La femme feuille – Roman aventure

femme

La femme feuille

Charles Hervé-Gruyer
Albin Michel (2007)
*****

Tout d’abord, je dois remercier Bidib, l’organisatrice du Challenge Amérique Latine, sans lequel je n’aurai jamais lu ce roman ! Je ne l’ai effectivement choisi que parce qu’il se passait en Guyane et au Brésil, en vue de le présenter pour ce challenge…

Et, petite parenthèse, c’est bien ce que j’aime dans les challenges. En nous obligeant à sortir de nos « zones de confort », ils nous permettent de faire de belles découvertes !

Ce que j’ignorais totalement en mettant la main sur ce livre, c’est que son auteur, Charles Hervé-Gruyer, est également le fondateur d’un super projet, (que je connais parce que je m’intéresse un peu à la permaculture), la ferme biologique du Bec Hellouin (je vous invite vraiment à aller visiter leur site, c’est très intéressant). J’ai découvert ça grâce à un site qui a publié un avis sur ce livre : « Échos verts« .

*****

Magali, 18 ans, étudiante en 2ème année de DEUG d’ethnologie, débarque un beau jour à Cayenne. Son père, gendarme, vient d’être muté en Guyane, où il est parti vivre avec la mère et la petite sœur de Magali. Celle-ci profite des vacances de février pour les rejoindre. Elle espère pouvoir tirer parti de ce séjour en rencontrant des indiens, car elle a l’intention de faire son mémoire de maîtrise sur les Amérindiens de Guyane. Son vœu va être exaucé au-delà de ses espérances…

*****

Un merveilleux voyage au pays des Amérindiens, une plongée extraordinaire au cœur de la forêt amazonienne ! Sans bouger de mon canapé, j’ai fait un splendide voyage avec ce roman. On sent que, non seulement l’auteur connaissait bien son sujet, mais qu’en plus c’est un amoureux de la nature, de la forêt amazonienne et des personnes qui y vivent.

Un gros coup de cœur !

Je vous invite à lire les premières pages C’est juste le début de l’histoire, ce ne sont pas les pages les plus dépaysantes, loin s’en faut, mais je ne veux pas vous dévoiler toute l’histoire…

Charles Hervé-Gruyer (1958). Ancien marin, cultivateur, auteur et réalisateur. Après avoir voyagé pendant 20 ans à bord de son voilier-école, le Fleur de Lampaul, il a fondé en 2004, avec son épouse Perrine, la Ferme du Bec-Hellouin (dans l’Eure) une ferme biologique. Merci Wiki

Association qui milite pour les droits des peuples autochtones : Survival

D’autres romans qui se passent dans la forêt amazonienne : Le vieux qui lisait des romans d’amourLa naufragée des amazones / Le réveil de Zagapoï

Challenge Amérique Latine

C’est ma 2ème participation au Challenge Amérique du Sud – Amérique Latine

Miss Endicott – Bd ado/adulte

Endicott

Endicott

Miss Endicott

Jean-Christophe Derrien & Xavier Fourquemin (ill.)

Collection Signé

Le Lombard (2007)

*****

Miss Endicott, Prudence de son petit nom, revient d’un long voyage aux Indes. La raison de son retour n’est pas très gaie, elle vient en premier lieu assister à l’enterrement de sa mère Maggie et ensuite la remplacer comme gouvernante auprès du jeune Kévin. Mais sa mère lui a également légué une autre tâche. La nuit, elle devient la conciliatrice de la ville et aide les plus démunis à régler leurs problèmes.

Le tome 1 commence un peu tristement et se termine sur une surprise de taille ! Du tome 2, je ne vous dirai rien, si ce n’est qu’il regorge de surprises… A commencer par celle de… la fin !!

*****

Dès la couverture, on reconnaît le joli trait de Xavier Fourquemin, que j’avais déjà apprécié dans la très chouette série « le train des orphelins » (lien plus bas) réalisé avec Philippe Charlot. Il a une façon de dessiner les nez (et les mentons en galoche !) tout à fait reconnaissable et unique !

Tout m’a plu dans cette bd, sauf la fin que j’aurai aimé plus…. ou moins… Ben non, je vous dirai pas !

Ce qui m’a le plus plu, c’est cette ambiance un peu victorienne, steampunk même pour la fin du 2ème tome. Du réalisme à la Dickens avec une pointe de fantastique. Les personnages ont des « gueules » comme autrefois au cinéma. Et cette femme, Prudence (dont on ne sait au final pas grand-chose), qui voyage seule, se bat comme Bruce Lee (ou presque, lui n’avait pas les aiguilles à tricoter !!), est très autonome et a beaucoup d’empathie et d’humour !

Mon seul regret finalement, c’est qu’il n’y ait pas un 3ème tome… J’aurai bien aimé une série « les aventures de Miss Endicott, gouvernante »!!

