Anne Perry – Esclaves du passé

PerryGuerre de Sécession, esclavage et idéalisme…
Roman policier historique

Esclaves du passé

Anne Perry

Éd. 10/18 (2003)

*****

Monk, détective privé, et sa femme Hester sont invités à dîner chez les Alberton. Ils se rendent vite compte que l’invitation est intéressée et que Mr Alberton, riche marchand d’armes, voulait se faire son opinion sur Monk avant de l’engager. En effet, il est victime d’un chantage. Lors de ce dîner, ils rencontrent également la fille de Mr et Mme Alberton, Merritt et Lyman Breeland, officier de l’Union américaine. Celui-ci a été envoyé en Angleterre pour acheter des fusils car la guerre de Sécession a débuté en Amérique.

*****

Pour une fois, j’ai deviné qui était le coupable avant la fin ! Mais cela ne fait rien. Même si c’est un roman policier, avec une histoire de meurtre et une enquête menée par un détective privé, ce n’est pas à mes yeux le plus important.

En effet, le récit tourne autour d’une vente d’armes destinée aux armées américaines durant la guerre de Sécession. On y parle donc aussi de l’esclavage et des différentes raisons qui poussent confédérés et unionistes à se battre. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman, les descriptions de la vie quotidienne, que ce soit dans la partie londonienne ou dans celle qui se déroule sur le champ de bataille en Amérique.

Les personnages

Le personnage de Monk, qui a perdu le souvenir d’une partie de sa vie suite à un accident, est très intrigant. Et celui de sa femme, ancienne infirmière qui voudrait améliorer les méthodes de soins mais est refoulée parce que femme, est très intéressant également. Bref, deux personnages très humains que je serais ravie de retrouver !

Car, si j’ai déjà lu plusieurs romans policiers d’Anne Perry  je ne connaissais pas encore le couple formé par le détective Monk et sa femme Hester. Mais je suis ravie, je viens d’en retrouver plusieurs dans ma PAL !

*****

D’Anne Perry également : Le condamné de Noël

C’est ma première participation au challenge d’Enna, le African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Le condamné de Noël – Challenge Christmas time

condamnéJustice dans l’Angleterre victorienne

Polar adulte

Le condamné de Noël

Anne Perry

Grands Détectives

Éd. 10/18 (2015)

*****

Présentation de l’éditeur : Londres, 1868. Alors que la période de Noël commence, Claudine Burroughs ne se sent pas joyeuse à l’idée des bals sans fin, des obligations sociales et des évènements somptueux. Venir en aide aux femmes dans le besoin à la clinique Hester Monk lui a ouvert les yeux sur un autre monde, et le fait que son mari n’approuve pas ce choix la rend malheureuse. Mais les deux univers qu’elle côtoie vont bientôt se rencontrer.
Lors d’un gala de Noël, une femme est brutalement battue, et il apparaît rapidement qu’il s’agit d’une prostituée invitée clandestinement par l’un des invités. Le poète Dai Tregarron, accusé d’être l’agresseur, prétend qu’il ne faisait que protéger cette femme contre la violence de trois riches jeunes hommes. Claudine croit en l’histoire de Dai, mais face au rang social qui joue en sa défaveur, comment peut-elle prouver son innocence sans tout risquer ?

*****

Le condamné de Noël est un roman policier distrayant. Mais c’est aussi une description des mœurs en usage en Angleterre à l’époque victorienne (1832-1901). On y voit la place et le rôle de la femme, les mariages arrangés et ce que l’on pouvait se permettre de faire ou de dire selon que l’on était « puissant ou misérable »…

Si vous connaissez et aimez déjà la plume d’Anne Perry, ce roman-ci ne pourra que vous plaire. Sinon, c’est l’occasion de découvrir cette romancière chevronnée qui fût d’abord une criminelle (dixit Wikipédia)…

Un roman acheté pour sa jolie couverture et que j’ai lu d’une traite !

*****

Ce roman policier participe à deux challenges

C’est ma 4ème participation au Challenge Christmas time proposé par Mya

christmas

Et ma 1ère participation à l’Objectif Pal chez Antigone pour l’année 2020

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Challenge Christmas Time 2019

christmasAprès le mois du Japon (avril), le mois anglais (juin), le mois américain, le mois des contes et légendes (septembre), le challenge Halloween (octobre) et le mois celte (novembre) voici tout naturellement pour le mois de Décembre :

Le Challenge Christmas Time

Proposé par Mya

*****

Il se déroulera du 13 novembre 2019 au 12 janvier 2020.

