Libérez l’ours en vous – Carole Trébor

Libérez l'ours en vousRoman pour adolescents, dès 13 ans
Vie quotidienne et théâtre

Libérez l’ours en vous

de Carole Trébor

Syros, 2018
9782748521306 – 17,95€

Loin de ses récits fantastiques comme Nina Volkovitch ou de science-fiction avec U4, Carole Trébor nous propose avec Libérez l’ours en vous un récit contemporain, une tranche de vie d’adolescents d’aujourd’hui. Petit clin d’oeil à la Russie tout de même, avec un personnage d’origine russe, Kolia, mais pour le reste, on est dans la campagne française. La campagne viticole, facilement raciste, ou tout du moins prompte à ne pas accepter l’étranger.

Libérez l’ours en vous est un récit complexe, avec trois histoires principales imbriquées. Celle d’un groupe de lycéens, impliqués dans un club théâtre. Celle de leur professeur de théâtre, cette année absente pour maladie. Et celle de la pièce de théâtre Merci l’ours écrite par cette professeur de théâtre, et qui raconte sa propre jeunesse. Trois histoires qui ne font que se couper, se mêler, s’entremêler. Des résonances apparaissent entre toutes ces histoires, entre toute ces personnalités et avec Merci l’ours, la pièce de théâtre que les adolescents vont découvrir peu à peu et monter. Les thématiques qui les rapprochent, les font bondir ou exploser…

Dans Libérez l’ours en vous, la galerie de personnages est très large, et tous sont les propres narrateurs, en alternance. Cette profusion de narrateurs, aux histoires complexes, m’a désarçonné. Si j’aime les récits alternés, j’ai trouvé ici que cela desservait parfois l’histoire, car on ne prend pas le temps de s’attacher aux personnages. Kolia par exemple, qui est un des personnages centraux, nous raconte une grande partie de sa vie : la perte de sa mère et de sa grand-mère, sa nouvelle belle-mère, son père qui ne comprend pas sa passion… Pourtant le tout manque d’un petit quelque chose pour que le déclic se fasse réellement. Finalement je crois que ce récit fonctionne un peu comme ça. Soit vous adhérez à Kolia (et Lisa), et vous adhérerez au livre, soit non, et le récit perd une partie de son intérêt.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Lael, ce qui nous a permis d’échanger sur notre ressenti, et la problématique des personnages est vraiment celle qui me semble centrale dans l’appréciation de ce roman. Le côté théâtre, les thématiques abordées, tout le reste est intéressant et offre un beau récit, je regrette donc d’être restée sur ma faim, au point de préférer les petites soeurs aux personnages principaux… Les relations parents – enfants, souvent mises en avant par les personnages, l’immigration, l’humour, tout un tas de petites choses qui font que ce livre reste une belle lecture. Les modalités du récit sont variées, théâtre et narration bien sûr, mais aussi mail, sms, chanson, articles de presse… un mélange réussi.

Libérez l’ours en vous est un roman contemporain qui réussit habilement à allier théâtre et récit moderne, pour autant la galerie de personnage n’a pas réussi à m’entraîner au coeur de cette histoire.


+ la pièce Merci l’ours existe vraiment et a été écrite par Carole Trébor. On peut la retrouver via l’application Syros Live, de même que les chansons qui en font partie.

+ Découvrez l’avis de Lael, qui a, elle, apprécié le personnage de Kolia !

+ Pour la petite anecdote, chaque fois que je parle de ce roman, je veux l’appeler Libérez-vous de l’ours. Un lapsus sans doute révélateur d’une partie du récit, où l’ours n’est pas forcément celui qu’on croit !

Naissance des coeurs de pierre – Roman ado/adulte

NaissanceNaissance des cœurs de pierre

Antoine Dole
Actes Sud Junior (2017)
*****

On suit deux histoires en parallèle.

Celle de Jeb, jeune garçon de 12 ans, qui vit dans le Nouveau Monde. Un monde où l’on a éradiqué toutes les émotions (grâce à des camisoles chimiques), émotions qui étaient la source de tous les problèmes et de la chute de l’Ancien Monde.

