ON A SUPERMARCHÉ SUR LA LUNE

supermarché

A partir de 13 ans

ON A SUPERMARCHÉ

SUR LA LUNE

Sébastien Joanniez

La Joie de Lire (2022)

*****

Ce roman fait partie de la sélection du Prix Vendredi 2022

*****

On a supermarché sur la lune, c’est le journal de Rosa. Elle nous raconte sa vie, ses rêves, ses cours, ses potes, sa famille et ses amours. L’adolescence, l’âge des questions sans réponses ?

Rosa a pourtant trouvé ce qu’elle veut faire dans la vie. Elle veut écrire des chansons. Alors elle monte un groupe avec son pote Mano, lui, il comprend tout, même les trucs les plus bizarres. Et en plus, il joue de la guitare. Le groupe s’appellera Epiphony.

Et puis une nuit, au lavomatic, Rosa fait une rencontre qui la trouble. Au fil des jours, des mois, du cycle lunaire (symbolisé sur chaque page) Rosa se cherche, grandit, change. Elle écrit son journal, mais aussi des poèmes, des chansons.

En tombant amoureuse, elle fait une découverte.

*****

Au départ, j’ai eu du mal à rentrer dans cette histoire. A cause du style, un peu décousu, sans virgules, avec des juxtapositions de mots… Un style particulier. Mais Rosa est une adolescente attachante, qui se cherche, se questionne et ne peut laisser indifférent. Elle m’a touchée et son histoire aussi. C’est donc un personnage très réussi !

*****

Poème caché dans une poche arrière

J’écris quelque chose qui ne ressemble à rien

pour chanter quelque part

quelqu’un me cherche :

c’est moi.

*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

Totalement différents en matière d’écriture, mais avec des thèmes similaires : 2 romans de Sarra Maning et Je les entends nous suivre

Un MUR si HAUT – Album

murAlbum
à partir de 5 ans

Un MUR si HAUT

N. Guilbert & S. Augusseau (ill.)

Des ronds dans l’O jeunesse (2015)

*****

Deux jeunes enfants, Plume et Timy étaient amis. Ils s’étaient même dit un soir qu’ils étaient amis pour la vie. Ils partageaient tout. Les jeux, les promenades, les secrets, les fous rires et la tristesse aussi. Mais un jour, le Roi bleu du village de Plume se fâcha avec le Roi Blanc du village de Timy… Une dispute si grande que les deux rois décidèrent de ne plus jamais s’adresser la parole. Et comme les rois, c’est bien connu, décident pour tout le monde, ils firent construire un mur immense entre les deux villages. Plume et Timy étaient tristes d’être séparés. Plus que tristes, désespérés…

*****

Comme ces deux enfants, nous sommes attristés, pour ne pas dire atterrés, par la bêtise humaine… L’être humain se bat depuis la nuit des temps apparemment, et sans toujours bien savoir pourquoi.  Ici ce sont deux rois qui se sont fâchés pour un petit bout de terrain.

J’ai tout aimé : l’histoire, les illustrations et les couleurs. Les dessins sont élégants et les couleurs très douces. Il y a des tampons (?) et des collages qui donnent du relief. C’est plutôt original.

En ce moment, avec la guerre entre l’Ukraine et la Russie, il me paraît important d’expliquer aux enfants que les conflits existent. Mais aussi qu’ils peuvent s’arrêter un jour…

C’est une très belle histoire, et elle finit bien.

De quoi apporter un peu d’espoir ?

*****

Le site de l’autrice “Rêve de plume”

Un autre album de cette autrice : L’oiseau Lyre

Le site de l’illustratrice, son instagram et son FB

*****

Le livre des débuts d’histoires – Roman jeunesse

livreRoman jeunesse américain
A partir de 9/10 ans

Le livre des débuts d’histoires

Kristin Kladstrup

Traduit de l’anglais (USA) par Anne-Judith Descombey

Nathan (2006)

*****

Lecture Commune avec Blandine

*****

Ce jour-là, lorsque le père de Lucy rentra à la maison, il ne trouva pas sa fille l’attendant derrière la porte comme à son habitude. Elle était assise sur le divan du salon, regardant droit devant elle. Elle venait d’apprendre que son père avait perdu son travail à l’université. Et qu’ils partaient dans l’Iowa, vivre dans une maison léguée par tante Lavonne. C’était censé être une bonne nouvelle. Mais Lucy avait toujours habité cet appartement.

