Tu ne sais rien de l’amour : un roman souvenir

Tu ne sais rien de l’amour est un roman touchant sur l’amour, les amours, qui entremêle amitié, adolescence, famille et secrets.

Tu ne sais rien de l'amourRoman pour adolescents dès 14 ans

Tu ne sais rien de l’amour

de Mikaël Ollivier

Thierry Magnier, 2016
Collection Grands Romans
9782364749522, 15,90€
240 pages
Disponible en epub numérique

Thèmes : amour, souvenir, amitié, famille, secret

***

!! Attention, ne lisez pas la 4ème de couverture de ce roman, trop explicite, pour préserver le suspense !!

Nicolas est médecin, sa garde commence dans quelques heures quand un mail de sa mère vient troubler sa nuit. Il hésite à l’ouvrir. Ce mail est aussi adressé à Malina, alors il se met à penser à elle, à son enfance, son adolescence. Peu à peu, entre présent et passé, on suit le fil de la vie de Nicolas, mais aussi celle de cette Malina. Cette petite voisine, orpheline de mère, qui venait tout le temps chez eux, partait en vacances avec eux, au point qu’à deux ans déjà, ils étaient inséparables.

Au fur et à mesure du récit, des secrets apparaissent, des révélations. Des histoires secondaires qui aident à mieux comprendre les protagonistes de ce récit, et notamment les parents de Nicolas. Ses parents qui selon les périodes du récit sont de simples toiles de fond ou de vrais acteurs au coeur de l’intrigue. Enfin Malina est un personnage que l’on a du mal à cerner, tout au long de ce récit, et qui pourtant hante complètement le héros.

Plusieurs passages font facilement écho à des expériences personnelles… celui-ci m’a touché :

C’était à l’époque du premier arrêt maladie de mon père, quand je me suis mis à fermer moi-même les volets, le soir. Période – je ne m’en rends compte qu’aujourd’hui, avec le recul des années – étrange et fébrile, durant laquelle je savais inconsciemment que quelque chose de grave était en marche, dont personne ne me parlait, et dont je n’avais d’ailleurs pas du tout envie que l’on me parle, bien trop agrippé à l’égocentrisme de l’enfance. Pourtant, je ne pouvais manquer de m’apercevoir que ma mère était nerveuse et tendue.

L’alternance entre deux périodes, avec ce Nicolas adulte est intéressante, mais elle rend les personnages finalement moins attachants. Un détachement se crée entre le lecteur qui s’attache assez facilement aux adolescents que l’on suit, et le personnage adulte dont la réflexion plus mûre vient troubler les jolis souvenirs. Car ce récit oblige à une vraie réflexion sur l’amour et la famille. Une réflexion difficile, parfois dérangeante, mais dans l’air du temps. Proposer un récit double permet aussi d’apporter une fin bien plus construite et profonde.

Tu ne sais rien de l’amour est un récit poignant à la chute surprenante, qui touche le lecteur et marque sa vision de l’amour. Rien de choquant dans ce récit pour un lecteur adolescent, mais sa lecture réclame je pense une certaine maturité pour l’apprécier, 14-15 ans sans doute…


+ De Mikaël Ollivier nous vous avons déjà présenté :

Petit poche : – Jack est là   et   Trop fort, Victor

petitetropfortvictor

+ D’autres romans de Mikaël Ollivier à découvrir (et que j’ai beaucoup aimé) :
La vie en gros
Tu sais quoi ?
Le monde dans la main

 

Avez-vous déjà lu des titres de cet auteur ?

Une enquête de Mado et Lili – Roman jeunesse

Mado

Une enquête de Mado et Lili
On a volé les poules de Clémentine !

Élise Fontenaille & Stéphanie Marchal
Oskar éditeur (2018)

^^^^^

Mado et Lili sont voisines et amies depuis toujours. Elles adorent jouer dans le jardin de Clémentine, leur voisine, leur grand-mère de cœur. La porte de celle-ci est toujours ouverte, et pour tout le monde, enfants ou animaux ! Mais ce matin, Clémentine est en larmes : ses deux poules, Boulette et Maigrelette, ont disparu !

Les deux amies décident immédiatement de mener l’enquête, chacune à sa façon. Mado pose des questions et prend des notes dans son calepin, Lili cherche des indices et les photographie avec son smartphone. Retrouveront-elles Boulette et Maigrelette ? Je vous laisse le plaisir de découvrir la fin de cette petite histoire !

^^^^^

Pour les amateurs d’enquêtes, de mystères. Les deux fillettes vont rencontrer une galerie de personnages « haut en couleurs » ! Il y a de l’amitié, de l’humour et aussi du suspense bien sûr, dans cette enquête qui devrait plaire aux plus jeunes. Les illustrations enfantines, mais très expressives, renforcent le côté humoristique de l’histoire et plairont sans nul doute aux enfants. A partir de 7 ans (Bons lecteurs de fin de CP).

^^^^^

Pour voir des illustrations de Stéphanie Marchal, c’est par ici, et aussi par là

 

Flamingo – Album rigolo et très beau ! ♥

flamingo

FLAMINGO ♥

Molly Idle
Seuil jeunesse (2013)
oo oo oo oo

Flamand est seul. Vraiment seul ?

Arrive une petite baigneuse chaussée de palmes, qui se met à imiter le flamand rose.

Celui-ci enchaîne les poses, de plus en plus compliquées, jusqu’à ce que… Patratras ! Serait-ce la fin du jeu ?

oo oo oo oo

flamingo

oo oo oo oo

Un album qui raconte un jeu d’imitation, la petite fille imitant la belle chorégraphie du flamand. Imitation pour cause d’admiration, de ressemblance (la fillette porte un maillot rose et des palmes) ou d’envie de jouer/de danser ?

On ne sait pas, mais cela débouche sur une jolie histoire d’amitié.

Une histoire toute simple, avec très peu de texte, mais graphiquement c’est superbe ! Avec des volets à soulever, dévoilant de nouvelles poses, de nouvelles mimiques… Toutes les pages sont très joliment bordées de fleurs roses (fleurs de péchés ou de cerisiers ?)

En faisant des recherches sur l’auteure, j’ai vu qu’en fait il s’agit d’une série. La petite fille s’appelle Flora et elle danse aussi avec un pingouin sur la glace ou encore avec deux paons ou même une autruche !

Le blog de l’auteure

oo oo oo oo

Une très jolie découverte faite grâce à Lucie, du blog « La souris des champs » avec qui j’ai eu le plaisir de faire le swap album cette année.

challenge albums 2018

Cet album participe au Challenge « Je lis aussi des albums 2018 (quel numéro ? Heu…)

Le Dieu oiseau – Roman jeunes adultes

Dieu

Le Dieu Oiseau

Aurélie Wellenstein

Scrinéo (2018)

***

Tous les 10 ans a lieu une terrible compétition entre les 10 clans de l’île. Le clan gagnant a tous les droits sur tous les autres clans. 10 ans auparavant, Faolan a vu sa famille se faire massacrer sous ses yeux. Lui a été « sauvé » par le fils du chef, Torok, qui en a fait son esclave et son jouet.

Faolan attend avec impatience la compétition grâce à laquelle il espère bien se venger. Mais Torok le laissera-t-il faire ?

****

Bon, pour tout dire, j’ai bien cru que j’allais arrêter ma lecture tellement j’ai trouvé ça violent et sanglant. Mais impossible de laisser tomber Faolan ! Je voulais vraiment savoir si il allait se sortir de sa situation et le cas échéant, comment… Bref, âmes sensibles s’abstenir, le Dieu Oiseau est une histoire passionnante et prenante, mais sombre, très très sombre… Une plongée dans les recoins les plus noirs de l’âme humaine, jusque dans la folie et au-delà.

Un extrait : « Pour la millième fois, le garçon passa en revue les épreuves de sélection qui l’attendaient : natation, course, escalade, maniement des armes ou lutte, confrontation avec un animal. Ces défis mobilisaient les compétences requises par le futur champion : une fois désigné, le vainqueur des sélections devrait en effet nager pendant des heures jusqu’à l’île sacrée de Mahoké, le dieu-oiseau, puis courir pour devancer les neuf autres concurrents, se battre contre eux, affronter les animaux sauvages et enfin, escalader la falaise où nichaient les sternes de mer et trouver le premier, dans une anfractuosité de la roche, l’oeuf doré conçu tous les dix ans par Mahoké. »

*****

Deux romans de cette auteure sont déjà parus chez Scrinéo : Le Roi des fauves (2015), qui a reçu le Prix des Halliennales et Les Loups chantants (2016), qui a reçu le Prix Elbakin.

Déjà présentés sur le blog : « Chevaux de foudre » et « La fille de Tchernobyl » parus chez Magnard Jeunesse, et La mort du temps chez Scrinéo.