*****

Interview des deux auteurs

De Jean-Christophe Derrien, Sophie vous avait présenté « Résistances » le 1er tome d’une bd historique

Et de Xavier Fourquemin, nous vous avons présenté la série « Le train des orphelins »

Cette semaine c’est Moka qui nous accueille Au milieu des livres

 

 

 

 

Et cette bd participe aussi au Challenge « Un max de BD en 2018 » de Kobaitchi

Pour la ligne 19) Dont la couverture est majoritairement verte (le tome 1)

Kiki de Montparnasse – Roman graphique

Kiki

Kiki

Kiki de Montparnasse par Man Ray

Kiki de Montparnasse ♥

Catel & Bocquet

Coll. écritures

Casterman (2007)

OooOooO

De cette femme, Alice Prin dite « Kiki« , je ne savais qu’une chose : qu’elle avait été la muse du photographe Man Ray et je connaissais surtout cette célèbre photographie « le violon d’Ingres » (1924) où l’on voit Kiki, de dos, à qui l’on a ajouté les ouïes d’un violon (voir photo, l’original est visible à Beaubourg).

Mais Kiki, célébrée Reine de Montparnasse n’a pas été que modèle, même si elle a inspiré, en plus de Man Ray, de nombreux peintres tels que Amedeo Modigliani, Chaïm Soutine ou encore Foujita. Cette femme a été tour à tour modèle, chanteuse, actrice, danseuse, peintre et amoureuse.

Cette biographie, un pavé de près de 400 pages se lit très facilement. La bd elle-même fait 336 pages, puis il y a une bio chronologique de Kiki et enfin 25 pages de notices biographiques présentant les personnes les plus importantes dans l’histoire de Kiki.

Kiki était une femme libre, qui faisait ce qui lui plaisait (voir la scène avec Fujita, très drôle !) et n’avait pas sa langue dans sa poche. Comme pas mal de femmes aujourd’hui me direz-vous, certes, mais sa vie à elle a démarré en 1901 et c’était sûrement beaucoup moins facile qu’aujourd’hui (en France j’entends) à cette époque là.

Pour écrire cette présentation, je feuilletais la bd pour retrouver certaines infos, et, de fil en aiguille, je l’ai relu ! C’est vous dire si elle m’a plu.

OooOooO

  • 2008 : Prix de public Essentiel à Angoulême pour Kiki de Montparnasse
  • 2007 : Grand prix RTL pour Kiki de Montparnasse
  • 2007 : Prix mille pages pour Kiki de Montparnasse
  • 2007 : Prix du meilleur album des Lyons de la BD pour Kiki de Montparnasse

OooOooO

Un site qui montre de nombreuses photos et peintures représentant Kiki.

Kiki

Alice PRIN alias Kiki 1901-1953

Des mêmes auteurs, nous vous avons déjà présenté le magnifique « Joséphine Baker »

Dans cette belle collection « écritures » j’ai aussi lu « Blankets » et « Habibi » de Craig Thompson, ainsi que le terrible « Soupe froide » de Charles Masson que j’ai lu mais pas présenté. Mo’ du Bar à BD en parle très bien.

Le site de l’illustratrice Catel où vous pourrez voir d’autres illustrations.

Celui de José-Louis Bocquet (pas mis à jour depuis juin 2015 ?)

Chez l’éditeur, Casterman, vous pourrez feuilleter les premières pages.

Kiki

Cette semaine nous sommes reçus par Noukette 

Le monde selon François – Bd jeunesse

monde mondeLe monde selon François

Renaud Collin (ill.) & Vincent Zabus

Coll. Punaise

Ed. Dupuis

* * * * *

T1 : Le secret des écrivains (2007)

T3 : Le Maître du Temps (2009)

* * * * *

François est un jeune garçon à l’imagination débordante qui passe son temps à inventer des histoires plus abracadabrantes les unes que les autres ! Mais il en a assez, son imagination, sa passion pour les mots et les histoires ne lui apportant que des déboires… Il se débarrasse donc de tous ses écrits. Mais il a beau faire, ses histoires lui reviennent sans cesse, sous une forme ou une autre !

François a des parents divorcés, un père proche du « burn out » au boulot et qui, du coup, ne s’occupe guère de lui… Son imagination lui tient compagnie et l’aide à tenir le coup quand il se sent trop seul !

* * * * *

Cette bd m’a vraiment beaucoup plu. Déjà parce qu’elle parle des mots, des histoires et du pouvoir de l’imagination. Mais aussi parce qu’elle aborde des thèmes importants qui peuvent être le quotidien des enfants (le divorce, la solitude, le surmenage au travail de leurs parents, le sentiment d’abandon…) et qu’elle le fait avec douceur et humour.

Le monde selon François n’est pas une bd toute jeune puisqu’elle date de 2007, mais elle a été rééditée en intégrale en 2014. Mon seul bémol porte sur le format de la bd car l’écriture des bulles est petite.

Une bd vraiment adorable (et pas gnan gnan du tout !!). Le petit garçon a une bouille toute ronde très mignonne, il est débrouillard et très volontaire. C’est un personnage que j’ai trouvé très attachant. J’ai bien apprécié le dessin, même s’il fait un peu « dessin animé » par moments, et les couleurs aussi (il y a souvent une couleur dominante dans la page – des fonds oranges ou verts ou bleus). La mise en page est particulière aussi, avec parfois de très petites cases ou encore de très gros plans.

Une bd avec laquelle on ne s’ennuie pas une seule seconde !

En bref : N’hésitez pas si vous passez devant, jetez un œil ! Tendresse, Imagination et Humour, c’est un mélange sympa, non ?

De Vincent Zabus, nous vous avons déjà présenté : Macaroni

La bd de la semaine

Pour cette reprise, nous sommes accueillis chez Noukette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer