Jours de sable – BD sur le Dust Bowl ♥

sableFiction à caractère historique
Roman graphique

Jours de sable ♥

Aimée de Jongh

Dargaud (2021)

*****

Jours de sable se déroule aux États-Unis dans les années 30. John Clark a 22 ans, il habite à New York où il fait des photos pour un journal local. Ce jour là, il est à Washington et court se présenter pour un poste de photographe dans une agence gouvernementale. Ses photos sont convaincantes, il est embauché et part pour l’Oklahoma. Il est chargé de prendre des photos dans le Dust Bowl (bassin de poussière : la terre est totalement desséchée et s’envole, formant des tempêtes de poussière) pour montrer au gouvernement et aux américains les conditions de vie des fermiers dans cette région particulièrement sinistrée. On lui a fournit une liste de choses à photographier, qu’il est libre de suivre ou non : Tempêtes de sable ou de poussière, maisons abandonnées, familles sur le départ, enfants orphelins… Cette mission va changer sa vie.

*****

J’ai adoré ce roman graphique

Pour ses très belles illustrations et sa mise en page variée (illustrations “pleine page”, sans cadres, grandes, petites…). Pour son côté “instructif” aussi, je ne connaissais pas vraiment ce “Dust Bowl” même si j’ai lu les Raisins de la colère (pdf) de Steinbeck (magnifique roman que je vous recommande !). Il y a d’ailleurs un dossier documentaire à la fin et des photos d’époque agrémentent la BD.

Et pour ce personnage, qui se pose des questions sur son travail, pourquoi il le fait, ce qu’il ressent en le faisant. Malgré un thème difficile (la poussière sème la désolation et la mort sur son passage) il y a beaucoup de douceur dans les couleurs de cet album. Et beaucoup d’humanité dans l’histoire.

A lire sans hésitation !

C’était une Lecture Commune avec Blandine, allez donc voir ce qu’elle en a pensé.

Les avis de Bidib, Sabine et Eimelle

*****

Lire un extrait (site de l’éditeur)

Le site de l’illustratrice Aimée de Jongh sur lequel vous pourrez voir des illustrations ainsi qu’un compte rendu de son voyage aux États-Unis.

Elle a également illustré : L’ obsolescence programmée de nos sentiments

Cette semaine nous allons chez Stephie

Une BD qui participe également au Mois Américain sur Instagram

(pas chez Titine cette année, elle prend une pause)

Merci à Belette pour les logos !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Alabama 1963 – Roman policier

Alabama
Vous avez aimé “La couleur des sentiments ?”
Roman Policier Adulte

ALABAMA 1963

Ludovic Manchette & Christian Niemiec

Cherche Midi éditeur (2020)

*****

Nous sommes en Alabama, plus précisément à Birmingham, en août 1963. Une petite fille noire de 11 ans, Dee Dee a disparu. Ses parents sont allés voir la police à plusieurs reprises, sans grand succès. Des battues ont été organisées par les voisins, sans plus de succès. Au bout d’une semaine, ses parents se sont résignés à faire appel à un détective privé blanc, dont on leur a dit qu’il n’était pas cher -pour un blanc-. En arrivant chez Bud Larkin dans leurs habits du dimanche, Ellis et Lottie ne s’attendaient pas à trouver un tel bazar. On aurait dit qu’une bombe avait explosé à l’intérieur…

Les anciens collègues de Bud voulant lui faire une blague ont mis une annonce demandant une femme de ménage pour lui. Adela ayant malencontreusement perdu un de ses emplois va se présenter pour le poste. Et ils ne le savent pas encore, mais cela va changer beaucoup de choses pour plusieurs personnes.

*****

C’est bien un roman policier, il y a des meurtres et une enquête, mais dans lequel on retrouve un peu l’ambiance de “la couleur des sentiments” de Kathryn Stockett. Il y a d’ailleurs une allusion à une “Minnie” qui habite Jackson et a fait un sale coup à sa patronne… La tarte, vous vous souvenez ?

Bref. Les meurtres sont sordides mais il y a quand même un petit côté “feel good” grâce à différents personnages. Adela bien sûr. La charmante Miss Gloria. Et Shirley également. Sans parler du bougon Bud qui évolue plutôt bien au fil des pages. Le tout sur fond de ségrégation raciale, n’oublions pas que nous sommes dans le sud des USA en 1963…

Une lecture bien agréable !

*****

Voir ce qu’en pense le “web” sur Bibliosurf

Un roman lu dans le cadre du Mois Américain

Merci à Belette pour les logos !

