7 : Entre ciel et Terre #Lilou

 Entre ciel et TerreRoman pour adolescents

Sept : Entre ciel et Terre

 Walters Eric

Fleurus, 13/01/2017
9782215133025 – 15.90€

 

4ème de couv :

« Je veux qu’une partie de mes cendres retourne là où toute l’aventure humaine a commencé, mais aussi là où ma vie a recommencé : en Afrique, dans la vallée du Rift. Je veux que tu te rendes en Tanzanie et que tu escalades le Kilimandjaro. »
DJ a dix-sept ans. Il est l’aîné de sept cousins. Dans son testament, son grand-père le charge de gravir le Kilimandjaro et de répandre ses cendres au sommet de la montagne. DJ est fier de pouvoir accomplir cette dernière volonté de son grand-père. Jeune et sportif, il ne doute pas de réussir.
Mais les ennuis commencent dès la sortie de l’aéroport. Et la Tanzanie réserve bien des surprises à DJ… Avec l’impétueuse Sarah, qui lui sert de guide et de porteur, parviendra-t-il à remplir sa mission ?

 

Avis de Lilou :

La série Sept (The Seven Series) est écrite par sept auteurs américains et composée de 21 romans répartis en trois vagues : les 7 romans d’origine, 7 suites, puis 7 préquels. Chacun des sept romans commence par la même scène : la lecture du testament de David McLean. Il est le grand-père de nos 7 héros. C’est lors de cette rencontre avec le notaire que les cousins découvrent que leur grand-père a confié une mission à chacun d’eux.

Dans ce premier tome (même si on peut les lire dans l’ordre de notre choix), on suit les aventures de DJ, 17 ans, l’aîné des cousins, à qui son grand-père à confié la mission de monter en haut du Kilimandjaro et d’y répandre ses cendres. Il entreprend alors son voyage de Toronto à la Tanzanie en pensant que ce sera facile pour un sportif comme lui. Il n’a qu’une idée en tête, monter et redescendre de cette montagne le plus rapidement possible pour rentrer au plus vite chez lui. Mais il va vite apprendre qu’il faut prendre son temps si on veut espérer arriver au sommet.

Durant ce voyage préparé par son grand-père, il est confronté à diverses difficultés – physiques et psychologiques – et ce dès son atterrissage en Tanzanie. Mais il fait également de nombreuses rencontres qui lui apportent beaucoup, le font évoluer et découvrir des choses sur lui-même, mais aussi sur ce grand-père qu’il ne connaissait peut-être pas si bien.

Même si la personnalité des personnages n’est pas un point très développé, j’ai trouvé ce récit touchant et j’ai particulièrement aimé le personnage de Doris avec son côté sage et raisonné, mais également sa touche de folie. Elle aide énormément DJ dans son ascension, mais aussi dans sa découverte sur lui-même.
Ce roman Entre ciel et Terre est un récit d’aventures, mais sans avoir énormément de rebondissements ou une fin surprenante comme dans beaucoup de roman d’aventures. Le côté récit de voyage est beaucoup plus présent dans les descriptions des paysages et des rencontres qui ponctuent son trajet.

Une lecture assez rapide, mais qui vous emmène dans une aventure humaine passionnante !

+ L’éditeur français, Fleurus, commence la publication de cette série le 13 janvier 2017 avec deux tomes : Cause perdue, de John Wilson et Entre ciel et terre, d’Eric Walters. Et j’ai vraiment hâte de lire les autres tomes, de savoir quelles sont les missions des autres cousins, et aussi d’en apprendre plus sur leur grand père !

+ Feuilleter

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Totem 1 et 2.0

TotemTotem 1
2.0 Le Klub

de Thomas Villatte

roman pour adolescents,
aventure et SF (intelligence artificielle)

Fleurus, 2015 – 2016

Totem est un roman pour adolescent qui se révèle très geek au fil des pages. Vlad, le héros de la série, est un jeune garçon qui vit avec sa mère. Son père, obscure ingénieur, absent, lui offre pour son anniversaire un téléphone étrange, Cyrano, le Totem. Ce téléphone portable se révèle très vite être extrêmement perfectionné, et même intelligent. Capable de se connecter à son possesseur et d’échanger avec lui par la pensée, Totem est révolutionnaire… Tellement qu’il est recherché par les anciens associés de son père, qui compte bien récupérer cette technologie. Vlad a beau être un peu geek, il n’en demeure pas moins un lycée bien entouré, qui ne va pas vivre cette aventure seul.

