Les éléphants, éditeur engagé

éléphants

LES ÉDITIONS DES ÉLÉPHANTS

plouf

Une course folle… Mais pourquoi ?

*****

Depuis que j’écris sur ce blog, en plus de parler de livres, je vous ai parfois présenté des auteurs ou des illustrateurs. Plus rarement des éditeurs. Parce qu’il faut être honnête : la plupart des gens qui ne travaillent pas dans les métiers du livre ne s’intéressent pas plus que ça aux maisons d’éditions.

Et pourtant ! Les maisons d’éditions jeunesse indépendantes (et elles ne sont pas si nombreuses) choisissent avec soin les livres de leur catalogue.

Et c’est le cas DES ÉDITIONS DES ÉLÉPHANTS dont je vais vous parler aujourd’hui. N’hésitez pas à aller voir comment les éditrices présentent leurs choix sur leur site.

*****
éléphants

Un album très drôle pour les petits

Je connais cette maison d’édition spécialisée dans la littérature de jeunesse illustrée depuis plusieurs années. Elle présente une quinzaine de livres par an depuis 2015 et son catalogue se compose aujourd’hui de plus d’une centaine de titres. Et j’ai dû en lire seulement une quinzaine.

Alors pourquoi vous présenter cet éditeur en particulier ?

 

Parce que j’ai déjà lu et apprécié plusieurs de leurs albums et albums documentaires, j’aime leurs valeurs, l’intelligence des textes et la douceur des illustrations et je trouve leur travail soigné (couverture, reliure, papier).

Et en plus, j’ai eu la possibilité de discuter avec l’une des éditrices, Caroline Drouault, ce qui a renforcé mon avis déjà très favorable sur cet éditeur.

Cette maison d’édition est née de la rencontre de deux femmes. Ilona Meyer a monté le projet, mais c’est ensemble qu’elles ont démarré. Leur volonté de départ était de ne pas dépasser 15 titres par an, afin de pouvoir continuer à s’occuper de chaque livre avec autant de soin. Et c’est ce qu’elles continuent de faire aujourd’hui.

Elles choisissent toujours leurs titres à deux et il faut qu’elles soient toutes les deux touchées, à la fois par le texte et par les images. Il faut qu’il y ait du sens. Et je trouve que cela se ressent dans leur catalogue. Elles travaillent seules, aidées par une stagiaire et externalisent les tâches qu’elles ne peuvent faire elles-mêmes.

Sans le savoir, vous avez sans doute déjà croisé leur route : “Cité Babel, le grand livre des religions“,  “Ruby tête haute” ou encore la série “Igor et Souky“, ça ne vous dit rien ? Si vous ne les connaissez pas, je vous invite vraiment à aller parcourir leur catalogue, il y a de belles pépites à découvrir (vous pouvez commencer par regarder ceux que j’ai aimé !).

Il y a des albums sensibles et intemporels, qui ont du sens, font passer des messages :

  • de solidarité et de partage (La roulotte de Zoé)
  • qui parlent de la société de consommation (Top Car)
  • de ségrégation (Ruby tête haute)
  • du droit à la différence (Diane danse)
  • d’écologie et de protection de la nature (Tancho)
  • et de manière générale, de valeurs humaines, d’ouverture au monde, aux autres…

aventuriers  Ruby  diane  roulotte  huîtres

 Cette maison d’édition a une autre particularité : elle ne “pilonne” pas ses ouvrages. Vous avez certainement déjà entendu parler de ces livres neufs qui sont détruits pour laisser la place aux nouveaux arrivants… C’est une réalité chez de nombreux éditeurs. Ilona Meyer et Caroline Drouault ont fait le choix de défendre tous les livres de leur catalogue.

Néanmoins, il arrive parfois que les droits d’un livre arrivent à échéance et qu’il reste des exemplaires. C’est le cas cette année pour le titre « La tornade » dont les droits avaient été acquis pour 7 ans. Donc, si cet album vous tente, dépêchez-vous, bientôt il n’existera plus…

J’espère vous avoir donné envie de faire plus ample connaissance avec cette maison d’édition jeunesse indépendante !

*****

Déjà présentés sur ce blog (oui, il y a beaucoup de “coups de cœur” ! :

Albums : Les aventuriers du soir / Les lapins et la tortue / Tancho / Au fil du temps / Ruby tête haute / La roulotte de Zoé / Top car / Diane danse

Albums documentaires : Un million d’huîtres au sommet de la montagne / Les pieds dans la terre /

éléphants

Bébé va au marché ♥

bébéUn livre à compter
A partir de 2 ans

Bébé va au marché ♥

Atinuke & Angela Brooksbank

Traduit de l’anglais par Ilona Meyer

Les Éditions des Éléphants (2017)

*****

Bébé va au marché avec sa Maman. Pendant qu’elle achète du riz ou des piments, bébé regarde autour de lui. Il est curieux et il sourit. Les commerçants lui offre des fruits. A chaque fois, le nombre de fruits diminue. On lui offre 6 bananes, il en mange une et en pose 5 dans le panier de sa Maman. Puis on lui donne 5 oranges… Et ainsi de suite.

*****

Une histoire très mignonne où le bébé fait sa vie dans (et sur) le dos de sa mère. C’est amusant et très joyeux. Un mélange de livre à compter (de 6 à 1) et de conte en randonnée.

J’ai adoré les illustrations, elles sont gaies, très colorées et douces à la fois et les personnages très souriants ! Ce marché est très vivant, plein d’enfants et de bonnes choses à manger… Miam !

*****

Existe aussi en version cartonnée.

Voir d’autres illustrations sur le site de l’éditeur (et les autres albums de la même série)

Mistikrak et Liyah avaient déjà présenté cet album.

Un autre album dans un style très différent, mais gai et coloré pour les tout-petits : Chapeau d’été

Le garçon en fleurs de Jarvis

Un album touchant et unique qui illustre parfaitement le concept de l’empathie

 

Album pour la jeunesse dès 3 ans

Le garçon en fleurs

de Jarvis

Ed. Kaléidoscope (L’école des loisirs), mars 2022,

ill. de Jarvis,

13 euros

Thèmes: amitié, maladie, fleurs, émotions, empathie

 

Présentation de l’éditeur: “Il s’appelle David. C’est le garçon aux cheveux fleuris, et c’est aussi mon meilleur ami. Mais, un jour, alors que j’arrosais les cheveux de David, un de ses pétales m’est resté dans la main. “

La couverture cartonnée est originale! Très sobre, on y aperçoit en gros plan le visage de David et les tiges fleuries lui servant de chevelure. Ces dernières se découpent sur un fonds blanc et leur relief donne une impression de mouvement.

Dans Le garçon en fleurs, la différence est à l’honneur. En effet, en plus de David, on compte parmi les camarades de classe du narrateur une petite fille en fauteuil roulant. Tous les enfants sont solidaires et grâce à l’intervention de son ami, David va peu à peu recouvrer sa joie de vivre. Le garçon en fleurs est donc avant tout une histoire d’amitié. Car, grâce à l’affection que lui porte son meilleur ami, David va pouvoir surmonter une épreuve douloureuse (on ne saura jamais laquelle mais c’est un procédé intelligent pour que l’enfant puisse s’identifier plus facilement).

Jarvis a trouvé une belle façon de transmettre son message: Le garçon en fleurs raconte tout en pudeur le désarroi mais aussi le retour de l’espoir dans le coeur d’un petit garçon pas comme les autres.

Les couleurs vives apportent beaucoup de joie, le contraste est d’autant plus renforcé lorsque David arbore ses branches dénudées. C’est simple mais efficace!

 

Une pépite à placer entre toutes les petites mains!

 

~Melissande~

 

+ un album pour les plus jeunes sur le thème de la différence: La différence de Jeanne Willis et Tony Ross, présenté par Hérisson.

 

+un album adulte tout en sensibilité: La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline, présenté par Nathalie.

 

En route ! Livre dès 2 ans

routeAlbum

A partir de 2 ans

En route !

Isabelle Simon

Kilowatt (2022)

*****

Un bonhomme, trouvant la journée belle, part à l’aventure. En route ! D’autres le suivent, avec plus ou moins d’enthousiasme, de courage. Et voilà une ribambelle de bonhommes en balade… Quand soudain… retentit un bruit terrifiant !

Houlala ! Mais que s’est-il passé ?

(Vous le saurez en lisant l’album. Je ne vais quand même pas tout vous raconter, Nanmého !)

*****

L’histoire est simple, courte, mais très amusante. Et les illustrations sont vraiment originales avec ces bonhommes-cailloux ! Ça donne envie de faire la même chose…

D’ailleurs, à la fin du livre, une page nous invite à jouer ! A ramasser des cailloux avec de belles formes ou de jolies couleurs pour créer à notre tour des tas de personnages et de multiples aventures.

Le petit format de ce livre (14 x 18 cm) est bien pratique pour les mains des petits. Et ses pages sont épaisses et solides. La couverture est robuste et les livrets sont cousus et collés. Bref, ça devrait résister aux petites mains encore parfois malhabiles à cet âge là.

Moi qui adore ramasser des cailloux (oui, les coquillages aussi), ce petit livre et ses idées amusantes ne pouvaient que me plaire !

route

*****

Le site d’Isabelle Simon

Son Instagram

Ces illustrations avec des cailloux m’ont fait penser à un livre-jeu qui donnait des idées de personnages avec des coquillages… (mais il date de 2005 et ne doit pas être facile à trouver !)

Des éditions Kilowatt, je vous avais présenté : Tout le monde sait faire du vélo, un petit roman à partir de 6/7 ans.