Nina Simone, mélodie de la lutte ♥

NinaNina Simone, mélodie de la lutte

Jeune, douée et noire : l’origine d’une légende

Sophie Adriansen

Coll. Les indomptées

Éd. Charleston (2022)

*****

Lecture Commune avec Blandine

Enna l’a lu avant nous !

*****

Mary Kate est mariée et elle a des enfants. Pour compléter les revenus rapportés au foyer par son mari, elle fait le ménage chez une femme, Mrs Miller. Mary Kate a une fille, Eunice, qui adore la musique et joue du piano. Elle en joue tellement bien que Mrs Miller décide de payer à Eunice des leçons de piano pendant un an.

Dit comme ça, ça paraît banal. Sauf que nous sommes aux États-Unis, en Caroline du Nord, dans les années 40. Que Mrs Miller est blanche et que Mary Kate, sa femme de ménage, est noire. Eunice, grâce à son talent, et à cette femme, va donc avoir la chance de prendre des cours de piano auprès d’un bon professeur. Alors même qu’elle doit manger son sandwich au fromage à l’extérieur du drugstore parce que les Noirs n’ont pas le droit de s’asseoir à l’intérieur…

Eunice, vous l’aurez compris, c’est Nina Simone. Une merveilleuse musicienne (et chanteuse !) qui deviendra la femme engagée que l’on connaît.

*****

Même si j’aime les chansons de Nina Simone depuis très longtemps, je connaissais très peu sa vie.

Dans cette biographie (partielle) qui se lit comme un roman, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai été franchement désolée pour elle. Car, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres personnes d’ailleurs, sa vie aurait sans doute été très différente avec une autre couleur de peau.

Et ça, c’est juste terrible ! Car comme dit Maxime Le Forestier “Être né quelque part, pour celui qui est né – C’est toujours un hasard”.

Nina Simone, j’ai eu la chance de la voir en concert à Paris à la fin des années 80. Cadeau de rupture de mon petit ami de l’époque (Salut Thierry !) Je me souviens avoir été assez déçue en la voyant arriver. Elle était très en retard, sa robe était tâchée et elle avait l’air malade. Mais quand elle s’est mise au piano, tout le monde s’est tu.

*****

Extrait : Quand, noirs ou blancs, les individus se rencontrent vraiment, ils peuvent mesurer leur valeur. C’est ce qui s’est passé à la chapelle, un dimanche de cette étrange année 1939, lorsque Mrs Miller est venue écouter Eunice jouer du piano. Elle l’a écoutée véritablement. Pour cela, le mieux est de fermer les yeux. On se rend compte alors que la musique n’a pas de couleur. Elle peut venir de l’âme, elle peut venir du cœur, peu importe, les organes sont identiques chez tous les êtres humains.

L’autrice nous explique en quelques pages à la fin pourquoi elle a choisi d’écrire sur Nina Simone.

Un ouvrage facile d’accès et très agréable à lire, avec des repères sur la société de l’époque.

Ça m’a beaucoup plu !

*****

De Sophie Adriansen déjà présenté sur ce blog : La remplaçante (BD sur la maternité), J’ai passé l’âge de la colo, Je vous emmène au bout de la ligne (témoignage) et Quart de frère – Quart de sœur

Le  site de Sophie AdriansenSon blog – Sa page Facebook – Son Instagram

La chanson qui me hérisse les poils à chaque fois que je l’entends : Strange fruit

 

La remplaçante – BD adulte

remplaçanteÊtre mère n’est pas une évidence
Bande dessinée adulte*

La REMPLAÇANTE

Sophie Adriansen & Mathou

La vie en bulles

First éditions (2021)

*****

* Je pense en effet pour la survie de l’humanité qu’il vaut mieux éviter de trop détailler certaines choses aux trop jeunes filles… ;)

*****

Avant de rencontrer Clovis, Marketa ne croyait pas au coup de foudre. Et pourtant, il a bien fallu se rendre à l’évidence. Ils ne se quittaient plus, aménagèrent ensemble. Et un beau jour, décidèrent de faire un bébé… Et c’est là que les choses commencent à se gâter pour Marketa. En fin de grossesse, elle a des fausses contractions (mais qui font vraiment mal !) Puis elle en a des vraies (qui font encore beaucoup plus mal !)

