Mary Kingsley

MaryKingsleyCouv

Mary Kingsley

Mary Kingsley à 34 ans

Mary Kingsley

La montagne des Dieux

Clot – Dorison – Mathieu – Telo

Collection Explora

Glénat (2012)

*****

Mary Kingsley a 30 ans lorsqu’elle perd ses parents et décide de partir pour l’Afrique. Nous sommes en 1892 et jusque là, elle n’a jamais quitté Londres. Elle n’a même jamais vécu seule, ayant passé les 10 dernières années au chevet de sa mère malade. Elle va pourtant embarquer sur un navire pour l’Angola…

Mary Kingsley n’est pas un personnage de fiction, elle a réellement existé.

*****

Mary KingsleyCette femme vêtue à la façon « victorienne » au milieu de la jungle m’a fait penser à Gertrude Bell, une autre exploratrice (à peu près de la même époque) qui se promenait dans le désert habillée comme si elle était à Londres…

Je n’ai pas trop aimé les illustrations, aux couleurs un peu trop sombres. Pour un album qui se déroule en Afrique, je trouve que ça manque de couleurs et surtout de lumière, même si une grande partie de l’histoire se déroule en forêt. Et il y a, aussi, un peu trop de gros plans sur les visages à mon goût.

L’histoire quand à elle, pourrait paraître un peu tirée par les cheveux si elle n’était pas bien réelle : Mary Kingsley est bel et bien partie seule en Afrique, à la rencontre des peuples rencontrés par son père… Une histoire romancée bien sûr, pour la bd, mais pas si éloignée que ça de la réalité si l’on en croit la très intéressante partie documentaire qui clôt l’ouvrage.

*****

MaryKingsley2

A la fin de la bd, un dossier documentaire de 8 pages permet de mieux comprendre qui était réellement Mary Kingsley et fournit des références bibliographiques pour qui voudrait en savoir plus.

« La collection EXPLORA vous plonge au cœur de la véritable histoire des Grands Explorateurs et de leurs expéditions extraordinaires, dans tous les milieux du globe, sous la houlette de Christian Clot, explorateur et vice-président de la Société des Explorateurs français. Il est aussi le scénariste de Magellan. » (Glénat)

La bd de la semaine

Cette semaine, c’est chez Noukette !

Le caravage

Le CaravageLe caravage

Première partie : La palette et l’épée

Milo Manara

Éditions Glénat (2015)

♦♦♦

Dans l’avant-propos, Claudio Strinati (Historien de l’Art) nous dit que Manara  n’a pas romancé la vie du Caravage, mais l’a racontée en respectant la biographie du peintre telle que les historiens la connaissent.

Une bande dessinée sur la vie d’un peintre, ce n’est pas courant (si vous avez des titres, je suis preneuse) et je trouve que celle-ci donne vraiment envie d’en savoir plus sur la vie et l’œuvre du Caravage. Manara le décrit ici comme un jeune homme susceptible et bagarreur, mais on le voit aussi comme « illuminé » lorsqu’il peint.

Le caravage

J’aime les bandes dessinées historiques, j’aime la peinture et j’aime le dessin de Manara, cette bd ne pouvait donc que me plaire ! Même s’il y a encore un peu trop de femmes nues à mon goût, mais bon, c’est Manara ! Et il décrit vraiment bien le désir de création de ce peintre, sa recherche de la lumière, de la pose, du trait « juste »…

Bref, j’attends la suite !

Que vous dire de plus, sinon que cette bd m’a vraiment donnée envie d’aller au Musée, voir les « vraies » toiles du Caravage ! Est-ce que ce n’est pas la preuve que l’hommage de Manara au Caravage est réussi ?

♦♦♦

Le Caravage

Madone de Lorette – Le Caravage

(Image prise sur le site Arterome)

Une interview de l’auteur ici

Et par là, une belle galerie pour voir les œuvres du Caravage.

