Le Mois Américain est de retour !

mois

Logo réalisé par The Cannibal Lecteur

Littérature américaine / Cinéma américain

Le Mois Américain

Le retour !

Chez Titine du blog Plaisirs à cultiver

et animé par Mélanie sur Instagram

*****

C’est la 9ème année que Titine propose ce mois américain, et la deuxième fois que j’y participerai. Il se déroulera du 1er au 30 septembre 2020.

Vous trouverez les rendez-vous proposés ci-dessous. En rose les romans (correspondant aux thèmes) que je vais essayer de lire pendant ce mois et en rouge les thèmes ou lectures que j’ai ajouté par rapport au programme d’origine et enfin, en vert, le programme Instagram ! Ce billet -qui servira également de bilan- sera mis à jour au fur et à mesure de mes lectures…

Un groupe Facebook existe et pour Instagram, le hashtag c’est #lemoisamericain.

Mois américain bilan de 2019.

*****

Le programme proposé est le suivant
  • Le 2 sept : BD Herobear & the kid de Mike Kunkel (sur Insta c’était le thème de la nature)
  • 4 septembre : ladies first (auteure américaine, livre féministe, héroïne marquante) – Le récital des anges de Tracy Chevalier (2002)
  • 6 sept : Album jeunesse – Une super histoire de cow-boy
  • 7 sept : Amérindiens roman jeunesse – Alcatraz Indian Land d’Élise de Fontenaille (2018)
  • 8 septembre : la figure du cow-boy – Arizona Tom : le môme, le shérif et les truands de Norman Ginzberg (2013)
  • Le 9 sept : BD Calfboy de Rémi Farnos (2018)
  • 10 septembre : séries tv –
  • 12 septembre: roman du 19ème siècle ou se déroulant au 19ème siècle – Le fils de Philipp Meyer (2014)
  • 14 sept : BD ou Comics –
  • 15 septembre : le désir –
  • Le 16 sept : BD Black Hole
  • 17 septembre : polar/roman noir/thriller – Killeuse de Jonathan Kellerman (2018)
  • 19 septembre : un roman jeunesse/young adult – La cicatrice de Bruce Lowery (2002)
  • 22 septembre : black lives matter –
  • Le 23 sept : BD Boot black T1 de Mickaël (20
  • 24 septembre : la guerre – Manhattan Beach de Jennifer Egan (2018)
  • 26 septembre : la famille – La perle et la coquille de Nadia Hashimi (2015)
  • 28 sept : SF/Fantasy –
  • Le 30 sept : BD
  • Le 30 sept : Essai/documentaire

*****

Certaines de ces lectures participeront également à d’autres challenges, comme l’Objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :

Ce qu’il nous faut c’est un mort – Roman policier

policierRoman policier

Ce qu’il nous faut, c’est un mort

Hervé Commère

Fleuve Noir (2016)

*****

12 juillet 1998, une nuit pas comme les autres. Pour beaucoup, ça restera la nuit de la victoire des bleus lors de la Coupe du Monde de Foot. Mais pour Marie, ça sera une nuit de cauchemar, un cauchemar qui hantera les jours et les nuits à venir et changera à tout jamais sa vie. Et pour Fanny cette nuit là, l’histoire a bien failli s’arrêter. Quant à Vincent, Maxime et Patrick, c’est une nuit qui va modifier profondément leur avenir…
“Ce qu’il nous faut c’est un mort” raconte l’histoire de Vrainville, une petite bourgade Normande qui vit depuis près d’un siècle grâce aux ateliers Cybelle, qui fabriquent des sous-vêtements féminins. Les ouvrières travaillent aux Ateliers, sont logées -gratuitement- par les Ateliers, partent en vacances grâce à la prime donnée par les Ateliers. Mais les années passent, la crise arrive…

*****

J’ai trouvé les 70 premières pages de ce roman policier un peu longues.

Je n’accrochais pas. Mais ça n’a pas duré ! Une fois tous les personnages, tous les actes de “la pièce” en place, ça démarre sur les chapeaux de roues et ça ne s’arrête plus !
En quelques pages, le temps d’une nuit, plusieurs vies ont basculé…

P.307 : Hein ? Quoi ? Mais non, ce n’est pas possible… Je ne comprends plus rien… Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire d’étoile ?

Le premier roman policier d’Hervé Commère que je lisais, mais pas le dernier !