Totem tome 1

Dans ce premier tome, on va surtout découvrir les différents protagonistes. Vlad, et l’histoire de son père. Cyrano, dont on découvre peu à peu l’intelligence. Les amis de Vlad, et avec eux le côté beaucoup plus ancré dans l’adolescence de l’histoire.

Ce tome est bien construit, car il nous entraîne peu à peu dans l’histoire, pourtant compliquée et emberlificotée. Les arrières plans sont d’ailleurs parfois un peu trop construits, certains personnages secondaires trop mis en avant… Le récit aurait gagné à être parfois un peu plus direct, un peu plus dans l’aventure.

Un tome de découverte qui propose tout de même de l’action, un peu au fil du tome, mais surtout à la fin, apothéose pour faire attendre le tome 2.

Totem 2.0 le Klub

Attention, spoiler si vous n’avez pas encore lu le premier tome !

Vlad est déprimé suite à la mort de son père, et le Totem semble dans le même état. Ses amis lui propose de créer un Klub, au sein du lycée, pour que Totem leur serve de professeur ! La réussite est au rendez-vous tant Totem est charismatique, mais tout cela n’est pas sans attirer les anciens collègues de son père.

L’intrigue de ce deuxième tome est intéressante, même si elle reprend en partie le schéma narratif un peu lent du premier opus. Le Klub va occuper une grande partie de l’intrigue, de même que les aventures sentimentales de Vlad, tandis que l’histoire principale, elle, ne se met que doucement en place. Étrangement dans ce tome cela coule mieux, on connaît déjà les personnages, et le fait que Cyrano soit souvent en retrait nous permet de découvrir un peu plus Vlad.

Une surprise qui n’en est pas vraiment une (surtout si vous avez lu la quatrième de couverture…), un triangle amoureux, un téléphone boudeur qui devient vite hors de contrôle, un cinéaste passionné… les ingrédients sont mêlés pour un deuxième tome qui ferre le lecteur.

Le troisième tome, prévu pour septembre 2016, ne semble pas forcément nécessaire à la fin du deuxième tome… sauf que l’auteur a ajouté un dernier chapitre, qui nous donne forcément envie de connaître la suite des aventures de Cyrano !

Mars : Égalité Fille/Garçon

logoalbums2016.jpg

Challenge AlbumsMois de MarsÉgalité fille/garçon

mon premier manifeste feministeA quoi tu joues ?Sophie vous a déjà présenté les deux albums à gauche (cliquez sur les vignettes pour voir les articles).

A quoi tu joues ? de Marie-Sabine Roger et Anne Sol aux éditions Sarbacane (2009) Recommandé par Amnesty International pour lutter contre le sexisme et les stéréotypes.

J’ai lu à plusieurs reprises que les gens n’aimaient pas la dernière situation présentée, à savoir des petits garçons qui jouent avec des pistolets et en face, des femmes soldats. Il est vrai que ça peut paraître choquant. Ceci dit, jouer à la guerre fait vraiment partie des jeux d’enfants (je n’ai jamais voulu acheter d’armes en plastique à mon fils, j’ai horreur des armes, ça ne l’a jamais arrêté, il collectionnait les bâtons pour se faire des mitraillettes !)

Bref. Même si l’image n’est pas plaisante, la guerre existe, le métier de soldat aussi et il n’y a aucune raison pour que ce soit un métier fermé aux femmes… (Même si perso je passe mon tour, merci bien !) Donc, dans le cadre de la lutte contre le sexisme et les stéréotypes, je trouve que cette situation a autant sa place que les autres.

♦♦♦

Égalité filles garçons : Manon Reine du Ballon

Manon reine du ballon – D’Anne Rocard et Sophie Ledesma (ill.) aux éditions Fleurus (2004)

Les garçons jouent au ballon dans la cour de récréation. Manon veut jouer aussi, mais comme c’est une fille, les garçons ne veulent pas d’elle. La maîtresse, venue régler le litige, propose que Manon fasse un essai. Et Manon, qui joue au foot dans un club, va épater tous les garçons ! C’est une petite histoire amusante avec des illustrations toutes rondes et très colorées, mais pour moi il y a un bémol : Manon est acceptée par les garçons uniquement parce qu’elle joue mieux qu’eux…

♦♦♦

Égalité filles garçons : On n'est pas des super héros

On n’est pas des super héros – De Delphine Beauvois et Claire Cantais (ill.) aux éditions La Ville brûle (2014)

Comme dans « A quoi tu joues ? », ici il n’y a pas vraiment d’histoire. Un jeune garçon à qui l’on propose d’être un super héros refuse le poste. Il trouve qu’il vaut mieux être malin que fort, qu’aimer les bisous ou pleurer n’est pas ridicule. Il n’aime pas la bagarre et préfère rêver. Il y a beaucoup de valeurs présentées ici : L’égalité, la mixité, la parité, le partage, le respect de l’autre… Les illustrations, des collages très colorés m’ont beaucoup plu, à l’exception des visages ! Les yeux, nez et bouches sont des photos et le reste du visage est en papier, ça fait un effet que j’ai trouvé affreux ! (mais carrément genre film d’horreur !!)

Leur premier album « On n’est pas des poupées » vous a été présenté par Sophie (cliquez sur la vignette plus haut à gauche).

♦♦♦

Cette bibliographie du crdp de Grenoble vous propose 100 albums autour du sujet ! Et l’association Lab-elle vous en propose 300… Une autre bibliographie, réalisée par la Bibliothèque Départementale de Lot-et-Garonne. L’association Adéquations vous propose une bibliographie pour tous les âges. Et encore une, de l’IUFM de Rodez. Celle-ci (la dernière !) propose une bibliographie en 7 catégories (Jouets, mariage, apparence physique…)

Sur le site de littérature jeunesse de Lille, vous trouverez deux mini-thèses sur le sexisme. Sur le site de Ricochet, un article sur le sujet. Celui de Sophie Bourdais paru dans Télérama en 2010. Celui-ci est écrit par l’observatoire des inégalités. Peut-être que vous ne verrez plus « Bob l’éponge » ou « les Simpson » de la même façon après avoir lu cet article

Pour celles et ceux qui voudraient aller vraiment plus loin, voici un article de Brugeilles Carole, Cromer Isabelle, Cromer Sylvie, « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre». Il est costaud celui-là…

Cet article, sur le même sujet, ne parle pas des albums mais des dessins animés (un site qui peut vous aider à savoir à partir de quel âge votre enfant peut voir tel ou tel film ou dessin animé).

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Semaine de la Presse 2013 #2 Abricot

Abricot 1 an Abricot 258 – septembre 2010

Abricot est une revue pour enfants de 3 à 5 ans.

Détails techniques :
4,20€ 34 pages
publicité : 3 pages
Fleurus Presse

Attention j’ai entre les mains un numéro de 2010, la revue a sans doute changé un peu entre temps, le prix en tout cas est passé de 3,90€ à 4,20€.

La revue commence par une histoire, celle Piloui. Histoire et illustrations très classiques. C’est mignon, car Piloui va camper dans sa chambre, puisqu’il fait trop froid dehors. 4 pages seulement, c’est un peu court.

Ensuite une histoire à deux voix permet à l’enfant de participer grâce aux illustrations qui remplacent des mots du texte. Une très bonne idée, malheureusement ce n’est en fait pas une histoire, juste 5 phrases autour du sommeil, pas forcément facile. La dernière est très drôle!

Place ensuite aux héros bien connus des enfants :
– Juliette, avec seulement deux pages et un morceau d’histoire (elle revient dans chaque numéro)
– Trotro, l’âne favoris des petits, qui va essayer de consoler Zaza, qui pleure. (ne semble pas présent dans les autres numéros)

Coucou, hibou permet aussi d’avoir une vraie histoire, un peu conséquente, pour raconter aux enfants. Une histoire plutôt drôle, avec même un drôle de hérisson dans l’illustration :) La fin est un peu niaise tout de même… mais mignonne pour les enfants!

Ensuite un jeu propose de retrouver les 10 lapereaux dans une grande image, tout en regardant les bêtises qu’ils font…

Une reprise de la comptine le Bon roi Dagobert permet de parler de chanter l’histoire du bon roi Dragon vert… Et une dernière histoire met en scène des animaux personnifiés à la plage, où ils jouent au cerf-volant. Encore des personnages récurrents de la revue, dont Toupik, un hérisson (encore ;)

La revue se termine par quelques pages à destination des parents : interview de Bénédicte Guettier et conseil de psychomotricité pour apprendre à tenir un crayon.

C’est dans l’ensemble mignon mais très convenu, encore une fois sans grande originalité… et c’est dommage qu’il y ait de la publicité!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :