Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !

Il suffirait d’un signe de Tiffany Schmidt

La vie de Mia bascule quand elle apprend qu’elle a une leucémie. Il suffirait d’un signe est l’histoire de son parcours, dans la maladie, mais surtout pour cacher la vérité à ses amis !

il suffirait d'un signeRoman pour adolescents
ès 12 ans

Il suffirait d’un signe

de Tiffany Schmidt

Bayard, 2016
disponible en numérique

 

***

Thèmes :
relation ados parents, musique,
mensonge, adolescence, cancer,
maladie, amitié

 

***

En commençant Il suffirait d’un signe, reçu dans la box Ebook j’ai vite compris qu’il s’agissait, encore, d’un roman de sick-litt. Cette mode suite à la parution de Nos étoiles contraires de John Green, de roman avec un jeune héros malade. On en a vu passer un bon paquet, et on s’est vite lassé, je trouve. Pourtant dans Il suffirait d’un signe un petit quelque chose a réussi à me happer et j’ai lu ce récit d’une traite. Outre la maladie de Mia, l’héroïne, c’est surtout les relations humaines et la distance qu’impose la maladie qui est mise en avant, avec brio et humour.

 

Mia est une adolescente à la vie parfaite : elle est entourée d’amis, fait partie des pompom girls, réussi en cours, adore le lycée… Quand on lui annonce qu’elle a une leucémie son monde bascule, et elle fait tout pour que ça n’arrive pas vraiment… Elle, si superstitieuse, cherche des signes et se persuade alors qu’il ne faut rien dire à personne. Soutenue en ce sens par sa mère – un personnage détestable de mon point de vue, très attachée aux apparences – elle va alors cacher sa maladie à ses meilleurs amis et même à son petit ami. Seul son voisin, un ami d’enfance, est au courant.

« Qu’est-ce qui se passe ? Dis-moi, je t’en prie.
– J’ai une leucémie, chuchotai-je, le mot redouté me laissant un goût amer dans la bouche.
L’accablante réalité me frappa soudain.
– Mon Dieu ! J’ai un cancer.
Quand Gyver m’attira contre lui, mes yeux se remplirent de larmes.
– Alors, on fait quoi, maintenant ? »

Entre chimio et mensonge, elle a bien du mal à continuer sa petite routine. Il suffirait d’un signe n’est pas un roman triste pour autant. Touchant, bien sûr, mais ce sont surtout les liens entre les personnages qui sont importants : sa relation ambiguë -et prévisible- avec son voisin, son rejet de ses amies, ses parents et leur façon bien à eux de vivre la situation.

S’il n’y a pas de grosses surprises à la lecture de ce roman, le lecteur s’attache tout de même à Mia. Plus les pages passent plus on a envie de la pousser à changer, mais cela fait le charme de l’intrigue.

Un roman touchant centré sur les personnages et leurs relations, même si la maladie reste bien présente au fil des pages. Une belle découverte pour moi dans ma box Ebook !


+ Sur le site de l’éditeur Bayard

+ Première participation à cette 8ème édition du Challenge jeunesse / YA de Mutie !

Un noël dans les étoiles & La belle nuit de Noël

Aujourd’hui deux jolis albums sur Noël, découvert à Noël dernier, mais dont nous n’avions pas parlé. Il est temps de les ressortir et de faire resurgir la magie ! Dans les deux on part du principe que le père noël existe… Ici nous ne voulions pas spécialement que mini hérissonne croit au Père Noël, mais entre l’école, le centre de loisirs, les grands parents et les livres… elle y croit dur comme fer… alors on la laisse rêver.

max et lapin noëlMax et Lapin

La belle nuit de Noël

Les albums de Max et Lapin – toute une collection – plaisent beaucoup à mini hérissonne. Ce sont de petits formats carrés, tout simple, avec en personnage récurrent Max, un jeune garçon de l’âge de mini hérissonne – 3 ans environ -, et son doudou, Lapin, qui est toujours à côté de Max, et à un côté animé dans les illustrations – même si ce n’est pas le cas dans l’histoire-. Mini hérissonne ayant aussi un doudou lapin, l’identification a tout de suite fonctionné avec ce petit héros. A 3 ans, en plus, les héros récurrents, c’est top… surtout quand ils vivent la même chose que nous.

