Les ZOLA – BD biopic ♥

les zolaBiopic

Les ZOLA ♥

Méliane Marcaggi & Alice Chemama

Dargaud (2019)

*****

Éditeur : En 1864, Émile Zola est encore jeune pigiste chez Hachette. Discret mais brillant, il rêve de devenir écrivain. Il rencontre auprès de ses amis, figures artistiques majeures en devenir (Cézanne, Monet, Manet, etc.), la vivante et énigmatique Alexandrine, alias Gabrielle, devenue modèle afin d’échapper à sa condition d’ouvrière. Mutuellement séduits, ils entament une relation amoureuse qui se conclura par un mariage tardif. En plus de sa vie, elle partagera avec Zola son histoire personnelle tragique, et celle de son milieu de naissance misérable, qui servira de terreau à l’une des plus grandes sagas littéraires, politiques et sociales de la seconde moitié du XIXe siècle : les Rougon-Macquart. Dans ce contexte, un troisième personnage viendra compléter ce trio, Jeanne Rozerot, la mère des deux enfants de Zola…

*****

Non seulement cette bande dessinée est belle et intéressante, mais en plus, elle donne furieusement envie (à moi en tous cas) de (re)lire les 20 romans composants la série des Rougon-Macquart. J’en ai lu plusieurs (Germinal, Nana, Au bonheur des dames…) mais pas tous et pas dans l’ordre, ce que m’a donné envie de faire cette bd !

On découvre que Zola est un homme gentil, un peu réservé, plein d’empathie. Sa rencontre avec Gabrielle/Alexandrine va lui donner non seulement de l’assurance, mais la connaissance de la vie des gens “de la rue”, Zola venant d’une classe sociale plus “élevée”. Gabrielle va travailler pour lui permettre de se consacrer à l’écriture et va également lui créer un réseau qui va l’aider à se faire connaître.

Gabrielle est une “maîtresse” femme mais c’est aussi une “belle âme” comme on peut le voir à la fin de cet album. Je ne dévoile pas tout si vous ne connaissez pas la bio de Zola, vous aurez ainsi le plaisir de la découverte. Un album qui m’a beaucoup plu, tant pour la vie de cet écrivain que pour les belles illustrations semblables à des tableaux…

*****

+ Quelques mots de Sophie Hérisson : 
J’ai eu ma période Zola au lycée, et puis l’engouement est retombé… mais quel plaisir de me plonger ainsi dans sa vie ! Loin de mes souvenirs édulcorés d’adolescente, j’ai apprécié de voir Zola sous cet angle extérieur, de le découvrir un peu plus. Les personnages féminins qui entourent Zola m’ont eu aussi beaucoup intéressée, et c’est sans doute la force de ce biopic, de montrer des personnages secondaires que l’on a envie d’entendre, de défendre.
Cette bande dessinée a aussi plu à mes collègues de français qui la conseille notamment en 4e !

*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

Les avis de Natiora, Fanny, Stephie, Karine et Moka bien sûr ! ;)

Quant à Jérôme, il a présenté Pot-Bouille, une BD adapté d’un roman de Zola.

Sophie vous avait présenté un imagier pour les petits : Au bonheur des dames

Cette semaine, nous sommes avec Stephie !

Une bd qui participe également à notre challenge “2021, Cette année sera classique !

2021

Le loup en slip – Album sur la peur

slipQui a peur du Grand Méchant Loup ?
Album à partir de 5 ans

LE LOUP EN SLIP

Lupano, Itoïz et Cauuet

Dargaud (2016)

*****

Dans la forêt, tout le monde vit dans la peur. La peur du LOUP ! On vend des pièges à loup, des alarmes ou des clôtures anti-loup, la gazette de la forêt ne parle que de lui, des affiches placardées partout parlent des disparus. Sans compter les conférences qui montrent ses crocs comme des pioches, son pelage hirsute et son regard fou !! Jusqu’au jour où le loup descend de sa montagne, vêtu d’un… slip !

*****

Depuis le temps que j’entends parler de ce “loup en slip” ! Je l’ai enfin lu. Et je lirai probablement les autres, parce que c’est très drôle !! Il fait partie de ces albums où enfants et parents vont rire ensemble, même si ce n’est pas toujours pour les mêmes raisons.

L’album aborde la peur du loup certes, mais aussi la peur tout court, celle de l’étranger, de celui qu’on ne connaît pas. Comment on peut alimenter cette peur est également très bien vu ! Ou encore comment on peut “faire son beurre” (ou ses noisettes !) avec cette peur. Seule la chouette, qui tricote, tranquillement assise sur sa branche, semble très loin de cette agitation.

Les dessins sont amusants, sans cadres, très colorés et plein de détails.

A la fin de l’album, un joli clin d’œil à la série BD “Les vieux fourneaux”.

6 tomes sont déjà parus et un devrait paraître prochainement.

*****

Voir les premières pages (site de l’éditeur)

Voir aussi les avis de : Jojo en herbe, Blandine

De Wilfried Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool (Sophie) (Nathalie), Ma révérence, Les vieux fourneaux (Avec Cauuet), Un océan d’amour, Communardes ! et Blanc autour

Jours de sable – BD sur le Dust Bowl ♥

sableFiction à caractère historique
Roman graphique

Jours de sable ♥

Aimée de Jongh

Dargaud (2021)

*****

Jours de sable se déroule aux États-Unis dans les années 30. John Clark a 22 ans, il habite à New York où il fait des photos pour un journal local. Ce jour là, il est à Washington et court se présenter pour un poste de photographe dans une agence gouvernementale. Ses photos sont convaincantes, il est embauché et part pour l’Oklahoma. Il est chargé de prendre des photos dans le Dust Bowl (bassin de poussière : la terre est totalement desséchée et s’envole, formant des tempêtes de poussière) pour montrer au gouvernement et aux américains les conditions de vie des fermiers dans cette région particulièrement sinistrée. On lui a fournit une liste de choses à photographier, qu’il est libre de suivre ou non : Tempêtes de sable ou de poussière, maisons abandonnées, familles sur le départ, enfants orphelins… Cette mission va changer sa vie.

*****

J’ai adoré ce roman graphique

Pour ses très belles illustrations et sa mise en page variée (illustrations “pleine page”, sans cadres, grandes, petites…). Pour son côté “instructif” aussi, je ne connaissais pas vraiment ce “Dust Bowl” même si j’ai lu les Raisins de la colère (pdf) de Steinbeck (magnifique roman que je vous recommande !). Il y a d’ailleurs un dossier documentaire à la fin et des photos d’époque agrémentent la BD.

Et pour ce personnage, qui se pose des questions sur son travail, pourquoi il le fait, ce qu’il ressent en le faisant. Malgré un thème difficile (la poussière sème la désolation et la mort sur son passage) il y a beaucoup de douceur dans les couleurs de cet album. Et beaucoup d’humanité dans l’histoire.

A lire sans hésitation !

C’était une Lecture Commune avec Blandine, allez donc voir ce qu’elle en a pensé.

Les avis de Bidib, Sabine et Eimelle

*****

Lire un extrait (site de l’éditeur)

Le site de l’illustratrice Aimée de Jongh sur lequel vous pourrez voir des illustrations ainsi qu’un compte rendu de son voyage aux États-Unis.

Elle a également illustré : L’ obsolescence programmée de nos sentiments

Cette semaine nous allons chez Stephie

Une BD qui participe également au Mois Américain sur Instagram

(pas chez Titine cette année, elle prend une pause)

Merci à Belette pour les logos !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Blanc autour – BD sur la ségrégation

blanc
Et si l’éducation pour tous devenait une priorité ?
BD Ados/Adultes

BLANC AUTOUR

Wilfrid Lupano & Stéphane Fert

Dargaud (2020)

* *** *

Blanc autour, c’est l’histoire d’une école pour jeunes filles. Et ça se passe aux États-Unis, à Canterbury, en 1832. La directrice de l’école, Melle Prudence Crandall, est une jeune femme très ouverte. Alors quand Sarah, une jeune fille noire intelligente et très curieuse, vient lui poser des questions (entre autre sur la réfraction de la lumière), elle décide de lui ouvrir les portes de l’école. Mais, bien évidemment, ça ne va pas plaire à tout le monde ! D’autant plus qu’elle ne va pas s’arrêter là…

** * **

Une préface assez courte (une page à peine) nous explique d’où vient cette histoire. Et une postface de plusieurs pages, signée Joanie DiMartino, Conservatrice du musée Prudence Crandall, nous raconte la vie de ces jeunes filles prêtes à risquer leur vie pour apprendre.

Comme à chaque fois que je lis quelque chose à propos de racisme ou de ségrégation, je suis outrée. Je n’ai jamais compris comment on pouvait reprocher à quelqu’un sa couleur de peau. C’est tellement loin de la façon dont j’ai été élevée ! Bref.

Une lecture intéressante qui m’a appris des choses (j’aime !)

+ un dessin aux couleurs douces (et des cases sans “tour”, j’aime aussi)

= Un très bon moment de lecture !

Et une bd que l’on devrait trouver dans les CDI des collèges et lycées…

https://www.dargaud.com/sites/dargaud.com/files/styles/landscape_w800/public/2020-12/71_BLANCAUTOUR_00.jpg?itok=GEx75eIY

*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

Une interview de Wilfrid Lupano

Pour en savoir un peu plus sur Nat Turner

De Wilfried Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool (Sophie) (Nathalie), Ma révérence, Les vieux fourneaux, Un océan d’amour et Communardes !

De Stéphane Fert, déjà présenté sur ce blog : Peau de Mille Bêtes et Morgane

Et si je ne vous ai pas convaincu, allez voir les avis de Jérôme, Noukette ou Bidib !

https://www.actuabd.com/local/cache-vignettes/L672xH560/672x560_actuabd_laureat_21-874e0.jpg?1623193183

Cette semaine, nous sommes chez Moka au milieu des livres