Vendredi, le prix, un mini-Challenge à moi toute seule… Ou presque !

Vendredi

Prix Vendredi 2017
Lire tous les romans sélectionnés

(en cours)

*****

Bon ok, j’avoue, j’ai piqué l’idée chez Charmant Petit Monstre… Quand j’ai lu son article, j’avais déjà lu 3 des 10 romans et j’avais l’intention d’en lire au moins 3 autres. Donc au final, un challenge relativement facile à tenir !

Tout d’abord, le prix Vendredi, Kezaco ? Si vous n’êtes pas libraire, documentalistes ou bibliothécaires, bref, si vous ne travaillez pas dans les métiers du livre, vous êtes peut-être passé à côté de cette info.

Ce prix, nommé « Vendredi » en référence à « Vendredi ou la vie sauvage » de Michel Tournier, paru en 1971, récompensera chaque année un roman francophone destiné aux plus de 13 ans.

*****

Voici les 10 romans sélectionnés en 2017, par ordre alphabétique d’auteur : Sur les 5 lus à ce jour, il y a 5 coups de cœur !!

  • L’Aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux, Gallimard Jeunesse – Prix Vendredi 2017
  • La loi du Phajaan, Jean-François Chabas, Didier Jeunesse
  • Rage, Orianne Charpentier, Gallimard Jeunesse
  • Magnetic Island, Fabrice Colin, Albin Michel
  • Naissance des cœurs de pierre, Antoine Dole, Actes Sud Junior ♥ – Mention spéciale du jury
  • Power club – l’apprentissage, Alain Gagnol, Syros
  • Dans la forêt de Hokkaido, Éric Pessan, l’école des loisirs
  • Star trip, Éric Senabre, Didier Jeunesse
  • Sirius, Stéphane Servant, Le Rouergue
  • Colorado Train, Thibault Vermot, Sarbacane ♥ – Mention spéciale du jury

Sophie a déjà presque tout lu :

  • La loi du phajaan : un roman très beau, mais pas forcément attirant pour les jeunes, avec un rythme parfois lent (comme souvent dans les romans de Jean-François Chabas).
  • L’aube sera grandiose : un magnifique roman, au rythme lent, qui permet l’introspection
  • Sirius – coup de cœur
  • Power club T1 : L’apprentissage
  • Naissance des cœurs de pierre : coup de cœur
  • Rage : un beau récit, très court mais avec une force incroyable. A lire d’une traite, et que l’on oublie pas facilement…

vendredi  vendredi  vendredi  Vendredi  Vendredi  vendredi  Vendredi rage Colorado Naissance des cœurs de pierre

Le jury était composé de professionnels : Philippe-Jean Catinchi (Le Monde), Françoise Dargent (Le Figaro), Catherine Fruchon-Toussaint (RFI), Michel Abescat (Télérama), Raphaële Botte (Mon Quotidien ; Lire), Marie Desplechin, Sophie Van der Linden.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Sirius – roman post-apocalyptique

Sirius

SIRIUS ♥

Stéphane Servant

Coll. Épik
Éditions du Rouergue (2017)

*****

Ce livre faisait partie des 10 romans sélectionnés pour le Prix Vendredi. Vendredi*****

Le monde de Sirius est mort, ou presque. Il n’y a plus d’animaux – sauvages ou domestiques – et quasiment plus d’hommes. Dans cet environnement inquiétant, Alice tente -tant bien que mal- d’élever son petit frère, Kid. Leur quotidien plutôt tranquille, entre recherche de nourriture et leçons,  va être brutalement bousculé et ils vont être obligés de prendre la route très vite, de fuir sans espoir de retour. Au cours de ce long voyage, ils vont s’apercevoir qu’ils ne sont peut-être pas si seuls que ça…

*****

Les jours fériés, pour la lecture, c’est super ! J’ai commencé ce roman hier soir (le 9/05) et je l’ai terminé ce soir. Autant dire que c’est une aventure qui m’a beaucoup plu !! Les personnages sont atypiques, il y a du mystère (les infos arrivent au compte gouttes !), du danger, des surprises… Bref, tout ce qu’il faut pour rester « scotché  » à son bouquin !

Sirius est une aventure qui nous invite à aimer et protéger la nature, et un voyage au bout duquel on n’a pas vraiment envie d’arriver, pour ne pas avoir à quitter Alice et Kid.

Un dernier détail : j’adore la couverture !

C’est par ici pour lire les premières pages

*****

Je sais que cette lecture est aussi un coup de cœur pour Sophie !

L’avis de Sophie Hérisson : Oui, oui, un gros coup de coeur ! J’en profite d’ailleurs pour vous expliquer un peu plus pourquoi… Alice, personnage principal, est vraiment bien campée : ni trop héroïque ni trop fi-fille, une adolescente juste dans un monde en ruine. Juste, c’est d’ailleurs le mon pour qualifier Sirius. Ce récit est beau car il est dans la justesse. Dans ce monde post-apocalyptique on va rencontrer autant de « bons » que de « méchants » sans trop savoir à l’avance qui est dans quelle catégorie. Les relations sonnent justes, empruntent de doute, sans trop de chichi ni d’histoires d’amour inutiles.

Avec Alice et Kid c’est un véritable voyage initiatique que va faire le lecteur, à la découverte de paysages dévastés, mais surtout de personnages intéressants, symbole de toute une histoire d’un monde qui s’écroule.

Un roman prenant, entre douceur de la nature et danger d’un monde sans loi, touchant.

*****

De cet auteur, nous vous avons déjà présenté plusieurs albums très chouettes : « Cinq minutes et des sablés« , « Boucle d’ours » et « Le crafougna » trois albums drôles ou tendres que je vous invite vivement à découvrir !

Son blog (avec une très jolie bio)

Aux éditions du Rouergue, la collection Épik

Romans jeunesse sur le thème du Japon

Voici deux petits romans à lire dès 7/9 ans. Le premier, « Les mille oiseaux de Sadako » est un peu plus long et un peu plus difficile surtout à cause de son thème (maladie de la bombe = leucémie).  Le second par contre peut se lire dès 7 ans. Deux sujets très différents, mais les deux sont intéressants !

¥ – ¥ – ¥ – ¥-¥ – ¥ – ¥ – ¥

Romans

Les mille oiseaux de SadakoEleanor Coerr & Marc Daniau (Ill.) – Milan (2011) – 8o p.

Prologue : Cette histoire s’inspire de la vie d’une petite fille qui vécut au Japon de 1943 à 1955. Elle habitait Hiroshima quand l’aviation américaine largua une bombe atomique sur la ville. Elle est morte dix ans plus tard à cause des radiations émises par la bombe. Grâce à son courage, Sadako est devenue une héroïne dans le cœur des enfants japonais.

L’histoire vraie, triste et touchante d’une petite fille pleine de vie qui va mourir lentement d’une horrible maladie causée par une guerre dont elle n’est, bien évidemment, aucunement responsable… Difficile de rester insensible devant cette histoire, moi j’ai pleuré comme une madeleine !!

Au delà de la terrible histoire de cette petite fille, on apprend à connaître un peu les coutumes et la culture du Japon, comme la fameuse légende des mille grues.Un roman qui m’a vraiment touché et dont j’ai un peu de mal à parler (d’autant plus que je suis allée voir pas mal de sites sur le sujet et que c’est vraiment horrible…)

Légende des 1000 grues

L’avis de Liyah

Site de Marc Daniau

Un article intéressant qui parle du mémorial de la paix et de la statue de Sadako à Hiroshima. Un autre qui montre les réactions de l’époque dans les journaux.

A l’heure où les États-Unis ont un nouveau « chef de guerre » qui balance des missiles et des bombes entre la poire et le fromage (ou plutôt entre le fromage et le gâteau au chocolat !!), il peut être judicieux de se rappeler que la guerre est rarement une bonne solution et que les dommages collatéraux atteignent souvent des innocents… Mais ce n’est que mon avis !

¥ – ¥ – ¥ – ¥-¥ – ¥ – ¥ – ¥

Romans

Konnitchiwa, Martin ! d’Antoine Dole / Salut, Hikaru ! de Gilles Abier – Les éditions du Rouergue (2015) – 45 pages

Un petit mot tout d’abord pour vous présenter cette collection « Boomerang » lancée par les éditions du Rouergue en 2012. Ce sont des livres que l’on peut lire en commençant soit d’un côté, soit de l’autre. Il y a donc deux histoires qui se « répondent » sur un même sujet.

Pour celui-ci, j’ai commencé par « Konnichiwa, Martin ! » : La maîtresse de Martin a décidé que cette année, tout le monde aurait un correspondant étranger. Le jour où les lettres arrivent, tout le monde est content de lire sa lettre car les correspondants ont écrit en français. Tout le monde sauf Martin qui est tombée sur la lettre qui vient du Japon et elle est écrite en hiraganas…

Si on prend le livre de l’autre côté, « Salut, Hikaru ! » on voit l’histoire racontée par Hikaru, une petite fille japonaise qui a souhaité écrire à un français à cause de sa grand-mère qui a visité la France et adore ce pays. Mais que dire à quelqu’un qui habite si loin ? Qui a une vie si différente ?

Un échange de lettres qui se transforme en ouverture à l’autre, en curiosité pour sa vie, pour sa culture… Une amitié naissante ?

Au départ j’étais un peu intriguée par cette drôle d’idée (coller deux histoires tête-bêche !). Mais cette façon de faire se répondre les deux histoires est très réussie et c’est vraiment agréable à lire… Mon seul regret est que ce soit si court, je serais bien restée un peu plus longtemps en compagnie de Martin et d’Hikaru…

Site d’Antoine Dole

Site de Gilles Abier

¥ – ¥ – ¥ – ¥-¥ – ¥ – ¥ – ¥

Challenge Mois du Japon organisé par Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

Romans

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Christian Voltz

Christian Voltz

Auteur surVolté !

(on a déjà dû lui faire celle-là, pas grave…)

Il y a quelques jours, en lisant l’article d’Alice (ça sent le book) sur un album de Christian Voltz qui s’appelle « Chouette/chienne de vie », je me suis dit qu’il était temps que je fasse un article aussi sur cet auteur/illustrateur (qui est aussi sculpteur, graveur, céramiste, affichiste et réalisateur de films d’animation) que j’aime beaucoup !

Autant être honnête et vous le dire tout de suite, la première fois que j’ai vu un de ses albums, j’ai fait la grimace… Je me suis dit « houla, c’est moche, c’est quoi ce truc-là ? L’anti-Disney ? » Oui, j’avoue, parfois, quand je parle toute seule, je ne suis pas très gentille…

Et puis… J’ai surmonté mes préjugés (« qu’est-ce que le beau ? » En 4 pages, vous avez 3h !!), j’ai regardé plus attentivement et non seulement j’ai rigolé (parce que le Monsieur a beaucoup d’humour) mais en plus, j’ai vraiment apprécié les illustrations pleines de petits détails amusants et les histoires, tendres et à taille humaine…

En plus, en ces temps de consommation effrénée, je trouve très agréable que quelqu’un montre aux enfants (et aux autres !) qu’avec de vieux trucs, un peu abîmés, un peu rouillés ou usés, on peut encore faire des trucs super chouettes ! Vive la récup’ !

Tous les albums présentés ci-dessous sont édités aux éditions du Rouergue

Les photos sont de Jean-Louis Hess

ΩΩΩ

PatatesComme Chaque Matin  La Caresse Du Papillon StromboliLes Gros Mots Cest Pas Ma Faute

Patates (2000)

Mr Marcel n’est pas content, il rentre bredouille de la chasse. Mr Albert n’est pas content non plus, il rentre bredouille de la pêche. Mais ils se croient tous les deux sauvés lorsqu’ils trouvent (en même temps !) un plan de patates ! Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’en plus de ne pas être doué pour la chasse ou la pêche, nos deux compères ne sont pas doués non plus pour l’agriculture…

Comme chaque matin (1998)

Comme chaque matin, Monsieur Léon se réveille, comme chaque matin, il n’a pas envie de se lever, comme chaque matin il n’a pas envie d’aller travailler… Et si un petit détail pouvait tout changer ?? Je pense que de tous les albums présentés, c’est mon préféré ! Même si j’adore les autres aussi…

La caresse du papillon (2005)

Dans celui-ci l’histoire est un peu moins drôle, c’est un enfant qui demande à son grand-père où est la grand-mère. Certains disent sous terre, d’autres au ciel… Le grand-père a sa réponse à lui, que j’aime beaucoup et que je partage !

Stomboli (1999)

Stomboli, c’est le nom du cirque. Son Monsieur Loyal vous présente tous les numéros, plus incroyables les uns que les autres ! Mais la recette du jour n’est pas bonne… Pour lutter contre le cafard, 1 seule solution ! Un petit livre pour compter et s’amuser (il y a des mouches partout dans celui-ci !!)

Les gros mots (2004) Didier Mounié et Christian Voltz

Un petit garçon fait une collection de gros mots et nous raconte auprès de qui il apprend les plus gros ou les plus beaux..  Jusqu’au jour où…Très mignon !

C’est pas ma faute ! (2001)

Celui-là doit être un vrai régal à raconter aux petits…

Une fermière va traire sa vache, quand elle voit une grosse araignée. Elle s’empresse de l’écrabouiller. Mais presque aussitôt, elle reçoit un grand coup de corne de la vache. Furieuse, elle commence à crier dessus, mais la vache dit « C’est pas ma faute, c’est cet âne-là qui m’a rué dans les fesses. Alors moi, j’ai sursauté ! » Vous devinez la suite, l’âne a prit un coup de la part du cochon, qui lui même avait reçu un coup… Jusqu’à la fin, amusante et instructive !

ΩΩΩ

Son site, que je vous encourage vivement à aller voir, il est superbe !

Et j’ai trouvé très intéressant ce petit film dans lequel il raconte son processus de création et celui-ci, dans lequel on voit son atelier et tous ces trésors (après la présentation de « le livre le plus génial que j’ai jamais lu… ») !

Un conte qu’il a illustré avec beaucoup d’humour ici.

SignatureNat