Arto et la fée des livres – Album ♥

ArtoSauriez-vous raccommoder des phrases ?

Album dès 6 ans

Arto et la fée des livres ♥

Agnès de Lestrade

Olivier Latyk

Éd. Milan / Les Incorruptibles (2011)

*****

Tara est relieuse depuis toujours. Son père était relieur avant elle et elle a passé sa vie dans cette boutique au milieu des livres abimés. Il y a des livres aux feuilles volantes, des histoires en morceaux. Patiemment, Tara colle, raccommode, recoud toutes ces phrases et tous ces mots. Un jour, un jeune garçon, Arto, lui apporte un album à réparer. C’est l’album de mariage de ses parents. Il est tout effiloché, tout usé, comme le couple formé par ses parents. Arto voudrait que Tara répare les deux…

*****

C’est une très belle histoire, tendre et poétique. Un récit qui parle de l’amour des livres bien sûr, mais aussi de l’amitié et de l’amour tout court. Celui que l’on peut avoir pour ses parents, pour un ami, pour un métier.

Les illustrations m’ont beaucoup plu également. Elles ont un petit côté « vieillot » mais sont très originales. Et les couleurs, plutôt chaudes, dégradé de marron, rouille ou orange, avec par moments un peu de bleu, s’accordent très bien à la chaleur humaine de Tara et de sa boutique.

*****

Il a fait partie de la 23ème sélection des Incorruptibles catégorie CP

Le blog d’Olivier Latyk

Courte bio et bibliographie d’Agnès De Lestrade

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

L’année 2019 en BD et en coups de coeur

2019Mes coups de cœur de l’année 2019

La BD de la semaine

Tout au long de cette année 2019 nous avons été reçus par

Noukette, Moka et Stephie

Un grand merci à elles !

*****

https://delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2019/01/fonduAuNoir-201x300.jpgobsolescenceBlacksad

 

 

 

 

Janvier

La plus cinématographique de l’année : Fondu au noir

Février

La plus inattendue : l’obsolescence programmée de nos sentiments

Mars

Un classique incontournable : Blacksad

Edmond

Rosa-T2

distances
fourmis
Avril : le mois des coups de cœur !

La plus théâtrale (et drôle !) : Edmond

Pour la libération de la femme (et quelles « gueules » !) : Rosa

La plus évanescente (et belle aussi) : Les petites distances

La plus mignonne : Là où vont les fourmis

Saga

Minuscule

 

Mai

Une série Comics incontournable : SAGA

Juin

Deux auteurs à découvrir d’urgence : Amour minuscule

Juillet et Août : rien à signaler.

Scarface

Parker

patient

 

Septembre

Deux polars bien noirs : Scarface et Parker

Octobre

Celle qui m’a le plus agacée (pour sa fin) : Le patient

vies
Gemma
aventure
amoureux

 

 

 

Novembre (encore un mois faste !)

Celle qui questionne : Les deux vies de Pénélope

Elle m’a donné envie de lire Mme Bovary (un exploit, il m’est tombé plusieurs fois des mains) : Gemma Bovery

Sans texte mais avec beaucoup d’humour : La grande aventure

BD ou album ? Je ne sais pas, mais on s’en fiche ! : Les amoureux

Décembre

Et pour finir l’année, une série jeunesse : Supers

Supers

Cette année 2019 se termine bientôt, j’espère qu’elle vous a apporté de belles lectures ! Je souhaite de très joyeuses fêtes de fin d’année à mes comparses de la BD de la semaine ainsi qu’à tous ceux qui liront ce billet. Moi j’ai découvert cette année encore de nouveaux auteurs, illustrateurs, de nouvelles maisons d’éditions et j’en suis ravie !

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Le treizième conte – Roman fantastique

treizièmeRoman « à tiroir » entre vérités et mensonges

Ado/Adulte

Le treizième conte

Diane Setterfield

Coll. Feux Croisés Plon (2007)

Pocket (2011)

*****

Margaret LEA est la fille d’un libraire et elle aime écrire des biographies. L’une d’entre elles ayant attiré l’attention d’une célèbre autrice, Vida Winter, celle-ci lui demande de bien vouloir venir écrire la sienne. Oui mais voilà, au fil des années, nombreux ont été ceux qui auraient bien voulu écrire cette biographie. Mais Vida Winter, sans refuser de parler, livrait à chaque fois une histoire différente. Or Margaret est attachée aux faits. Elle veut bien écrire la biographie de Vida Winter, mais à condition que celle-ci lui dise la vérité… Ce qui ne se fera pas sans mal.

