Scarface – BD – Mois Américain 3

ScarfaceSCARFACE ♥
Christian de Metter
D’après le roman d’Armitage Trail

Coll. Rivages / Casterman / Noir*

Casterman/Payot & Rivages (2011)

*****
*La collection Rivages / Casterman / Noir était une collection de bd adaptant des romans noirs ou des polars entre 2008 et 2013. Durant ce laps de temps, plus de 25 romans furent adaptés. (infos Wikipédia)

*****

Chicago, années 20 à 30. Sur le point de mourir, abattu par son propre frère Ben, policier, Tony Guarino, alias « Scarface » se remémore sa vie agitée de gangster. Tony, c’est un malin. Au lieu d’organiser des braquages ou des cambriolages, il a l’idée de faire payer les commerçants tous les mois pour les « protéger ». Puis la prohibition va lui offrir de nouvelles perspectives et lui permettre de gagner beaucoup d’argent grâce aux bars clandestins.

*****

Scarface, c’est d’abord un polar écrit par Armitage Trail (inspiré par la vie d’Al Capone célèbre gangster) et publié en 1930 aux États-Unis. Il faudra attendre 1992 pour qu’il paraisse en France. Entre temps, Howard Hawks a déjà réalisé en 1932 la première adaptation du roman au cinéma. Un remake de ce film sera réalisé par Brian de Palma en 1983 avec Al Pacino dans le rôle principal.

*****

Au premier abord, les couleurs ne m’attiraient guère.

Elles sont assez sombres, verdâtres. Mais en fait, cela donne une ambiance très particulière. On a presque l’impression de regarder un film en noir et blanc dans une vieille salle de cinéma du Quartier Latin. Le dessin a un côté très doux (je ne sais pas comment c’est fait, on dirait de la peinture) alors que l’histoire est très violente (Chicago / prohibition / guerres entre gangsters…).

En bref : une bd qui m’a beaucoup plu et m’a donné envie de regarder ce que De Metter a fait d’autre !!

*****

Pour voir quelques planches (BDGest)

Une autre bande dessinée (très différente, mais également très chouette !) sur la prohibition : Broadway

Une bd qui participe à la BD de la semaine, au Mois Américain, à l’Objectif PAL

Avec un clin d’œil au challenge première guerre mondiale (3 pages sur 108 se déroule en France pendant la 1ère guerre mondiale)

     

Merci à Irene Cannibal Lecteur pour le Logo du Mois Américain !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

PARKER – D’après D. Westlake – Mois Américain 2

Parker

Ne doublez pas Parker, vous le regretteriez !

BD Ado/Adulte

PARKER ♥

Richard Stark

(Alias Donald Westlake)

adapt. Darwin Cooke

Dargaud

 *****

T1 : Le chasseur (2010)

T2 : L’organisation (2011)

*****

New York, 1962. Parker est un « pro ». Un voleur professionnel, réglo et indépendant. Il vient de sortir de prison et il a des affaires à régler. Avec son ex-petite amie tout d’abord. Lynn. Elle l’a trahie. Pour son ex-associé, Mal Resnick. Heureusement, Parker est débrouillard. Le programme est simple. Retrouver Mal et récupérer son argent. Et tant pis pour ceux qui se mettront sur son chemin… Le 2ème volet « l’organisation » se déroule à Miami Beach, en 1963. Parker a changé de tête, mais pas de boulot.

*****

Il se passe 10 pages quasiment sans paroles avant que l’on découvre le visage de Parker… Mais les illustrations parlent d’elles-mêmes et Parkeron sent bien qu’on n’a pas affaire à un « enfant de chœur » !

J’ai adoré ce personnage.

Il est pourtant abominable. Aucune empathie chez cet homme là. Tout ce qui l’intéresse, c’est de se venger et de récupérer son fric.

Si j’ai adoré le tome 1 « le chasseur« , j’ai un peu moins apprécié le tome 2 « l’organisation » parce qu’il y a trop de détails « techniques » sur la façon dont fonctionne l’organisation, sur les paris, bref toutes les activités criminelles de l’organisation (mais j’ai bien aimé quand même !).

Les illustrations de Darwyn Cooke sont originales et très spéciales, un mélange de noir, blanc et gris légèrement bleuté. Mais elles vont très bien avec le personnage et donne une ambiance très particulière à cette bd. Les personnages ont tous des « gueules » comme dans les films noirs.

Une lecture que je vous recommande si vous aimez les polars ou les personnages de « méchants » pas aimables…

*****

Biographie de l’auteur (décédé en 2016) sur le site des éditions Dargaud.

Darwin Cooke a reçu de nombreux prix pour ses adaptations. Pour le T3 il a reçu l’Eisner Award de la meilleure adaptation (bd adaptée d’un roman) en 2014. Le T4 est également sorti en 2014.

Voir aussi l’avis de BEDEPOLAR, un blog consacré au « polar en cases » !

Pour en savoir plus sur le personnage, les adaptations… Voir sa page Wikipédia

Cette semaine nous sommes dans la bibliothèque de Noukette !

