Keep Hope de Nathalie Bernard

Keep Hope est un roman policier pour adolescent qui suit tous les codes du polar adulte.

 

Roman policier / suspense, pour adolescents dès 13 ans

Keep Hope

de Nathalie Bernard

et Frédéric Portalet

Ed. Thierry Magnier, janvier 2019
9791035202224, 14,80€
284 pages

***

Thèmes : policier, enquête, suspense, adolescence

***

 

 

Deux ans après Sept jours pour survivre, Valérie Lavigne, enquêtrice spécialisée dans les disparitions d’enfants est devenue serveuse. Installée dans une petite ville québécoise, au bord du St Laurent, elle vit tranquillement, entre son chat, son jardin et son petit boulot. Traumatisée par son travail, elle s’est coupée de ses anciens collègues… Pourtant en croisant le regard d’une adolescente dans une station essence, elle replonge. Persuadée d’avoir déjà vu ce regard dans ceux des photographies d’enfants disparus, elle fait appel à son ancien coéquipier pour enquêter.

En parallèle on suit l’histoire de Hope, une adolescente qui suit son père dans ses déplacements professionnels, coupée des autres adolescents. Alors qu’elle rencontre un skateur dans un parc, son père s’énerve sans raison… Elle décide de chercher à en savoir plus sur ses origines, sur sa mère…

Deux points de vue différent pour une histoire qui se rejoint rapidement, et qui fait froid dans le dos !

Un thriller entre psychologie et action qui met brillamment en scène une flic en dépression et une adolescente pleine de question. Si certains aspects de Keep Hope sont assez évidents, ce roman réserve de belles surprises, des rebondissements et une tension  dramatique très réussie.

La noirceur générale du roman rend parfaitement l’ambiance des thrillers pour adulte, et le fait que l’un des deux personnages principaux soit une adulte renforce cette impression. Comme Caroline Terrée le fait si bien dans sa série CSU (qui se passe aussi au Canada d’ailleurs), Keep Hope est un roman qui accompagne le lecteur vers le polar adulte. Nathalie Bernard, accompagnée pour ce tome de Frédéric Portelet, met en scène une héroïne récurrente adulte, avec sa propre histoire et ses secrets. Ce parti pris réussi de ce roman (et de son précédent), est très proche finalement de ce qui fait le succès des séries télévisées policières : une enquête forte par épisode, et un fil rouge autour des personnages récurrents.

Un roman pour adolescents comme je les aime, à la fois accessible et véritablement prenant, qui fait frissonner et laisse un goût amer…

 

+ pour découvrir les autres romans de Nathalie Bernard chez Thierry Magnier

+ le site de Nathalie Bernard

+ des policiers pour adolescents à découvrir :
la série CSU, Décollage immédiat , Peur express…

Nous suivre et partager :
error0

La fête du Potiron – Polar classique !

potiron

Lecture Halloweenesque !

Ado/Adulte

La fête du potiron

(Hallowe’en party – 1969)

Agatha Christie

Le club des Masques (1973)

Ō Ō Ō

Hercule Poirot s’apprêtait à passer une morne soirée car un de ses amis, malade, avait décommandé leur réunion au dernier moment, quand il reçut un coup de téléphone de son amie la célèbre écrivaine Ariadne Oliver. En effet, celle-ci avait assisté la veille à une fête du potiron donnée pour des enfants dans la charmante ville de Woodleigh Common. Fête qui s’était fort mal terminée car elle s’était achevée par la découverte d’un cadavre… Mrs Oliver voulait l’aide des célèbres petites cellules grises d’Hercule Poirot pour élucider l’affaire.

Ō Ō Ō

Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu un roman d’Agatha Christie ! J’en ai lu pas mal à l’adolescence, il y en avait beaucoup chez mes parents et chez mes grands-parents aussi (dans la fameuse collection du Masque).

Cette fête du potiron m’a donné beaucoup de plaisir. Une intrigue classique de la Reine du crime, mais un roman tout de même assez macabre puisqu’il commence avec le meurtre d’un enfant de 12/13 ans.

Et c’est un « Poirot » qui se termine sur une touche d’humour après une histoire somme toute assez sombre. Un « Poirot » qui ne m’a pas « agacée » comme ça a pu être le cas dans d’autres romans. Il est plus humain même si toujours très conscient de sa haute intelligence ! (Oui j’avoue, en fait j’ai un faible pour la douce et discrète Miss Marple…)

Peut-être l’avez-vous lu sous un autre titre ? Il a été réédité en 1999 dans les intégrales du Masque, sous le titre « Le crime d’Halloween« .

Une lecture parfaite pour le Challenge Halloween !

Ō Ō Ō

D’Agatha Christie, Sophie vous avait déjà présenté : La dernière énigme

 Ce roman participe au Challenge Halloween chez Lou et Hilde – et au challenge Souvenirs de Lectures ainsi qu’au Challenge Classiques !

                                                           Classique

Nous suivre et partager :
error0

L’enfant du lac – Kate Morton

Lac70 ans plus tard… l’enquête reprend !

L’enfant du lac
Kate Morton

Presses de la Cité (2016)

*****

L’enfant du lac débute en août 1933 en Cornouailles. Une femme enterre une boite assez lourde dans les bois. Retour en juin 1933. On fait connaissance avec la famille Edevane. La « Mère« , Eleanor, est très attachée aux convenances. Le père, Anthony, passe des heures à se promener dans les bois et à examiner des insectes dans son bureau, mais joue également beaucoup avec ses enfants. Deborah, la fille aîné, s’apprête à se marier. Alice, 16 ans, écrit des romans et est amoureuse du jardinier. La plus jeune des sœurs, Clemmie, parcourt la campagne et rêve de voler.

Et puis il y a le bébé de 11 mois, Théo qui va disparaître mystérieusement. Il y a aussi Mr Llewellyn, l’ami de Mère, qui a écrit un livre pour elle « Eleanor sur le seuil magique« . L’histoire se déroule entre 1911 et 2003 et se passe successivement en Cornouailles et à Londres.

Les vies d’Alice Edevane, devenue écrivain et de Sadie Sparrow, une jeune inspectrice en congé forcé, vont se croiser et changer à tout jamais.

*****

« Eleanor sur le seuil magique« 

m’a tout de suite fait penser à  « Alice aux pays des merveilles« . Et un homme adulte qui fait de la barque sur un lac avec une petite fille et lui invente des histoires… A Lewis Carroll bien sûr.

Arrivée à la page 243 (sur 632) j’avais déjà deux suspects pour l’enlèvement du petit Théo. J’en ai eu encore bien d’autres ensuite, mais toutes mes théories se sont révélées fausses… (j’aurai fait un bien piètre détective !)

« L’enfant du Lac » est à la fois un roman policier (il y a même 2 enquêtes en parallèle) et une saga familiale. Il y a beaucoup de choses dans ce livre. Des histoires d’amour, des histoires d’abandon, des secrets de famille, des révélations sur les guerres et leurs conséquences

600 pages qui se dévorent. Les membres de la famille Edevane, surtout Alice et Mère, sont très « réels », de même que la jeune inspectrice Sadie. Et même si la fin peut sembler un peu facile, l’enquête est tout à fait réussie !

Et en plus, ça m’a donné drôlement envie de visiter la Cornouailles

*****

Extrait (p.9) : « Quand la chose s’était produite, elle avait pensé tout avouer -au début, c’était encore possible. Mais elle avait raté le coche ; maintenant, c’était trop tard. La machine s’était mise en marche : les battues, la police, les appels à témoignage publiés dans la presse. Elle ne pouvait plus en parler à personne, ne pouvait plus revenir en arrière. On ne lui pardonnerait jamais. Il n’y avait plus qu’une solution : enterrer la preuve. »

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé cette année (la 8ème !) par Lou et Titine.

Pour les puristes : Effectivement, Kate Morton est australienne.

Mais ce roman se déroule pour partie en Angleterre et est donc accepté pour le Mois Anglais ! ;)

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Et merci à Belette pour le choix de logos !!

Voir par ici l’article des lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

***

Il participe également à l’objectif PAL d’Antigone !

Ainsi qu’au Challenge Petit Bac catégorie Lieu

Nous suivre et partager :
error0

Les soeurs Mitford enquêtent

MitfordLes sœurs Mitford enquêtent
T1 : L’assassin du train

Jessica Fellowes

Éditions du Masque (2018)

*****

1919 à Londres. Louisa vit avec sa mère. Son père est décédé récemment et sa mère fait ce qu’elle peut comme blanchisseuse pour payer le logement et la nourriture. L’oncle Stephen (le frère du père décédé et un homme dangereux) s’est invité dans leur petit logement. Il compte tirer profit du fait que sa nièce soit une jeune femme agréable à regarder pour payer ses dettes de jeu. Louisa ne voulait pas laisser sa mère seule, mais ne sachant comment échapper à son oncle Stephen, elle se fait engager comme nounou à la campagne, par la famille Mitford… Avec Nancy, l’aîné des filles, elle va mener l’enquête sur le meurtre d’une infirmière.

*****

Je sais que je vais m’attirer les foudres de certaines de mes collègues du Mois Anglais, mais j’avoue que je ne suis pas fan de tout ce qui concerne la royauté ou l’aristocratie anglaise (ou autre d’ailleurs !) Ceci dit, si nous sommes bien dans la « haute société » avec la famille Mitford, l’héroïne principale de ce roman, c’est la jeune Louisa Cannon, qui, elle, sortirai plutôt d’un roman de Dickens ! J’ai bien aimé le personnage de cette jeune fille, qui se débrouille comme elle peut pour survivre et échapper à la condition de blanchisseuse. Le personnage du policier, Guy Sullivan est intéressant aussi par son obstination à vouloir résoudre l’enquête. Et aussi pour son manque d’obéissance à sa hiérarchie !

La première guerre mondiale

Même si l’intrigue se déroule après la guerre (en 1919 et 1920), et que ce n’est pas le sujet principal, celle-ci est encore très présente. Avec le policier par exemple, qui souffre d’avoir été réformé à cause de sa mauvaise vue. Avec l’infirmière tuée, Florence Nightingale Shore (nièce de la fameuse Florence Nightingale) qui servait à Ypres, ville tristement célèbre pour ses batailles durant la première guerre mondiale. Ou encore avec le personnage de Roland Lucknor, officier à Ypres. On y entend parler de soldats qui font des cauchemars, de Trouble de Stress Post-Traumatique

Lu pour le mois anglais, c’est un roman policier que j’ai lu avec beaucoup de plaisir, notamment pour l’ambiance « so british » !

*****

L’auteur, Jessica Fellowes, est la nièce de Julian Fellowes, le créateur de Downton Abbey, la célèbre série !

Même si ce livre parle d’une famille qui a réellement existé, les Mitford et d’un meurtre jamais élucidé (celui de Florence Nightingale Shore), c’est avant tout un roman !

Un article de Wikipédia sur la famille Mitford

L’avis d’Eva

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos !

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Il participe également au Challenge Première guerre mondiale chez Blandine

Nous suivre et partager :
error0