Rat et les Animaux moches – BD ♥

RatBD tout public
A partir de 7/8 ans

Rat et les Animaux moches ♥

Sibylline & Jérôme d’Aviau (ill.)

Lettrage : Capucine

Éditions Delcourt (2018)

*****

Rat habitait dans une maison bien jolie. Mais la mère Patate ne voulait pas de lui. Pourtant il faisait bien le ménage ! Alors Rat décida de s’en aller. Son sac de miettes sur le dos, il se mit à marcher joyeusement. Mais… partout où il passait, les gens le caillassaient, les chats le chassaient. On le trouvait dégoûtant.

Pourtant il mangeait toutes les miettes, faisait le ménage sous les meubles, débouchait les canalisations. Mais non, les gens n’étaient pas contents. Alors il se remit en route. Il faisait nuit. Il arriva quelque part. Dans le noir, il y a des yeux, des tas de gros yeux.

En fait, il était arrivé au village des animaux moches qui font un petit peu peur. Ils avaient peut-être de drôles de têtes, mais Rat se rendit compte qu’ils étaient très gentils. Mais aussi tristes un peu tout le temps… Alors il décida d’essayer de les aider.

*****

Deux remarques à propos de cette bd :

La 1ère : Jamais je n’aurai lu cette bd si elle n’avait pas été présentée par mes camarades de la BD de la semaine. Et ça aurait été bien dommage, parce que c’est une lecture qui m’a beaucoup plu !

Mais je trouve que la couverture verte et noire n’est pas des plus attirantes. Et je ne suis pas vraiment fan des rats (ou autres animaux moches d’ailleurs !) Seul le titre (plutôt rigolo) aurait pu faire que je l’ouvre.

La 2ème : En fermant cette bd, moi qui d’ordinaire n’aime pas lire les BD à haute voix, je me suis dit “ça serait une super lecture à faire pour une réception de classe ou une heure du conte !

Ensuite j’ai vu qu’il y avait un spectacle tiré de cette bande dessinée. Et même une version à écouter. Il faut dire aussi que le texte n’est pas dans des bulles comme dans une bd “classique” mais sous l’image. Ce qui en fait un hybride, à mi-chemin de l’album et de la bd.

Une très belle découverte
que je vous conseille vivement de lire à vos enfants, cela ne peut que leur plaire
(et à vous aussi !)
*****

Lire les 30 premières pages (site de l’éditeur)

D’autres avis : Le Petit carré jaune, L’ourse bibliophile, Moka

*****

La BD de la semaine est en pause pour la période estivale.

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis (et parfois d’autres jours aussi !).

L’incroyable histoire du coq qui ne voulait pas…

CoqRoman à partir de 9 ans

L’INCROYABLE HISTOIRE DU COQ QUI NE VOULAIT PAS FERMER SON BEC

Thomas Gerbeaux & Pauline Kerleroux

Collection Hibouk

La joie de lire (2021)

*****

Aujourd’hui c’est mercredi. Normalement, Jeanne reste à la maison avec son père ce jour là, sauf qu’aujourd’hui… il ne peut pas s’occuper d’elle, il doit partir.

Du coup, il la confie à la secrétaire de rédaction du journal dans lequel il travaille. Ancien vétérinaire, il écrit une chronique qui parle d’animaux et qui s’intitule “Pas si bête”.

Dans la salle de rédaction, Jeanne va faire la connaissance de Marguerite Duras, une journaliste que tout le monde appelle Margot.

Celle-ci est en train d’enquêter sur une étrange affaire et son article commence ainsi : “Le coq de l’île aux moutons est-il forcément coupable ?

Jeanne est originaire de cette île. Elle est donc très intéressée par cette enquête…

*****

Toute cette histoire est partie d’un fait divers réel : En 2019, le coq Maurice de l’île d’Oléron a été autorisé à chanter au terme d’un procès très médiatique devant le Tribunal correctionnel de Rochefort (Lire l’article du Monde). Je me souviens que j’avais été assez agacée en entendant parler de ça…

Quand on habite en ville, il y a le bruit des voitures, des avions, des gens, du métro… Et à la campagne, il y a du bruit aussi. Les animaux, les tondeuses, les gens, les voitures. Qui peut échapper au bruit aujourd’hui ? A moins d’habiter dans un endroit très isolé, et encore, il y aura toujours un chien pour aboyer ou un avion qui passe dans le ciel. Si on commence à faire des procès à tout ce qui fait du bruit, on n’a pas fini !! Bref, fin de la parenthèse.

Pour en revenir à ce roman, il est plutôt rigolo. Le narrateur est une fille de 11/12 ans, Jeanne et c’est elle qui va mener l’enquête.

Deux choses ne m’ont pas plu, mais ça n’a rien à voir avec l’histoire. Et ça ne dérangera probablement pas la plupart des enfants à qui est destiné ce roman (et c’est bien le principal !). Ce qui m’a déplu, ce sont les couleurs ! Elles sont super “flashy“, on dirait que c’est coloré au surligneur… Et puis le texte écrit en bleu assez clair sur du blanc, j’avoue que ça m’a un peu gêné aussi.

Mais sinon, les dessins sont amusants, très simples, stylisés. Et une partie du sujet est importante, c’est “faut-il croire tout ce qu’on voit sur les réseaux sociaux ?