Mais là où ça se gâte vraiment, c’est après l’accouchement (douloureux, bien évidemment…) L’allaitement est douloureux aussi (ça arrive malheureusement !), Marketa à l’impression que son corps est une “zone de guerre”.

Mais le plus terrible, c’est qu’elle ne se sent pas “mère”. Elle n’est pas prête à être responsable d’un être aussi fragile et vulnérable, ne sait pas s’en occuper, ne s’en sent pas capable. Résultat, elle culpabilise et déprime… Et se dit que ce serait bien d’avoir une ” remplaçante “, quelqu’un qui ferait “tout bien comme il faut, à sa place.

*****

Je ne vais pas vous raconter ma propre expérience. Mais elle est assez similaire à celle de Marketa (sauf que mon mari de l’époque ne s’occupait absolument pas du bébé). Et je dois dire que tout cela est très bien rendu. Les douleurs, les angoisses, la culpabilité, la fatigue, l’envie d’être ailleurs parfois… La maternité n’est pas une évidence pour tout le monde, même si on aime les enfants ! On ne nous apprend pas à devenir mère (parent) on doit se débrouiller sur le tas et ce n’est pas toujours facile !

Une BD très bien faite (texte et illustrations) pour mieux comprendre ce qui se passe dans la tête et le corps des femmes.

*****

D’autres livres de Sophie Adriansen : J’ai passé l’âge de la colo, Je vous emmène au bout de la ligne (témoignage) et Quart de frère – Quart de sœur

Le  site de Sophie AdriansenSon blog – Sa page Facebook – Son Instagram

***

Le nouveau blog de Mathou – L’ancien blog de Mathou – Sa page Facebook – Son Instagram

***

Et je suis tout à fait d’accord avec Stephie ! : “La remplaçante devrait être offert dans les maternités après les accouchements ! Ou remboursé par la Sécurité Sociale !”

est en congé pour la période estivale !

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis (ou presque…)

Quart de frère – Quart de sœur Case 11

Quart de frèreQuart de sœur

Sophie Adriansen

Illustré par Maurèen Poignonec

Éditions Slalom (2017)

* * *

     Quart          Quart Quart

T1 : Une rivale inattendue

Arthur, qui est élu “élève le plus cool de l’école” depuis des années, voit d’un très mauvais œil l’arrivée de Viviane, une fille souriante, originale et amusante. En effet, il a peur de se faire voler la vedette…

T2 : Mon pire anniversaire

Arthur et Viviane n’ont plus trop le choix… Leurs parents emménageant ensemble (et eux aussi du coup !) ils vont devoir se supporter. L’occasion d’apprendre à mieux se connaître et même s’apprécier peut-être ?

T3 : Mission spectacle

C’est la rentrée ! Arthur, Viviane et Gaëtan (le grand frère de Viviane) partent tous les 3 pour le collège. Ils vont se retrouver ensemble dans le spectacle de fin d’année. Viviane est ravie, Gaëtan et Arthur beaucoup moins…

* * *

Cette série est très amusante, même si elle aborde des sujets tels que la jalousie, les familles recomposées, la différence. A tour de rôle, Arthur et Viviane nous racontent leurs journées, leurs vacances ou bien leurs soucis. Le tout sur un ton gai et enjoué. Gaité que l’on retrouve dans les jolies illustrations de Maurèen Poignonec, toujours pleines de pep’s ! J’adore la bouille de la petite Viviane, elle est adorable !

En bref, vous n’allez pas vous ennuyer en compagnie de Viviane et d’Arthur, je vous l’assure !

Et comme c’est bientôt Noël, les éditions Slalom vous offrent le premier tome de la série :
Une rivale inattendue”

Bravo à Audrey (Light and Smell) qui remporte cette case 11 du calendrier de l’avent !

* * *

D’autres livres du même auteur : J’ai passé l’âge de la colo et Je vous emmène au bout de la ligne (témoignage)

Le  site de Sophie Adriansen
Son blog
Sa page Facebook

Illustré par Maurèen Poignonec, nous vous avons déjà présenté : La classe de mer de Monsieur Ganèche

Le blog de l’illustratrice

Je vous emmène au bout de la ligne – R. Macia & S. Adriansen

Témoignage

Je vous emmène au bout de la ligne :

tribulations et secrets d’un conducteur de métro

R. Macia & S. Adriansen

Max Milo, 2010
9782315001330 16,23€

 

            Je ne lis pas souvent de témoignages mais quand Sophie a proposé de faire voyager cette aventure plus loin que le métro parisien, j’ai profité de l’occasion. C’est étrange d’ailleurs car je n’ai pas ouvert ce livre avant d’être dans le train, en route pour Paris. Pour me mettre dans l’ambiance.

“À Paris, plus de 5 millions de personnes prennent le métro chaque jour. À l’heure de pointe, en fin de journée, 540 trains circulent simultanément sur tout le réseau. Tout le monde semble pressé de remonter à la surface. Et pourtant, les coulisses de ce monde underground ont de quoi fasciner et la mission du conducteur peut parfois s’avérer héroïque.”

           Dans ce récit, Rodolphe Macia nous montre l’envers du décor d’un métro parisien. Je ne suis pas de ces parisiennes pressées qui courent dans l’escalators mais j’ai toujours un lien privilégié avec Paris, je n’ai d’ailleurs pas souvenir d’une seule année où je n’y sois pas allée, depuis ma plus tendre enfance. Le métro est un espace étrange qui m’a d’abord terrifié et me semble maintenant totalement incontournable à Paris, même en aimant marcher. Mais vous n’êtes pas là pour connaître ma vie mais celles de ce conducteur de métro !

           Rodolphe Macia est conducteur de métro sur la ligne 2 et il nous raconte le métro de son point de vue. Tout le métro. Un témoignage qui se lit très bien car il est chargé d’humour mais deux points m’ont particulièrement plu.

           Les personnages tout d’abord car sous la plume de Sophie Adriansen les personnes anonymes que Rodolphe croise tous les jours prennent vie devant nous pour quelques lignes. Des voyageurs qui nous ressemblent plus ou moins. Avec son regard extérieur il met en lumière nos travers… et c’est plutôt bien vu!

           Outre cet aspect très humain, exacerbé par les réflexions personnelles de l’auteur sur son métier ce sont les informations presque documentaires qui ont retenu mon attention. J’ai aimé apprendre au détour d’un chapitre le nombre de lignes parisiennes, le nombre de conducteurs ou le détail des trains utilisés. Bien que le narrateur soit toujours présents dans les encadrés de fin de chapitre, l’accent est mis sur ces points plus documentaires et permettent en feuilletant le livre de retrouver rapidement une information.

           Après quelques chapitres, il faut bien l’avouer, j’ai eu peur de me lasser, mais finalement chaque nouveau chapitre apporte une fraîcheur à l’ouvrage et j’ai réalisé un agréable voyage sur la ligne 2.

      La seule chose qui m’a manqué finalement ce sont des photographies pour illustrer le tout… je ne suis pas assez parisienne pour partir sur la trace du tableau, des plaques de station, du lapin rose… mais j’aurais bien vu ce témoignage richement illustré de belles photos en noir et blanc comme sur la couverture !

Un témoignage vivant, très proche de l’oralité, dans les sous-sol de Paris, des recoins noirs et bondés, plein de gens qui courent sans regarder les autres… et pourtant on y découvre tout un monde qui pense, sourit et vit… et nous avec!

Les Petits Plus :

+ Un livre à compléter si vous aimer l’atmosphère du métro par deux sites :
– le premier est cité dans le livre, il s’agit de transport amoureux, un site destiné à laisser des annonces suite à des rencontres dans le métro (et oui, l’amour s’y trouve parfois)
– le second découvert il y a quelques années, un blog qui s’est arrêté depuis mais sur lequel vous pouvez fouiller http://linconnudumetro.wordpress.com

+ Le site de Sophie AdriansenLe site du livre, Le plan de la ligne 2

+ D’autres avis de blogueurs : George, Leiloona, Hélène, LilibaAngelita

+ D’autres livres de Sophie Adriansen : J’ai passé l’âge de la colo