Mon territoire – Tess Sharpe – Roman noir

territoire
Grand Prix des Lectrices de ELLE
dans la catégorie polar

Mon territoire

Tess Sharpe

Sonatine (2019)

*****

Une lecture commune avec Enna

*****

A l’âge de 8 ans, Harley voit sa mère mourir sous ses yeux. Quelques semaines après ce décès, elle voit son père, Duke, torturer puis tuer un homme. C’est aussi à ce moment là qu’elle rencontre Will, à peine plus âgé qu’elle et déjà orphelin. Il y a peu de personnes sur qui Harley peut compter. En plus de son père et Will, il y a Tonton Jake, le frère de sa mère et Mo qui s’occupe du motel des “rubinettes”, qui accueille des femmes battues ou en danger.

Au fil du temps, Harley va être “dressée” par son père pour prendre sa suite, gérer ses affaires et son territoire. Elle va apprendre à se battre, à tirer, à se défendre et beaucoup d’autres choses qu’on n’apprend pas à l’école. Fille d’un baron de la drogue, elle doit avant tout apprendre à survivre.

*****

Commencé il y a… 3 jours, j’ai eu du mal à le lâcher ! Le personnage principal est très bien campé, très fort mais on a envie de la protéger malgré tout. C’est un vrai “page-turner”. Pendant 3 jours, je n’attendais que le moment de pouvoir reprendre mon bouquin pour lire la suite. Les paragraphes alternent entre l’enfance d’Harley et le présent.

Il y a beaucoup d’action, de surprises et pas mal de violence aussi,
âmes sensibles s’abstenir.
Amateurs de romans noirs ou thrillers, foncez !
*

Ce roman m’a fait penser à un très beau roman graphique “Un hiver de glace” pour sa jeune héroïne plongée malgré elle dans un monde de drogue et de violence, mais qui se bat pour pour sa survie et celle de ses proches.

*****

Si je ne vous ai pas convaincu, d’autres avis par ici : Yvan (blog ÉmOtionS), Belette (The Cannibal Lecteur) et Blandine (Vivrelivre) grâce à qui je l’ai lu, merci !

Des éditions Sonatine, nous vous avons également présenté : L’empreinte et La disparition d’Adèle Bedeau

Un roman lu dans le cadre du Mois Américain (pas chez Titine cette année, elle prend une pause)

Merci à Belette pour les logos !

Chez Antigone

Si tu vois le Wendigo – Roman ado

wendigo
Roman ado (13+)

SI TU VOIS LE WENDIGO

Christophe Lambert

Syros (2021)

*****

Connaissez-vous le wendigo ? C’est un esprit de la forêt, une créature nocturne et humanoïde à tête de caribou, qui vit dans les bois. La nuit, il vient taper à la fenêtre. Surtout, ne le suivez pas… Surtout, ne lui demandez rien ! On vous aura prévenu…

Un octogénaire nous raconte l’histoire qui lui est arrivée 70 auparavant. Il avait 13 ans et rentrait chez lui avec son meilleur ami Bobby Lee. C’était les grandes vacances, ils avaient joué aux cow-boys tout l’après-midi. Ils étaient presque arrivés chez eux, quand ils virent une femme nue, le menton en sang, titubant sur la route… Suite à cette étrange rencontre, il en fera une autre, plus étrange encore.

*****

Je savais bien que le nom de l’auteur me disait quelque chose… (Et non je ne pensais pas à l’acteur !) J’ai déjà lu et apprécié deux de ses romans : “Soul breakers” et “le dos au mur” présentés dans ce billet.

Ici, en plus d’une belle aventure fantastique, il y a plein de sujets importants qui sont abordés, même s’ils ne le sont que partiellement. Il y a une critique de la société américaine de ces années là, les femmes battues, le syndrome de stress post-traumatique du soldat, l’homosexualité… On y parle aussi de Thoreau et de son livre “Walden ou la vie dans les bois”. Et des choix que chacun doit faire au cours de sa vie…

L’écriture est fluide, visuelle et très agréable !
J’ai passé un très bon moment.

Je devrais inventer un nouveau logo pour ce genre de livres “Lu en 24h max !” Tellement ils sont addictifs !

*****

Lire les 10 premières pages (site éditeur)

Un autre roman “Colorado train parle du wendigo, de l’amérique des années 50, de gamins qui jouent…

Et un autre très bon roman ado dans lequel on parle de Thoreau et de son livre Walden ou la vie dans les bois : Douze ans, sept mois et onze jours