RDL Spéciale « ces livres dont je n’ai pas parlé »

Une Ronde Des Livres Spéciale « ces livres que j’ai lu en 2010-2011 mais dont je n’ai pas parlé », parce que j’ai pensé ces derniers jours à certains de ces livres, pour diverses raisons, et surtout parce que je suis en train de reprendre tous les livres du CDI, j’en retrouve donc certains à cette occasion. Dont je n’avais pas parlé… pour des raisons une fois de plus diverses… Même pas parce qu’ils ne m’ont pas plu en fait, il y a même des coups de coeur dans le lot… mais le temps a passé, et puis c’était trop tard dans ma tête…

Voilà des mini-avis, histoire de ne pas perdre tout à fait la trace de ces livres…

 

Hunger Games de Suzanne Collins Tome 2 et 3

J’ai parlé du premier tome ici, et j’ai lu à sa sortie française le tome 2, et moitié anglais moitié français pour le tome 3.
Le tome 1 était un véritable coup de coeur, le tome 2 m’a un peu déstabilisée dans sa répétition. Une certaine ressemblance dans l’intrigue. Pourtant j’ai retrouvé nos personnages avec plaisir et je me suis laissée emporter par l’histoire une fois de plus. Toujours cette veine de la violence qui relève l’ensemble, et un zeste d’amour pour lier le tout.

Et du suspense, tant de suspense… alors forcément on se précipite sur le tome 3. Et là, c’est bien, mais c’est moins savoureux.

Dans le tome 3 on change de décor, on passe plus dans l’action politique, la rébellion, les conseils de guerre. Le personnage de Katniss évolue, on sent qu’elle grandit, mais j’ai trouvé qu’en perdant de son innocence elle perdait aussi un peu d’intérêt. Mais je suis injuste car j’ai dévoré ce 3ème tome aussi, énormément aimé toute la première partie, l’entrainement, les sorties, les relations avec les autres. C’est la suite qui m’a moins emballé. Un ensemble un peu moins intimiste, et du coup un peu moins prenant pour moi. Cette fois la trilogie se conclu, et rien que ça de toute façon ça fait que j’ai moins aimé… !

Cette série reste un joli coup de cœur pour moi, malgré ce troisième tome un peu en deçà...

Dis-Lui de Rémi Stefani

Albertine, dix-sept ans, en rupture de lycée, travaille six mois dans un café à l’embouchure d’un fleuve, en attendant le retour de son père, capitaine au long cours. La jeune fille a le vague à l’âme et se confie à sa guitare, complice de ses rêves. Jusqu’au jour où elle rencontre Dan, grand brun ténébreux qui travaille sur son bateau, et vers lequel elle se sent immédiatement attirée. Mais de lourds secrets remontent à la surface et menacent le bonheur tout neuf d’Albertine… CD inclus : Les chansons d’Albertine.

Voici un roman original par sa forme. En effet à chaque chapitre s’ajoute une chanson, dont on a les paroles sur un très joli calque, et la musique sur un CD. Original et bien fait. Pourtant je n’ai que moyennement aimé ce système, car je n’avais pas envie à chaque chapitre de poser mon livre pour aller écouter la musique… du coup je me suis vite lassée, et je me suis contentée de lire ce roman, ses paroles, mais sans le CD… et là je me suis vraiment laissée prendre dans cette belle histoire sentimentale, un peu fleur bleue parfois, mais qui nous offre un rebondissement surprenant et troublant… Albertine est une jeune fille touchante, avec sa guitare elle nous entraine dans son monde. Elle nous fait découvrir la mer et nous permet de rencontrer toute une galerie de personnages très intéressants, dont un jeune homme intéressant… ;)

Un très beau livre niveau physique aussi, avec une couverture agrémentée de petits détails brillants et à l’intérieur des pages de calques pour les paroles de la chanson.

A découvrir, plus pour l’histoire selon moi…

205 pages, voici un livre qui rentre dans le cadre du Un jeudi Un livre de George!

