Douze ans, sept mois et onze jours

DouzeAnsSeptMoisDouze ans, sept mois et onze jours

Lorris Murail

Pocket Jeunesse (2015)

Walden, 12 ans, 7 mois et 3 jours ne comprend plus rien. Son père vient de l’abandonner dans une cabane perdue au fin fond d’une des très nombreuses forêts du Maine. Il lui a laissé quelques boites de conserve, une carabine, du fil de pêche, quelques bûches pour la cheminée, un pigeon voyageur en cas d’urgence et un bouquin de Henry David Thoreau (un article de Télérama sur cet écrivain). Walden commence par attendre, pensant à une mauvaise blague de son père. Puis le temps passe, ses réserves de nourriture baissent et il décide d’aller à la pêche et d’organiser sa survie…

Mon avis : Pendant la 1ère moitié du livre, mon cœur de mère n’a fait qu’un bond ! Oser laisser son enfant (12 ans, c’est tout de même très jeune !!) seul, dans une forêt, sans autre moyen de communication qu’un pigeon voyageur, non mais franchement !! Bref, comme on dit : « je n’ai pas marché, j’ai couru » !

Après la page 215, on commence à comprendre le comportement du père. Mais ça n’est pas rassurant pour autant. Les pages 225 à 230 sont terribles. Et la page 237 est tout simplement abominable… Et non, je ne vous en dirai pas plus, n’oubliez pas que c’est un thriller, en dire plus gâcherait tout le suspense ! Vous n’avez qu’à le lire, et pis c’est tout !!

Lorris Murail est écrivain, traducteur, critique littéraire et journaliste spécialisé en gastronomie. C’est aussi le frère de Marie-Aude Murail (que vous connaissez sûrement si vous aimez la littérature jeunesse) et d’Elvire Murail (plus connue sous le nom de Moka). Ils ont d’ailleurs écrit ensemble une série « Golem » (dont l’intégrale vient d’être rééditée chez PKJ).

Un auteur que je découvre (j’ai lu plusieurs romans de ses sœurs) mais dont Sophie vous avait déjà présenté un livre ici.

J’hésite entre dire que c’est un coup de  ou un sale coup pour mon pauvre cœur…

challengehalloweenalbum  SignatureNat

Eleanor and Park

eleonorandparkRoman pour adolescents

Eleanor and Park

de Rainbow Rowell

traduit par Juliette Paquereau

Pocket Jeunesse, 2014
9782266234702, 16,90€
disponible en epub

Deux adolescents un peu perdus qui se retrouvent assis côte à côte dans le bus scolaire. Ca commence comme une romance très classique et pourtant ce roman – qui est bien une romance – n’a rien de classique.

Park est un jeune garçon qui ne se sent à sa place ni dans sa famille, ni dans son quartier (différence ethnique). Solitaire, il n’en est pas moins tranquille.

Eleanor arrive juste dans le quartier. Elle aussi est différente, pas vraiment à sa place. Ses tenues la rendent remarquable, mais c’est surtout son histoire familiale difficile qui la hante et forge son caractère.

Peu à peu, jour après jour, grâce à la narration croisée, on voit les liens, d’abord hostiles, puis de plus en plus amicaux qui se créent entre eux. A travers les comics et la musique qu’ils s’échangent, ils apprennent à se connaître, puis à s’aimer. Des personnages atypiques, que l’on a parfois du mal à cerner, avec chacun leurs histoires personnelles, mais qui semblent ne vivre que l’un avec l’autre. Le style est simple, trop même parfois pour les thèmes abordés, mais la lecture n’en ai que plus aisée.

L’auteur réussi à créer un univers touchant et cette romance prend une dimension plus profonde. Un roman qui offre une vision intéressante de la jeunesse américaine, loin des paillettes de beaucoup de romances !

Les petits plus du hérisson :
+ L’avis de Mélo, déçue
+ Challenge YA
+ de belles illustrations d’une édition anglais

Sarra Manning – 2 romans

Romans ados à partir de 13/14 ans

Oui, je vois d’ici votre surprise ! Comment, Nathalie, qui n’aime pas trop les trucs « girly » nous présente des livres de Sarra Manning ? Ben oui, que voulez-vous, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, c’est bien connu… Et puis, ce n’est pas si « girly » !

Sarra Manning C’est une auteur anglaise qui a fait des études de journalisme. Elle est d’ailleurs journaliste et rédactrice de journaux -féminins essentiellement- et écrit des romans pour adultes et adolescents.

En plus des deux romans présentés, elle a également écrit Guitar girl, Attachiante ou encore les séries Glam girl ou Journal d’un coup de foudre.

Au cœur de ma nuit

Pocket Jeunesse (2008)

AuCoeurDeMaNuitIsabel, 16 ans, terrifie ses amies, terrasse sans remords ses ennemis, vole son père, ment, boit et fume. Après avoir été le souffre-douleur de ses camarades au collège, elle est désormais le tyran du lycée, chef d’une bande aussi détestée que respectée.

Mais derrière cette carapace se cache en réalité une jeune fille fragile, qui porte un lourd chagrin : sa mère est morte et elle se sent horriblement coupable de son décès. Pour affronter sa souffrance, Isabel a décidé de ne jamais révéler son secret. Une rencontre inattendue va pourtant changer le cours de sa vie…

Mon avis : Isabel est malheureuse, très malheureuse. Mais elle ne peut, ne veut se confier à personne. Il y a beaucoup de violence en elle (à la hauteur de sa souffrance ?)

Autant le dire tout de suite, au début du roman, c’est vraiment une fille détestable, une peste. Puis au fur et à mesure qu’on comprend sa douleur, ses souffrances, on s’attache à elle, on voudrait pouvoir l’aider…

Facile à lire, prenant, un livre sur les difficultés qu’on peut rencontrer à l’adolescence ou encore lors d’un deuil. Je l’ai lu il y a quelques temps déjà, donc j’ai voulu relire des passages avant de le présenter, histoire de me remettre dans l’ambiance. Un truc qui a très bien marché parce que du coup, je l’ai relu !! Très addictif finalement...

 ♣ ♣ ♣

 De si jolies choses…

Pocket Jeunesse (2010)

DeSiJoliesChoses

Lucy aime son meilleur ami, Charlie. Malheureusement pour elle, cet être parfait préfère les garçons… et Walker en particulier. Ce briseur de cœurs est, quant à lui beaucoup plus attiré par les filles ! Et surtout par Daisy qui, elle, aime les filles, déteste les garçons, et Walker plus que tout ! Pourtant de jolies choses les attendent au coin de la vie…

Mon avis : Ce qui m’a tout de suite plu dans ce roman, c’est l’alternance des narrateurs. A chaque chapitre, on entend une voix différente. Souvent dans ce cas-là, il y a deux narrateurs. Ici, il y en a 4. Et cela permet d’entendre/de comprendre les façons de penser de chacun et la différence de leurs réactions.

Ensuite, j’ai apprécié sa façon de parler de l’identité sexuelle (homosexualité et hétérosexualité). Ouvertement, sans complexe et sans fausse pudeur (mais sans rien de choquant non plus, je vous rassure). Parce qu’à l’adolescence, nombreux sont les jeunes qui se posent des questions à ce sujet ! Et voir un roman aborder ça sans tabou, je pense que ça peut aider à « dédramatiser » la chose.

Le style est fluide, c’est facile lire, plutôt réaliste, plein d’humour et tout à fait agréable à lire. Les personnages évoluent au fil des pages et apportent parfois quelques surprises ! Et contrairement à certaines critiques lues ici ou là, je n’ai pas été déçue par la fin. Une fin trop guimauve aurait effectivement été décevante à mon sens. Ici, la fin reste ouverte, tout est possible, sans jugement.

J’ai bien aimé les deux livres : « Au cœur de ma nuit » est plus dur, la douleur d’Isabel m’a tiré des larmes… « De si jolies choses… » est plus léger et plus drôle. SignatureNat

Mystic City – Theo Lawrence

Mystic City  couverture
***
Roman fantastique pour adolescents – jeunes adultes
et Science-Fiction (dystopie)

Mystic City

Livre Un

Theo Lawrence

traduit par Guillaume Fournier

Pocket Jeunesse, 2014
9782266231923, 18,50€

***

Aria Rose vit une histoire d’amour digne de Roméo et Juliette. Du moins, c’est ce qu’on lui a raconté, car elle a perdu la mémoire. Une histoire futuriste, dystopique, magique… et passionnante !

Aria Rose est l’héritière de la famille Rose, des politiciens acharnés qui règnent sur la ville, à part égale avec les Foster, leurs ennemis jurés. C’est justement avec le fils Foster que Rose a fui par le passé, et c’est lui qu’elle va épouser maintenant que ses parents sont au courant. Le beau Thomas. Dont elle n’a aucun souvenir. Et qui ne la fait pas vibrer quand elle s’en approche. Aurait-elle vraiment tout oublié d’un si bel amour ?

Dans cette ville divisée en deux, les riches vivent en haut, loin de l’eau qui a tout envahi, et les pauvres et les Mystiques, des êtres aux pouvoirs étranges et magiques, en bas. Aria fait, bien entendu, partie de ceux d’en haut, pourtant, elle est inexorablement attirée par les bas-fonds.  Aria tente alors de retourner sur les traces de son amour interdit… et de nombreuses rencontres et surprises l’attendent !

Plus qu’une quête de son passé, c’est une véritable quête d’identité qu’Aria va mener, parfois au péril de sa vie. Car si le roman commence assez calmement, les événements vont s’enchainer, de plus en plus rapide, de plus en plus dangereux, jusqu’à une fin feu d’artifice !

Aria est une jeune fille qui paraît tout d’abord fragile mais va se révéler forte et surtout déterminée, avec des idées bien à elle et un sens aigu de la justice. Au fil des pages elle va se révéler, permettant au lecteur de mieux la connaître, et forcément de s’attacher à elle, narratrice et héroïne. Si les personnages secondaires sont nombreux, certains retiennent davantage l’attention du lecteur, comme Hunter, ce garçon des bas fond ou encore Davida, jeune servante. Cette multiplicité des personnages offre un monde riche et intéressant, qui permet à l’auteur de nous cacher souvent l’essentiel derrière des parades légères. Car ce roman est aussi un roman pour adolescent, et il en contient toutes les ficelles, de la narratrice attachante au triangle amoureux, en passant par les fêtes arrosées, les parents trop sévères et les meilleures amies collantes… Pourtant si certains aspects peuvent paraître superficiels, l’auteur sait manipuler les événements et c’est finalement le fonds politique de l’histoire, ainsi que l’amour, qui sont les maîtres mots de ce roman qui sait distiller la magie, tant réelle que dans les mots. Cette histoire révèle pourtant quelques incohérences, quelques petites choses, notamment dans les descriptions de personnages, qui mériteraient un autre traitement, mais l’ensemble est réellement plaisant. Et cette couverture… comment ne pas résister !

Avec Mystic River, le lecteur est entraîné dans un univers à la fois touchant et prenant, à la découverte d’une politique truquée et d’une magie étouffée. Aria Rose est un personnage que l’on n’oublie pas, et que j’aurai hâte de suivre dans le second tome tant celui-ci a su me transporter dans son univers et me faire aimer les bas-fonds de Manhattan ! Une belle découverte !


+ Le livre deux, sorti aux Etats-Unis en avril 2014, a pour titre Toxic Heart et paraîtra en France en 2015 et sa couverture US est encore plus belle que pour ce tome !

+ Les avis de Gala de Livres et Loraah, qui ont toutes deux beaucoup aimé aussi !

Challenge YA et Challenge Petit Bac

+  Si vous appréciez ce blog, vous pouvez voter pour les trophées influenceurs ! (un vote par jour) * Merci *

cadeaumaestro