Centaurus – Série SF en cours

Centaurus

Centaurus

Centaurus

Centaurus

Leo – Rodolphe – Janjetov

Delcourt

^^^^^

T1 : Terre promise (2015)

T2 : Terre étrangère (2016)

T3 : Terre de folie (2017)

^^^^^

June et Joy Osmond sont jumelles. June est un peu spéciale mais je vous laisse découvrir en quoi (la réponse est dans les premières pages présentées ci-dessous). Les deux sœurs ont un chevalier servant fort comme un bœuf, mais un peu inculte, Bram. Les 3 jeunes gens, qui habitent le même village, sont recrutés pour faire partie d’une expédition de reconnaissance sur une planète, Vera, dont on ignore tout, sauf qu’elle pourrait être une « nouvelle » Terre… (je n’en dis pas plus, j’ai horreur de dévoiler des éléments de l’histoire que j’ai aimé découvrir)

^^^^^

Le premier tome, « Terre promise » nous permet de faire connaissance avec le contexte, le lieu, les personnages. Mais de nombreuses questions restent posées à la fin de ce tome. Qui est responsable du trou dans la coque ? Que craint June ? Et qu’est-ce qu’il y a dans la dernière case de ce tome 1 ??? Bref, un tome d’introduction.

Dans « Terre étrangère », le tome 2, avec la visite de la planète de nouveaux dangers apparaissent, mais de nouvelles questions également, comme par exemple celle concernant les jumeaux ou encore les étranges créatures rencontrées en chemin… Avec là encore, une dernière case surprenante !

Quand au tome 3, « Terre de folie », loin d’apporter des explications, il apporte encore et toujours de nouvelles questions. Avec , une fois de plus, une dernière case (Mais où va June ??) qui donne, bien sûr, envie d’avoir la suite ! Que je n’ai pas bien évidemment…

^^^^^

Un petit bémol : Janjetov fait parfois plein de petits traits sur les visages, pour marquer la barbe, les rides, les ombres… J’aime pas, je trouve ça moche. Heureusement, il n’a pas fait ça sur toutes les têtes ! Et c’est surtout très visible dans le tome 1, ça se « calme » un peu dans les suivants. Par contre, les différentes « bestioles » sont bien flippantes !

Sinon, j’ai bien aimé l’histoire, il y a pas mal de surprises et beaucoup de questions ! Certains passages de l’histoire m’ont fait penser à un film, la suite dira si je me suis trompée (probablement !) ou non.

Bref, même si ça ne vaut pas ma série préférée de Leo « Aldébaran + Bételgeuse + Antarès » (que je dois relire/terminer maintenant que je les ai tous !), j’ai lu ces 3 premiers tomes de Centaurus avec beaucoup de plaisir et j’attends le tome 4 avec impatience, même si, à mon avis, il y aura plus de 4 tomes (Bon, je viens de voir que c’est un cycle prévu en 5 tomes…) ;)

Mon Homme a bien aimé également (et ce n’est pas un grand lecteur de bd, il en est resté aux « classiques » Astérix ou Lucky Luke » de son enfance).

En bref, si vous aimez l’aventure + la SF, Centaurus pourrait bien vous plaire !

^^^^^

Pour lire les premières pages du tome 1

Centaurus

 

 

Le tome 4 « Terre d’angoisse » est paru le 13 juin (et je ne l’ai pas !!! Sniff…)

 

 

De Rodolphe et Leo, Sophie vous a déjà présenté des tomes de Namibia et Survivants

Cette semaine nous nous retrouvons chez

Betty Boob – Vivre après une mastectomie

Betty

Betty Boob

Véro Cazot & Julie Rocheleau

Casterman (2017)

^^^^^

Élisabeth, dite Betty, vient d’être opérée. Suite à un cancer du sein, elle a subit une chimio (donc plus de cheveux) et on lui a enlevé un sein. Son mari ne supporte plus de la regarder (il s’évanouit carrément) et elle-même a vraiment du mal à accepter ce nouveau corps. Et comme si tout cela ne suffisait pas, elle perd aussi son boulot (plus assez parfaite…)

Heureusement pour elle, elle va rencontrer des gens différents, plus « ouverts », plus tolérants.

^^^^^

Le titre avec sa référence et son jeu de mot (Betty Boop l’actrice et « Boob » le sein en anglais -en argot-), la couverture très colorée ainsi que de nombreux avis très positifs (voir plus bas) m’ont amenés à lire ce roman graphique quasi muet.

Pourtant, j’ai presque honte de le dire,  je n’ai pas vraiment accroché. L’histoire et le thème sont évidemment très intéressant et c’est bien traité, on comprend bien toutes les phases par lesquelles passe Betty et la fin est très optimiste. Le découpage en chapitres avec juste un carton qui porte une ou deux phrases, à la manière des films muets d’antan m’a bien plu.

Je crois bien que c’est le dessin, qui ne me plait pas, qui a fait que je n’ai pas ressenti d’émotions, que je n’ai pas vraiment été touchée… Dommage.

^^^^^

Prix BD de la FNAC – 2018

Prix Albérie-Bourgeois au Festival Québec BD – 2018

Prix des libraires du Québec – Catégorie BD québécoise – 2018

^^^^^

Feuilleter les premières pages sur le site de l’éditeur

Des avis beaucoup plus enthousiastes que le mien : Antigone, Charlotte, Mo’, Karine, Noukette, LeiloonaAmandine, Moka

Et celui de Stephie, un peu plus réservé ! (ce qui me rassure un peu je dois dire, je me sentais un peu seule !)

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Giant – BD New-York années 30

Giant

Giant

 

GIANT

Mikaël
Dargaud (2017/2018)
*****

Sur la couverture du tome 1, un homme fume, à cheval sur la poutre d’un building en construction. Le décor est posé, nous sommes à New-York. En quelques pages, nous savons que nous sommes sous la présidence d’Hoover, quelques années à peine après la grande dépression de 1929. Nous suivons un groupe d’hommes irlandais qui travaillent dur à la construction des gratte-ciels et on va faire plus particulièrement connaissance avec Giant, surnommé ainsi à cause de sa grande taille.

Giant, le taiseux, le taciturne, que ses collègues ont chargé d’une tâche délicate : prévenir la femme (restée en Irlande) d’un de leur collègue qu’elle est désormais veuve… Giant essaie d’échapper à la corvée, mais, devant l’insistance de ses collègues, il ne va pas pouvoir refuser…

Et il va avoir une façon très personnelle d’exécuter cette mission.

*****

J’ai tout aimé dans cette bd : le scénario original avec son côté historique, les personnages qui ont des caractères très différents, l’ambiance assez sombre (les risques du métier, mais aussi le sort des migrants, les rivalités entre irlandais et italiens), le dessin aux tons bruns/verts, la couleur justement qui change en fonction des lieux, le côté historique, les cases jamais identiques (parfois toutes petites, parfois remplissant la moitié de la page)… ♥

A la fin de chaque tome, il y a quelques pages de bonus avec des croquis, les recherches pour les personnages… J’aime !

Et la bonne nouvelle, c’est que l’auteur travaille sur un deuxième diptyque qui se déroulera également à New-York, dans les années 30/40 (Dans le monde des cireurs de chaussures)

*****

Je viens de m’apercevoir que Mikaël est un auteur que je connais déjà… En jeunesse, il a réalisé -entre autres- « Junior l’aventurier » et en bd adulte, il a dessiné « Promise » une série en 3 tomes que nous avons à la bib (et que je vais m’empresser de réserver…)

Le site de l’auteur

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez feuilleter le tome 1 et le tome 2

D’autres ont aimé : Aurore, Karine

D’autres bd se déroulant à New-York : Un homme de joie (2 tomes), Broadway, une rue en Amérique (2 tomes)

Cette semaine, nous nous retrouvons chez Moka, Au milieu des livres !

Attention, cette interview de l’auteur dévoile une partie de l’intrigue !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

La tristesse de l’éléphant – BD

tristesse

La tristesse de l’éléphant

Nicolas Antona & Nina Jacqmin
Les Enfants Rouges (2016)
*****

Louis est un petit garçon qui porte à la fois des lunettes et un certain embonpoint. Ce qui lui vaut d’être souvent tourné en dérision par les autres garçons de l’orphelinat où il vit depuis déjà quelques années au moment où commence cette histoire.

Il n’a que très peu d’amis, ceux-ci étant adoptés les uns après les autres au fil du temps. Son grand plaisir chaque année, c’est d’aller admirer les numéros proposés par le Cirque Marcos qui vient s’installer dans sa ville à intervalles réguliers. Il aime particulièrement le numéro avec les éléphants… (Pourquoi ? Vous le saurez en lisant cet album !)

*****

J’ai tout aimé dans cette jolie bande dessinée, malgré la tristesse qui s’en dégage par moments. Les dessins, tout en rondeur, sont d’une grande douceur, d’une grande tendresse, tout comme les personnages (Merveilleux Mr Manuel !!) et l’histoire… Rien que d’y repenser, mon cœur soupire et j’ai envie de la relire !

Mon seul bémol ? Deux fautes qui m’ont désagréablement surprise… (p.41 : « futures parents » ? et p.48 : « nous acceuillons ») N’y aurait-il pas de correcteur aux éditions Les Enfants Rouges ? J’ai failli ne pas le mentionner tellement cette bd est belle mais on voit de plus en plus de fautes dans les livres et je trouve ça intolérable.

Ce qui n’empêche que j’ai eu un très gros coup de cœur pour cette bd à l’histoire si belle et aux dessins si doux… ♥ ♥ ♥

*****

Extrait de l’album (pdf) : vous pourrez lire une quinzaine de pages

tristesse

Louis et Clara, la rencontre

*****

Cet album a reçu de nombreux prix : Voir ici sur la page de l’éditeur

Le site de l’illustratrice (j’adore sa page d’accueil !)

D’autres que moi ont aimé : Le petit carré jaune, Moka, Noukette, Mo’, Stephie, Saxaoul, Fanny

Cette semaine nous sommes reçus par Stephie du blog Mille et une frasques