Communardes ! BD d’aventure historique

communardesBD d’aventure historique

COMMUNARDES !

Lupano &

Jean / Mazel / Fourquemin

Vents d’Ouest

Glénat (2015/2016)

*****

Nous sommes en 1871, année de “La Commune de Paris“. Les parisiens se soulèvent contre leur gouvernement et celui-ci doit s’exiler à Versailles. Le conflit va durer deux mois dont une semaine de combats sanglants. Une jeune femme russe d’à peine 20 ans, Élisabeth Dmitrieff, est envoyée par Karl Marx à Paris pour l’informer sur le déroulement des conflits. Mais cette belle aristocrate ne va pas se contenter d’un rôle d’observatrice. Elle va monter l’Union des Femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés et s’engager dans la bataille. Ce que réclament les femmes ? Ni plus ni moins qu’avoir les mêmes droits que les hommes ! Mais Élisabeth va trop vite, elle fait peur même à ses meilleurs soutiens. (Tome 1)

*****

  1. L’aristocrate fantôme avec Jean comme illustrateur (2015)
  2. Les éléphants rouges illustré par Lucy Mazel (2015)
  3. Nous ne dirons rien de leurs femelles… Illustrations de Fourquemin (2016)

*****

Les couvertures dont le tour ressemble à une vieille affiche et que je trouve très belles, ont tout de suite attiré mon œil. J’ai d’ailleurs bien aimé le dessin des 3 tomes, même si j’ai parfois eu un peu de mal à reconnaître certains visages dans celui dessiné par Jean.

Lupano a signé le scénario des trois BD sorties à ce jour (série en cours ?) mais à chaque fois c’est un dessinateur différent qui se charge des illustrations. Les histoires m’ont non seulement beaucoup plu, mais elles m’ont donné envie d’en savoir plus sur cette période qu’à vrai dire je ne connais que de nom.

Les albums constituent chacun une histoire complète.

Il est cependant préférable de les lire dans l’ordre car on retrouve des personnages d’un tome à l’autre.

Chaque album propose une histoire de femmes, des communardes qui se sont battues à côté des hommes. Ces premières féministes revendiquaient l’égalité salariale (les femmes à cette époque étaient payées 50% de moins que les hommes et devaient avoir l’autorisation de leur mari pour travailler), le droit de vote, la reconnaissance de l’union libre et les mêmes droits pour les familles, le droit à l’éducation pour les filles

Bref, des choses qui ne sont pas tout à fait réglées encore aujourd’hui dans le monde !!

Pour en savoir plus sur la commune de Paris :

le site de Michèle Audin (avec une chronologie)

Celui de Raspou Team

Côté dessin, j’ai préféré les illustrations de Lucy Mazel ou celles de Fourquemin à celles de Jean.
Une belle série que je continuerai !

*****

De Wilfried Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool (Sophie) (Nathalie), Ma révérence, Les vieux fourneaux, Un océan d’amour

De Lucy Mazel, le magnifique Edelweiss

Et de Xavier Fourquemin : Le train des orphelins, Miss Endicott

Nous suivre et partager :

Miss Endicott – Bd ado/adulte

Endicott

Miss Endicott

Jean-Christophe Derrien & Xavier Fourquemin (ill.)

Collection Signé

Le Lombard (2007)

*****

Miss Endicott, Prudence de son petit nom, revient d’un long voyage aux Indes. La raison de son retour n’est pas très gaie, elle vient en premier lieu assister à l’enterrement de sa mère Maggie et ensuite la remplacer comme gouvernante auprès du jeune Kévin. Mais sa mère lui a également légué une autre tâche. La nuit, elle devient la conciliatrice de la ville et aide les plus démunis à régler leurs problèmes.

Le tome 1 commence un peu tristement et se termine sur une surprise de taille ! Du tome 2, je ne vous dirai rien, si ce n’est qu’il regorge de surprises… A commencer par celle de… la fin !!

*****

Dès la couverture, on reconnaît le joli trait de Xavier Fourquemin, que j’avais déjà apprécié dans la très chouette série “le train des orphelins” (lien plus bas) réalisé avec Philippe Charlot. Il a une façon de dessiner les nez (et les mentons en galoche !) tout à fait reconnaissable et unique !

Endicott

Tout m’a plu dans cette bd, sauf la fin que j’aurai aimé plus…. ou moins… Ben non, je vous dirai pas !

Ce qui m’a le plus plu, c’est cette ambiance un peu victorienne, steampunk même pour la fin du 2ème tome. Du réalisme à la Dickens avec une pointe de fantastique. Les personnages ont des “gueules” comme autrefois au cinéma. Et cette femme, Prudence (dont on ne sait au final pas grand-chose), qui voyage seule, se bat comme Bruce Lee (ou presque, lui n’avait pas les aiguilles à tricoter !!), est très autonome et a beaucoup d’empathie et d’humour !