Bon je n’ai encore pas parlé de tout, il y aura sûrement une ou plusieurs autres éditions…

Et vous ça vous arrive de ne pas parler d’un roman et de le regretter plus tard ?

Si oui, je vous propose de me rejoindre pour mon prochain billet de RDL « ces livres dont je n’ai pas parlé »,
le jeudi 6 octobre, dans 15 jours !

Le jeudi George nous propose donc maintenant aussi un rendez vous : Un Jeudi, un livre, où l’accent est mis sur les livres courts (- de 250 pages)… il y a donc moyen de participer aux deux en même temps ;)

Challenge Littérature jeunesse YA, par Mélo

Rentrée Littéraire jeunesse (article en mouvement)

Voici un article un peu foure-tout pour montrer que la rentrée littéraire, ce n’est pas que pour les adultes !

Les livres sont rangés par ordre de maison d’édition :) – il n’y aura pas tout, loin de là, juste quelques titres qui m’attirent, des petites maisons d’édition, des grandes…  mais cela pourra toujours vous donner des idées :) – L’article sera remonté à la une à chaque mise à jour, avec ce logo pour les nouveaux livres ajoutés

Albin Michel Jeunesse

Une rentrée chargée, voici quelques titres à découvrir :
Un nouvel album de Fred Bernard et François Roca – Anouketh, aux influences égyptiennes, à paraître en septembre.
Hardi Hérisson et autres poésies russes de Delphine Chedru à ne surtout pas manquer !! ;)
Les Papapas de Dupuy-Berberian et Joseph Jacquet, un album sur les familles recomposées…
En roman :
Le tome 2 de Hex Hall de Rachel Hawkins (le tome 1 ici)
La nouvelle série de Rick Riordan La pyramide Rouge + un autre roman de l’auteur Le jeu du chevalier.
On retrouvera aussi tous les héros préférés des enfants Pomelo en tête, mais aussi Mimi, Mandarine, Camille, Geronimo Stilton et encore plein d’autres choses trop chouette, comme la nouvelle assocition Benjamin Lacombe /Sebastien Perez pour l’Herbier des fées!

L’atelier du Poisson soluble

Le 22 août : Rien n’est moins sûr de Fabien Soret. Un album où tout est question de point de vue… et Jérôme, Amédée et les girafes de Nicolas Gouny : L’ours Jérôme pense être une girafe, mais celles-ci ne sont pas de son avis. Sauf que, pas de doute pour les ours : Jérôme n’est pas un ours, mais bien une girafe ! Rejeté par les deux communautés, Jérôme se sent bien seul. Un album sur la différence et l’amitié.

En octobre ça sera au tour des monstres avec L’ABC de la trouille d’Albert Lemant dont la présentation donne le ton :
« Attention Bêtas ! Car Découvrez Enfin, Frissons Garantis, Horrifiquement Illustré, Judicieusement Kitchissime, Lisez Mortifiés Notre Ouvrage Poissonneux Quasiment Répulsif Solublement Trouillesque, Un Vrai Wolcan eXtrême Yrrésistiblement Zin-zin !

.

Ed. Chocolat !

2 albums en septembre, 2 autres en octobre


Maman des monstres!
de Liano Cinetto et Poly Bernatene
Le petit bois de Dimanche soir d’Estelle Billon Spagnol et Xavier Colette (dont j’adore les illustrations!!)
Hans la chance un conte de Grimm illustré par Laure du Fay
L’étrange disparition de Piccola Bianca de Bariton Sabarly et Simon Moreau

 

 

 

De la Martinière jeunesse

image1er Septembre image

RÉVOLUTION de Jennifer Donnelly
Deux époques, deux jeunes filles, mais un lien, Louis-Charles, le fils de Marie-Antoinette. La révolution, mais aussi les recherches scientifiques actuelles sur le prétendu cœur de ce Louis-Charles…

18 août

SIX JOURS La fin d’un monde où le début d’un nouveau de Philip WEBB

Dans un Londres post-apocalyptique, quatre adolescents  partent en quête d’une mystérieuse relique très puissante, sur  laquelle repose l’avenir de l’humanité. Ils ont six jours pour  combattre les forces du mal…

 Didier Jeunesse

Douce La promesse de l’eau de Martine BOURRE, un album pour les grands, dans la steppe. Une histoire d’amitié, autour d’un cheval exclu par sa différence. Parution le 28 septembre.

