“Le jardinier qui cultivait des livres ” de Nadine Poirier et Claude K.Dubois

Un très bel album sur les façons de prendre soin des autres et de soi-même

 

le jardinier qui cultivait des livresAlbum fantastique pour la jeunesse dès 5 ans

 

Le jardinier qui cultivait des livres

de Nadine Poirier

et Claude K. Dubois

Editions d’eux, 2016 (édition originale en 1965),

ill. Claude K. Dubois,

32 pages, 18,95 $

 

Thèmes: lecture, paternité, empathie, solitude

 

Présentation de l’éditeur: “Nadine Poirier raconte ici, avec des mots fins et touchants, une rencontre entre un jardinier et une petite fille. Lui, seul, à cultiver des livres. Elle, sans parents.

Illustré avec tendresse par Claude K. Dubois.”

 

Le jardinier qui cultivait les livres est un très bel album qui aborde avec beaucoup de poésie la solitude vécue par les personnes un peu en marge de la société. Pourtant, ces dernières ne demandent qu’à vivre en communauté mais on leur refuse ce droit à la différence. Le livre présente d’ailleurs sur la première double page l’illustration d’un village vu au loin; tandis que sur la dernière double page, le jardinier et la petite fille cheminent ensemble.

 

C’est donc une très belle fable, aux tons très doux, que nous proposent Nadine Poirier et Claude K. Dubois. Le jardinier qui cultivait des livres parle également de la responsabilité de prendre soin des autres, de nous-même ainsi que de tout ce qui nous tient à coeur.

 

Les illustrations de Claude K. Dubois sont délicates et confèrent un caractère intimiste au récit. En effet, grâce aux couleurs et aux traits à peine esquissés, on a l’impression d’évoluer au sein de vieilles photographies.

 

 

Le jardinier qui cultivait des livres est un album peu commun. J’ai beaucoup apprécié les messages véhiculés par l’auteure ainsi que le léger aspect fantastique de l’histoire. De plus, j’adore le travail de Claude K. Dubois.

 

Si vous ne connaissez pas encore les éditions d’eux, je vous invite à découvrir leurs publications. Ça vaut le coup d’oeil!

 

~Melissande~

 

 

+ Un conte évoquant la rencontre de deux êtres extraordinaires, présenté par Nathalie: Quelqu’un m’attend derrière la neige de Timothée de Fombelle.

 

+ Une rencontre (que je vous ai présentée l’année dernière) qui va changer la vie des deux protagonistes: La visite d’Antje Damm.

 

Nous suivre et partager :

Culottées T1 – Biographies en BD

Biographies en BD
Tout public

Culottées

Culottées T1

Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Pénélope Bagieu

Gallimard (2016)

*****

Dans cet ouvrage de plus de 140 pages, Pénélope Bagieu nous propose 15 biographies, 15 portraits de femmes. Des femmes qui ont toutes un point commun : elles refusent de se comporter comme la société de leur époque voudrait qu’elles le fassent !

Elles sont indépendantes, fortes, autonomes, volontaires et elles ont du culot !

*****

Pénélope Bagieu est décidément très douée pour les biographies. D’elle, j’avais lu et bien aimé “Cadavre exquis“. Mais j’ai vraiment adoré “California Dreamin‘” (lien en bas de page) ainsi que ce premier tome des “Culottées“.

On y rencontre des femmes de toutes les époques, d’Agnodice, première femme gynécologue en 350 av J-C à Leymah Gbowee, travailleuse sociale née  au Libéria en 1972 (voir le court-métrage ci-dessous).  J’avoue que je ne connaissais pas toutes ces femmes, loin de là, je n’en connaissais que 3 (Annette Kellerman, la nageuse, Joséphine Baker et Margaret Hamilton, la terrible sorcière de l’Ouest). Alors même qu’elles ont presque toutes joué un rôle important et/ou influencé la vie des autres.

Ce format de mini-biographies en quelques pages peut paraître frustrant, mais je trouve qu’en fait, il donne envie d’aller plus loin, à la rencontre des traces laissées par ces femmes.

Bien évidemment, je vais lire le tome 2 !

*****

Encore une découverte faite grâce aux collègues de la BD de la semaine.

Leurs avis : Stephie, Blandine, Lasardine , Sandrine, Mylène, Sabine, Enna, Hélène, Caro, Gambadou, Vanessa,

*****

Pour lire la première biographie, celle de Clémentine Delait, femme à barbe, c’est sur le site de l’éditeur

De Pénélope Bagieu, déjà présentés sur ce blog : La page blanche, California Dreamin’ et Cadavre exquis (dans le même billet)

Son blog (plus à jour depuis 2014)

Cette semaine, nous serons chez Moka, à buller Au milieu des livres

Nous suivre et partager :

Communardes ! BD d’aventure historique

communardesBD d’aventure historique

COMMUNARDES !

Lupano &

Jean / Mazel / Fourquemin

Vents d’Ouest

Glénat (2015/2016)

*****

Nous sommes en 1871, année de “La Commune de Paris“. Les parisiens se soulèvent contre leur gouvernement et celui-ci doit s’exiler à Versailles. Le conflit va durer deux mois dont une semaine de combats sanglants. Une jeune femme russe d’à peine 20 ans, Élisabeth Dmitrieff, est envoyée par Karl Marx à Paris pour l’informer sur le déroulement des conflits. Mais cette belle aristocrate ne va pas se contenter d’un rôle d’observatrice. Elle va monter l’Union des Femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés et s’engager dans la bataille. Ce que réclament les femmes ? Ni plus ni moins qu’avoir les mêmes droits que les hommes ! Mais Élisabeth va trop vite, elle fait peur même à ses meilleurs soutiens. (Tome 1)

*****

  1. L’aristocrate fantôme avec Jean comme illustrateur (2015)
  2. Les éléphants rouges illustré par Lucy Mazel (2015)
  3. Nous ne dirons rien de leurs femelles… Illustrations de Fourquemin (2016)

*****

Les couvertures dont le tour ressemble à une vieille affiche et que je trouve très belles, ont tout de suite attiré mon œil. J’ai d’ailleurs bien aimé le dessin des 3 tomes, même si j’ai parfois eu un peu de mal à reconnaître certains visages dans celui dessiné par Jean.

Lupano a signé le scénario des trois BD sorties à ce jour (série en cours ?) mais à chaque fois c’est un dessinateur différent qui se charge des illustrations. Les histoires m’ont non seulement beaucoup plu, mais elles m’ont donné envie d’en savoir plus sur cette période qu’à vrai dire je ne connais que de nom.

Les albums constituent chacun une histoire complète.

Il est cependant préférable de les lire dans l’ordre car on retrouve des personnages d’un tome à l’autre.

Chaque album propose une histoire de femmes, des communardes qui se sont battues à côté des hommes. Ces premières féministes revendiquaient l’égalité salariale (les femmes à cette époque étaient payées 50% de moins que les hommes et devaient avoir l’autorisation de leur mari pour travailler), le droit de vote, la reconnaissance de l’union libre et les mêmes droits pour les familles, le droit à l’éducation pour les filles

Bref, des choses qui ne sont pas tout à fait réglées encore aujourd’hui dans le monde !!

Pour en savoir plus sur la commune de Paris :

le site de Michèle Audin (avec une chronologie)

Celui de Raspou Team

Côté dessin, j’ai préféré les illustrations de Lucy Mazel ou celles de Fourquemin à celles de Jean.
Une belle série que je continuerai !

*****

De Wilfried Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool (Sophie) (Nathalie), Ma révérence, Les vieux fourneaux, Un océan d’amour

De Lucy Mazel, le magnifique Edelweiss

Et de Xavier Fourquemin : Le train des orphelins, Miss Endicott

Nous suivre et partager :

Mon roman pourpre aux pages parfumées- MA 2

pourpre
Le Mois Anglais
Nouvelles

Mon roman pourpre aux pages parfumées
et autres nouvelles

Ian McEwan

Folio

*****

Trois nouvelles très différentes dans ce petit recueil.

La première nouvelle, “Mon roman pourpre aux pages parfumées” (My Purple Scented Novel), a été écrite en 2016. Elle a été publiée en France pour la première fois dans le magazine Lire (juillet-août 2016).

On y entend la confession d’un auteur, Parker Sparrow. Confession dans laquelle il nous explique qu’il a volé une vie et n’a pas l’intention de la rendre.

Le dernier jour de l’été” (Last day of summer) écrite en 1976 est déjà parue dans le recueil “Sous les draps et autres nouvelles” en 1997.

Un jeune garçon de 12 ans nous parle de sa rencontre, un été, avec une jeune femme prénommée Jenny. Les bons moments qu’ils vont passer ensemble, ce qu’elle va changer dans sa vie.

Pour la dernière nouvelle “Réflexions d’un singe captif“, nous sommes dans la tête d’un singe. Il est amoureux et jaloux. Paru en 1975.

*****

Douceur et cruauté…

J’ai beaucoup aimé la première nouvelle qui donne son titre au recueil “Mon roman pourpre aux pages parfumées”. Elle est machiavélique !

La deuxième m’a plu également, elle est “en pente douce”. On y suit l’arrivée de Jenny dans une maison où vivent plusieurs personnes. Ce que son arrivée va changer. C’est à la fois très doux et très cruel.

Par contre, je n’ai pas vraiment compris, ni aimé la dernière, l’histoire de ce singe jaloux…

Avec ces nouvelles, je découvrais la plume de Ian McEwan, que j’ai beaucoup aimé. Un de ses romans “Dans une coque de noix” attend sagement dans ma pal. Je me régale d’avance !

Beaucoup de douceur dans l’écriture de ces nouvelles, jusqu’à la fin, perfide, étonnante ou parfois très cruelle !

*****

C’est ma 2ème lecture pour ce Mois Anglais 2020

organisé par Lou et Titine

et relayé sur Instagram par Lamousmé

Logo réalisé par Belette alias Cannibal Lecteur

Nous suivre et partager :