Dans la belle nuit de Noël Max va préparer l’arrivée du Père Noël : décoration du sapin, cuisine pour faire des sablés, chaussons sous le sapin… et au dodo ! Mais qu’il est dur de dormir la nuit de Noël ! Dès qu’il entend un bruit dehors, Max se relève pour aller voir. Accompagné de sa maman, chaudement habillé, il va découvrir dehors dans la neige un petit oiseau et lui donner quelques miettes de gâteau.

Mini hérissonne apprécie cette histoire simple, mais moi aussi. J’aime que le Père Noël soit suggéré mais n’apparaisse pas, j’aime l’ambiance de Noël et ses jolis décors. Un très joli album pour préparer Noël, dès 2 ans.

d’Astrid Desbordes et Pauline Martin. Nathan, 2017. 9782092788721, 5,90€

Un Noël dans les étoiles

Un Noël dans les étoiles a aussi eu beaucoup de succès auprès de mini hérissonne. Si l’histoire est plus complexe, et complètement fantastique, elle offre une construction intéressante et touchante. Le jeune héros Albert va se retrouver emporté par un lutin, sur un renne, au pays du père Noël, car sa grand-mère, bien malade, n’a rien demandé pour Noël. Le côté féerique est bien là, l’ambiance de Noël aussi, mais la thématique de faire plaisir à la grand-mère change des traditionnels tas de cadeaux pour les enfants. Un peu de rêve, de magie, d’espoir.

A 3 ans, mini hérissonne ne comprend sans doute pas tout dans cette histoire, notamment la maladie de la grand-mère, mais le côté féerique, avec ce lutin qui vole une écharpe au bonhomme de neige lui a beaucoup plu… tellement qu’elle a surveillé avidement notre bonhomme de neige… en février ! Si je ne suis pas fan du gros bonhomme rouge – qui d’ailleurs n’apparaît pas vraiment- le coté magie de Noël, qui permet de faire plaisir à ses proches avec un cadeau un peu différent m’a beaucoup touché.

Un album à conseiller dès 3-4 ans, pour découvrir que Noël est magique et permet de faire rêver petits et grands.

de Jeanne Boyer et Marie Paruit. Magnard jeunesse, 2017. 978-2-210-96480-8, 14,90€


+ Retrouvez les livres du blog autour de Noël 

+ D’Astrid Desbordes nous vous avons déjà présenté les albums Edmond, comme La fête sous la lune.

+ Challenge Albums 2018

Le peuple du chemin Marion Achard

Le peuple du chemin. Laissez technologie et vie occidentale de coté pour plonger au coeur de l’Amazonie, sur les traces d’une jeune indienne et de son peuple, qui vivent paisiblement au fond de la forêt… mais pour combien de temps ?

roman jeunesse dès 9 ans
Sélection du Prix des Incos CM2-6e 2018-2019

Le Peuple du chemin

de Marion Achard

Talents Haut, 2017
96 pages, 12€

***

Thèmes  : forêt amazonienne, déforestation, massacre, tragédie

***

Daboka est une jeune fille qui vit dans la forêt amazonienne en harmonie avec la nature. Son peuple vit simplement, avec les ressources de la nature, sans contact avec le reste du monde. Ils se déplacent juste de temps en temps pour rencontrer leur cousin, qui vivent un petit peu plus loin dans la forêt. Lors d’un de ces déplacements, ils découvrent un étrange bandeau noir qui coupe la forêt en deux. Près de ce bandeau, des géants bruyants et des hommes habillés avec des peaux étranges. Une compagnie pétrolière s’installe.

Surprise, Découverte, Massacre. 

Daboka et sa soeur Loca vont alors découvrir un autre monde, une autre façon de vivre et d’utiliser la nature. S’adapteront-elles ?