Dans les livres CD :

Les plus belles chansons allemandes, collection Les petits cousins, illustrées par Rémi Saillard et Ronan Badel, juste parce que j’aime l’Allemagne, même si je n’en parle pas souvent ici !

Une réedition du premier album d’Eric Battut, sur un texte de Michel Piquemal, Pêcheur de couleurs. En compagnie de son ami Martin, l’oiseau qui pêche les couleurs, la vache Dandine va découvrir d’autres pays…

 

Ecole des Loisirs

* en septembre, chez Médium *

Au pays des pierres de lune de Tania Sollogoub
Premier amour, Russie et famille, le tout en France!

La femme nuage de JF Chabas
Trois contes mystiques, trois personnages en quête de hauteur qui posent des questions essentielles, autour de la nature.

Zénobie la fiancée du désert de Marie Goudot
Au coeur de l’antiquité, l’histoire de la jeune Zénobie nous est contée…

 

 

 L’édune

Les Rolinettes de François Rollin et Benjamin Chaud

François Rollin nous livre ses subtiles, iconoclastes, cocasses ou délirantes pensées.

Obstinément Chocolat ! d’Olivier Ka

Sept nouvelles d’Olivier Ka : un assortiment d’histoires aussi varié que surprenant  qui nous laisse en bouche des saveurs délicates, amères ou piquantes. Plus trois recettes à tester.

Petit Monsieur de Michel Piquemal, ill. par Eric Battut

Une histoire d’amour humaniste sur fond de maladie.  Une histoire qui se passe demain, dans l’avenir, bientôt peut-être

Morrigane

2 romans jeunesse à paraître en septembre

 L’or des Celtes de Valéry Le Bonnec et Akicraveri. Dès 9 ans, une enquête menée par 4 enfants.
 et Le Fabulleux roman de Sacha d’Angélique Barberat et Akicraveri. Dès 8 ans, l’histoire de Sacha un jeune garçon qui se retrouve embarqué dans l’histoire d’un livre.

 

 

MSK

Le tome 2 des aventures de Flavia de Luce d’Alan Bradley : La mort n’est pas un jeu d’enfant
Peut être lu indépendamment du premier !

Pocket Jeunesse

Des suite de séries à la pelle, avec :

Béhémoth, le second tome de la série Leviathan de Scott Westerfeld sort le 15 septembre (couverture non disponible)
L’exil
, le second tome de Chronique de la fin du monde de Susan Beth Pfeffer, le 1er septembre
Ange ou vampire
, le troisième tome de Vamps de Nancy A Collins, le 1er septembre aussi
La guerre
, tome 15 des Gardiens de Ga Hoole de Katryn Lasky, ainsi que le tome 2 du royaume des Loups, du même auteur, tous deux en septembre.

Sarbacane

2 albums à paraitre en septembre

L’étrange aventure du courageux chevalier très peureux d’Arnaud Alméras et Jacques Azam
Un chevalier tout petit au pays des oxymores

Les hommes n’en font qu’à leurs têtes de François David et Olivier Thiébaut
Un album original où les objets dressent le portrait de leurs propriétaires à travers des créations poétiques à la manière d’Arcimboldo.

Tourbillon

De nombreux livres pour les tout-petits avec
* Attrape d’Olivia Cosneau, un livre tout tissu 100% ludique (paru en juin)
* Totam et son doudou de Xavier Deneux,
un petit album accompagné de son doudou étiquettes à toucher, ainsi que Bon appétit Totam avec un petit avion marionnette.

