Printemps des poètes #7 L’enfance [William Blake]

A Cradle Song

Sweet dreams form a shade,
O’er my lovely infants head.
Sweet dreams of pleasant streams,
By happy silent moony beams

Sweet sleep with soft down.
Weave thy brows an infant crown.
Sweet sleep Angel mild,
Hover o’er my happy child.

Sweet smiles in the night,
Hover over my delight.
Sweet smiles Mothers smiles,
All the livelong night beguiles.

Sweet moans, dovelike sighs,
Chase not slumber from thy eyes,
Sweet moans, sweeter smiles,
All the dovelike moans beguiles.

Sleep sleep happy child,
All creation slept and smil’d.
Sleep sleep, happy sleep.
While o’er thee thy mother weep

Sweet babe in thy face,
Holy image I can trace.
Sweet babe once like thee.
Thy maker lay and wept for me

Wept for me for thee for all,
When he was an infant small.
Thou his image ever see.
Heavenly face that smiles on thee,

Smiles on thee on me on all,
Who became an infant small,
Infant smiles are His own smiles,
Heaven & earth to peace beguiles.

William Blake

PRINTEMPS DES POETES

 Berceuse de William Blake,

que vous trouverez en français par exemple ici,

mais j’ai trouvé de nombreuses traductions, toutes différentes,

vraiment différentes je veux dire,

alors je préfère vous livrer l’original…


 

Toujours dans le cadre du Printemps des Poètes,

avec SophieTinusia CapcineMango..

Nous suivre et partager :
error0

Printemps des poètes #5 Garcia Lorca

Chanson de printemps

Les enfants sortent joyeux
De l’école
Ils emplissent l’air tiède
D’avril de leurs tendres chansons
Quelle allégresse au profond
Silence de la ruelle !
Un silence pulvérisé
Par des rires d’argent clair.

Federico GARCIA LORCA 

 
PRINTEMPS DES POETES

 


 

Toujours dans le cadre du Printemps des Poètes,

avec SophieTinusia CapcineMango..

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Printemps des Poètes #4 L’enfance – Eluard

L’enfant j’ai été l’enfant
Joue sans jamais réfléchir
Aux sombres détours du temps

Eternel il joue pour rire
Il conserve son printemps
Son ruisseau est un torrent

Moi mon plaisir fut délire
Mais je suis mort à neuf ans

Paul Eluard

PRINTEMPS DES POETES

 

L’enfance vu par Eluard, gai et pourtant si triste…

 

Toujours dans le cadre du Printemps des Poètes,

avec SophieTinusia CapcineMango..

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0