Le secret de la dame de Jade

Roman pour adolescents

Le secret de la dame de Jade

de Christel Mouchard

Flammarion

Au début du 20ème siècle,  Nina, jeune fille française de 15 ans, part rejoindre son père en Indochine (il faut replacer dans le contexte historique de la colonisation française). Sur le bateau qui la conduit vers cette terre inconnue (elle ne sait même pas où se situe l’Indochine) elle partage sa cabine avec Miss Melie, jeune professeur d’anglais. Son père est photographe, et cotoie les plus grands personnages de l’histoire d’Indochine. Alors qu’elle arrive a Saigon, Elle recoit un telegramme d’un ami de son père. Celui ci est disparu, elle doit donc retourner en France. Commence alors une aventure assez irréelle pour nous, car dans une époque et un pays bien différent du notre. Nina s’habille en jeune femme, et se fait passer pour telle. Elle mettra tout en oeuvre pour rester en Indochine, et résoudre le mystère qui plane autour de la disparition de son père. Entre professeur malodorant, beau jeune homme, fille de domestique et reine, les personnages les plus diverses naviguent dans ce roman autour de la jeune Nina. Roman initiatique, d’aventure, policier et découverte de fragment de l’histoire d’Indochine, ce livre est un plaisir à lire.

Extraits :
« Derrière le bouquet d’arbre, il y avait une maison, en effet. Rien à voir avec la demeure familiale des Teng. Pas d’or, pas de rouge, pas de tuiles vernissées, pas de galeries ni d’annexes…  C’était une petite maison sans étage, crépie de blanc, entourée d’une étroite véranda aux piliers de bois bruts. Nina avait elle mal lu les lettres que son père lui envoyait?
Elle s’était imaginé un domaine, une plantation, des entrepôts, des esclaves, et elle trouvait une maisonnette coincée au fond du parc d’un riche Annamite. »
« Enfin un regard retint son attention. Placé plus bas que les autres, il était à peine visible – deux minuscules étincelles dans un petit visage pâle surmonté d’un diademe, une marionnette vêtue d’or et perdue sur un trône assez large pour en contenir trois comme elle. « 

Une écriture simple et juste, qui va directement au but, des personnages aux traits de caractères très « définis », des dialogues… tout ce qu’il faut pour que les adolescents s’y reconnaissent, et apprécient. Du moins à mon avis, puisque je ne l’ai pas encore proposé à mes élèves.

Moche

Roman pour adolescents

Moche

de Rachel Hausfater-Douïeb

Flammarion, Collection Tribal

C’est l’histoire de Mirabelle, adolescente calme et sérieuse, qui a un énorme problème : elle est moche… Ce roman très court (80 pages) s’étale sur un peu plus de 2 ans. Elle commence par l’adoption d’un chat, moche lui aussi, et une rédaction de français; et se termine par la re-rédaction du devoir de français, et la rencontre d’un garçon. Entre temps Miralaide comme on la surnomme va devenir Mirabelle…

Sans céder à la facilité (pas de traitement miracle ni de magie dans les changements qui interviennent) Rachel Hausfater nous présente ici un thème ultra classique, celui de l’adolescente mal dans sa peau. L’écriture est légère, aérienne presque, les réflexions de l’adolescente ne sont, au final, jamais ni noires ni suicidaires, ce sont juste ces petits tracas de tous les jours : boutons, poids, appareil dentaire, lunettes… Les problèmes sont traités les uns après les autres, sans précipitation, avec l’aide de son entourage, parents, soeur et amie.

Extraits :
« Quand je me regarde dans la galce (rarement) j’ai envie de pleurer. Car j’ai ce qu’on appelle un physique ingrat. Ingrat et… très gras. Je suis grosse et essaie de noyer mes formes sous des habits diformes »

« Maintenant Mirabelle voit. Elle voit bien. Elle voit tout. Tous ses boutons. Et elle a envoe de fermer les yeux. »

« Des boutons, on peut les faire disparaitre. Mais un nez? Impossible! Et surtout pas le nez de Mirabelle… Tant qu’il vivotait dans l’ombre de ses lunettes, il paraissait minimisé […] Il trône maintenant fièrement au beau milieu de son visage, arrogant,  ominateur, omniprésent, et on ne voit plus que lui. Il est trop grand, il est bossu, elle est foutue! »

J’ai pour ma part trouvé l’histoire un petit peu trop simple et classique, mais je pense que c’est là que se trouve toute la force de ce livre, qui ne se sent pas obligé de baratiner sur des sentiments adolescents que n’ont quand même pas la majorité des adolescents (bien qu’on puisse parfois se le demander à la lecture de beaucoup de romans ado).

En tout cas ce livre a séduit les élèves de 6ème (filles) à qui j’en ai fait la lecture. Je l’avais choisi exprès parce que l’une d’elles vient juste d’avoir un appareil dentaire et ne l’aime pas beaucoup… J’ai fait mouche, et j’ai même réussi à la faire sourire, dévoilant enfin toutes ses dents barbelées, que je n’avais plus vu depuis quelques semaines…