Et deux nouveaux livres de Toto (blagues) : Bonne rentrée et Bon week end de Serge Bloch et Marie-Agnès Gaudrat.

Marina de Carlos Ruiz Zafon

 Marina

de Carlos Ruiz Zafon

 Editions Robert Laffont / Pocket Jeunesse

978-2-221-11652-4 / 978-2-266-21302-8

19€, 300 pages, 20 janvier 2011

 

Thèmes : Barcelone, Années 80, Adolescence, Mystère, Amour

 

Présentation de l’éditeur : 

« Oscar, 15 ans, vit dans un pensionnat de Barcelone.
Il sort souvent en cachette pour aller se promener. Un jour, il pénètre dans une maison qui lui semble abandonnée et rencontre la jolie Marina. Ils deviennent amis. Désormais, tous les après-midi et le week-end, Oscar s’évade pour la rejoindre.Ensemble, ils commencent à suivre une vieille femme entièrement vêtue de noir. Sans le savoir, cette dernière les mène dans un repaire étrange, truffé de marionnettes mutilées. Ils retrouvent alors la trace d’un couple légendaire, rencontrent un médecin, un policier à la retraite, un savant fou… Les voilà lancés dans une aventure inoubliable, qui sera également celle de leur premier amour. »

 

Mon avis :

Ce livre a plus de 10 ans, pourtant comme il se passe dans les années 80 il n’a pas pris une ride! L’univers peut paraître désuet, et c’est je pense un écueil que les lecteurs jeunesses auront à passer, mais les adultes trouveront dans ce roman de quoi vivre une parenthèse hors du temps et de la réalité. Sans être totalement fantastique, ce roman, qui retrace le parcours de deux adolescents, s’avère empli de mystère, de créations terrifiantes…Un peu de fantastique donc, un peu de thriller aussi, de l’aventure pas mal, de l’amour beaucoup… Un roman multi-thématique, mais qui réussi sur tous les tableaux !

Le papillon noir entraînera Marina et Oscar dans des aventures incroyables, à tel point que je me suis demandé à la fin si tout cela n’était pas qu’un rêve d’enfant en mal d’écriture… non?
Ce roman est noir par son ambiance, triste par ses thèmes, oppressant par ses décors, mais la plume de l’auteur rend le tout très humain, un condensé de sentiments poignants!

Venons en maintenant au point sensible qui m’a laissé perplexe à la fin de ma lecture… Oh j’ai adoré ce livre, je suis entrée pleinement dans l’histoire, et je n’ai vraiment rien à redire. Non, ce qui me pose problème c’est la parution simultanée de ce roman en jeunesse. Pour adulte, aucun doute, un très bon livre, à lire. Mais pour adolescent, je ne suis pas aussi sûre. Déjà pas à des collégiens (quoique de bons lecteurs de 3ème…) plutôt à des lycéens, et dans ce cas ont ils besoin d’une édition jeunesse ? Je reste donc dubitative sur cette double sortie éditoriale. Les éditeurs sont coutumiers du fait, et j’ai vraiment lu ce livre avec un regard d’adulte sur un livre que j’ai jugé pour adulte.
Peut être aurais-je eu un regard différent si j’avais lu la version jeunesse et pour mon travail… J’ai hâte d’avoir des retours de jeunes… et moins jeunes ;)

La couverture jeunesse >

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Uglies de Scott Westerfeld

uglies.gif

Roman de science fiction (adolescent)

Uglies

 de Scott Westerfeld

traduit par Guillaume Fournier

Pocket Jeunesse, mai 2007
978-2-266-15924-1, 13,50€
432 pages

Thèmes : Adolescence, Beauté, Science Fiction (anticipation, dystopie), Ecologie

Présentation de l’éditeur : 

Tally aura bientôt 16 ans.
Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une  manipulation.
Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?