Parallèlement donc, on suit la vie d’Aude, une jeune fille de 16 ans qui entre au lycée dans l’Ancien Monde. Aude a des parents plutôt sévères (ils veulent à tout prix qu’elle réussisse et ne voient « que » ça) et se retrouve contre son gré dans un nouveau lycée très côté, mais où elle ne connait personne. Elle va tomber amoureuse de Mathieu, un surveillant.

Ces deux histoires finiront par se rejoindre. Il n’y a pas de réelle indication de temps (on nous dit juste que « l’ancien monde » a disparu il y a des siècles de cela). Un roman surprenant, fort en émotions et en surprises ! Et qui, sous couvert de dystopie, se termine sur un questionnement de notre société, de notre monde : le pays des cœurs de pierre. Car si on se plaint parfois d’être submergé par elles, que devient notre vie, sans émotions ?

Naissance des cœurs de pierre est un roman court (146 pages) mais passionnant, que j’ai dévoré ! ♥

*****

Un extrait : « Jeb a toujours été un enfant sensible. Elle (sa mère) n’est pas sûre qu’on l’autorisera à repartir avec elle ce soir. Elle a glissé quelques affaires à lui dans un sac, à l’arrière. C’est le préparateur qui prendra la décision. Elle s’en remet à la logique du Programme. Aux mots de la Table des Lois. Elle ne peut pas faire autrement et n’est pas franchement certaine, de toute façon, d’en avoir envie. Jeb a atteint l’âge limite, les autres enfants de la résidence ont déjà tous reçu l’injection.

– Maintenant tais-toi, nous arrivons bientôt.

Le petit garçon espérait autre chose. Il ne cesse d’attendre un élan qui ne se formule pas. Sa mère fixe la route, le corps solide et l’esprit fermement chevillé à la matière. Rien ne se formule qui ne soit pas purement factuel, utile, pratique. Pas de place pour le reste. Jeb avale sa salive, il sent les larmes reculer aussitôt, comme ramenées au fond de la trachée. Tout redevient sec. Le visage bascule à nouveau vers le bord de la route.

Dans un mois, Jeb aura 12 ans.

Le Mur Frontière, interminable, mange à présent tout le cadre. Nul ne sait ce qui existe encore de l’autre côté. On dit que l’Ancien Monde a disparu il y a des siècles de cela. Personne n’en parle plus. »

*****

Site d’Antoine Dole

Du même auteur, déjà présenté : Konnichiwa Martin ! (2ème livre présenté dans le billet)

Le site de l’éditeur Actes Sud Junior

L’avis de Bob et Jean-Michel

Une soeur – Bd ado/adulte

sœur Une sœur

Bastien Vivès
Casterman (2017)
*****

Antoine 13 ans et son petit frère Titi 9 ans, sont en vacances au bord de la mer, dans la maison familiale, quelque part dans le sud de la Bretagne. Dans la voiture, ils ont entendu leurs parents parler d’une amie de la famille, Sylvie, qui a fait une fausse couche. Le lendemain, quand ils se réveillent, une jeune inconnue dort dans le lit d’à côté. Elle s’appelle Hélène, elle a 16 ans et c’est la fille de Sylvie. Antoine, qui par bien des côtés est encore un petit garçon, va, en une semaine avec Sylvie, quitter l’enfance…

*****

J’aime beaucoup le dessin de Bastien Vivès. Ce qui me gênerait peut-être chez d’autres, l’absence de traits du visage par exemple (parfois il n’y a pas de nez, pas d’yeux, pas de bouche !) ne me dérange absolument pas ici. Il y a, je trouve, une grande douceur dans son dessin, et à la façon dont se tiennent les personnages, on comprend bien leurs émotions.

Tout est bien vu. La relation des deux frères, les relations entre Antoine et Hélène, celles avec les autres ados… Les parents sont très peu présents et ne se rendent pas vraiment compte de ce qui se passe.

