Clairvoyance 1 La maison de l’ombre – Amélie Sarn

Roman / thriller pour adolescents

Clairvoyance

1 La maison de l’ombre

d’Amélie Sarn

J’ai Lu, 2012
9782290038017, 12€

Un roman vraiment prenant! Décidément j’aime beaucoup Amélie Sarn ! (remarque idiote pour vous car je n’ai pas encore parlé de mon coup de coeur pour Les Proies… ça viendra sûrement!)

Emma emménage suite à la séparation de ses parents dans une vieille maison. Une maison qui n’a pas été habité depuis longtemps. Il faut dire qu’elle a été le lieu d’un crime atroce, une adolescente de l’âge d’Emma y a été enfermé et torturé, puis tuée sauvagement. Emma n’est pas au courant quand elle emménage, pourtant elle va rapidement découvrir cette histoire. Elle se met à faire des rêves étranges, des rêves où elle est cette jeune fille assassinée, Charlotte.

Je me suis d’emblée attachée à Emma, une jeune adolescente impulsive mais intelligente. La séparation de ses parents, son déménagement , elle prend cela très mal mais sans tomber dans les outrances des scènes d’adolescents qui tapent du pied. Elle claque les portes, mais c’est à peu près tout. Et finalement ce déménagement lui permet de se faire de nouveaux amis rapidement. La séparation de ses parents, l’amitié et l’amour sont des thèmes secondaires dans ce roman, car la vraie histoire, celle qui nous fait tourner les pages, c’est l’enquête qu’elle va mener sur cette adolescente assassinée  Ses rêves la hante et elle veut comprendre ce crime, persuadée que le véritable coupable n’est pas sous les barreaux et que Charlotte a besoin d’elle pour être en paix.

Adolescence, enquête et angoisse, voilà un mélange parfaitement réussi dans ce roman ! Amélie Sarn nous guide exactement où elle le souhaite, nous berne et c’est d’autant plus intéressant que la fin n’est pas celle qu’on imagine dès le début ! L’écriture est fluide et l’alternance entre les rêves et la réalité, Charlotte et Emma, apporte un mouvement au livre… L’action est toujours présente, même dans les réflexions de l’adolescente, et on ne s’ennuie pas pendant ces 200 pages ! Nous n’avons pas non plus vraiment peur, mais une sorte d’angoisse nous saisi tout de même quand certains personnages sont en danger… je ne vous en dit pas plus!

Un roman qui se lit d’une traite, un peu en apnée et que j’ai beaucoup aimé!

Un tome 1 à priori, mais qui se lit indépendamment et offre une vraie fin, promis,  vous ne serez pas obligé de lire la suite!

petit+Amélie Sarn, ce nom ne vous dit peut être rien, mais c’est une traductrice que vous avez sûrement déjà croisé, puisqu’elle a traduit notamment la série de Malorie Blackman Entre chiens et loups. Elle a aussi adapté Thorgal en roman… bref un nom qui ne me disait rien mais que j’ai finalement déjà croisé! A suivre !
Si vous aimez les Zombies, je vous conseille déjà Les Proies!

+ Les avis de Lena, Mya

+ Challenge YA#2 – Challenge Thriller

Le salon d’Emilie – Le temps des femmes d’E. De Boysson

Roman historique adulte

Le temps de femmes

Le salon d’Emilie

d’E. De Boysson

J’ai Lu, 2012
J’ai Lu historique
9782290039403, 7,60€

Dans les tourments de la Fronde qui traumatise Louis XIV enfant, Emilie, jeune Bretonne sans le sou, part tenter sa chance à Paris.

Au coeur du 17ème sic-le l’histoire d’une jeune bretonne qui rêve de briller au coté des précieuses dans les derniers lieux à la mode : les salons littéraires. Tout en suivant le destin pas toujours rose d’Emilie, nous découvrons ce monde, cette période et les grands noms de l’époque défilent sous nos yeux tel Molière, Corneille, Lafayette…

Tout ce monde littéraire très présent, qui permet de découvrir le rôle des salons littéraires et la place des femmes, m’a vraiment intéressé. L’histoire d’Emilie qui ne semble pas édulcorée fonctionne bien et on s’attache à cette femme! La partie plus politique, plus historique aussi m’a parfois lassée par contre. Cette période de l’histoire est tortueuse et il me manquait sans doute quelques bases pour comprendre les tenants et les aboutissants de toute cela.

J’ai apprécié la façon qu’a l’auteur de nous présenter les personnages sous l’oeil souvent naif d’Emilie. Une histoire intéressante avec une intrigue fine mais qui tient en haleine. Les personnages secondaires vont et viennent pour que vraiment seule Emilie soit au centre du récit. C’est une belle réussite car c’est un personnage volontaire et courageux que je ne vais pas oublier tout de suite.

+ L »avis de Mélusine, celui de Serega

Sérum Saison 1 Episode 1

Roman policier / série

Sérum

Saison 1 épisode 1

de Fabrice Mazza et Henri Loevenbruck

J’ai lu, 2012
978-2-290-04174-1, 6€

Attention Spoiler

1773 : Mesmer invente l’hypnose. 1886 : Freud invente la psychanalyse. 2012 : Draken invente le sérum. Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient profond d’Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire. Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

On peut effacer votre mémoire pas votre passé

Un roman policier qui reprend les élèments des séries américaines et qui fonctionne bien !