 

  Ce roman a remporté de nombreux prix littéraire, dont le Grand Prix de l’imaginaire

 

Avis :

coeur.gif
J’ai lu ce livre en 2007, à sa sortie, avec beaucoup de plaisir. Je l’avais d’ailleurs acheté pour mes collégiens, sans faire mouche. Depuis j’ai changé de collège, et je n’ai pas retenté l’expérience. Pourtant le hasard des vacances m’a fait me replonger dans ce premier tome (pour mieux apprécier la suite) et je finis sur le même sentiment qu’alors : wahou ! J’adore. Et du coup je suis tentée une fois de plus le conseiller à mes élèves !

Pourquoi j’ai aimé, c’est un peu plus dur à expliquer, puisque c’est un ensemble. J’aime ces histoires d’anticipation qui nous font réfléchir sur le maintenant et le après. J’aime les aventures d’adolescentes entre courage et inquiétude, force et résignation, amitié et amour. Et puis j’aime l’écriture de Scott Westerfeld dont j’ai lu d’autres livres. Un ensemble simple quand je l’écris, pourtant c’est la complexité de ses éléments imbriqués qui font de ce livre un véritable coup de coeur, un de ces livres que je ne me lasse pas de recommander.

Tally c’est une adolescente dans un monde complètement différent, mais qui pourtant peu renvoyer les adolescents actuels à leur propre image personnelle, à leur propre choix. Sensibilité, grand air, secret d’Etat… la vie! Quelques siècles après notre maintenant, nous sommes devenus les Rouillés, et notre mode de vie n’existe plus!

Dans ce premier tome d’une trilogie qui compte 5 livres (je vous expliquerai au fur et à mesure des tomes) Tally est face à ses choix d’avenir, seule souvent, mais pourtant très entourée. Sous forme de voyage initiatique elle va prendre conscience de ce qu’elle est, et de ce qu’elle veut. Romance passagère, décision grave, révélation terrifiante, ce premier tome met en place les personnages de façon splendide, et nous permet de nous attacher peu à peu à chacun d’eux. L’histoire à la fin de ce tome reste en suspend… difficile donc de s’arrêter là.

Un film « Uglies » est prévu en 2011 au USA… je reste sceptique mais enthousiaste !

  Extraits :

 » La nature n’avait pas besoin d’une opération pour être belle. Elle l’était, tout simplement ! »

 « Shay la fit s’asseoir à une table, se tourna vers une étagère et en sortit une poignée d’ouvrages sous emballage plastifié qu’elle déploya devant Tally.

– Des livres sur papier ? Et alors ?
– Pas des livres. On appelle ça des ‘magazines’, expliqua Shay.
Elle en ouvrit un et pointa le doigt. Les pages étrangement brillantes étaient couvertes de photos.

De gens.

Moches.

Tally écarquilla les yeux tandis que Shay tournait les pages, pointant le doigt et gloussant.
Elle n’avait jamais vu autant de visages si différents. Des bouches, des yeux, des nez de toutes les formes possibles, et sur des gens de tous âges. Et les corps! Certains ridiculement gras, d’autres horriblement musclés, ou bien d’une maigreur troublante; presque tous présentaient d’importants défauts de proportions. Mais au lieu d’avoir honte de leurs difformités, ces gens riaient, s’embrassaient, prenaient la pose, comme si toutes ces photos avaient été prises lors d’une gigantesque réception.

– Qui sont ces monstres?
– Ce ne sont pas des monstres, répondit Shay. Le plus dingue, c’est que ce sont des gens célèbres.
– Célèbres pour quoi? Pour leur laideur?
– Non. Ce sont des sportifs, des acteurs, des artistes. Les hommes aux cheveux filandreux sont des musiciens, je crois. Les plus moches sont des hommes politiques, et quelqu’un m’a dit que les gras-doubles sont principalement des comiques.
– Alors, c’est à ça que ressemblaient les gens avant le premier Pretty? Comment arrivaient-ils à se regarder les uns les autres? »

 

Et comme le jeudi c’est citation avec Chifonette,  voici ma participation :

 » Tout est plus glamour quand vous le faites sur votre lit. Même peler des pommes de terre. »  Andy Warhol