*****

Un challenge de plus ? Est-ce vraiment une bonne idée alors même que je n’ai pas terminé tous ceux que j’ai commencé depuis le mois de Janvier ? Bon, en fait, il se trouve que, faisant du tri et du rangement dans ma PAL (gros boulot !!) j’ai retrouvé plusieurs livres de Noël pas encore lus. Alors…

C’est la 7ème année que Mya organise ce challenge, mais la première fois que je vais y participer. Pour toutes les modalités, n’hésitez pas à aller sur le blog de Mya, Mya’s books.

*****

Voici ma PAL prévisionnelle

*

Certains ouvrages sont dans ma PAL depuis plusieurs années, d’autres viennent tout juste d’y arriver ! Quatre livres participent donc aussi au challenge « Objectif PAL » d’Antigone et l’un d’entre eux rentre également dans le Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques« .

http://motoplus.ca/wp-content/uploads/2016/12/noel-1-950x633.jpg
Les romans :
  • Le condamné de Noël d’Anne Perry – lu
  • La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard – lu
  • La vie a plus d’imagination que nous de Clarisse Sabard
Les nouvelles :
  • La nuit de Noël suivi de La veille de la Saint-Jean de Nicolas Gogol
  • Noël et préjugés de la #TeamRomCom – lu
Les contes :
  • Le coffret de Noël de Richard Paul Evans – lu
  • 25 Noëls du monde (25 histoires courtes écrites par les lecteurs du journal Le Monde) – En cours
  • Buster de Linda Jennings et Catherine Walters – lu
Autres :
  • Christmas Crooners : 22 grands classiques de Noël chantés par de grands crooners ! – écouté !!

*****

Je vous souhaite à tous un très beau mois de Décembre et n’hésitez pas à aller voir la liste des participants (ainsi que leurs lectures !) sur le site de Mya.

Classique

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Les petites filles – Mois Celte 3

fillesLittérature Irlandaise

Roman Adulte

Les petites filles

Elizabeth Bowen

Éditions 10/18 (1982)

*****

L’édition originale date de 1963

*****

Trois petites filles fréquentant la même école, mais de catégories sociales différentes jouent ensemble, se fâchent, rejouent ensemble, ont des secrets… Dinah, arrivée à la soixantaine, souhaite soudain revoir ses amies de l’école Ste Agatha. Clare, surnommée Mumbo et Sheila, appelée Sheikie. Quand à Dinah, elle était surnommée Dicey. Elles avaient 11 ans quand  elles se retrouvent séparées. Dicey étant partie pour l’été dans le Cumberland avec sa mère, n’en reviendra pas avant longtemps car la première guerre mondiale a éclaté. Grâce à de petites annonces dans les journaux, elle arrive finalement à retrouver ses deux amies. Mais les retrouvailles ne vont pas se passer comme elle l’imaginait.

*****

Si vous lisez la présentation de l’éditeur, ou même la mienne, l’histoire peut paraître simple. En réalité, les informations sur chacune des femmes et ce qu’elles ont vécu, enfant ou adulte, sont délivrées au compte gouttes. Et je ne savais jamais qui parlait dans les premiers chapitres, car les petites filles/les femmes sont parfois appelées par leur prénom, parfois par leur surnom ou encore leur nom de famille. C’est bête mais ça n’a pas facilité mon entrée dans ce roman.

Pour être tout à fait franche, j’ai failli l’arrêter à plusieurs reprises. Mais l’écriture d’Elizabeth Bowen, pleine de descriptions et d’humour m’a poussé à aller plus loin (et à le terminer !). Pour autant, de nombreuses questions restent sans réponses quand on arrive à la fin du roman.

*****

Extrait (p.17/18)

« Elle contemplait en raccourci ce couple de fraudeurs sans âge dont la beauté naturelle était l’une des plus sereines de leurs effronteries. Si fraude il y avait, c’était une fraude du Temps. Des individus de leur âge, pourrait-on dire, n’avaient pas à être encore aussi beaux. On parle de ceux qui sont sur l’autre pente, quand la beauté se flétrit. Mais que dire de ceux qui sont de l’autre côté, ou ailleurs, quand la beauté se renouvelle ? Ces deux-là n’avaient pas, en quelque sorte, rendu à la Nature le passeport strictement temporaire qu’elle prête. »

*****

Cette lecture participe à 3 challenges : Le Mois Celte chez Cryssilda, https://p0.storage.canalblog.com/06/72/341021/124990852.jpgà l’Objectif Pal chez Antigone  ainsi qu’au challenge Cette année, je (re)lis des classiques (sur ce blog et chez Blandine)

Classique

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k