Dans cette ville, il y avait sa meilleure amie. Il y avait aussi l’orchestre dans lequel elle jouait du violon, le cinéma qui passait de vieux films. Et le libraire de la vieille librairie qui lui mettait toujours des livres de côté. Bref, il y avait tout son univers… Non décidément, ce n’était pas une bonne nouvelle !

Mais après avoir lu une lettre envoyée par tante Lavonne quelques jours avant son décès, Lucy se dit qu’il pourrait finalement être intéressant de découvrir l’Iowa…

*****

Voilà une histoire qui se dévore sans faire d’histoires. Ou plutôt si. Elle en fabrique beaucoup !! Et pas seulement des débuts…

En tous les cas, ça m’a beaucoup plu. On suit les péripéties de Lucy et de son nouvel ami, entrainés par de nombreux rebondissements ! Si vous aimez le fantastique et la fantasy et surtout que vous aimez écouter des histoires, ouvrez grands vos oreilles et laissez-vous entrainer à la suite de Lucy.

Et puis comment résister à cette couverture “magique” et à cette mise en garde…

“Prenez garde, vous qui écrivez dans ce cahier,

Prenez garde aux histoires que vous commencez,

Car chaque histoire qui possède un commencement,

Pourrait bien avoir aussi une suite et un dénouement.

 

Pensez également, avant d’écrire pour de bon,

Que si au jour succède immanquablement la nuit,

Tous les débuts d’histoires ne font pas de bons récits ;

Certains y parviennent, d’autres non.

 

Que ce livre rende son jugement souverain,

Pour dire si et comment l’histoire prendra fin.”

*****

Un roman jeunesse qui participe au challenge

LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES” (USA)

proposé par Bidib

monde

La fille dans l’écran – BD

filleDeux pays, deux vies, une rencontre
BD Ado/Adulte

LA FILLE DANS L’ÉCRAN

Manon Desveaux & Lou Lubie

MARAbulles

Marabout (2019)

*****

La fille dans l’écran, c’est Coline. Elle vit à Périgueux, chez ses grands-parents. Elle adore dessiner et voudrait être illustratrice. Tout le monde lui dit qu’elle a “un bon coup de crayon”. Mais elle a dû quitter l’école suite à une phobie scolaire et des crises d’angoisse. En cherchant des modèles d’animaux pour illustrer son premier livre, elle tombe sur un site de photographies, d’un dénommé Laurent. Elle lui envoie un mail pour lui demander l’autorisation de se servir de ses clichés.

L’autre fille dans l’écran, c’est Marley. Elle est en couple et vit à Montréal au Canada. Venue au Québec pour faire des études de photographie, elle a fini par devenir “adulte et responsable”. Elle a fait le choix de prendre un travail alimentaire, d’être barista (barmaid). Et a complètement abandonné la photo.

*****

Plusieurs thèmes sont abordés dans cette jolie bd. La phobie scolaire et les crises d’angoisse. Les choix que l’on est amené à faire dans sa vie. Faut-il forcement abandonner ses rêves, ses passions, pour devenir un adulte responsable ? Ou au contraire s’y accrocher de toutes ses forces ? Les deux filles ont fait des choix différents, mais ce n’est facile ni pour l’une, ni pour l’autre.

On assiste à la rencontre virtuelle de ces deux jeunes filles passionnées. C’est fragile, doux et tendre à fois !

Une jolie découverte.

***

Sinon, j’ai hâte de lire la bd de Lou Lubie intitulée “Et à la fin ils meurent, la sale vérité sur les contes de fées“. Rien que le titre, j’adore !! Une autrice que je vais suivre.

*****
  • Prix Égalité Jeunesse de Cherbourg-en-Cotentin 2021
  • Miglior Libro di Scuola Europea – Festival Romics (Italie) 2020
  • Grand Prix BD des élèves d’Auch 2019-2020
*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

Le site de Lou Lubie

Une autre de ses BD présentée sur ce blog : Goupil ou Face (sur la cyclothymie, super intéressant !)

Le site de Manon Desveaux

*****

D’autres avis : Les lectures de Caro, Stephie

Et cette semaine, LA BD de la semaine est chez Moka, Au milieu des livres