Nous avons marché, des jours et des jours. La forêt devenait marécage, les rivières, simples ruisseaux et le soleil ne perçait plus à travers les grands arbres. L’ombre nous a rassurés, elle nous a abrités. Nous nous sommes cachés si loin que nous étions persuadés de ne jamais revoir les étrangers. Jamais je n’aurais pensé qu’ils arriveraient jusqu’à nous…

Tiré d’une histoire malheureusement vraie, Le peuple du chemin permet, grâce à la narration menée par Daboka de comprendre le regard radicalement différent de ce peuple sur la nature, la famille, le rapport aux autres. Avec cette jeune fille malmenée on ne peut ni ignorer ni détourner les yeux. Un roman sincère, documenté, touchant ! Marion Achard réussi à rendre tangible les pensées de Daboka. Avec ce regard à la fois franc et naïf, c’est notre regard qui est obligé de changer. J’ai trouvé particulièrement déstabilisant le passage où les jeunes filles sont des phénomènes de foire, prises en photo, observées par la foule curieuse mais qui semble indifférente à leur sort. Les mots sont justes et font presque de ce roman un témoignage.

96 pages seulement, un court instant dans la vie de Daboka, sans début ni fin, juste ce moment, cette douloureuse épreuve.

Ce livre est soutenu par Amnesty International. En conclusion, quelques pages expliquent aux jeunes lecteurs ce qu’est la déforestation et son impact sur les tribus amazoniennes. Un premier pas vers une prise de conscience différente du monde qui nous entoure. Sélectionné au Prix des Incos cette année, je vais le lire avec mes élèves, et j’ai hâte de voir leur réaction ! Nous aurons aussi la chance de rencontrer l’auteur !


+ Illustration de couverture réalisée par Julien Castanié.

+  Amnesty International

 + Avis et extraits chez Ocalypso

+ Sur le site de l’éditeur

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Sortie en famille à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris)

Lors de notre week-end parisien, nous avons profité d’une journée complète à la Cité des Sciences et de l’Indutrie. Entre musée et espace d’activité, la Cité des Sciences est un lieu en perpétuel changement grâce aux expositions temporaires. Impossible de s’en lasser !

Cité des Sciences et de l’Industrie

visite fin octobre 2018

Expositions temporaires : Corps & Sport, Feu, Il était une fois…

Ce séjour parisien avait pour but principal de faire plaisir à mini hérissonne, presque 4 ans. Après Paris à pied le samedi (Notre Dame, tour Eiffel, quais…), nous souhaitions rester dans un même lieu le dimanche et en intérieur, car micro-hérisson était aussi de la partie, du haut de ses 4 mois ! La Cité des Sciences et de l’Industrie, j’en garde un super souvenir de mes visites étant enfant, je voulais donc faire découvrir ce lieu à ma fille.

Planétarium

Nous avons commencé par une séance de cinéma dans le planétarium, avec un film pour enfant Polaris.

James, un manchot voyageur du pôle Sud, et Vladimir, un ours rigolo du pôle Nord, se rencontrent sur la banquise arctique. Apprentis astronomes, ils se demandent pourquoi la nuit est si longue aux deux pôles de la Terre. Une aventure scientifique extraordinaire va les mener de la construction d’un observatoire à celle d’un vaisseau spatial de fortune. Au cours d’un voyage autour de la Terre puis vers Mars et Saturne, ils répondront à leur interrogation et découvriront que les planètes ont des points communs mais aussi des différences !

Je n’ai pas assisté à la projection, les enfants de moins de 2 ans ne pouvant pas entrer dans la salle, mais ma mini hérissonne, son papa et sa tante sont ressortis ravis. Ma fille a été impressionné par ce film à 360 degré, tant qu’elle n’a pas forcément tout suivi, plus captivée par les images que la narration.

Un drame et une lèvre ouverte plus tard, nous sommes partis à la Cité des Enfants.

La Cité des Enfants

La cité des enfants c’est un incontournable si vous vous rendez à la Cité des Sciences avec des enfants. Cet espace spécifique, adapté à leur âge, leur permet de toucher à tout et de découvrir de façon ludique les sciences. Deux espaces sont proposés : 2-7 ans et 5-12 ans. Dans celui des 2-7 ans, que nous avons fait, il s’agit surtout de découvrir son corps, d’apprendre à se repérer et à coopérer avec les 5 espaces : Je me découvre, Je sais faire, Je me repère, J’expérimente, Tous ensemble.

 

Le billet pour la cité des enfants (il faut réserver son horaire à l’avance, surtout pendant les vacances scolaires), permet d’accéder pendant 1h30 à cet espace. Un temps appréciable, mais un peu frustrant pour une première fois, car il n’est pas possible de tout faire tant les activités sont variées. Les jeux d’eau ainsi que le chantier à taille d’enfants sont les coups de coeur de ma mini hérissonne. De mon côté j’ai trouvé très intéressant le parcours de motricité qui change des jeux habituels.

De nombreux parents viennent avec des poussettes, si vous pouvez éviter je vous le conseille, car on était proche de l’embouteillage. Nous avions de notre côté choisi de passer la journée sans poussette, étant 3 adultes pour se relayer avec le porte-bébé. Micro hérisson a passé la journée sur nous, avec des avantages et des inconvénients, notamment de ne pas pouvoir facilement réguler sa température car il a eu de la fièvre :/

Explora

Le billet Explora est celui qui permet d’accéder à toutes les expositions, permanentes et temporaires (ainsi qu’au Planétarium). Bien que les expositions soient à destination d’enfants plus grands et d’adultes, nous avons choisi de prendre le temps de les découvrir aussi. Nous avons cependant du faire des choix, car il faut au moins deux jours pour tout explorer calmement, avec des enfants.

Il était une fois… est une exposition temporaire qui allie contes et sciences. Dans cet univers continue de mini hérissonne, nous avons trouvé peu d’activités adaptées à son âge, et qui soit en état de marche. En effet, malheureusement, cette exposition temporaire qui s’arrête ces jours-ci était en fin de vie : pièces manquantes, objets cassés… Je vous conseille vivement de faire les expositions temporaires dès le début ! C’est ce que nous avons fait avec Corps et Sport, et là nous avons été séduit !

Corps et Sport est donc la nouvelle exposition temporaire de la Cité des Sciences. Elle a débuté le 16 octobre et offre, jusqu’en 2020, des activités ludiques pour découvrir notre corps et l’importance du sport. Si la cité des sciences offre toujours des expositions ludiques c’est ici pleinement le cas avec de nombreux ateliers et animations, et un matériel sportif important. Mur d’escalade, jeux de foot, tennis, basket, boxe, escrime, gym interactive, cabine de chronophoto… tout est fait pour divertir les enfants à partir de 6/7 ans, tout en mettant leur performance en perspective. Apprentissage ludique, entrainement sportif, moment de jeux, l’exposition corps et sport est vraiment divertissante… voire épuisante quand il s’agit de suivre ses enfants ! Il est possible d’y passer la demi-journée sans problème tant il y a de choses à tester.

Epuisés par tout ce sport, nous avons pris la direction du E-lab, afin de découvrir quelques bornes d’arcades, des jeux vidéos panoramique et de la réalité augmentée. Une salle sympathique mais peu adaptée aux jeunes enfants.

Enfin les expositions Patate et Objectif Terre ainsi que l’aquarium ont complété notre visite. Nous avons dû laisser de côté presque la moitié des expositions donc, et nous sommes pourtant partis à la fermeture ! Aucun regret puisque le but était de faire découvrir la Cité des sciences à mini hérissonne, à son rythme et en fonction de ses envies.

 

Un bilan super positif tant pour les adultes que mini hérissonne puisque chacun a pu y trouver son compte, avec des activités ludiques mais aussi plein d’informations scientifiques ! Une sortie incontournable, que vous habitiez les environs ou que vous fassiez un séjour à Paris.

Nous avons complété notre séjour parisien par une visite du Muséum d’histoire Naturelle, là aussi un gros succès avec tous les squelettes d’animaux ! Il y a plein d’autres choses que nous aurions aimé faire découvrir à mini hérissonne, mais 3 jours c’était déjà pas mal avec un bébé… nous reviendrons pour la Géode, le Louvre, le Palais de la Découverte… et pourquoi pas Disneyland, car aucun de nous n’y est jamais allé !

Quels sont vos incontournables parisien avec des enfants ? Vos enfants ont-il déjà été à la Cité des Sciences ?