Celle que je ne suis pas – l’histoire de Valentine

ValentineManga : 1er tome d’une trilogie
L’histoire de Valentine

Celle que je ne suis pas

Vanyda

Dargaud (2008)

*****

“Celle que je ne suis pas” raconte le quotidien de Valentine. Elle a 14 ans, est en dernière année de collège et est secrètement amoureuse d’un garçon, Félix. Elle vit seule avec sa mère. Comme beaucoup d’ados, elle se cherche, cherche sa place. On suit son quotidien à la maison, affalée sur le canapé devant la télé, ou allongée sur son lit. Elle est plutôt passive de manière générale, que ce soit avec sa mère ou ses amies. Comme endormie. Avec ses amies, elles ont des conversations de jeunes adolescentes. Elles parlent des garçons, de leurs vacances ou de leurs weekends, de la future boum du collège. Certaines fument ou boivent. Pas Valentine. On suit toutes ses pensées. Elle se met à sortir avec un garçon alors qu’elle rêve d’un autre.

*****

De Vanyda, je n’ai lu qu’une BD “Entre ici et ailleurs” que j’avais bien aimé.

Il ne se passe pas grand-chose dans ce quotidien. C’est une jeune fille de 14 ans plutôt sérieuse, qui va au collège, travaille bien et est amoureuse. Rien de très passionnant, mais pourtant on s’attache à Valentine. On aimerait juste la voir se bouger un peu plus, comme la plupart des ados !

Bref, une bd agréable et un personnage auquel on croit. Et auquel s’identifieront probablement beaucoup de jeunes ados.

Je ne suis pas adepte du dessin type “manga”, mais le trait de Vanyda est très doux (comme l’histoire d’ailleurs) et passe bien. Si je mets la main sur le tome 2, je le lirais avec plaisir.

*****

Le blog de Vanyda

Nous suivre et partager :

Le tyran des songes d’Oren Miller

Un roman fascinant peuplé de dangereux mythes incarnés

le tyran des songes

Roman fantastique pour jeunes adultes, dès 13 ans

Le tyran des songes

d’Oren Miller

Editions Lynks, avril 2019,

illustrations intérieures d’Oren Miller,

540 pages- 14,90 euros

***

Thèmes: mythologie, dieux, fantastique, créatures

***

 

 

 

Présentation de l’éditeur: “Emma lit dans les âmes : elle voit le vrai visage de ceux qu’elle croise. Et elle déteste ce talent qu’elle subit depuis l’enfance.

Mais d’autres dans l’ombre l’observent aussi et vont lui montrer que toute sa vie n’est que mensonge et redoutable illusion. Emma plonge alors dans un univers cruel où dieux et déesses antiques, sorciers, magiciennes et autres créatures se disputent une partie d’échec grandeur nature dont elle est l’enjeu. Elle doit alors s’enfuir, éviter les dangers, survivre, coûte que coûte. Et découvrir pourquoi le Marchand de sable d’intéresse autant à elle… Excepté que l’un des joueurs de cette folle partie n’est pas comme les autres. La Mort n’aime pas perdre, elle n’aime pas non plus attendre.

Alors quand la Mort se trouve assez proche pour souffler sur votre nuque, vous n’avez que deux options :
Gagner.
Ou courir.
Toujours plus vite.”

 

Pour être  honnête, je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne cette tournure. Bien qu’Oren Miller annonce d’entrée la couleur, “Le tyran des songes” réserve malgré tout bien des surprises.

L’auteur a créé un univers personnel à partir de légendes existantes, ce qui permet de rendre les relations entre les personnages très crédibles. L’intrigue, sur fond de complot politique, ne s’essouffle pas et les actions s’enchaînent dans la première partie où Emma découvre un pan de son existence, pour le moins extraordinaire…

La seconde partie est complètement à l’opposé de la première puisque l’on suit principalement Emma.  Notre jeune héroïne aura bien du mal à se dépêtrer d’une situation fâcheuse et sa réaction est assez surprenante. D’ailleurs, c’est le seul point “négatif” que je relève dans “Le tyran des songes”. Le comportement d’Emma suite à un événement me paraissant traumatisant n’est pas très réaliste à mon sens.

À part cela, c’est un bon roman, très  divertissant. La plume d’Oren Miller est fluide et de qualité, le récit défile sans que l’on ne s’ennuie une seule seconde. Grâce à certains protagonistes, de nombreuses scènes sont tournées en dérision. Et si vous êtes amateurs d’humour noir, il ne faut surtout pas passer à côté  du “Tyran des songes”!

En somme, une lecture très sympathique alliant mythologie et monde moderne. Une mention spéciale pour Jack, ce personnage est  exceptionnel!