En personnage principal une flic, Lola Gallagher, mère célibataire, caractère bien marqué. Epaulée par son collègue Detroit elle tente de résoudre des affaires criminelles à New York. Quand une jeune femme se fait tirer dessus dans un parc Lola prend l’enquête en main et à vite fait de s’attacher à la victime.

L’intrigue est clairsemée, nous changeons régulièrement les points de vue pour en apprendre plus sur l’enquête mais aussi sur les différents personnages. C’est donc doucement que nous avançons dans l’enquête mais avec un avantage sur les policiers puisque nous suivons aussi en partie « les méchants ».

La galerie de personnages est bien diversifiée et on prend le temps de s’attarder un peu avec chacun. Au final on s’attache tant à l’intrigue policière qu’aux histoires secondaires et plus personnelles des personnages. Lola, son fils et l’absence d’un père. Lola et Detroit. Lola et une mauvaise nouvelle de la part d’un médecin. Lola et son frère… Bon d’accord c’est surtout à Lola et Detroit qu’on s’attache dans ce livre série…

Une lecture aisée avec un ton simple et entrainant qui convient bien à l’histoire. Les auteurs jouent avec le lecteur lui laissant faire ses propres hypothèses pour ne lui dire la vérité que bien plupart… c’est à la fois rusé et cruel!

Enfin outre son nom de série qui a un côté très américain et marketing (et permet aux auteurs de nous laisser en plan au milieu de l’histoire) ce roman se veut moderne par son interaction technologique avec la lecture. Grâce à des flashcodes réguliers insérés dans le texte au cours des chapitres, le lecteur peut écouter la même musique que le personnage principal, ou voir une vidéo. Pour ma part j’ai lu ce roman dans le train, sans accéder à ces contenus et cela n’a absolument pas gêné ma lecture. Je compte tenter l’expérience avec l’épisode 2 de Sérum (sorti le 25 avril).

Au final une forme moderne pour ce roman qui a su me captiver mais qui promet de nombreux tomes puisque nous ne sommes qu’à l’épisode 1 de la saison 1… Addictif comme une bonne série policière, mais frustrant aussi!

+ le site de la série avec des énigmes…
+ Plus d’infos sur Serum sur www.jailu.com
+ le site d’Henri Lœvenbruck www.henriloevenbruck.com
+ Serum sur Twitter, sur Facebook

 

Dis oui Ninon de Maud Lethielleux

disouininon.gif

Dis oui Ninon

Roman pour adulte, mais tout à fait bien aussi pour les adolescents ! Pour tout le monde en fait!

 

Présentation de l’éditeur :

A neuf ans, Ninon observe le monde avec malice et se moque des idées toutes faites.
Quand ses parents se séparent, elle choisit la vie de bohème avec son père, Fred. Ensemble, ils construisent une maison de bric et de broc, traient leurs chèvres, vendent leurs produits au marché, oublient l’école et Mme Kaffe, l’assistante sociale…

Mon avis :

Un tout petit livre qui ne paye pas de mine, mais dont on ne ressort pas indemne!

Ninon est une petite fille attachante, qui permet de renverser la plupart des a priori. Car en entrant dans cette lecture j’ai d’abord été révolté, comment peut on faire vitre une petite fille dans un tel monde, comment peut être inconscient à ce point. Et pourtant peu à peu Ninon m’a permis non pas de changer d’avis, mais de voir l’essentiel, le bonheur de cette petite fille, ses exigences d’amour, son bon sens bien qu’elle soit parfois crédule comme doit l’être une enfant de 9 ans… Les tempêtes qui s’annoncent autour de Ninon ne lui font pas peur, elle glissent sur les problèmes pour ne garder que le meilleur, le bonheur, l’amour, la liberté.

Suivre Ninon, sa voix, sa façon de parler, c’est entrer dans son univers et ne plus pouvoir, ou ne plus vouloir en sortir. Car malgré tout, Ninon on l’aime, et elle nous aime, elle nous attire dans son monde, nous ouvre les yeux avec tendresse et humour. Quand les adultes se perdent en conjecture, Ninon avance, apprend, et nous donne une belle leçon de vie !

Je suis totalement conquise par ce roman touchant, que je vous invite vivement à lire!

Un premier roman qui laissait présager de bien belles découvertes, et je crois savoir que c’est le cas, puisque j’ai beaucoup entendu parler de son roman pour ado : J’ai 15 ans et je ne l’ai jamais fait!.

Et comme je ne compte pas m’arrêter là, son nouveau roman pour adolescent chez Flammarion Tout près, le bout du monde, sorti le 17 novembre est déjà dans ma PAL, et devrait être lu dans les jours qui viennent… :)

 

Le blog de Maud Lethielleux, avec peu de mise à jour (vous lirez pourquoi ;) mais des mots agréables! Dès que j’aurais lu Tout près, le bout du monde, c’est sûr je lui écris :)

Une lecture commune avec Liyah ! et un grand merci à Clara pour ce cadeau qui m’a permis une magnifique découverte!