Et cette bd participe également au Mois Américain

Nous suivre et partager :
error0

Mariée par correspondance – BD de la semaine

mariée

BD adulte

Mariée par correspondance

Mark Kalesniko

Label Discover

Éd. Paquet (2008)

*****

Cet album a remporté Le Prix de la Meilleure BD adaptable au Cinéma

(Forum International Cinéma et Littérature – Monaco – 2005)

*****

Monty Wheeler, un canadien de 39 ans qui n’a encore jamais connu de femme, décide de s’en « offrir » une via une petite annonce. Kyung Seo, jeune femme coréenne, sera l’heureuse élue. Dès le départ cependant, il y a des petits couacs. Monty est étonné parce que sa promise n’a pas d’accent. Elle est aussi très grande alors qu’il s’imaginait toutes les asiatiques petites. Mais il s’en console parce qu’elle est très belle. Petit à petit, il s’aperçoit qu’elle n’est pas aussi docile qu’il l’aurait souhaité… Et qu’elle a d’autres envies que lui.

*****

Ce qui m’a tout d’abord attiré dans cette bd (que l’on m’a offerte), c’est sa couverture que je trouve très jolie. Par contre, je dois bien avouer que je n’ai pas du tout aimé les illustrations à l’intérieur. Pas parce qu’elles sont en noir & blanc, mais parce que le trait est anguleux et ne m’a pas plu (trop « brouillon »).

Le point de départ de l’histoire est intéressant, ce « mariage par correspondance » mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Monty est assez pénible, sa femme est son nouveau « joujou », sa petite poupée chinoise (alors qu’elle est coréenne). Il veut juste qu’elle vive comme il l’a décidé, c’est un nouveau jouet dans sa collection. Mais elle a d’autres envies. Des envies de liberté, de découvertes, d’ouverture au monde… Pourtant elle n’est pas spécialement attachante non plus. J’aurai aimé en savoir plus sur son passé. Savoir pourquoi elle avait choisi cet homme là, cet endroit là. Ils ont juste besoin l’un de l’autre, et au final, j’ai trouvé ça très triste !

J’ai connu des gens qui s’étaient rencontrés par petite annonce. Ils passaient leurs journées à s’engueuler… Je me suis toujours demandée s’il y avait des couples heureux dans de telles circonstances ! Peut-on réussir à s’aimer alors qu’on ne se connaît pas du tout ?

Retrouvez l’avis de Blandine

*****

C’est le retour de la BD de la semaine ! Et c’est chez Moka

Nous suivre et partager :
error0

Colonisation – T1 Les naufragés de l’espace

ColonisationSpace Opera

BD SF Ado/Adulte

COLONISATION

T1 : Les naufragés de l’espace

Glénat (2018)

*****

Bd découverte grâce à l’opération 48h BD

*****

Présentation de l’éditeur : Le futur. Pour faire face à une surpopulation devenue ingérable, l’humanité envoie une multitude de vaisseaux spatiaux à travers la galaxie. À leurs bords, des équipages de colons ayant pour but de permettre à l’homme de survivre, ailleurs. Quelque temps après le lancement de cet exode, une civilisation extraterrestre se manifeste : les Atils. Pacifistes et bienveillants, ils partagent avec les humains leur technologie de déplacement bien plus avancée et leur permettent de s’implanter avec eux sur une quantité d’autres mondes. Beaucoup des premières nefs demeurent alors introuvables, perdues dans l’immensité de l’espace.

Le temps passant, la cohabitation avec les Atils s’avère ne pas être du goût de tous. Certains représentants des deux peuples finissent par se rassembler, allant jusqu’à essayer de capturer les nefs des premiers colons échouées dans l’univers pour vendre leur contenu à prix d’or sur le marché noir. On les appelle les Écumeurs.

C’est pour retrouver les nefs des premiers colons et s’opposer à ces extrémistes d’un nouveau genre que l’Agence forme ses unités d’élite dans laquelle Milla Aygon s’est engagée. Mais lorsqu’elle et son équipe secourent l’officier Clarence Sternis, colon de première génération, aucun d’entre eux n’imagine que leur mission pourrait bien faire basculer le destin de deux civilisations…

****

La colonisation… Après la terre, l’espace !

Pour commencer par les points négatifs, je ne suis pas super fan du dessin des visages. Je les trouve trop figés. Et même si ça se passe dans l’espace et dans des vaisseaux spatiaux, j’aurai aimé plus de couleurs et de contraste (il y a surtout du bleu et du vert !) Par contre le dessin de tout ce qui est « technologique », armes, vaisseaux, machines est plutôt réussi.

Quand à l’histoire, elle m’a bien plu, je l’ai trouvée originale et j’ai envie de lire la suite !

Pas un coup de cœur, mais un bon moment de lecture si vous êtes fan de science-fiction.

****

Les premières pages sur le site de l’éditeur

De Denis-Pierre Filippi, j’ai également lu, et bien aimé : « Les corsaires d’Alcibiade » (aventure avec un côté steampunk) et « Gargouilles » (bd jeunesse, le 1er tome m’avait bien plu)

D’autres Bd de Science-fiction présentées sur ce blog :

TER, Negalyod, Renaissance, Centaurus, Bug, Majipoor, Metronom’, Paris 2119

Nous suivre et partager :
error0