Rodari, Gianni : découverte d’un auteur

Gianni Rodari, je vous en ai déjà parlé par ici, avec Patron & Employé et mon préféré : Quel cafouillage (conte détourné du Petit Chaperon Rouge).

Aujourd’hui, je vous présente deux autres albums : Scoop ! et Tonino l’invisible

♣ ♣ ♣

Rodari Scoop4emeDeCouv

Scoop ! illustré par Pef  et édité par Rue du Monde (1999) – l’édition originale date de 1982

L’histoire est très simple : un journaliste rêveur et indécrottable optimiste décide qu’il faut donner aux gens l’occasion d’apprécier la vie en leur expliquant à quelles catastrophes ils échappent chaque jour.

Ses articles parlent donc de ce qui aurait pu, mais n’est pas arrivé (avec bien sûr une foule de détails et toutes les conséquences).

Extrait : « Hier soir, à la tombée de la nuit, une singulière aventure n’est pas arrivée à Mr Badoni, comptable, 42 ans, résidant au 39 bis de la rue Bitonto. En sortant du bureau pour rentrer chez lui, il ne s’est pas trouvé face à face avec une femme masquée et armée d’un pistolet, qui ne lui a pas intimé l’ordre de lui remettre son portefeuille contenant son salaire mensuel… »

♣ ♣ ♣

Bref, c’est décalé, c’est loufoque et plutôt drôle ! Et les illustrations de Pef, pleines de douce folie et en complet décalage avec le texte, n’arrangent pas les choses !

♣ ♣ ♣

Tonino l’invisible est illustré par Alessandro Sanna (qui a aussi illustré « Quel cafouillage » voir lien en haut) – Kaléidoscope (2010)

ToninoLinvisibleTonino, un petit garçon, arrive un jour à l’école sans savoir sa leçon. Il a très peur d’être interrogé par le Maître.

Si seulement je pouvais devenir invisible se dit-il… Il s’aperçoit soudain que son vœu a été exaucé et, du coup, en profite pour faire plein de bêtises.

Seulement, quand on est invisible, personne ne vous voit, personne ne sait que vous êtes là… Et ce n’est pas toujours un avantage ! Cela peut même devenir très pesant, pour un petit garçon, la solitude… (et pas que pour un petit garçon, comme on pourra le voir à la fin de l’histoire !)

♣ ♣ ♣

L’histoire est amusante. Qui n’a pas rêvé, un jour ou l’autre, d’être invisible ? De pouvoir faire tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi généralement !) sans être vu, sans en subir les conséquences ?

La fin est joyeuse, mais avec un petite pointe de tristesse tout de même quand on écoute le vieil homme.

Mais ce que j’ai le plus aimé dans cet album, ce sont les illustrations d’Alessandro Sanna : avec quelques traits de crayon, il forme un visage expressif. Quelques traits de crayons de couleur ou de pastel (?) dans une tâche de peinture et ça devient un pull. Un gribouillis en zigzag devient un pantalon. Ses personnages n’ont pas de contour et pourtant, ils sont bel et bien présents ! Je trouve ses illustrations absolument géniales.

 

RodariRodari

 

logoalbums2016.jpg

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mo Willems

Guili Lapin et Ne laissez pas le pigeon conduire le bus ! de Mo Willems

Ah les albums ! J’adore ça. Et je pense que je ne m’en lasserai jamais. Il y en a des petits, des moyens, des grands et même des géants. Des carrés, des rectangulaires ou encore des ronds ! Il y en a de toutes les couleurs. Et surtout, surtout, il y en a vraiment pour tous les goûts !!

****

Mo Willems  Guili Lapin

Un conte moral de Mo Willems – Kaléïdoscope (2007)

L’histoire est très simple : Un papa va faire la lessive à la laverie avec sa petite fille, qui marche déjà mais ne parle pas encore. Tout se passe bien, ils arrivent à la laverie, mettent la lessive en route ensemble, ressortent, remontent la rue pour rentrer à la maison… Mais soudain, Trixie, la petite fille s’arrête et se met à babiller. Le papa ne comprend rien, la petite fille s’énerve, se met à pleurer, à hurler… Le père s’énerve et ramène sa fille à la maison, très fâché. Mais en arrivant à la maison…

L’originalité de cet album ne tient pas à l’histoire, même si elle est amusante (j’avoue que j’apprécie que ce soit le papa qui se tape la lessivGuili Lapin2e !), mais aux illustrations. Les personnages sont dessinés en couleur sur des décors qui sont des photos en noir et blanc. J’aime beaucoup le contraste entre les deux !

****

NeLaissezPigeonBus

Ne laissez pas le pigeon conduire le bus !

Mo Willems – Kaléïdoscope (2006)

Dès le début, nous sommes prévenus, nous avons un rôle à jouer dans cette histoire. En effet, dès la première page, nous sommes apostrophés par un conducteur de bus qui doit s’absenter et nous demande de surveiller son véhicule, en précisant : « Ne laissez pas le pigeon conduire le bus ! »

Bref, on sait tout de suite qu’on arrive dans un truc un peu décalé, un peu loufoque… Et ça continue, car, à la page suivante, le conducteur a à peine le dos tourné qu’on voit apparaître la tête… du pigeon, bien entendu !

Ledit pigeon va s’adresser à nous (qui surveillons le bus, je vous le rappelle) sur tous les tons pour qu’on le laisse conduire le fameux bus… Il gémit, supplie, se fâche, essaie de nous soudoyer… Ici au contraire de l’album présenté au-dessus, les illustrations sont très simples (même si le pigeon est très expressif !) et c’est l’histoire qui est amusante.

Bref, c’est loufoque et c’est drôle !

****

De Mo Willems, nous vous avons déjà présenté :

Mon nouveau jouet

Une sacré farce

L’autre Guili lapin

Enregistrer

Gianni Rodari

GianniPatron & employé

ou l’automobile, le violon et le tram de course

De Gianni Rodari & Clotilde Perrin (ill.)

Didier Jeunesse (2009)

J’ai découvert Gianni Rodari très récemment, avec d’abord « Quel cafouillage » et maintenant « Patron & employé ».

Patron et employé est une sorte de version de Blanche-Neige revue et corrigée par Gianni Rodari qui aime décidément maltraiter les contes ! Si j’ai beaucoup aimé sa version du Petit Chaperon Rouge (Quel cafouillage ! ci-dessous), ici, ce que j’ai préféré, ce sont les superbes illustrations de Clotilde Perrin. Les décors, immeubles improbables et farfelus aux couleurs chaudes ou froides, mais toujours gaies et pimpantes, m’ont beaucoup plu. Les yeux sont irrémédiablement attirés par une foule de détails : des trucs, machins, bidules, engrenages et autres entonnoirs ! Un gros coup de cœur pour les illustrations ! ♥ ♥ ♥

Gianni

Je ne sais pas comment ont été réalisées les illustrations, ça a l’air d’être un mélange de plusieurs choses : collages, dessins, morceaux de dessins animés ? Je dis ça pour le tableau de bord de la voiture, qui est un peu flou, comme pixelisé…

Quand à l’histoire, voici ce que l’on retrouve de Blanche-Neige : Tous les matins, Mr Mambretti (le patron) demande au rétroviseur de sa voiture qui a la plus belle automobile du pays. Tous les jours, le rétroviseur lui répond que c’est lui. Mais un matin… le rétro répond que c’est celle d’un employé. Le patron est furieux et jaloux bien sûr. Et bien entendu, quand il va en avoir l’occasion, il va essayer de détruire la dite automobile… Heureusement, le garagiste, Mr Septmains (ça vous rappelle quelque chose ?) va arranger les choses. C’est amusant, mais vraiment pas autant que l’autre !

Allez donc voir l’avis de La Soupe de l’Espace (à qui j’ai emprunté les deux photos-Merci !)

Quel cafouillage ! ♥ ♥ ♥

Gianni Rodari & Alessandro SannaGianni

Ed. Kaléïdoscope (2005)

♦ ♦ ♦ 

Dans « Quel cafouillage », c’est un grand-père qui raconte l’histoire du Petit Chaperon Rouge à sa petite fille. Celle-ci a certainement dû insister beaucoup pour avoir une histoire parce que le grand-père, qui était en train de lire tranquillement son journal, n’a visiblement pas du tout envie de raconter des histoires…

Il se trompe donc très souvent, le petit chaperon rouge devient vert ou encore noir (ce qui énerve beaucoup la petite fille !) la galette devient une épluchure de patate, le loup se transforme en girafe… Bref, c’est du grand n’importe quoi et c’est surtout très drôle !!

Les dessins sont originaux, ici aussi il y a un mélange des genres, du dessin, de la peinture et du papier découpé, mais le tout va très bien avec le côté loufoque de l’histoire.

J’ai lu cette histoire à des enfants de CM2 (pendant les TAP) et ils ont bien rigolé !

Un album -et un auteur !- à découvrir si vous ne connaissez pas encore. Quand à moi, je vais essayer de trouver d’autres albums de lui, et j’ai déjà repéré sa « grammaire de l’imagination » qui m’a l’air fort intéressante !

Une enseignante a eu la bonne idée de reprendre le texte de l’album pour en faire une mini-pièce de théâtre avec ses élèves !

logoalbums2016.jpg

 

Lectures en vrac – Novembre 2015

LECTURES EN VRAC – Novembre 2015

Comme je suis bibliophage (pas au sens propre, rassurez-vous), en plus de ma PAL, (énorme, surtout en « adulte »), je vais régulièrement à la bibliothèque (surtout pour les livres jeunesse et les bd !!) Bref, faire un article par lecture devient difficile, donc je vais tester le « fourre-tout » mensuel, histoire quand même de dire quelques mots sur les bouquins lus et appréciés.

Loupiotte de Frédéric Stehr – Lutin Poche – École des Loisirs (2000)Loupiotte

Comme tous les petits loups, Loupiotte ne craint personne. Elle n’a pas peur de traverser la forêt pour apporter une tartiflette à son grand-père. En chemin, elle croise un vilain ogrion qui lui propose une partie de cache-cache.

Encore un conte détourné et encore Le Petit Chaperon Rouge ! Mais une version où le loup n’a peut-être pas un si vilain rôle que ça… J’ai bien aimé les dialogues et les dessins, le tout plutôt amusant…

UnPetitChaperonRougeLeray***

Dans « Un petit chaperon rouge » de Marjolaine Leray par contre, c’est peut-être bien le loup qui devrait faire attention… Et là où j’ai vraiment rigolé, c’est quand le Petit Chaperon Rouge dit au loup qu’il pue de la gu… pardon, qu’il a mauvaise haleine… C’est un truc auquel j’avais déjà pensé, mais je n’avais jamais vu ça dans un album jeunesse… Trop drôle !!  Les illustrations, un genre de gribouillage, sont assez étonnantes… Éditions Actes Sud Junior (2009)

***

UneSoupe100sorcièreOn poursuit avec une histoire de soupe (pas au potiron cette fois-ci) : « Une soupe 100% sorcière » de Quitterie Simon et Magali Le Huche (éd. Glénat 2007)

Une histoire toute mignonne dans laquelle on retrouve le petit chaperon rouge (encore lui !!), l’ogre, le petit poucet et quelques légumes aussi, j’ai nommé : les carottes (un goût sucré, une couleur gaie, un vrai légume de fillette !), les pommes de terre (rondes, douces, sans le moindre ver dedans !) and the winner is : Les poireaux, un vrai légume de sorcière, ébouriffé et dont l’odeur pique le nez ! Les illustrations sont gaies, amusantes et pleines de détails !

LeRetourDeChapeauRondRouge***

Il y a quelques semaines, je vous avais parlé de Chapeau Rond Rouge. Dans cette suite, toute aussi amusante, c’est encore et toujours le loup qui en prend pour son grade ! Ne pas oublier la « double lecture » cette 2ème petite histoire grâce aux petites souris…  Le retour de Chapeau rond rouge de Geoffroy de Pennart – Kaléidoscope (2011)

***

LeJeuneLoupUn dernier : « Le jeune loup qui n’avait pas de nom » de Jean-Claude Mourlevat et Jean-Luc Bénazet aux éditions Milan (1998)

Quelque part dans la forêt, un jeune loup pleure. Septième de sa fratrie, il ne comprend pas pourquoi on ne lui a pas donné de nom. Et c’est bien triste quand personne ne peut vous appeler. Sur son chemin, le jeune loup croise un ours, une grenouille, un hérisson, un écureuil et même une souris, tous des « sans nom », comme lui. Mais tout pourrait changer avec la rencontre d’un vieil homme qui porte un mystérieux sac sur le dos. Car, au fond, se trouve le plus précieux des trésors : un nom pour chacun d’entre eux.

Une très jolie histoire sur la quête d’identité. Les illustrations (de la peinture ?) douces et colorées tout à la fois m’ont beaucoup plu.

SignatureNat