Les Indes fourbes – BD picaresque ! ♥

indesRoman graphique picaresque
Ado/Adulte

LES INDES FOURBES

ou une seconde partie de l’histoire de la vie de l’aventurier nommé « Don Pablos de Ségovie », vagabond exemplaire et miroir des filous

A. Ayroles et J. Guarnido

Delcourt (2019)

*****

Inspiré par le roman de Francisco de Quevedo « El Buscón, la vie de l’aventurier Don Pablos de Ségovie » (1626).

*****

Pablos de Ségovie, né pauvre, condamné à mendier ou à voler, n’a qu’un rêve : améliorer sa condition. Et pour cela, une fois ses parents disparus, il décide de partir pour le Nouveau Monde, Les Indes (bon en fait c’est l’Amérique latine…) Ses parents d’ailleurs, parlons-en. De sa mère, il a gardé le goût de transformer les mésaventures les plus cuisantes en savoureuses anecdotes. Et de son père ? « Ne pas crever » était son 1er commandement. « Ne jamais s’abaisser à travailler » le 2ème.

*****

Déjà, la couverture,  à la manière d’un tableau de Maître, m’avait attirée grâce au visage de fripouille du jeune homme représenté (je trouve qu’on sent la malice dans https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/818i81OxEWL.jpgson regard et son sourire !). Ensuite quand j’ai vu les noms des deux auteurs, il fallait absolument que je lise cette bd !

Alain Ayroles

Auteur de la superbe série « De cape et de crocs » (12 volumes, à lire)

Juanjo Guarnido

Illustrateur de Blacksad (magnifique série policière en 5 tomes à lire également)

Il est bien évidemment fortement recommandé de lire ces deux séries si vous ne les connaissez pas, ce sont des « classiques » incontournables !

Que dire ? J’ai lu d’une traite en fin de journée ce roman graphique de 160 pages et j’en ai même oublié de manger !! (Ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas chose courante…)

C’est excellent. Vraiment très drôle (j’ai ri plusieurs fois et pas seulement souri !!) C’est très bien écrit, très bien ficelé et on se fait manipuler d’un bout à l’autre de l’histoire. Quand aux illustrations, elles participent bien évidemment à nous faire rêver et voyager.

Bref, je me suis régalée !

C’est une aventure abracadabrantesque mêlant conquête et filouterie, et qui va vous faire sillonner les Indes, vous faire rire, vous emmener dans un autre temps et vous changer radicalement les idées !

Un énorme coup de cœur pour moi ! ♥

C’est une bd que l’on m’a prêté, mais que je vais acheter parce que j’ai déjà envie de la relire…

*****

Récompenses : 2020 – Prix des libraires de bande dessinée, 2020 – Prix BD Gest’ du meilleur récit court Europe, 2019 – Prix Landerneau, 2020 – Prix Le Parisien de la Bande dessinée

Lire les premières pages

Cette semaine, nous sommes chez Noukette

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Dans l’abîme du temps d’après Lovecraft

tempsManga Seinen (15+)

Dans l’abîme du temps

Gou Tanabe

D’après Lovecraft

Ki-oon (2019)

*****

Une Lecture Commune avec Cristie

*****

Présentation de l’éditeur : En 1935, au fin fond de l’Australie, le Pr Nathaniel Peaslee recherche avec frénésie les traces d’une civilisation inconnue. Il ne comprend pas pourquoi, mais il connaît ces lieux, comme si un autre avait implanté des souvenirs en lui. Il sait que quelque chose d’aussi mystérieux que terrifiant se tapit, là, dans les profondeurs du sable du désert…

Son monde a été chamboulé près de 30 ans plus tôt. À l’époque, il enseigne à la prestigieuse université de Miskatonic. Il mène une vie paisible, entouré de sa femme et de ses enfants… jusqu’au jour où il s’effondre en plein cours. À son réveil, personne ne le reconnaît. Il a toujours la même apparence, mais semble avoir perdu la raison ! Il parle un dialecte inconnu et se comporte comme un étranger. Pire, il se prend de passion pour les sciences occultes, allant même jusqu’à se plonger dans l’étude du Necronomicon, ouvrage maudit entre tous…

*****

Lovecraft, c’est un nom que je connais. Mais je ne suis pas sûre d’avoir déjà lu un de ses récits. J’ai pourtant au moins 3 ou 4 de ses livres à la maison (5 après vérification). Alors pourquoi ? J’aime le fantastique et la SF, mais le peu que je connais de Lovecraft fait naître un sentiment de malaise chez moi je crois…

Je ne lis pour ainsi dire jamais de manga. Mais je me suis fait avoir par un extrait de quelques pages dans un magazine, qui m’a donné très envie de lire celui-ci ! Et par le livre en lui-même qui a une très belle couverture en simili-cuir en relief.

Au final, si j’ai bien aimé l’histoire (ça m’a donné envie de lire la nouvelle de Lovecraft du coup), j’ai été un peu déçue par les illustrations. Les personnages notamment semblent figés, inexpressifs. Et le texte, quand il n’est pas dans des bulles, est parfois difficile à déchiffrer… Les monstres et les paysages par contre, donnent une ambiance étrange et inquiétante qui va à ravir avec l’histoire.

