Mortelle Adèle : J’aime pas l’amour !

Petite BD jeunesse

Mortelle Adèle :

4- J’aime pas l’amour !

de Tan (Antoine Dole)

et Miss Prickly (Isabelle Mandrou)

Tourbillon, septembre 2012
9782848017686, 6,15€

Mortelle Adèle, le retour 4! On pourrait croire qu’on va se lasser, mais même pas, Adèle est fidèle a elle-même, une vraie peste qu’on adore!!

Dans ce quatrième tome nous retrouvons bien sûr nos personnages préférés Ajax, le chat et Fizz, le grizzli d’appartement -comprendre le hamster-! Cette bande-dessinée petit format propose des gags page par page, mais le thème conducteur est l’amour, car la foudre frappe notre Adèle!

Elle bave littéralement devant Ludovic, le style un peu vampire, en noir avec la mèche… elle est folle amoureuse, mais comment lui dire? Et comment se faire aimer ? Si ces passages sont drôles (surtout quand elle va taper Cupidon^^) j’ai encore une fois préféré les blagues mettant en scène Ajax. Ce petit chat aux yeux transis d’amour qui se fait martyriser à longueur de pages me fait toujours rire aux éclats, il est tout simplement irrésistible!

Et comme toujours avec Mortelle Adèle (mes avis sur les premiers tomes : Mortelle Adèle 1Mortelle Adèle 2– Mortelle Adèle 3 C’est pas ma faute) la couverture est colorée et toute douce et le seul point négatif reste ce petit format qui ne facilite pas le partage.

Je vous ai déjà donné l’avis de mes élèves et celui de Monsieur, mais j’en redis un petit mot par rapport à ce quatrième tome, d’autant plus que la rentrée scolaire à apporter son lot de nouveaux élèves…
* Si mes élèves aiment toujours autant j’ai remarqué que malgré ma mise en avant de ce 4ème tome les nouveaux élèves ne se précipitent pas dessus contrairement aux anciens, peut-être l’effet couverture rose ?

* Et Monsieur ? Il continue de lire (avant moi même souvent) chaque nouveau tome en rigolant régulièrement. Pourtant il a un avis plus nuancé ce 4ème tome qui surfe selon lui sur la vague des vampires (ce qui a le dons de l’exaspérer, il faut l’avouer). C’est étrange parce que pourtant nulle part on parle vraiment de vampire, et nous avons eu cette impression là tous les deux!

L’avis de Liyah, et mes excuses car je suis bien en retard pour cette lecture commune!

Une participation aux mercredi BD de Mango  + au challenge Douce France d’Evy

Les avis de Saxaoul, Mya, Thalie, Leiloona

Nous suivre et partager :

Un prince à croquer 1 – Patricia Lyfoung

Bande dessinée jeunesse – adolescent

Un prince à croquer

Tome 1 – Entrée

Patricia Lyfoung

mise en couleur par Fleur D.

Delcourt, avril 2012
9782756022123 , 10,95€

Thèmes : Cuisine, Paris, Prince

Cloîtré dans son château, un prince héritier rêve d’évasions mais sa mère lui réserve un autre avenir : épouser la richissime Glawdys. C’en est trop.  Il fugue. Destination Paris pour une nouvelle vie. Fraîchement débarqué, il rencontre la farouche Margot, une cuisinière de talent qui lui ouvre les portes d’un restaurant très prisé de la capitale… Une occasion qui risque fort de pimenter son existence !

De très jolis dessins japonisant, voilà qui suffit généralement à me faire ouvrir une bande dessinée…

Ce premier tome raconte l’histoire de Nicolas, prince du royaume de Dulime, qui cherche à fuir son chateau aceptisé pour visiter le monde, et notamment Paris… Malheureusement dans 6 mois il doit épouser Gwladys, une jeune fille choisie par ses parents. Cette annonce déclenche une rébellion inattendue de la part du prince qui décide de changer son avenir. Sa route croisera alors celle de Margot et de la grande cuisine.

Si l’histoire est très simple elle est plutôt addictive car sympathique, et les histoires de prince font toujours un peu rêver. Ici l’entrée d’un prince dans un groupe de cuisinier parisien, et notamment sa rencontre avec Margot sont digne d’un parcours initiatique tant il ne sait rien faire, pas même casser un œuf. Mais l’auteur ne le transforme pas pour autant en cuisinier hors pair, il demeure à la plonge de ce grand restaurant, côtoyant simplement ce monde très particulier et si nouveau pour lui. Peu d’action donc, et c’est assez frustrant.