 

~Melissande~

 

+ Un autre roman détournant une célèbre figure mythologique présent par Hérisson: Maudit Cupidon de Lauren Palphreyman

+ Mon avis sur le premier tome de l’excellente saga de Michael Scott: L’Alchimiste, les secrets de l’Immortel Nicolas Flamel

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Silver Batal et le dragon d’eau de K.D. Halbrook

Une aventure inoubliable à travers les sables qui en fera rêver plus d’un!

silver batal

Roman fantasy pour la jeunesse dès 9 ans

Silver Batal

et le dragon d’eau

de K. D. Halbrook

 

Editions Lumen, juin 2019,

illustrations d’Ilse Gort, 469 pages,

16 euros- 9,99 euros en format Kindle
epub gratuit

 

Thèmes: aventure, adolescence, amitié, dragons, fantasy

 

Présentation de l’éditeur: “Enfourchez votre dragon, et rendez-vous sur la ligne d’arrivée !

Silver Batal habite une ville fascinante au milieu du désert (…) À treize ans, elle est censée travailler dur pour succéder à son père, l’un des bijoutiers les plus renommés de la région. Seul problème? Son cœur n’appartient pas au désert, mais aux flots de l’océan: elle rêve de participer aux courses de dragons d’eau qui, chaque année, font vibrer le pays tout entier.(…)

Savant mélange de Dragons et des Royaumes de feu, Silver Batal et le dragon d’eau marque le début d’une aventure épique entre désert et océan, pleine de cœur et de rebondissements.  (…)”

 

 

Une aventure haletante au cœur même du désert, là où vivent renards argentés et autres créatures fabuleuses… Silver Batal et le dragon d’eau est une très belle histoire de fantasy avec son lot de rebondissements, de paysages somptueux et de héros courageux.

Notre jeune héroïne n’a pas froid aux yeux! Rebelle dans l’âme, elle n’hésite pas à braver les interdits familiaux afin de vivre son grand rêve: devenir dompteuse de dragons. Suite à sa rencontre catastrophique avec son idole, Sagittaria Prodigo, la jeune fille ouvre les yeux sur une triste réalité. Malgré ses désillusions, Silver ne perd ni sa détermination, ni son courage. Grâce à ces qualités, elle vivra la plus grande aventure de sa vie!

 

J’ai adoré suivre Silver et ses amis dans ce périple à travers le désert et l’océan! K.D. Halbrook a le don de nous emmener vers des contrées sauvages idylliques. Sans être trop enfantine ou trop compliquée, la plume de l’auteur décrit avec acuité ce qui caractérise l’humanité: les travers comme les bonnes actions.

 

En effet, dans “Silver Batal et le dragon d’eau”, il y a tout un panel d’êtres humains avec une personnalité et des motivations bien marquées. Tous les personnages sont importants, leur psychologie est donc bien développée.

 

Petit plus, l’illustration de couverture réalisée par Ilse Gort est sublime! Vous trouverez également à l’intérieur deux dessins en noir et blanc illustrant à merveille cette fabuleuse aventure!

En voici un exemple:

 

Si vous aimez la fantasy pour la jeunesse, je ne peux que vous conseiller ce roman!

 

~Melissande~

+ Le deuxième tome est paru le 11 juin 2020 !

+ Deux autres romans sur le même univers présentés par Hérisson: “Les royaumes de feu” de Tui T. Sutherland et “Eon et le douzième dragon” d’Alisson Goodman

+  L’avis de Melisande du blog “Accroc des livres” sur “Silver Batal et le dragon d’eau”

Nous suivre et partager :

Paul à la campagne – BD Québecoise

PaulPaul à la campagne

Michel Rabagliati

La Pastèque (1999)

*****

Paul roule avec sa femme et sa fille vers le chalet de ses parents. Chalet dans lequel il a passé toutes ses vacances depuis l’enfance. Il se remémore les baignades avec les copains, les discussions, les parties de pêche et les bêtises aussi.

Dans une seconde partie, “Paul apprenti typographe“, il se souvient aussi de ses leçons d’accordéon avec une professeure qui lui faisait un peu peur et de la visite pleine de  jolies surprises à l’imprimerie ou travaillait son père.

*****

C’est un tout petit album, mais il contient le charme un peu nostalgique qu’ont les souvenirs. Cette histoire est, de plus, parsemée d’expressions québecoises et j’adore ça !https://static.wixstatic.com/media/2363cd_65104fb51f2a41c58a8b464ffbb956de~mv2.jpg

Le dessin est simple, épuré, mais toujours très expressif et je le trouve plutôt amusant.

Si j’ai bien compris, c’est le tout premier album de la série. Il y en a maintenant une dizaine. J’avais déjà lu “Paul dans le Nord” il y a quelques années, il est ado (15/16 ans ?) et je me souviens que ça m’avait bien plu !

Je voulais aussi vous parler de Paul à la pêche, mais ça sera pour la semaine prochaine, il est beaucoup plus gros et je viens juste de le finir…

Une très jolie découverte que cette série ! ♥

*****

Paul dans le Nord (version audio sur Radio Canada)

Le site de l’auteur

Pour notre rendez-vous de la BD de la semaine, chez Noukette

Nous suivre et partager :