 

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Yaneck

La Zone – bd ♥

♥  La zone ♥

Eric Stalner

Collection Caractères – Glénat

*****

Depuis 2019, 95% de la population britannique a disparu…

Tome 1 : Sentinelles / Tome 2 : Résistances / Tome 3 : Contact / Tome 4 : Traversée

La zoneLaZoneT2LaZoneT3LaZoneT4

*****

Au début de cette histoire, on se rend compte qu’un terrible cataclysme a failli décimer les humains. Ceux, peu nombreux, qui ont survécu à la catastrophe, ont rebâti des villes ou plutôt des villages, dans lesquels ils vivent comme au Moyen-âge ou presque. Car selon le Maire et le Révérend, une certaine ignorance est un bienfait ; la lecture est donc jugée inutile, voire malfaisante et même dangereuse.

Lawrence, un jeune homme érudit qui a voyagé, est à peine toléré dans ce village qui a pourtant vu sa naissance et que son père a contribué à rebâtir. Au début de ce premier tome, victime d’un piège, il se voit contraint de quitter sa maison et ses livres.

C’est bien simple, tout m’a plu dans cette bd.

L’histoire tout d’abord, avec son côté fin du monde et lutte pour la survie de l’espèce, est très prenante. Le dessin ensuite, est très expressif et j’aime beaucoup le « cadrage cinématographique » avec une alternance de gros plans sur les visages, de plans larges ou de travellings (si, si, c’est possible en bd ! ça ne s’appelle peut-être pas comme ça par contre !)

Les couleurs aussi sont parfaitement étudiées et jouent parfaitement leur rôle pour donner une atmosphère sinistre et terrifiante par moments…

Et le top du top, c’est qu’hélas, je pensais que le tome 4 était le dernier (dixit Bédéthèque qui annonce « série finie »), mais ce n’est pas ce qui est indiqué sur le site de l’éditeur qui note « Série en cours »… A suivre donc !!

*****

Du même auteur, Sophie vous a déjà présenté « Blues 46« .

*****

La bd de la semaineCette semaine c’est chez Noukette

METRONOM suite et fin

METRONOM’

Tome 3 : OPÉRATION SUICIDE (2012)

Tome 4 : VIRUS PSYCHIQUE (2013)

Tome 5 : HABEAS MENTEM (2015)

Corbeyran & Grun

Collection GRAFICA

Éditions Glénat

METRONOM T3 Opération suicide METRONOM T4 : Virus psychique METRONOM T5 : Habeas mentem

Vous trouverez ici mon avis sur les tomes 1 et 2.

Ne pas lire la suite si vous n’avez pas lu les deux premiers tomes !

Tome 3 : Opération suicide

A la fin du tome 2, Lynn apprenait la mort de son mari et elle se retrouvait emprisonnée avec le journaliste Floréal. Ce tome 3 est en quelque sorte un tome de transition où il ne se passe pas énormément de choses mais où l’on fait plus ample connaissance avec certains personnages et où plusieurs vies vont prendre un tour radicalement différent. Les dessins sont toujours dans des tons bleus ou orangés et ces couleurs participent grandement à l’atmosphère oppressante qui se dégage de cette bd. Le côté politique et révolutionnaire gagne du terrain dans ce tome.

Tome 4 : Virus psychique

Et pendant que certains répètent une pièce de théâtre subversive ou distribuent un album de contes pour enfants qui n’en est pas vraiment un, d’autres continuent leur enquête pour savoir d’où vient réellement le fameux virus (voir tome 1) et comment il agit sur l’homme. Pour gagner un peu de temps, Floréal sera amené à faire un grand sacrifice. Après 4 tomes de délation, de chantages et de meurtres, le tome 4 se termine par une note d’espoir…

Tome 5 : Habeas mentem

La révolution est en marche. On apprend qui tire réellement les ficelles, là-haut dans la tour et bien des masques tombent. L’avant-dernière page porte un peu d’espoir pour l’humanité, même si la dernière page est affreuse…

Metronom est un mélange de science-fiction et de polar dans l’ambiance post-apocalyptique d’une société totalitaire et déshumanisée… Le dessin complète à merveille le texte et les couleurs donnent au tout une ambiance à la fois sinistre et oppressante.

Un vrai coup de pour cette bd !!

Voilà, c’était ma « bd de la semaine » hébergée aujourd’hui par Stephie

La bd de la semaine

Mon homme, qui n’est pas un grand lecteur de manière générale (sauf les livres d’informatique !) et surtout pas de bd (à part Tintin ou Astérix !) a lu celle-ci et l’a bien aimé !

SignatureNat