D T1 : Lord Faureston – Halloween 5

LordVampire ? Vous avez dit Vampire ?

D

T1 : Lord Faureston

Ayroles – Maïorana (Ill.)

Le Prévost (Coul.)

Delcourt (2009)

*****

Éditeur : De retour d’expédition, l’explorateur Richard Drake hante clubs et salles de bals de la haute société victorienne. Il s’éprend de Miss Catherine Lacombe, charmante Lady au caractère bien trempé. Le séduisant Lord Faureston a lui aussi jeté son dévolu sur la jeune femme. Mais une aura de mystère entoure ce ténébreux dandy. Catherine serait-elle en danger ? C’est en tout cas ce que prétend Mister Jones, un obscur employé de banque qui, la nuit venue, devient chasseur de vampires !

*****

Tout m’a plu dans cette bande dessinée, sauf une chose : Je n’ai pas le 3ème et dernier tome !!!

Une histoire qui se passe dans la bonne société Londonienne, avec un explorateur bourru et costaud -Richard Drake- qui se fait voler l’élue de son cœur par un dandy, -Lord Faureston- ça commence bien. Cette bande dessinée, sans être d’une folle originalité, m’a beaucoup plu pour son ambiance et certains de ses personnages (le “chasseur” de vampire est un excellent second rôle !)

J’ai également apprécié le dessin, les décors sont superbes, les costumes aussi, et les couleurs, vives ou grisâtres selon les moments. Le suspense reste entier jusqu’à la fin du premier tome : Lord Faureston est-il, oui ou non, un vampire ? Vous le saurez en lisant cette trilogie qui mérite le détour.

Une belle BD d’ambiance pour Halloween !

Le tome 2 s’intitule “Lady D’Angerès” (2011) et le tome 3 “Monsieur Caulard” (2014)

*****

D’Alain Ayroles, je vous ai déjà présenté un coup de cœur : Les Indes fourbes et je vous encourage vivement à lire également sa magnifique série “De cape et de crocs“.

C’est ma 5ème lecture (sur 13 prévues !)

Pour le challenge Halloween proposé par Lou et Hilde

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

A l’ombre des murs

ombreConte steampunk
BD Ados/Adultes

A l’ombre des murs

Arnaud Le Roux & Marion Laurent

Futuropolis (2009)

*****

Dans une ville, à l’ ombre de hauts murs, des gens attendent le passage de la Reine. Nul indication de temps ni de lieu. Obligé de regarder passer le carrosse royal avec ses oncles et tantes, un jeune garçon s’ennuie. Dès qu’il peut, il file rejoindre ses amis. Avant de les retrouver, il rencontre une jeune fille, Jude, qui dit s’être enfuie d’un orphelinat. Tâche -c’est le jeune garçon- lui propose de l’accompagner car ses amis sont débrouillards et pourraient bien l’aider. Tout ce petit monde se réfugie chez un inventeur qui vit au milieu d’un bric-à-brac de machines… Ce qu’ils ignorent, c’est que la jeune fille est recherché par la pègre locale…

*****

Le scénario est assez léger, il ne se passe pas grand-chose dans cet album qui fait quand même 110 pages. En le refermant, vu le peu d’explications données sur un certain nombre de choses, je me suis dit qu’il s’agissait d’un tome 1. Il semblerait que non.

Malgré tout, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé ! Le dessin est mignon (j’ai trouvé que les personnages avaient un peu tous les mêmes têtes, mais on les différencie bien quand même) et j’ai beaucoup aimé cette couleur sépia. C’est surtout l’ambiance médiévale et steampunk qui m’a plu. Et le trait de l’illustratrice, très doux.

On ne peut que se demander ce qui s’est passé dans cette ville ceinte de murs (qu’y a t-il derrière ? On ne le saura pas.) Des machines qui ne fonctionnent plus, une ambiance plutôt médiévale et une société totalitaire, voilà tout ce qu’on aura en guise d’explications.

Les deux auteurs ont fait deux autres BD ensemble, apparemment bien meilleures, toujours chez Futuropolis.

J’irai voir !

*****

Le site de l’illustratrice

Et cette semaine, LA BD de la semaine est chez Stephie, du blog Mille et une frasques

La fiancée de Bombay

BombayMeeting India
Roman Anglais

La fiancée de Bombay

Julia Gregson

France Loisirs (2009)

*****

Lecture Commune avec Isabelle du blog Une ribambelle d’histoires

*****

Londres, 1928. Viva, jeune femme orpheline a mis de l’argent de côté. Son projet ? Aller en Inde où ses parents sont morts lorsqu’elle était enfant. Malgré tout, ses économies étant insuffisantes, elle va devoir travailler pour payer son voyage.

Sur le bateau qui les amène à Bombay, elle va servir de chaperon à Guy Glover. C’est un jeune garçon perturbé qui vient de passer 10 ans en internat. Il va en Inde rejoindre ses parents parce qu’il a été renvoyé de l’école.