*****

Voilà plus de 3 ans que ce livre traine dans ma PAL… Pourquoi ne l’ai-je pas lu avant ? C’est l’éternelle question. Tellement de tentations et si peu de temps !

Bref, le challenge Halloween est passé par là (il fête ses 10 ans cette année) et comme plusieurs personnes (à qui j’avais montré mes lectures « possibles » pour Halloween) se sont écriées : « oh ! Le treizième conte ! J’ai adoré ! » (oui bon, quelque chose dans ce genre là, quoi !!) je me suis enfin décidée à le lire…

Et je ne regrette vraiment pas ! C’est une magnifique histoire (et pour un premier roman, chapeau !). C’est tout à la fois une histoire tragique, mystérieuse, fantastique (sauf si vous croyez aux fantômes bien sûr !), une sorte de conte cruel et incroyable.

Ce qui m’a beaucoup plu, en dehors de l’histoire elle-même, c’est cette espèce d’effet « tiroir », d’histoire dans l’histoire.

J’ai adoré et je vous le conseille vivement !

Une dernière chose : prévoyez un peu de temps devant vous, quand on est dedans, on ne voit pas le temps passer.

*****

Le blog des organisatricesHilde et Lou

Facebook : Challenge Halloween

Instagram : le compte dédié @lechallengehalloween

Les organisatrices sur Inta  : @hildelle & @lou_myloubook

#challengehalloween ou #challengehalloween2019

Présentation du challenge Halloween par Sophie

 

Ce roman fait également partie de l’Objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

La muette de Chahdortt Djavann

La muette est un roman court mais puissant, qui ne peut que toucher et indigner le lecteur sur la liberté des femmes en Iran. Si vous en avez marre de la rentrée littéraire, tournez vous vers ce roman qui a déjà 11 ans mais que vous avez peut être manqué !

la Muette

Roman adulte

La muette

de Chahdortt Djavann

J’ai Lu, 2011
5€ / 4,99 en numérique epub pdf
124 pages
9782290014783

 

Thèmes : femme, Iran, prison, amour,

« J’ai quinze ans, je m’appelle Fatemeh mais je n’aime pas mon prénom. Je vais être pendue bientôt… »

Ainsi commence La muette, ce roman prêté par un collègue au détour d’un couloir, sans explication, juste « lis le ». Ce roman court est effectivement prenant, touchant, révoltant.

Cette histoire, celle de Fatemeh, présentée comme un manuscrit écrit en prison en Iran et donné à une journaliste, pourrait malheureusement être vraie. Chahdortt Djavann nous y raconte, dans une langue très simple, presque orale, l’histoire de Fatemeh, et celle de sa tante, la muette. Une adolescente qui voit dans la liberté de sa tante, muette depuis un traumatisme dans l’enfance, et qui ne porte pas le voile, un modèle. Son amour indéfectible lui fait rejeter les fautes sur sa mère, un peu sur la religion, mais surtout sur elle même finalement. C’est sans doute le plus terrible dans ce récit, cette part de vérité, et cette haine que Fatemeh ne sait pas vraiment vers qui tourner.

Fatemeh nous parle de cette tante bien aimée, la muette, de son histoire. Son enfance, le traumatisme qui l’a conduit à ne plus parler, et surtout sa vie actuelle. Comment l’amour la fait renaître à elle même. Comment cet amour la perd.

En Iran l’amour libre est un crime. Dans ce pays la pendaison est une mort plus digne que la lapidation. En Iran, la pendaison sur la place publique est monnaie courante. Ce roman La muette dévoile cette vérité, ces vérités, sans jugement direct, mais avec une remise en cause non voilée de la liberté des femmes et de l’amour.

Une belle lecture, courte mais puissante. Seule la mise en scène de ce manuscrit m’a semblé inutile…

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k