L’histoire propose tout de même quelques rebondissements mais ce premier tome est avant tout un tome de présentation, qui nous permet de nous familiariser avec les différents personnages et de découvrir leurs caractères. Margot notamment qui est un vrai dragon est bien décrite et cela nous permet de la découvrir et malgré tout de l’apprécier ! Le prince quant à lui est plutôt drôle malgré lui dans sa découverte du monde le rend maladroit ! Enfin les personnages secondaires, Gwladys, Cyril nous aussi présentés et cette galerie de personnages bien que caricaturale est intéressante et mène le récit.

Les illustrations, fidèles à la couverture m’ont séduite, comme dans la Rose Écarlate du même auteur. J’ai aussi aimé la façon que l’auteur a parfois de jouer avec les bulles, par exemple en les mettant dans « les mains » de ses personnages, c’est très parlant et montre un vrai choix de disposition, pas uniquement par défaut. Difficile cependant d’expliquer cet aspect sans que vous puissiez le voir, mais peut-être le remarquerez vous aussi à la lecture.

Un premier tome qui a su me séduire malgré sa simplicité, je compte lire la suite!

  + Cette BD est parue dans le numéro d’août d’Okapi 

+ Les avis de:  Evy, Myiuki, Emeralda

+ Dans le cadre des Mercredi BD de Mango

+ et du top BD de Yaneck

+ Un concours pour gagner des BD a lieu sur Un amour de BD

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

La mémoire des autres d’Annelise Corbrion

Roman adulte

La mémoire des autres

d’Annelise Corbrion

Calmann-Levy, avril 2012
9782702143087, 9,05€

Thèmes : Photographie, Mort, Revenant, Histoire, Famille, Amour, Enquête

Infographiste spécialisée dans la retouche des photographies anciennes, Emma se remet difficilement de la mort brutale de ses parents. Plongée dans la vie  d’inconnus figés dans leurs moments les plus heureux, elle rend aux souvenirs des autres l’éclat que leur a volé le temps. Mais la réalité la rattrape étrangement le jour où elle reçoit un courriel dont l’expéditeur n’est autre qu’un homme posant sur l’une des photos restaurées.

Un homme décédé dans les années 40. Il a besoin d’elle, comme les autres fantômes qui assaillent bientôt la boîte mail de la jeune femme. Que veulent les défunts capables de communiquer avec les vivants ? Emma devient une messagère et porte leurs dernières volontés pour défi er l’oubli et rétablir la vérité. Jusqu’au mail de trop, celui qui la touche personnellement. Emma se lance alors dans une enquête au coeur de dangereux souvenirs qui n’appartiennent pas encore tout à fait au passé.Les morts la ramènent littéralement à la vie, l’entraînent dans une course folle.
Mais jusqu’où Emma ira-t-elle dans sa quête de vérité ?

 

Ce roman est bien difficile à classer tant il touche à plusieurs genres. Fantastique, thriller, historique, sentimental, la mémoire des autres c’est un peu tout ça à la fois, dans un savant mélange bien réussi.

Ce livre est édité par Calmann Levy pour le prix Nouveau Talent de la fondation Bouygues et Metro, qui consiste à insérer dans le roman un élément de communication moderne. J’avais ainsi lu Idylles, Mensonges et Cie, qui mettait les SMS au cœur du récit. Ici ce sont les mails qui sont l’élément central. Mais des mails bien étrange, puisqu’ils sont envoyé à Emma par des morts.

Emma est en fait infographiste spécialisée dans les retouches de photo anciennes. Le lien qu’elle parvient à établir avec les morts par mail est en fait lié à ces photos, et tous veulent qu’elle parle pour eux à leur proche. Emma se retrouve alors dans des situations très complexe car rétablir la vérité n’est pas toujours facile.

Mais un des morts qui la contacte a une mission un peu différente pour elle… retrouver son meurtrier, Emma mène alors l’enquête accompagnée par sa meilleure amie et un journaliste lié à la victime.