Bref, une lecture intéressante et très chouette malgré ces couleurs qui m’ont “piqué” les yeux !! ;)

*****

Pour lire quelques pages (et voir quelques illustrations) c’est sur le site de l’éditeur

L’avis de Pépita

La Ferme des animaux – D’après G. Orwell

fermeBD jeunesse
Adaptation de roman

LA FERME DES ANIMAUX

L’Hermenier, Labourot & Parada

Textes “pour aller plus loin” : Éléonore de Gé

D’après George Orwell

Jungle Pépites (2021)

*****

Éditeur : Dans une ferme d’Angleterre, les animaux, exploités par les hommes, décident de se révolter et de chasser les fermiers. Ils organisent alors une ferme gérée par les animaux eux-mêmes et instaurent un nouveau régime, l’Animalisme, qui promet égalité et prospérité pour tous les animaux.

Mais rapidement des désaccords naissent entre l’idéaliste Boule de Neige et son rival Napoléon. Ce dernier fait de lui un traître, le chasse de la ferme et y installe un régime totalitaire dans lequel les cochons ont tous les pouvoirs.

La vie pour les animaux devient de plus en plus dure, et les cochons adoptent progressivement le comportement si déplaisant des êtres humains. C’est ainsi que l’utopie démocratique de départ se transforme, car “Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres”.

*****

En le lisant je me suis dit que j’avais dû lire le roman parce que je connaissais l’histoire… Mais en fait non, j’ai lu “Le château des animaux” (génial !) une adaptation en plusieurs tomes de La ferme des animaux. Adaptation que j’ai préféré à celle-ci, beaucoup plus simple et enfantine.

J’ai tout de même passé un bon moment avec cet album. Les traits des animaux sont expressifs et ils ont, pour la plupart (cochons mis à part !), de bonnes bouilles. J’ai également bien aimé les couleurs et les cases sans cadres, ainsi que la mise en page, plutôt dynamique.

A la fin il y a quelques pages d’explications (qui était Orwell, le fonctionnement d’un moulin à vent) et de jeux (carnet rédigé et validé par des enseignants). La couverture est très belle aussi avec son liseré doré. Le tout est visiblement solide (pages cousues et collées) et il y a même un signet pour marquer sa page.

Bref, un album parfait pour faire découvrir cette histoire aux plus jeunes (et les amener à lire le roman plus tard ?)

*****

De Maxe L’Hermenier et Parada, une autre adaptation : Les misérables

De Thomas Labourot : Aliénor Mandragore et Garance

***

Une BD qui participe à plusieurs challenges

La BD de la semaine – chez Moka, Au milieu des livres

2022 en Classiques sur ce blog et chez Blandine (Vivrelivre)

2022

*

Le tour du monde en 80 livres (Angleterre) chez Bidib

monde

*

Sans oublier le Mois Anglais chez Lou et Titine

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Mémoires de la forêt tome 1 Les souvenirs de Ferdinand Taupe de Mickaël Brun-Arnaud

Un magnifique premier tome, promettant d’autres aventures dans une forêt pas comme les autres

Roman pour la jeunesse dès 9 ans

Mémoires de la forêt. Tome 1 Les souvenirs de Ferdinand Taupe

de Mickaël  Brun-Arnaud

Ed. L’école des loisirs, coll. Neuf,
ill. de Sanoe,
mars 2022, 320 pages-14,50 euros

Thèmes: mémoire, maladie, amitié, souvenirs, forêt, animaux, voyage

 

Présentation de l’éditeur: “Dans la forêt de Bellécorce, au creux du chêne où Archibald Renard tient sa librairie, chaque animal qui le souhaite peut déposer le livre qu’il a écrit et espérer qu’il soit un jour acheté. Depuis que ses souvenirs le fuient, Ferdinand Taupe cherche désespérément à retrouver l’ouvrage qu’il a écrit pour compiler ses mémoires, afin de se rappeler les choses qu’il a faites et les gens qu’il a aimés.(…)”

 

C’est avec beaucoup d’émotion que j’écris ce billet. En effet, je viens tout juste de refermer le premier tome de  Mémoires de la forêt et j’en suis encore toute retournée! Ce magnifique roman jeunesse conte avec pudeur et énormément de tendresse les dégâts irréversibles d’une terrible maladie: l’Alzheimer. C’est grâce à l’aide précieuse de son ami  le renard que petit à petit, Ferdinand Taupe trouvera le courage d’arpenter le chemin du Souvenir…

Mais le plus original, c’est que l’auteur parvient à nous emmener dans une aventure pleine de mystères à élucider. En effet, la mémoire de notre adorable taupe étant défaillante, le lecteur (tout comme nos deux compères) doit retrouver toutes les pièces du puzzle pour enfin découvrir la vérité. Et quelle vérité!

Bien que, arrivé à la moitié du livre, l’on se doute de ce qu’il a dû se passer; certains éléments sont une réelle surprise! De plus, les illustrations de Sanoe apportent à ce récit des  Mémoires de la forêt une profondeur supplémentaire. A travers les aquarelles délicates de l’artiste, on ressent à la fois la douceur de vivre et une certaine mélancolie liée au souvenir du passé.

Mémoires de la forêt est une pépite, un roman tendre que j’ai adoré découvrir!

 

~Melissande~

 

+La mémoire aux oiseaux d’Ingrid Chabbert et Soufie, un album sensible présenté par Nathalie.

+ Un roman sur le même thème, présenté par Nathalie: Mamie Gâteau s’emmêle le tricot de Gwaldys Constant et Gilles Freluche

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :