La fleur dans l’atelier de Mondrian – BD

Mondrian

La Fleur dans l’atelier de Mondrian
Peyraud J-P & Lapone A.

Coll. treizeétrange
Glénat (2017)

*****

Présentation de l’éditeur :

À l’origine, il y avait cette même photo que Jean-Philippe Peyraud et Antonio Lapone avaient au-dessus de leur table à dessin. Celle d’une fleur en plastique dans l’atelier de Mondrian, seul rappel du végétal dans l’univers à la géométrie implacable du peintre. C’est l’histoire de cette fleur que les auteurs ont décidé d’imaginer pour raconter Mondrian, figure majeure de l’art abstrait, dont on connaît peu de choses, si ce n’est qu’il vivait au cœur du Montparnasse des années folles et qu’il était un inconditionnel de la danse de salon…

*****

La première chose qui surprend lorsqu’on l’on voit cette bd, c’est son format ! 29 x 37 cm, c’est une très grande bd. Et j’adore la couverture.

Mondrian, je connaissais son nom, et le style de ses tableaux (période abstraite). Mais c’est à peu près tout. En voyant passer cette bd chez Natiora, j’ai tout de suite été attirée par la magnifique illustration de couverture.

Petit bémol : Comme Natiora, je suis un peu restée sur ma faim… C’était une belle histoire, la présentation d’un homme singulier et j’aurai aimé en savoir plus sur sa vie. Ce n’était pas le propos de l’histoire / le choix des auteurs, tant pis. Et toujours comme elle, j’ai été surprise par le « Sketchbook » aussi long que la bd ! Intéressant certes, mais j’aurai préféré une histoire plus longue.

Malgré tout, c’est une bd qui m’a beaucoup plu. On y découvre un homme très original, qui adore peindre bien sûr, mais aussi danser ! Les dessins sont très dynamiques et donnent envie de se mettre à danser aussi.

Une très belle bd !

Lire les premières pages

*****

Piet Mondrian (1872-1944)

 

Mondrian explique le néoplasticisme comme un principe esthétique défini par trois lois :

  1. il n’y a ni courbes ni obliques mais que des traits verticaux ou horizontaux.
  2. les couleurs sont des couleurs pures uniquement : bleu, rouge et jaune (Mondrian ne parle pas de couleurs primaires : bleu différent du cyan, et rouge différent du magenta), et les non-couleurs : le gris, le noir et le blanc.
  3. l’œuvre ne doit pas représenter une symétrie, cependant elle doit faire preuve d’un équilibre parfait. (Merci Wikipédia)

Son style aisément reconnaissable a été « copié/imité » de nombreuses fois, cet article montre comment son œuvre a été utilisée, récupérée ou détournée…

Composition en rouge, jaune, bleu et noir (1926). Piet Mondrian

 

Cette semaine, nous sommes de retour chez Noukette

Cette vidéo résume le travail de Mondrian et sa recherche de l’abstraction

 

Une bd qui participe au Challenge Petit Bac chez Enna – Catégorie Végétal

Moins qu’hier (plus que demain) Fabcaro encore – BD

MoinsDes portraits de couples sur un ton décalé, absurde, hilarant !
Bande dessinée adulte *

Moins qu’hier
(plus que demain)
Fabcaro

Glénat (2018)

*****

Ça commence à 6h58 avec Géraldine et Fabien qu’on va retrouver à plusieurs reprises au fil de la bd. Fabien essaie de joindre Géraldine sur son portable mais elle ne répond pas. Il lui laisse un message « Oui, c’est moi… Tu t’es levée hyper tôt dis donc… J’imagine que tu  es allée acheter des croissants, c’est adorable, ça tombe bien j’ai une faim de loup… » Image suivante : « En plus, je vois que tu as pris ta valise… ça sent le p’tit déjà ultra-copieux ça… Petite cachottière… »

*****

Le ton est donné, et ça va être comme ça tout au long de la journée avec les différents couples rencontrés. J’ai également adoré la planche de la page 10 à 8h42 avec Émeline et Philippe (vous pouvez la lire sur le site de l’éditeur, voir lien ci-dessous).

Fabcaro :

C’est encore une belle découverte faite grâce au groupe de la bd de la semaine ! Le dessin, les couleurs, ne m’auraient pas attiré plus que ça je l’avoue, et pourtant il aurait été vraiment dommage de passer à côté, c’est trop drôle !

Un humour décalé, absurde, noir parfois, fait de cynisme, de non-dit (ou de trop dit !), de bêtise, de déni… J’adore !!!