La partie thriller nous réserve quelques surprises et l’enquête se mêle à l’action. J’ai réelement apprécié ce roman, un peu facile par certain coté et dans l’écriture mais très agréable à lire. Je ne saurai pas vraiment expliquer en quoi mais ce roman m’a fait pensé à ceux de Guillaume Musso, dont je ne suis pourtant pas fan. Peut être est-ce lié à l’histoire d’amour qui se noue entre les pages, peut être le coté thriller dans un roman qui n’en est pas un, toujours est-il que j’ai pris du plaisir à découvrir cette histoire. J’ai aussi apprécié que l’élèment fantisque ne soit pas tout à fait laissé au hasard, il y a des explications qui nous permettent d’appréhender l’histoire dans son ensemble.

Une fois encore ce prix Nouveau Talent nous réserve une bonne surprise!

Nous suivre et partager :

L’épopée du perroquet de K. Reichs

Roman adulte – plutôt fille –

L’épopée du perroquet

de Kerry Reichs

traduit par Christine Auché

Oh ! Editions, mars 2012
9782361070298, 19€90
416 pages

Une pétillante jeune femme en quête d’elle-même, Un perroquet au sens de l’à-propos déconcertant, Une vieille voiture bringuebalante… Tous en route pour Hollywood ! Cette fois, la coupe est pleine ! A 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu’elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l’aider à se prendre en charge… Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood.
Mais c’est compter sans le destin qui s’acharne. En pleine traversée des Etats-Unis, sa voiture rend l’âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l’Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir… Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ?

Bien que la couverture ne me plaise pas beaucoup j’ai ouvert ce roman avec une grande curiosité. Curieuse de savoir ce que la fille de Kathy Reichs (auteur des livres à l’origine de la série Bones) pouvait bien écrire, mais aussi avec l’envie de traverser les Etats-Unis…

Ce roman est en effet une épopée, celle d’une jeune femme et de son perroquet, Oliver, à travers les Etats Unis. De la Caroline du Nord à Los Angeles pour être exacte. Un voyage initiatique pour cette jeune femme qui veut changer de vie. Une voiture ancienne, quelques bagages et son perroquet, voici Maeve en route. Mais qui dit vieille voiture dit réparation et donc argent… son voyage se déroule donc au rythme des garages et des petits boulots.

Difficile dans un premier temps de cerner Maeve, et l’histoire commence de façon assez banale par une fuite en forme de voyage. C’est finalement l’arrivée à Coin Perdu qui fait réellement démarré le roman. Nous découvrons alors de nombreux personnages hauts en couleur et Maeve elle même nous apprait dans toute sa complexité et ses secrets.

Si ce roman est clairement féminin j’en ai apprécié le ton d’autant plus qu’il ne s’arrête pas uniquement aux histoires d’amour nous offrant à la fois amitié, épreuves et surprises. Une surprise particulièrement pour ma part, que je n’ai vu arriver que très peu à l’avance, et qui nous offre un thème qui m’aurait fait fermé le livre dans les premières pages. Pourtant j’ai continué ce roman, attachée déjà aux personnages et à l’histoire et j’ai continué ma découverte avec d’autant plus d’intérêt.

L’auteur place  l’héroïne dans l’univers des livres, librairie, livres jeunesses, livres anciens, auteur… un aspect superficiel mais qui fait un petit plus intéressant, tout comme les noms de villes. Pas évident dans la traduction mais Maeve décide en fait de parcourir sa route par les petites routes en suivant les noms de villes étranges, l’occasion de découvrir les noms farfelus des villes américaines, comme Coin Perdu, Nulle Part… L’auteur ajoute encore un peu de personnalité à Maeve avec une passion pour les chaussettes fantaisies qui m’a beaucoup fait rire!

Si l’auteur a très bien alterner les ambiances et les tons dans son récit on pourrait aussi aisément lui reprocher quelques facilités. Les histoires amoureuses sont clairement déjà vues, mais mêlées à l’ensemble elles sont plutôt convaincantes. Finalement les sentiments l’emportent, Maeve a su me toucher et je ressors émue de ce roman.

Une aventure féminine et intérieure au ton sincère qui nous parle en plus de livres… Une belle distraction !

 + Il semble qu’une bonne partie de la blogosphère l’ai déjà lu, ce ne sont pas les avis qui manquent :

Lael : « Un roman rafraîchissant et touchant. »
La conteuse : « Un très chouette livre   »
Stellabloggeuse :  « un joli coup de cœur »
Un coup de coeur aussi pour Galleane 

Heureusement il y a aussi des déçues : {pour la diversité des goûts et des couleurs}

Cynthia : « ce roman n’a pas su toucher mon coeur de lectrice… »

Nous suivre et partager :