Quelques passages ‘initiatiques » sont un peu cru (une bd plus à partir du lycée que du collège à mon avis) et je mentirais si je disais que rien ne m’a « choqué ». Ces deux jeunes qui sont au départ comme un frère et une sœur ou encore deux copains et qui finissent par « jouer au docteur » (je ne dis pas ça par excès de pudibonderie, mais parce qu’il n’y a pas « d’acte sexuel » à proprement parler) m’ont surprise. J’ai, en fait, surtout été étonnée par l’âge du jeune garçon, qui n’a que 13 ans (et fait très « bébé » par certains côtés).

En bref : j’ai beaucoup aimé le dessin, la relation entre les deux frères et la douceur qui émane de toute cette histoire !

sœur

Le blog de Bastien Vivès

Pour feuilleter la bd et voir une vidéo de présentation, rendez-vous sur la page de l’éditeur Casterman

Du même auteur, j’ai lu aussi :

sœur sœur sœur

La 1ère bd de cet auteur que j’ai lu, « Dans mes yeux » m’a beaucoup plu. Par ses couleurs, vives, chaudes, lumineuses et le dessin au crayon de couleur, original. De plus, on est à la place de la personne, on voit par ses yeux, c’est assez particulier, mais très réussi.

La 2ème « Le goût du chlore » m’a déçue. Une rencontre à la piscine, des couleurs et une ambiance froides, très peu de dialogues et des dessins que j’ai trouvé moins beaux. Ceci dit, on s’y croirait, on sent presque l’odeur du chlore…

La 3ème « Polina » m’a énormément plu. A un détail près, j’ai tout de suite détesté le nez de Polina (trop appuyé, trop noir ?) mais ce doit être le seul défaut que j’ai trouvé à ce roman graphique aérien (on « voit » les danseuses en train de virevolter).

L’avis enthousiaste de Lasardine, fan de Vivès

Cette semaine, nous sommes reçus par Moka

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Rose givrée : un roman touchant

Cathy Cassidy, l’auteur de la série Les filles au chocolat, revient en France avec un nouveau titre Rose Givrée. Une couverture girly et gourmande qui cache un roman profond.

rose givrée

Roman pour adolescents

Rose givrée

de Cathy Cassidy

traduit par Anne Guitton

Nathan, 2017
9782092573921, 14,95€
disponible en epub

***

Cathy Cassidy, l’auteur de la série Les filles au chocolat, revient en France avec un nouveau titre Rose Givrée. Une couverture girly et gourmande qui cache un roman profond.

Jude, 13 ans, a une famille vraiment, vraiment, particulière… et carrément gênante pour une adolescente. Son père est chanteur sosie d’Elvis Presley. Sa mère semble déconnectée du monde. Sa grand-mère a Alzheimer. Et puis, et de là vient en partie le titre, l’ami de sa mère est vendeur de glaces ambulant. Ajouter un camarade de classe un peu collant et quelques verres d’alcool, et vous n’aurez qu’un bref aperçu de tous les thèmes que ce roman abordent.

Maladie d’Alzheimer, Alcoolisme, parents séparés, remariage… dans Rose givrée Cathy Cassidy n’épargne pas son personnage. Trop de thèmes ? C’est l’effet que cela peut faire mais le roman est très équilibré. Jude est une adolescente plutôt mûre et attendrissante. La galerie de personnages qui l’entoure permet de créer un univers vraiment hétéroclite et intéressant, avec un joli clin d’oeil au magicien d’Oz.

Cathy Cassidy réussit un récit pour adolescents complexe et touchant. En suivant Jude dans ses péripéties, le lecteur s’attache, et les épreuves qu’elle doit traverser sont d’autant plus poignantes.

Un récit à la belle couverture, comme avec les Filles au chocolat, et qui attire l’oeil des adolescent(e)s, un succès en CDI !


+ Photo issue de mon compte Instagram, allez y faire un tour :)

+ Le site de Cathy Cassidy  Un site très coloré, sur lequel vous pourrez trouver les couvertures anglaises des romans, très différentes de nos couvertures gourmandes !

+ Challenges : Petit Bac & YA

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :