ami de Blacksad et dont on fait la connaissance en début d’histoire. Pour écouter la chanson qu’on entend à la radio vers la fin de l’histoire, et qui illustre bien cet épisode, c’est ici.

Tome 3 : Âme rouge (2005) ♥ ♥

Échoué à Las Vegas pour tenir une promesse (voir tome précédent), Blacksad a trouvé un travail de garde du corps qui ne lui apporte guère de satisfactions. Une rencontre inattendue avec un vieil ami va changer ça.

Un tome sur fond de Maccarthysme et de guerre froide, que j’ai trouvé un peu plus « fouillis » que les précédents, beaucoup de personnages et d’histoires qui se croisent et un fond politique qui m’a moins plu que celui du tome précédent. La chanson qu’écoute les deux tourtereaux pages 40 et 41, c’est « That old black magic » (ici la version de Carmen McRae, mais il en existe beaucoup d’autres !)

Tome 4 : L’Enfer, le silence (2010) ♥ ♥

La Nouvelle Orléans, son blues, ses musiciens, ses soirées chaudes et ses croyances vaudou… Embauché pour retrouver un musicien mystérieusement disparu, Blacksad va mettre ses pattes dans une vieille et sombre histoire…

Un tome un peu différent qui m’a bien plu aussi, l’atmosphère est un peu moins sombre, les couleurs sont plus gaies et plus lumineuses (Nouvelle Orléans oblige !) et les fans de blues aimeront comme moi l’ambiance musicale…

Tome 5 : Amarillo (2013) ♥ ♥

Réclamé par la rédaction de son journal, Weekly doit quitter la Nouvelle Orléans. Blacksad est un peu démoralisé mais ne veut pas rentrer en avion. Il a envie de trouver un boulot pépère, où les balles ne voleront pas autour de lui. On lui confie une voiture à rapatrier, un boulot peinard, croit-il…

Un road movie sympathique et plein de surprises… On fait notamment connaissance avec une partie de la famille de Blacksad ! Un tome bien coloré aussi, moins « film noir » que les tomes du début, mais j’aime aussi !

^ ^ ^ ^ ^

Blacksad a été récompensé à une quinzaine de reprises : je vous laisse aller voir la page wikipédia qui en parle (en fin de page).

Ne faites pas l’impasse sur les pages de gardes, à partir du tome 2 notamment, ça apporte des petits plus à l’histoire !!

J’ai emprunté « Blacksad » à la bibliothèque, mais cela fait partie des séries que j’achèterai, pour pouvoir la relire, la prêter…

^ ^ ^ ^ ^

Une lecture commune avec Blandine (Vivrelivre)

Site de l’éditeur Dargaud

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Atar Gull Ou le destin d’un esclave modèle

AtarATAR GULL

Ou le destin d’un esclave modèle

Fabien Nury & Brüno

Dargaud (2011)

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

Atar-Gull est d’abord un roman d’Eugène Sue paru en 1831. Il s’agit d’un roman maritime qui met en scène des négriers ainsi qu’un esclave vengeur du nom d’Atar-Gull. (Merci Wiki) Vous pourrez le lire ici.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

1830, Afrique noire. Atar Gull, un esclave, est chargé avec d’autres sur le bateau du capitaine Benoît pour être vendu aux Antilles. Son prix est élevé : c’est le fils d’un chef et il a un corps d’athlète… Son histoire nous entraînera des soutes d’un négrier jusqu’à la Jamaïque, des marchés aux esclaves au cœur des plantations.

Le livre I nous conte la traversée, avec le manque d’hygiène, d’eau, d’air, de nourriture, les esclaves enchaînés à fond de cale… Les « pertes » sont énormes. Le livre II nous parle de la dure vie à la plantation, une fois les esclaves vendus. Et l’épilogue nous conduira à Nantes.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

Une bd que m’avait fortement conseillé une ancienne collègue (coucou Béa !) et que je n’avais toujours pas lue. Même si je trouvais la couverture très forte, le dessin ne m’attirait pas plus que ça… Mais comme d’ab, j’aurai dû l’écouter !! Une histoire très forte, sur l’esclavage bien sûr, mais également sur la vengeance. Les personnages d’Atar Gull et Brulart sont très forts.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

Feuilleter les premières pages

Le site de Brüno, l’illustrateur

Une petite bio du scénariste, Fabien Nury

Sur l’esclavage nous vous avons aussi présenté un magnifique album « Coton blues » ainsi qu’un documentaire « Esclaves et négriers« .

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer