Là où règnent les baleines de Jolan C. Bertrand

Un récit sous-marin enchanteur

  Roman fantastique pour la jeunesse dès 11 ans

Là où règnent les baleines

de Jolan C. Bertrand

Ed. L’école des loisirs, coll. Médium,

ill. d’Hélène Let,

février 2023, 304 pages, 16 euros

Thèmes: mer, fantastique, écologie, créatures sous-marines

 

Présentation de l’éditeur: “Roanne adore les romans d’horreur, d’accord, mais ce n’était pas une raison pour l’envoyer passer l’été dans un phare en ruines, chez son oncle Kierzic qu’elle ne connaît même pas! (…) D’autant plus que, dans la bourgade du coin, on raconte que des naufrages auraient lieu les soirs de pleine lune. Au même moment, un bateau de pêche est porté disparu. Et d’où vient cette voix d’enfant qui l’appelle chaque nuit?”

 

De cet auteur, j’avais déjà beaucoup aimé Les soeurs Hiver mais Là où règnent les baleines  est clairement un coup de coeur! Cette histoire est vraiment magnifique, Jolan C. Bertrand y aborde entre autres l’acceptation de soi mais aussi l’amitié et les liens familiaux. Roanne est une jeune fille très attachante qui a vécu un événement difficile.

Sa rencontre avec un oncle complètement asocial (il y a une bonne raison à cela) va bouleverser son existence à un point qu’elle n’imaginait pas. En effet, Kierzic est un homme étrange qui dissimule bien des secrets…

J’ai dévoré Là où règnent les baleines en peu de temps tant la plume de l’auteur est fluide. Le récit nous invite à découvrir les merveilles sous-marines.

De plus, la reproduction d’un carnet illustré par Hélène Let au centre permet au lecteur de se plonger davantage dans cette incroyable histoire! Là où règnent les baleines est un romant mystérieux et envoûtant que je vous invite à découvrir.

Laissez-vous emporter par un récit fantastique où les baleines sont les reines du monde aquatique. Et qui sait, peut-être aurez vous la chance de croiser une silhouette étrange dans les abysses…

 

~Melissande~

 

+ Le premier roman de Jolan Bertrand, présenté par Nathalie: Les soeurs hiver

+ Un roman ado- jeune adulte, sur le thème des sirènes,  présenté par Hérisson: La sirène de Kiera Cass

Hana et le vent – Conte ♥

Hana
Un joli conte aux illustrations originales !
Album à partir de 5 ans

HANA ET LE VENT ♥

Joëlle Veyrenc & Seng Soun Ratanavanh

La Martinière Jeunesse (2022)

*****

Hana habitait un petit village en haut d’une montagne. Il s’appelait Washimura, ce qui signifie “village papier”. Tout y était délicat et fin. Les habitants, minces et légers, n’avaient qu’une seule peur : le vent.

Car cinq jours par an, en automne, il soufflait fort, obligeant les gens à mettre des cailloux dans leurs poches, ou à s’arrimer pour ne pas s’envoler… Les gens le savaient et tous faisaient attention. Mais un jour, le vent se mit à souffler en dehors de la période des grands vents. Et il semblait venir du village d’en face, de l’autre côté de la vallée. Tout le monde se creusa la tête pour essayer de trouver comment contacter le village d’en face afin de résoudre ce problème.

Hana, une jeune fille intelligente et audacieuse, va trouver une solution.

*****

Une belle histoire, qui parle d’entraide, d’amitié, mais aussi d’une certaine façon du changement climatique dû aux activités humaines et aux modifications, aux problèmes que cela peut apporter chez le voisin…

Mais si l’histoire est intéressante, la vraie originalité de cet album vient des illustrations ! Dans la vidéo ci-dessous, Seng Soun Ratanavanh explique comment elle les a réalisées. Le premier village est en papier découpé et le second en carton. Le tout est photographié. Cela donne une vraie “profondeur”, un effet “3D” tout en ayant un côté enfantin. J’ai trouvé ça vraiment très joli ! Ça m’a rappelé des souvenirs aussi. Quand j’étais petite, on avait des “poupées” de carton qu’on habillait de vêtements de papier…

Une bien jolie découverte, tant pour l’histoire que pour les illustrations ! ♥

*****

Pour en savoir plus sur les deux autrices et voir plusieurs illustrations (site de l’éditeur)

Illustré par Seng Soun Ratanavanh, vous avez peut-être vu ou entendu parler de la petite série “Miyuki” ou encore de “Gaspard dans la nuit

Joëlle Veyrenc sur Instagram

Seng Soun Ratanavanh sur Instagram

Une interview de l’illustratrice :

Le garçon en fleurs de Jarvis

Un album touchant et unique qui illustre parfaitement le concept de l’empathie

 

Album pour la jeunesse dès 3 ans

Le garçon en fleurs

de Jarvis

Ed. Kaléidoscope (L’école des loisirs), mars 2022,

ill. de Jarvis,

13 euros

Thèmes: amitié, maladie, fleurs, émotions, empathie

 

Présentation de l’éditeur: “Il s’appelle David. C’est le garçon aux cheveux fleuris, et c’est aussi mon meilleur ami. Mais, un jour, alors que j’arrosais les cheveux de David, un de ses pétales m’est resté dans la main. “

La couverture cartonnée est originale! Très sobre, on y aperçoit en gros plan le visage de David et les tiges fleuries lui servant de chevelure. Ces dernières se découpent sur un fonds blanc et leur relief donne une impression de mouvement.

Dans Le garçon en fleurs, la différence est à l’honneur. En effet, en plus de David, on compte parmi les camarades de classe du narrateur une petite fille en fauteuil roulant. Tous les enfants sont solidaires et grâce à l’intervention de son ami, David va peu à peu recouvrer sa joie de vivre. Le garçon en fleurs est donc avant tout une histoire d’amitié. Car, grâce à l’affection que lui porte son meilleur ami, David va pouvoir surmonter une épreuve douloureuse (on ne saura jamais laquelle mais c’est un procédé intelligent pour que l’enfant puisse s’identifier plus facilement).

Jarvis a trouvé une belle façon de transmettre son message: Le garçon en fleurs raconte tout en pudeur le désarroi mais aussi le retour de l’espoir dans le coeur d’un petit garçon pas comme les autres.

Les couleurs vives apportent beaucoup de joie, le contraste est d’autant plus renforcé lorsque David arbore ses branches dénudées. C’est simple mais efficace!

 

Une pépite à placer entre toutes les petites mains!

 

~Melissande~

 

+ un album pour les plus jeunes sur le thème de la différence: La différence de Jeanne Willis et Tony Ross, présenté par Hérisson.

 

+un album adulte tout en sensibilité: La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline, présenté par Nathalie.

 

Les yeux fermés de Catherine Latteux

Un album à la beauté subtile et envoûtante!

Album pour la jeunesse dès 3 ans

Les yeux fermés

de Catherine Latteux

et Célina Guiné

 

Ed. Deux, ill. de Célina Guiné, novembre 2021, 32 pages- 18,95 $

 

Thèmes: nature, poésie, différence

 

Présentation de l’éditeur:

“Moe joue de la musique pour son amie. Au milieu d’un silence, la fillette se lève.

– Que fais-tu Lily?

Mais déjà Lily ne l’écoute plus. Elle disparaît au bout de l’allée…”

 

Cet album respire la poésie! C’est un récit de toute beauté que nous offre Catherine Latteux. Avec Les yeux fermés, le lecteur porte un regard différent sur le monde qui l’entoure. La nature devient un lieu d’exploration magique. Les enfants tout comme les adultes seront séduits par ce récit atypique.

Avec beaucoup de fantaisie, Célina Guiné nous fait découvrir le monde de Lily. Dans Les yeux fermés, les images enchanteresses se succèdent. Peu à peu, le texte faisant écho aux délicates illustrations, on devine que Lily a une particularité (je ne vous dévoilerai évidemment pas laquelle). C’était une belle surprise, même si le titre aurait pu me mettre la puce à l’oreille.

 

De plus, les tons sont délicats et harmonieux. Dans Les yeux fermés, les illustrations sont loin d’être conventionnelles. Certaines sont même métaphoriques. Célina Guiné a vraiment fait du très beau travail pour accompagner les mots de Catherine Latteux! Je pense notamment aux 2ème et 3ème de couvertures très soignées: une délicate brise emporte plumes et plantes par-delà des massifs fleuris.

 

En somme, cet album est un coup de coeur que je vous invite à découvrir!

 

~Melissande~

 

+ Hérisson vous a présenté un autre album de Catherine Latteux : Leo et Lionnie (illustré par Mattéo Gubellini)

+J’ai adoré le travail de Célina Guiné sur cet album que je vous ai présenté il y a un moment : Le glacier qui refusait de fondre d’Hélène Gloria