*****

Mon 1er manga (en 2015) : Bonolon (manga « kodomo » à partir de 6 ans)

Le 2ème (en 2016) : les 3 premiers tomes de Kasane, la voleuse de visage (la série est aujourd’hui terminée et elle compte 14 tomes) un seinen (suspense / fantastique)

Cette semaine, nous sommes chez Moka, toujours Au milieu des livres

http://www.ki-oon.com/medias/ckefinder/images/news/Planche_1(1).jpg

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

La favorite – Matthias Lehmann

Favorite

Roman graphique Ado/Adulte

LA FAVORITE

Matthias Lehmann

Actes Sud BD (2015)

*****

Constance vivait avec ses grands-parents dans une grande maison près de Coulommiers. Elle survivait plutôt, entre un grand-père alcoolique et lâche et une grand-mère dure et intransigeante. Constance n’allait pas à l’école, c’est sa grand-mère qui lui faisait cours.

A vrai dire, elle ne sortait jamais de la maison, sauf de rares fois, pour aller jouer dans le jardin.

Constance ne savait même pas si ses grands-parents étaient les parents de son père ou de sa mère. Il n’y avait aucune photo et on n’en parlait jamais. Jusqu’au jour où un couple avec des enfants fut embauché. Le mari pour s’occuper de l’entretien du jardin, la femme pour le ménage. Constance n’avait jamais vu d’enfants…

*****

Pour tout vous dire, je n’aime pas du tout la couverture, que je trouve plutôt sinistre (je n’aime pas les petits traits sur le visage de l’enfant). Cet enfant à l’air tellement triste et solitaire. Et il n’y a pas de résumé à l’arrière. En la feuilletant, à première vue, le dessin (en noir et blanc) ne me plaît pas plus que ça. Alors pourquoi l’ai-je empruntée ?

Tout simplement parce que j’ai appris à faire confiance à mes collègues de la BD de la semaine ! Et j’avoue que l’avis de Christie m’avait donné très envie de découvrir cet album.

Et je ne regrette absolument pas. Même si je ne suis pas super fan du dessin à la plume, il donne une ambiance particulière qui va bien avec cette terrible histoire. Je n’ajouterai qu’une seule chose : Quand on commence à lire ce roman graphique, on va jusqu’au bout. On veut savoir ! Et franchement, je ne m’attendais pas à ça…

Favorite

Non mais regardez comme elle jubile cette grand-mère sadique !

*****

Le blog de l’auteur/illustrateur

Voir également les avis de Stephie, Jérôme et Mo’

https://delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2017/11/Logo-Rouge-BD-de-la-semaine-250x250.jpg Cette semaine, c’est chez Stéphie

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Mary Jane – Un combat perdu d’avance

MaryBD Ado/Adulte

Mary Jane

Frank Le Gall & Damien Cuvillier

Futuropolis (2020)

*****

Mary Jane est née en 1863 à Limerick. Puis sa famille est partie vivre au Pays de Galles. Où Mary Jane s’est mariée avec un certain Davies. Mais alors qu’elle n’avait que 19 ans, elle s’est retrouvée veuve, Davies étant mort dans une explosion de la mine où il travaillait.

Que faire ? L’union workhouse, l’asile de pauvres, où veulent l’envoyer ces dames du bureau de bienfaisance, n’a pas très bonne réputation : familles séparées, femmes ou enfants agressés, et les hommes y travaillent pire que des bagnards. Bref, Mary Jane décide de rejoindre le reste de sa famille à Cardiff. Mais une rencontre va la faire changer d’avis et la mettre sur la route de Londres…

*****

Comme souvent avec les BD, c’est la couverture qui m’a attirée.

Et puis cette petite phrase d’accroche sous le titre : « Si la société vous considérait comme une victime, ne seriez-vous pas déjà morte ? » Ensuite je l’ai feuilletée. Les illustrations me plaisaient et lire les premières planches m’a décidé à l’acheter. Ce que je ne regrette pas !

Les illustrations nous mettent bien dans l’ambiance de misère vécue par certains (et certaines) dans cette Angleterre victorienne. On ressent bien la solitude de Mary Jane, son incompréhension de la société Londonienne (et/ou sa naïveté ? Elle n’a que 19 ans au début de l’histoire).

Le personnage de Mary Jane est bien développé et on s’attache à elle, on voudrait l’aider… Combien de jeunes femmes comme elle, ont dû et doivent encore parfois, vivre une vie si misérable, affronter la solitude, le désespoir et bien souvent la violence…

Les flash-backs m’ont bien plu aussi. Il est intéressant de voir ce que chacun peut retenir d’une même personne.

*****

De Frank Le Gall, déjà présenté sur ce blog : Là où vont les fourmis, Miss Annie

Blog de l’illustrateur, Damien Cuvillier (une vidéo montre comment il réalise une planche)

Moka aussi a beaucoup aimé cette BD

Cette semaine nous nous retrouvons chez Noukette

La vidéo vous donne une idée du dessin et de l’ambiance.

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k