La femme noire qui montra le chemin de la liberté

HarrietOu l’étonnante histoire d’Harriet TubmanHarriet Tubman by Squyer, NPG, c1885.jpg

Éric Simard & Yann Tisseron (ill.)
Collection Histoire & Société (Résistantes & Résistants)
Éditions Oskar (2016)
* * * * * *

Harriet Tubman (1822-1913) née Arraminta Ross, née esclave, de parents esclaves. Son année de naissance n’est pas sûre, ni son lieu de naissance, car on n’enregistrait pas la naissance des esclaves à cette époque. Quand elle était enfant, on lui a dit que sa grand-mère était arrivée d’Afrique par bateau négrier, en provenance du Ghana, mais de cela non plus, elle n’était pas sûre.

Après avoir vécu comme esclave de nombreuses années, après avoir été maltraitée, frappée par ses « propriétaires » (ça me hérisse le poil d’écrire ça, comment peut-on se considérer propriétaire de quelqu’un ????)

A l’âge de 27 ans, elle décide de s’évader pour aller vivre en femme libre dans les états du nord. Son premier essai échouera, la deuxième fois sera la bonne.

* * * * * *

Dans ce livre, roman documentaire ou documentaire qui se lit comme un roman, c’est un personnage bien étrange qui nous raconte l’histoire. En effet, le narrateur n’est autre qu’une cicatrice, résultat de l’improbable rencontre entre la tête d’Harriett  et un poids de 2 livres lorsqu’elle avait 15 ans…

Elle souffrira des séquelles de cette blessure toute sa vie, mais ça ne l’empêchera d’être une « femme de tête » écoutée et respectée au point d’être surnommée « Général Tubman » !

A la fin de l’histoire, une partie purement documentaire présente un glossaire, une frise chronologique (petit bémol, pourquoi commencer la frise en l’an 1346 av JC ?), une carte des États-Unis pendant la guerre de sécession et une succession de petits encadrés sur l’esclavage et la guerre de sécession, mais aussi sur l’art, la vie quotidienne, les sciences et techniques… à cette époque là !

* * * * * *

Un roman/documentaire que j’ai trouvé intéressant et bien fait (même si j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose à la partie romancée, un peu de rythme peut-être ?), indiqué pour les enfants en fin de primaire et collège, mais qui pourra aussi intéresser les plus grands, la preuve, j’ai appris des choses !

La partie roman fait 50 pages et la partie documentaire -bien illustrée- à peine 20.

Dans la même collection, il existe « La femme noire qui refusa de se soumettre : Rosa Parks ».

Sur le site « Histoire d’en lire »  » vous trouverez d’autres romans de cette collection « Histoire et société »

D’autres avis : Blandine, Entre les pages, et celui de livrelibre, moins convaincue.

* * * * * *

Où se cache la bêtise humaine…

En 2016, le président Obama avait décidé d’honorer la mémoire de cette résistante, de cette femme courageuse qui a sauvé tant de gens et qui est une des figures majeures de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis en mettant son portrait sur les billets de 20 dollars à partir de l’année 2020.

Mais il semblerait que l’administration de Mr Trump ne souhaite pas faire figurer une militante abolitionniste sur les billets américains…Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Halloween, lectures diverses et variées

HalloweenPour commencer, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un documentaire :

Halloween, dans la collection « Les cahiers d’idées » aux éditions Carpe Diem (1998)

Si vous avez fait attention à la date ci-dessus, vous avez peut-être fait la grimace…(18 ans, pour un doc, ça peut faire beaucoup !) Hé bien vous auriez tort, car il est très bien fait et les décos d’Halloween franchement, ça n’a pas beaucoup changé !

Il possède une table des matières par techniques employées (peinture sur textile – sur papier – sur verre…) et un sommaire.

Pour chaque décoration proposée, on vous indique les outils nécessaires, on vous donne les pochoirs (à décalquer) et on vous explique comment procéder pas à pas, bref, il n’est pas mal fait du tout.

 ♠  ♠

En premières lectures, j’ai lu : « La nuit de la chauve-souris » d’Amélie Cantin aux éditions Milan (2001)   lanuitdelachauvesouris

Ce soir, c’est Halloween et tout les enfants se sont déguisés pour participer au concours du meilleur déguisement. Rémy et Mathilde ont fabriqué un dragon à deux têtes avec lequel ils espèrent gagner le concours, mais ils aimeraient bien savoir ce que Lucy fabrique avec son grand-père… (pour les bons lecteurs, il y a pas mal de texte ! Plutôt CE1 que CP)

Une petite histoire fantastique qui fait un peu peur ! Est-on toujours le même une fois déguisé ?

 ♠ 

gregoire-le-froussard et « Grégoire le froussard »  de Nathalie Kuperman aux éditions Oskar (2011)

La bande des monstres,  Jacques le vampire, Sophie la sorcière, Bulle la fantômette et Grégoire le squelette sont fin prêts pour la soirée d’Halloween ! Ils vont aller dans le village faire peur aux enfants… Fin prêts ? Pas tous ! Grégoire le squelette n’ose pas le dire aux autres, mais il a peur des enfants…

Une petite histoire amusante qui parle aussi de la peur de ne pas être comme les autres.

HalloweenDès le CP (mots difficiles expliqués à la fin / écriture assez grosse et petits chapitres)

 ♠ 

Et pour finir, un petit livre de comptines « Comptines pour avoir la trouille » de Corinne Albaut aux éd. Actes Sud Junior (2000)

J’ai bien aimé la 1ère « l’ogre des bois » et « l’arbre carnivore », les autres moins. A la fin, un petit jeu, clin d’œil de l’illustrateur il faut retrouver à quelles pages appartiennent les petits dessins.

 ♠ ♠ ♠

Et si vous êtes passés à côté, voici quelques livres présentés les années précédentes :

Pour les plus jeunes

Au secours, un loup tout poilu ! / Au secours, une sorcière au nez crochu ! Deux albums pop-up qui amuseront les plus jeunes

Monstres A la fois doc, album et livre animé

Frida et Diego au pays des squelettes Mélange de conte fantastique et de documentaire

La forêt interdite Un conte moderne

Le Crafougna Un vilain monstre qui s’installe sans avoir été invité…

Train fantôme un album qui vous présente le manège du même nom.

Viens voir le loup un album cartonné pour les petits

La soupe au potiron une jolie histoire d’amitié autour d’une soupe

Automne, une saison chez les sorcières entre conte et album

Sorcières, sorcières une sélection d’histoires de… ?

Pour les plus grands

Twilight 1 : Fascination Faut-il le présenter celui-ci ?

Douze ans, 7 mois et 11 jours  Un thriller ado particulièrement angoissant !

L’étrange vie de Nobody Owens Un univers très particulier pour ce roman que j’ai A-DO-RÉ !

Le collège Lovecraft un roman pour se faire peur dès 10 ans

Halloween

Jack l’éventreur Deux bd qui collent bien au thème !

Deux romans de Mary Hopper Deux romans avec un fond historique et une ambiance victorienne.

Susan Hopper un roman avec un cimetière et des squelettes pas super sympathiques…

Walking Dead Tomes 19 à 21 Une série bd qu’on ne présente plus !

Mélusine une bd avec une gentille sorcière.

Le Challenge Halloween c’est chez Lou & Hilde (Pour le programme complet, c’est sur leurs blogs !)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La crocheuse d’enfants

CrocheuseEnfantLa crocheuse d’enfants

Gwladys Constant

Éditions Oskar (2015)

***

L’auteure : Elle a toujours aimé écrire et est maintenant professeur de français.

L’histoire : Une nouvelle région, une nouvelle maison, une nouvelle école, de nouveaux camarades… Voilà bien des défis à relever ! Mais ce n’est encore rien car le plus grand défi qui attend Éléonore, désireuse de faire partie d’une bande d’amis, a des allures de cauchemar. Entre superstition et croyance ancestrale, la fillette devra trouver le courage de révéler la vérité : celle de l’amour d’une petite fille pour sa grand-mère.  

Mon avis : Il n’est pas toujours facile, quand on est nouveau quelque part, de se faire accepter. Et parfois, on vous met à l’épreuve. Eléonore, désirant se faire des amis, accepte de faire une bêtise, de casser un carreau chez la « crocheuse d’enfant », la sorcière du village qui a un bras crochu pour mieux attraper les enfants. Bêtise qu’elle regrette aussitôt faite !

Un tout petit roman (40 pages) sur les rumeurs, le désir de se faire accepter, le fait de juger les gens sur leur apparence (L’habit ne fait pas la sorcière… dit le sous-titre).

J’ai bien aimé cette petite histoire (un peu courte quand même pour des enfants de 8 ans, je trouve) et j’ai bien aimé aussi le livre en lui-même (couverture glacée et coins arrondis !)

A partir de 8 ans.