Et mon conjoint, à qui je l’ai fait lire (et qui n’est pas un gros lecteur de bd à part les classiques de son enfance), m’a dit à la fin de sa lecture : « il en a fait d’autres ? »

Le steak haché de Damoclès

La réponse est oui ! Et j’ai d’ailleurs lu « Le steak haché de Damoclès » aux éditions La cafetière (qui a édité 9 bd de Fabcaro, avis aux amateurs…) Une courte bd d’inspiration autobiographique (sympa mais un peu moins amusante que ses bd plus récentes…)

*****

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur

Du même auteur, déjà présenté ici : Et si l’amour c’était aimer ? (avec un micro-avis sur Zaï zaï zaï zaï)

D’autres que moi l’ont lu : Sabtail, Mespagesversicolores, Noukette, Jérôme

* Si je parle de « BD adulte » c’est uniquement parce que le côté parfois très noir ou cynique des relations de couple présentées ici risquent de ne pas faire rire des ados…

Cette semaine, nous sommes chez Moka, au milieu des livres !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Darwin – Bd d’aventure historique

Darwin Darwin

Une bd pour découvrir la naissance d’une théorie : celle de l’évolution !

BD Ado/Adulte

***

Darwin
Christian Clot & Fabio Bono (ill.)

Couleurs : Dimitri Fogolin

Collection Explora

Glénat (2016)

*****

T1 : A bord du Beagle / T2 : L’origine des espèces

*****

Le premier tome de ce diptyque nous parle de la jeunesse de Charles Darwin. Un jeune homme peu porté sur les études, mais plutôt observateur et aimant flâner dans la nature. Un jeune homme qui a des amis, aime s’amuser, lire, chasser, boire à l’occasion. Très curieux, il collectionne les pierres, les plantes et les insectes.

Un de ses professeurs le recommande pour un poste de naturaliste sur un bateau, le Beagle, qui doit faire le tour de monde en deux ans. Au cours de ce voyage, le jeune Charles Darwin va faire de nombreuses découvertes, et se poser de multiples questions, dont certaines remettent en cause la théorie de la création du monde…

Dans le 2ème tome, on retrouve un Charles Darwin plus vieux, marié, avec des enfants et qui ne veux pas publier le résultat de ses recherches… Pourquoi ? Allez lire la bd ! ;)

*****

Une vraie bd d’aventure !

C’est la couverture, avec cette promesse de voyage, qui m’a tout d’abord attirée, puis le titre avec sa résonance historique et je ne le regrette pas.

Les premières planches, assez « bavardes » pourront peut-être décourager quelques personnes, mais il serait dommage de ne pas continuer. J’ai suivi les aventures scientifiques de Mr Darwin avec beaucoup d’intérêt, car on voit sa pensée, sa réflexion évoluer au fil du voyage, au fur et à mesure des rencontres et des découvertes.

La mise en pages n’est pas figée (il y a parfois 8/9 cases par page, parfois seulement 2 ou 3- magnifique double page sur la forêt tropicale) et les couleurs apportent un vrai plus à l’histoire (parfois très « classiques » elles se font luxuriantes à d’autres moments).

A la fin de chaque tome, un cahier documentaire de quelques pages, très intéressant, permet d’en savoir plus.

*****

C’est par ici pour feuilleter les premières pages du tome 1.

Le site de Christian Clot, explorateur, chercheur, écrivain…

De Christian Clot, Sophie vous avait présenté la BD « Magellan« .

Et si vous voulez en savoir plus sur Charles Darwin, voir le journal du CNRS

Cette semaine nous sommes chez Moka, Au milieu des livres !

L’école Capucine – Bande Dessinée Ado/Adulte

Capucine

Capucine

L’École Capucine

JB Djian & Vincent

Vents d’Ouest

*****

Diptyque – Série terminée

*****

T1 : Venin de village (2009) – T2 : L’Héritier (2010)

*****

Été 1852. Camille Desfhouets et son mari Honoré partis pour Paris depuis plus de 20 ans, reviennent dans le petit village breton de leur enfance, Kerfilec. Village où l’on ne peut pas dire que leur retour emplisse de joie les autres villageois… Hortense, la directrice de l’école Capucine, bâtie sur une île face à la falaise, est tout particulièrement inquiète. Pour essayer d’y voir plus clair, elle va utiliser un pouvoir avec lequel elle n’est pas franchement à l’aise. Et cela va bien évidemment avoir des répercussions inattendues.

*****

Une petite série qui m’a beaucoup plu, tant pour son histoire (manigances, vengeance, amour, histoires familiales + un poil de magie) que pour son dessin qui rappelle un peu celui de Loisel (que j’aime bien !). Il y a beaucoup de personnages, et tous -ou presque !- ont quelque chose à cacher…

L’ambiance de ce petit village breton est bien rendue, avec son manoir, ses falaises, ses bateaux, son curé et ses mouettes. Les couleurs, parfois un peu étranges, contribuent à cette ambiance un peu mystérieuse.

A la fin du tome 2, quelques pages nous montrent les coulisses de la création (crayonnés, découpage, instructions…)

Un très bon moment de lecture !

*****

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur

Le site du dessinateur, joliment nommé « Pelures de gomme et taches d’encre »

De Jean-Blaise Djian, Sophie vous avait déjà présenté : La série « Les quatre de Baker Street » Tome 1, tome 2, tomes 3 & 4 (une série qui m’avait bien plu également !)

Cette semaine nous sommes chez Stephie, du blog Mille et une frasques