Le récital des anges – Mois Américain 2

récitalLittérature américaine
Roman adulte

Le récital des anges

Tracy Chevalier

La Table Ronde (2002)

*****

Thème du jour (4 sept) : Ladies first

(auteure américaine, livre féministe, héroïne marquante)

*****

Dans le récital des anges, nous sommes à Londres en 1901. Kitty Coleman s’ennuie, dans son couple et dans sa vie. Son éducation, ses lectures, ses discussions avec son frère lui ont donné d’autres aspirations que d’être une bonne mère, une bonne épouse ou une femme au foyer exemplaire.

Lors d’une visite au cimetière suite au décès de la Reine Victoria, la famille Coleman rencontre la famille Waterhouse. Les fillettes des deux familles, Maude Coleman et Lavinia Waterhouse deviennent alors les meilleures amies du monde. Elles jouent dans le cimetière, regardent les anges de pierre. Leurs pères vont également se fréquenter car ils jouent ensemble au cricket. Les deux mères par contre, ne parviendront pas à s’affranchir de leurs différences sociales et culturelles.

Au cimetière, Kitty va rencontrer un homme avec qui elle peut parler. S’ensuivra une aventure aux conséquences embarrassantes et une dépression pour Kitty. Elle va s’éveiller de nouveau à la vie en rencontrant une suffragette du nom de Caroline Black.

*****

Avec ce roman, je suis tout à fait dans le thème du jour !

L’auteure est américano-britannique, une moitié du livre parle des suffragettes et et le moins que l’on puisse dire de l’héroïne (qui est pour moi Maude et non pas sa mère Kitty) est qu’elle est marquante (elle m’a tour à tour amusée, émue, attristée…).

C’est un roman polyphonique, avec une dizaine de personnages qui s’expriment à tour de rôle. Mais on n’est jamais perdu, le nom de chaque personnage étant indiqué au dessus de chaque paragraphe. On entend aussi bien les voix des deux familles, que celles de la femme de ménage, de la cuisinière ou encore de Simon, l’apprenti fossoyeur.

Il y a beaucoup de choses dans ce roman : des secrets de famille, des traditions à respecter, des drames terribles, des gens passionnés que ce soit par l’amour ou la politique, d’autres coincés dans leurs habitudes…

Un roman que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire !

*****

Pour lire le début de ce roman, c’est ici

De cette autrice, j’ai déjà lu et beaucoup aimé

  • La jeune fille à la perle (1999)
  • La dame à la licorne (2003)
  • La Vierge en bleu (1997), son premier roman, m’avait un peu moins plu.

Dans ma pal, il me reste à lire “Prodigieuses créatures” et “L’innocence”.

*****

C’était ma 2ème lecture pour ce mois américain organisé par Titine du blog Plaisirs à cultiver  et animé par Mélanie sur Instagram

Logo réalisé par The Cannibal Lecteur

Ce roman participe également à l’Objectif Pal chez Antigone

Celle que je ne suis pas – l’histoire de Valentine

ValentineManga : 1er tome d’une trilogie
L’histoire de Valentine

Celle que je ne suis pas

Vanyda

Dargaud (2008)

*****

“Celle que je ne suis pas” raconte le quotidien de Valentine. Elle a 14 ans, est en dernière année de collège et est secrètement amoureuse d’un garçon, Félix. Elle vit seule avec sa mère. Comme beaucoup d’ados, elle se cherche, cherche sa place. On suit son quotidien à la maison, affalée sur le canapé devant la télé, ou allongée sur son lit. Elle est plutôt passive de manière générale, que ce soit avec sa mère ou ses amies. Comme endormie. Avec ses amies, elles ont des conversations de jeunes adolescentes. Elles parlent des garçons, de leurs vacances ou de leurs weekends, de la future boum du collège. Certaines fument ou boivent. Pas Valentine. On suit toutes ses pensées. Elle se met à sortir avec un garçon alors qu’elle rêve d’un autre.

*****

De Vanyda, je n’ai lu qu’une BD “Entre ici et ailleurs” que j’avais bien aimé.

Il ne se passe pas grand-chose dans ce quotidien. C’est une jeune fille de 14 ans plutôt sérieuse, qui va au collège, travaille bien et est amoureuse. Rien de très passionnant, mais pourtant on s’attache à Valentine. On aimerait juste la voir se bouger un peu plus, comme la plupart des ados !

Bref, une bd agréable et un personnage auquel on croit. Et auquel s’identifieront probablement beaucoup de jeunes ados.

Je ne suis pas adepte du dessin type “manga”, mais le trait de Vanyda est très doux (comme l’histoire d’ailleurs) et passe bien. Si je mets la main sur le tome 2, je le lirais avec plaisir.

*****

Le blog de Vanyda

Les godillots – BD première guerre mondiale

godillots1ère guerre mondiale
BD jeunesse

LES GODILLOTS

Intégrale

Olier & Marko

Bamboo édition (2019)

*****

2019 est la date de parution de l’intégrale.

Date de parution des albums : T1 (2011), T2 (2012), T3 (2014), T4 (2016) et T5 (2018)

*****

Les poilus Palette qui était boulanger dans le civil et Le Bourhis qui était cultivateur se retrouvent désignés pour s’occuper de la roulante (la cantine) et du ravitaillement des bataillons de première ligne. Ils seront vite rejoints par Bichette, un jeune garçon basque qui cherche son frère et Salopiot, un petit singe qui aime les pommes.

Les godillots -comme va les nommer Bichette- vont vivre de nombreuses aventures plus ou moins amusantes au fil des tomes.

Sophie vous avait déjà parlé des tomes 1 et 2.

*****

J’ai passé un très bon moment avec cette équipe des godillots !

Une bd qui, si elle se passe sur le front pendant la première guerre mondiale, est tout de même destinée à un public jeunesse. Ce qui n’empêche pas qu’il y ait des morts et des histoires pas jolies, jolies comme dans le tome 2 par exemple. Mais c’est surtout une belle histoire d’amitié entre ces poilus ! Et il y a des moments plutôt amusants.

Cet album permet de montrer aux enfants les conditions de vie des poilus dans les tranchées, de mieux comprendre leur vie quotidienne.

Au début de l’album, il y a une frise pour s’y retrouver (avec des détails sur la première guerre mondiale), les 5 albums regroupés ici ne respectant pas l’ordre chronologique. Et à la fin de l’intégrale, quelques pages pour en savoir plus sur les personnages avec également une frise chronologique ne concernant que les personnages.

Feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

Du même illustrateur, nous vous avons présenté : Le jour où…

*****

BD sur la première guerre Mondiale

 *****

D’autres livres sur la première guerre mondiale

L’étang aux libellules d’Eva Ibbotson
Cheval de Guerre de Morpurgo
Le journal d’Adèle
Paule du Bouchet
Paroles de Poilus
Le violoncelle poilu d’Hervé Mestron

et Bibliographie Première Guerre Mondiale
et une sitographie lors de la semaine Première Guerre Mondiale  en 2009

*****

Une bande dessinée qui participe au Challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine

https://img.over-blog-kiwi.com/0/77/65/37/20200106/ob_82afab_logo-chall-1gm-2020.jpg#width=1200&height=828

 

La BD de la semaine a pris ses congés d’été…

Je continuerai malgré tout à vous présenter des BD tous les mercredis !

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry…

lettreLa lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi…

Rachel Joyce

Éditions XO (2012)

*****

Harold Fry est un retraité sans histoires. Il reçoit un jour une lettre d’une ancienne collègue de travail, qui est mourante. Il y répond, sans être tout à fait satisfait de sa réponse et sort poster sa lettre.

En arrivant à la boite aux lettres, toujours insatisfait par sa réponse, il hésite à poster sa lettre et continuer à marcher tout en réfléchissant. Il passe une 2ème, puis une 3ème boite aux lettres puis la poste, et se retrouve bientôt à la sortie du village. En s’arrêtant dans un garage pour manger un morceau et en parlant avec la jeune fille qui le sert, il a soudain une révélation. Il finit son burger et repart sur la route.

Il s’est dit qu’il allait aller porter lui-même sa lettre (à pied !) et que tant qu’il marcherait, son ancienne collègue l’attendrait et ne mourrait pas.

*****

Une histoire surprenante

Et que l’on n’imagine pas du tout au départ… Cette marche va devenir une sorte de pèlerinage, c’est une longue, très longue prise de conscience dont nous sommes les témoins. Peu à peu, au fil des kilomètres on va nous révéler l’histoire d’Harold, de sa femme Maureen, de leur fils David et de cette ancienne collègue qui se meurt, Queenie.

Loin d’être ennuyeuse, cette longue marche (1000 kms à travers l’Angleterre) nous fait voyager et réfléchir.

C’est une aventure extraordinaire qui arrive à un homme ordinaire. Et cela juste parce qu’il commence à réfléchir à sa vie, à ce qu’il veut, à ceux qu’il aime…

Un roman qui ne peut pas laisser indifférent, très émouvant.

J’ai également lu et beaucoup aimé la suite, “La lettre de Queenie“. Elle y explique à Harold tout ce qu’elle n’a pas pu lui dire…

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire ces deux romans, n’hésitez plus !

*****