Viva accompagne également deux jeunes filles, Rose et Victoria. Deux amies de longue date. Rose part à Bombay pour se marier avec un officier de cavalerie coloniale qu’elle connaît à peine. Et Victoria, Tor pour les intimes, va être sa demoiselle d’honneur. Tor quant à elle, est ravie de quitter le giron familial. Sa mère passant son temps à lui reprocher ses faits et gestes et à surveiller tout ce qu’elle fait et tout ce qu’elle mange, elle a soif de liberté.

Ce n’est cependant pas sans angoisse que tout ce petit monde se retrouve sur le Kaiser-i-hind, navire immense et luxueux. La traversée va durer deux semaines, avec des escales à Marseille, Malte et Port Saïd, avant d’arriver enfin à Bombay.

*****

Je suis été attirée par cette couverture au charme désuet, avec ses incrustations dorées et son air de carte postale d’un autre temps… En plus, depuis que je participe au challenge “Les étapes Indiennes”, dès que je trouve un livre d’un auteur indien ou qui se passe en Inde, je le prends !

J’avais un peu peur du côté “romance” mais en fait, j’ai beaucoup aimé. J’ai dévoré l’histoire de Viva, Rose et Tor en deux jours (et il y a quand même 700 pages). J’ai été séduite par le côté dépaysant et par les personnages, ces jeunes femmes qui partent à l’aventure (l’une pour se marier avec un homme qu’elle connaît à peine, l’autre pour “retrouver” son passé, la 3ème pour échapper à une mère étouffante).

Celle qui va se marier sait à peine comment on fait les bébés… Et les autres ne sont pas beaucoup mieux loties. Car cette histoire se passe en 1928. Il y a aussi une certaine critique du colonialisme et du comportement des colons (les anglais). Bref, ce roman se lit très facilement, il est intéressant et il m’a beaucoup plu !

*****

Billet récapitulatif de nos lectures “Indiennes”

*****

Un roman qui participe à plusieurs challenges

Le Mois Anglais chez Lou et Titine

*

Il participe aussi à l’Objectif PAL chez Antigone

(J’avoue ne plus trop savoir depuis quand je l’ai celui-ci…)

*

Challenge les Étapes Indiennes chez Hilde et Blandine

*

Le tour du monde en 80 livres (Angleterre) chez Bidib

monde

*

Et comme il fait 700 pages (éditions France Loisirs, 2010)

Il participe également au challenge “Pavé de l’été” chez Sur mes brizées

Challenge d’ors et déjà réussi puisqu’il suffit d’en lire un…

Flaubert la dernière ligne – BD

FlaubertBiographie illustrée
Ado/Adulte

Flaubert

La dernière ligne

Jacques & Casenave

Éd. Les Rêveurs (2009)

*****

Printemps 1880, près de Rouen. Flaubert arrive à la fin de sa vie, il a 58 ans. Ruiné pour avoir été trop généreux avec sa nièce et surtout l’époux de celle-ci, il s’attelle à sa dernière œuvre : Bouvard et Pécuchet (PDF) qu’il n’achèvera pas et qui sera publiée à titre posthume. Depuis des années déjà, il prend des notes pour cet ouvrage qui sera, pense t-il, son chef-d’œuvre.

Entre deux séances de travail, il se remémore son enfance, sa vie, ses voyages, ses rencontres et ses succès littéraires. Les femmes qu’il a aimé aussi.

*****

Cette biographie illustrée de Flaubert me donnerait presque envie de tenter une énième relecture de… Mme Bovary ! Si, si, un jour j’y arriverai. Bref. Je vais peut-être en tenter un autre.

Cet album rend fort sympathique Gustave Flaubert. Un homme cultivé sans aucun doute, qui appréciait modérément ses semblables (il appréciait beaucoup les femmes par contre !). Un homme généreux qui s’est dépouillé de sa fortune au profit de sa nièce. Il se servit visiblement de ses voyages, de ses expériences pour écrire ses romans et c’est très bien expliqué dans cette jolie BD.

J’ai bien aimé le dessin aussi, malgré des personnages aux nez un peu étranges. Les pages sur la vallée du Nil donnent envie d’y partir sur l’heure…

Une lecture très agréable que je vous recommande !

J’ai bien envie de lire les autres BD de cette collection.

*****

https://static.fnac-static.com/multimedia/images_produits/Zoom_Planche_BD/5/9/4/9782912747495_3/tsp20120928140922/Flaubert-la-derniere-ligne.jpg

Pour voir d’autres illustrations, c’est sur le site de l’éditeur

Dans la même collection, il y a également Baudelaire et Verlaine.

Et pour en savoir plus sur cet écrivain, le Centre Flaubert de l’Université de Rouen

Adaptation BD d’un roman de Flaubert : Gemma Bovery

Dans les recueils de la collection “Mots intimes” il y a des lettres de Flaubert.

Cette semaine nous nous retrouvons chez Stephie

Cet album participe aussi au Challenge Cette année sera classique !