*****

Un extrait :

« Pour des raisons différentes, cette date va se graver dans les esprits de chacun des personnages de cette histoire. Ce qui se passera dans 18 ans dépend absolument de ce qu’ils vont vivre maintenant. Pour une jeune fille qui marche seule dans Nancy, rien ne sera plus jamais beau. Pour un jeune homme noir, athlétique et sans faille qui entre en discothèque en banlieue parisienne, cette nuit est celle où, à la surprise générale, à commencer par la sienne, il va se laisser dompter. En Normandie, près de Dieppe, pour l’instant occupés à se servir de grands verres de Vodka, trois étudiants vont briser leur amitié, ainsi que leur avenir. Plus au sud, dans le Var, un bébé va venir au monde… »

*****

Également chez Fleuve noir (chez qui sort le dernier Hervé Commère : Regarde) : Tu es moi et Elric, les buveurs d’âmes

Nous suivre et partager :

Du sang sur la toile – Polar – Mois du Japon (2)

polarMois du Japon
Polar adulte

Du sang sur la toile

MIYABE Miyuki

Éd. Philippe Picquier (2010)

*****

Présentation de l’éditeur : Une vie imaginaire peut-elle s’achever dans le sang ? Un homme est retrouvé lardé de vingt-quatre coups de couteau sur un chantier de construction dans la banlieue de Tôkyô. Rapidement, les inspecteurs du DPM, le département de la police métropolitaine de la capitale, découvrent que cet homme, en apparence bon père de famille, menait secrètement plusieurs vies, dont l’une se déroulait sur Internet, où il s’était créé une seconde famille, virtuelle.

*****

L’ayant lu sur plus d’une semaine, j’ai parfois eu du mal à me rappeler qui était qui… Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver avec des noms et prénoms étrangers comme les noms japonais lorsqu’on n’a pas trop l’habitude (j’avais eu le même souci au départ avec certains polars nordiques).

Pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce polar bien ficelé.

Une fascinante histoire qui mêle amour, haine, famille, collègues de travail, vie réelle et virtuelle. Une enquête redoutablement bien menée !

*****

On surnomme Miyuki MIYABE “la reine japonaise du crime“.

De cette autrice, Sophie vous avait déjà présenté : La librairie Tanabé (récits policiers)

Chez le même éditeur, d’autres romans de Miyuki Miyabe.

*****

C’est ma 2ème participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Femmes japonaises à l’honneur” (De plus en plus incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Nous suivre et partager :

Anne Perry – Esclaves du passé

PerryGuerre de Sécession, esclavage et idéalisme…
Roman policier historique

Esclaves du passé

Anne Perry

Éd. 10/18 (2003)

*****

Monk, détective privé, et sa femme Hester sont invités à dîner chez les Alberton. Ils se rendent vite compte que l’invitation est intéressée et que Mr Alberton, riche marchand d’armes, voulait se faire son opinion sur Monk avant de l’engager. En effet, il est victime d’un chantage. Lors de ce dîner, ils rencontrent également la fille de Mr et Mme Alberton, Merritt et Lyman Breeland, officier de l’Union américaine. Celui-ci a été envoyé en Angleterre pour acheter des fusils car la guerre de Sécession a débuté en Amérique.

*****

Pour une fois, j’ai deviné qui était le coupable avant la fin ! Mais cela ne fait rien. Même si c’est un roman policier, avec une histoire de meurtre et une enquête menée par un détective privé, ce n’est pas à mes yeux le plus important.

En effet, le récit tourne autour d’une vente d’armes destinée aux armées américaines durant la guerre de Sécession. On y parle donc aussi de l’esclavage et des différentes raisons qui poussent confédérés et unionistes à se battre. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman, les descriptions de la vie quotidienne, que ce soit dans la partie londonienne ou dans celle qui se déroule sur le champ de bataille en Amérique.

Les personnages

Le personnage de Monk, qui a perdu le souvenir d’une partie de sa vie suite à un accident, est très intrigant. Et celui de sa femme, ancienne infirmière qui voudrait améliorer les méthodes de soins mais est refoulée parce que femme, est très intéressant également. Bref, deux personnages très humains que je serais ravie de retrouver !

Car, si j’ai déjà lu plusieurs romans policiers d’Anne Perry  je ne connaissais pas encore le couple formé par le détective Monk et sa femme Hester. Mais je suis ravie, je viens d’en retrouver plusieurs dans ma PAL !

*****

D’Anne Perry également : Le condamné de Noël

C’est ma première participation au challenge d’Enna, le African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

Nous suivre et partager :