Mon seul regret finalement, c’est qu’il n’y ait pas un 3ème tome… J’aurai bien aimé une série “les aventures de Miss Endicott, gouvernante”!!

*****

Interview des deux auteurs

De Jean-Christophe Derrien, Sophie vous avait présenté “Résistances” le 1er tome d’une bd historique

Et de Xavier Fourquemin, nous vous avons présenté la série “Le train des orphelins

Cette semaine c’est Moka qui nous accueille Au milieu des livres

 

 

 

 

Et cette bd participe aussi au Challenge “Un max de BD en 2018” de Kobaitchi

Pour la ligne 19) Dont la couverture est majoritairement verte (le tome 1)

Nous suivre et partager :

Le train des orphelins – BD d’aventure historique

Train De sOrphelins 1 Train Des Orphelins 2 Train Des Orphelins 3 Train Des Orphelins 4 Train Des Orphelins 5 Train Des Orphelins 6

Le train des orphelins

Philippe Charlot & Xavier Fourquemin

Collection Grand Angle

Éditions Bamboo

*****

Cette série commencée en 2012 comporte 6 albums (le tome 6 est sorti en janvier 2016).

Le tome 1 commence ainsi : 1990, dans sa résidence huppée de New-York, Harvey n’est pas surpris par la visite de Jim. 70 ans plus tôt, les deux hommes, alors de jeunes garçons, faisaient connaissance à bord du train des orphelins.

Un système d’adoption mis en place pour endiguer le nombre massif, sur la côte Est américaine, d’enfants sans famille issus de l’émigration européenne. Embarqués dans cet étrange voyage en train, Jim et son petit frère expérimenteront la fraternité, l’amitié, la confiance, l’entraide, mais feront aussi les frais de la trahison de ceux qui feraient tout, faute d’être bien nés, pour être bien adoptés…  

De cette bande dessinée, j’ai apprécié le côté historique (je ne connaissais pas du tout cette facette de l’histoire Américaine : cet “Orphan Train Riders”), le dessin plutôt classique : les couvertures sont bien réussies (j’aime beaucoup celle du tome 1), les couleurs sont lumineuses et en plus, ce sont des bandes dessinées grand format (tellement plus agréable à lire !).

J’ai déjà les 5 premiers tomes à la maison (Merci Papa Noël pour le tome 5) en attendant le 6 (que j’achèterai un jour…)

orphan-train

***
Sophie vous a déjà présenté le tome 1 et le tome 3.

***

Vous trouverez ici une vidéo présentant la série.

***

Good Boy

Good Boy (Little Orphan at the Train) de Norman Rockwell (1951)

***

Si le sujet vous intéresse

un roman vient de paraître chez Belfond (Oct 2015) : “Le train des Orphelins” de Christina BAKER KLINE (voir aussi la critique d’Aline sur Anamor). Un roman que je viens de terminer et qui m’a beaucoup plu !

***

Et eTrainOrphelinsJeunessen faisant quelques recherches, je suis tombée sur une série parue chez Castor Flammarion en 1990/1991 (et qui a reçu le prix des Incorruptibles pour la sélection des 10-12 ans) intitulée “le train des orphelins” de Joan Lowery Nixon.

***

 

Nous suivre et partager :

Le train des orphelins 1 Jim de Philippe Charlot

Bande dessinée jeunesse

Le train des orphelins

1 Jim

 de Philippe CHARLOT

illustré par Xavier FOURQUEMIN

Grand Angle, 2012
13,90€

***

Etats Unis, train, orphelin, famille

***

 

Ce premier tome de la saga du Train des orphelins nous présente le début de l’histoire et donc les différents protagonistes. Après la lecture du tome 3 Lisa j’ai eu envie de découvrir cette série dans son ensemble et je ne suis pas du tout déçue par ce premier tome.

En suivant Jim nous découvrons toutes les relations entre les protagonistes et notamment son attachement à son petit frère Joey. Ce tome est celui de la découverte. Découverte de nos héros mais surtout de cette histoire de déplacement massif d’enfants vers l’ouest des Etats Unis. Le plus grand déplacement d’enfants, à une échelle impressionnante. Les adultes apparaissent souvent sous leur plus mauvais jour dans cet album, tant ils sont cupides. Ils ne s’en occupent pas, simplement intéressé par leur propre confort et ne sont pas très regardant sur les familles qui accueillent ces enfants.

Dans ce tome Jim espère vraiment pouvoir garder auprès de lui Joey et Anna ses frère et soeur afin de pouvoir rejoindre leur père à New York. Pourtant le train les éloigne de plus en plus et fini par les séparer.

Un premier tome poignant qui permet de découvrir les personnages à la fois dans le passé en 1920 et en 1990 quand Jim part à la recherche de son histoire. Les illustrations sont magnifiques et tout comme dans le 3ème tome on retrouve les couleurs chaudes et attrayantes.

Une série à découvrir sur un aspect de l’histoire des Etats-Unis passionnant.

 

Nous suivre et partager :