Changer l’eau des fleurs

changerChanger l’eau des fleurs

Valérie Perrin

Albin Michel (2018)

*****

LC avec Enna (voir plus bas)

*****

Violette Toussaint n’a pas de problèmes avec ses voisins. Et pour cause, elle est gardienne de cimetière. Son travail consiste à ouvrir et fermer les portes du lieu et à vendre des fleurs. A rendre service aux gens quand ils s’absentent, à changer l’eau des fleurs, à prendre soin des tombes à leur place. Elle accueille aussi les gens dans sa cuisine, les écoute, leur donne une tasse de thé avec un petit gâteau, voir un remontant plus fort en cas de besoin.

Sa vie présente, Violette s’y plaît bien. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Née sous X et déclarée mort-née, la sage femme (qui avait soit un drôle de sens de l’humour, soit un manque cruel d’imagination) l’a appelée Violette. Mais elle a vécu finalement. Une drôle de vie pas toujours drôle justement…

*****

Je m’attendais à un “feel good book”. Et c’en est un d’une certaine façon. Mais certains passages ne sont pas amusants du tout ! J’ai même vu un avis qui disait que c’était “hilarant”, vraiment ? En quoi ? Oui, j’ai trouvé les passages tristes plus nombreux que les passages drôles. C’est une vie mal commencée et plutôt cabossée que nous raconte Valérie Perrin. Des gens pas heureux dans leur vie, pas satisfaits dans leur couple, qui sont malheureux et rendent les autres autour malheureux aussi.

Une lecture qui m’a bien plu malgré tout, avec ses références telles que des morceaux de chansons de Barbara, de Léo Ferré, un poème de Prévert, le roman “L’œuvre de Dieu, la part du Diable” de John Irving (que j’avais adoré !) ou encore le film “Sur la route de Madison”…

Si j’ai bien aimé le personnage de Violette, j’ai adoré celui de Sasha. Un seul conseil si vous souhaitez lire ce roman : n’allez pas voir les avis à droite et à gauche, ils dévoilent beaucoup trop l’histoire !

Mais n’hésitez pas à aller voir ce qu’en a pensé Enna (elle ne dévoile rien !)

*****

Ce roman participe au challenge “LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES” (France)

proposé par Bidib

monde

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RESILIENCE – BD série terminée

resilienceSi la terre se mourrait, combattriez-vous ?
BD anticipation écologique

RESILIENCE

Lebon & Poupelin

Casterman (2017-2020)

*****

Série terminée en 4 tomes

*****

Ça commence comme ça : Septembre 2068, l’Europe est devenue un vaste désert agricole. Les pâturages, les forêts et les villes ont été presque intégralement rasés et remplacés par d’innombrables champs de céréales transgéniques. Les frontières ont été dissoutes, un gouvernement unique réside désormais dans la capitale surpeuplée, et des “cités agricoles” ont été implantées dans chaque région.
C’est DIOSYNTA une puissante multinationale qui exploite 90% des terres et fait respecter ses droits de propriété à l’aide de la nouvelle armée européenne : les F.S.I. (Forces de Sécurité Intérieure). Rongée par la malnutrition et les maladies génétiques, la population vit dans des camps misérables au bord des champs. Elle a perdu tout contrôle sur son alimentation et s’en remet aux aides humanitaires.
Pour lutter contre la famine et reconquérir le droit de se nourrir dignement, un réseau clandestin qui s’est baptisé LA RESILIENCE organise un trafic de semences et tente de soigner les sols à l’agonie. (Texte des deux premières pages de la BD)

*****

Au début de cette histoire, nous rencontrons Adam et Agnès, deux jeunes gens en train de s’occuper du potager des parents d’Adam, deux résilients acquis à la cause. Mais les choses se gâtent vite. Les parents d’Adam ont été arrosés de pesticide et meurent devant la maison. Adam et Agnès doivent fuir…

Le plus triste dans cette histoire, c’est que c’est de la fiction en train de devenir réalité…

Mon seul bémol : La fin, que j’ai trouvé un peu trop rapide et un peu trop “facile”… Mais c’est une série qui m’a bien plu, tant pour les illustrations que l’histoire.

 

 

 

 

 

 

 

*****

Plus de planches sur le site de l’éditeur

La BD de la semaine est en pause pour la période estivale

La Passeuse d’histoires – Étapes indiennes

passeuseRomance indienne

La Passeuse d’histoires

Sejal Badani

Traduit de l’anglais par Ève Borelli

Charleston Poche (2021)

*****

Une lecture commune avec Blandine, Hilde et Rachel

*****

Dans la première partie de cette passeuse d’histoires, on fait connaissance avec Jaya. Elle est journaliste, mariée avec un homme qu’elle aime, Patrick et ils attendent un enfant. Sauf que l’on comprend rapidement qu’elle est en train de faire une fausse couche. La 3ème depuis qu’ils essaient d’avoir un enfant.

Suite à ce nouvel “échec”, apprenant que son grand-père paternel, qu’elle ne connait pas et qui vit en Inde, est en train de mourir, elle part. Elle va rencontrer Ravi, un intouchable, et il va lui raconter l’histoire de sa grand-mère Amisha et l’enfance de sa mère.

*****

Voici une histoire qui, sans être un coup de cœur,  m’a tout de même bien plu. Avec l’histoire de la grand-mère de Jaya, on découvre l’Inde rurale des années 30/40, alors colonie britannique. Avec ses traditions, ses fêtes, ses castes, il est notamment plusieurs fois question de celle des intouchables.

Ça parle de secrets de famille, des poids que l’on se transmet d’une génération à l’autre, bien souvent sans le vouloir… Du désir d’enfant aussi, qui peut, s’il ne devient pas réalité, briser un couple.

C’est une romance sur fond de culture indienne, mais c’est aussi une magnifique histoire d’amitié. C’est d’ailleurs la partie que j’ai préféré : l’amitié indéfectible et la confiance indestructible entre Amisha et Ravi.

Le désir d’écrire d’Amisha, les histoires qui lui trottent dans la tête, sa façon d’enseigner sont aussi des moments que j’ai trouvé intéressants.

Un roman à la fois facile à lire, émouvant et dépaysant.

*****

Voir toutes nos lectures indiennes

Challenge les Étapes Indiennes chez Hilde et Blandine

*

Le tour du monde en 80 livres (États-Unis) chez Bidib

monde

*

Et au Pavé de l’été chez Sur mes brizées

puisqu’il fait 573 pages dans cette version Charleston Poche

Bergères Guerrières – Série jeunesse

BergèresSérie terminée (4 tomes)
Tout public

Bergères Guerrières ♥

Jonathan Garnier et Amélie Fléchais (ill.)

Glénat

*****

FAUVE JEUNESSE Angoulême (2022)

Le tome 4 a remporté le Prix BD Gest’ Art 2021 du meilleur album jeunesse

*****

T1 : La relève (2017) – T2 : La menace (2018) – T3 : Le périple (2019) – T4 : L’abîme (2021)

*****

Tome 1 : Molly n’a pas dormi de la nuit. Aujourd’hui, c’est la cérémonie de présentation à l’ordre des Bergères Guerrières. Et Molly attend ce moment depuis longtemps avec beaucoup d’impatience ! Accompagnée de son fidèle destrier, le bouc Barbe Noire, elle rejoint ses amies. Toutes ne sont d’ailleurs pas aussi ravies que Molly.

Les hommes du village ayant disparus depuis 10 ans (l’âge de Molly et ses copines), ce sont les femmes qui ont pris en charge la défense du village. D’ailleurs, dès le lendemain de la cérémonie, l’entraînement commence pour la sélection des futures Bergères Guerrières…

*****

J’ai vu passer cette série à de nombreuses reprises. Et je l’avais même feuilleté rapidement à la bibliothèque. Et puis… Je ne sais pas, ça ne m’attirait pas trop, j’avais peur que ce soit un peu trop “gnangnan”.

Mais j’ai quand même fini par faire confiance au bon goût de mes camarades de la BD de la semaine, et j’ai eu raison. Pour une bd “jeunesse” par contre, ce n’est pas toujours super gai. On y parle de guerre, de deuil, de gens obligés de fuir l’endroit où ils sont nés pour survivre. Et qui ne sont pas toujours bien accueillis ! Au fil des tomes, l’histoire devient de plus en plus sombre…

Heureusement, il y a beaucoup d’humour. Et les dessins ronds et très colorés aide à faire passer la pilule quand c’est un peu triste. Ceci dit, ça reste tout de même une BD d’aventure fantastique jeunesse.

Chaque tome se termine sur un bon gros suspense qui donne très envie de lire le suivant. Prenez donc les 4 tomes d’un coup, vous allez regretter sinon…

De l’aventure, de l’action, de l’amitié et de l’humour, que vous faut-il de plus ?

J’oubliais… C’est aussi très intelligent !

YaPaKeMoiKiLeDi (Que c’est bien !) : Enna, Bouma, Caro, Petite Noisette, Lasardine

Puisqu’on vous dit que c’est à lire…

Une dernière chose : chaque tome fait plus de 65 pages et le tome 4 fait même plus de 100 pages ! Bref, une grande et belle histoire.

Feuilleter quelques pages (site éditeur)

Le site de l’illustratrice

Ceux du scénariste : Blog 1Blog 2 (photographies)

Du même auteur, déjà présenté sur ce blog, la très jolie BD Momo

La BD de la semaine est en pause pour la période estivale.

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis (et parfois d’autres jours aussi !).