Contes Japonais – Mois du Japon (3)

JaponaisTout public

 Contes Japonais

Miroslav Novák et Zlata Cerná

Illustrés par Jaroslav Šerých

Gründ (1970)

*****

Ce recueil est composée de 26 contes japonais. Certains sont apparemment des contes classiques très connus, tel “Momotaro, l’enfant des pêches“, “Ourachima” (ou Urashima), “Le vieillard qui faisait fleurir les arbres” que j’ai aussi en album sous le nom “Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers” (ou encore “Hanasaka Jiisan”). Bref, il est bien possible que vous en connaissiez certains sous d’autres noms !

*****

Comme très souvent dans les recueils d’histoires, de nouvelles ou de contes, on en aime certains plus que d’autres. Ainsi, je n’ai pas spécialement apprécié Momotaro, alors que l’histoire du blaireau et du renard m’a bien amusée (Comment le blaireau et le renard se défièrent). J’avais déjà lu d’autres versions du Dieu des pauvres et du Paradis des chats, mais j’ai bien aimé ces versions là. Je connaissais certains contes, j’en ai découvert d’autres.

Vu le nombre de contes présentés, et sauf si vous êtes un grand connaisseur des contes japonais, vous devriez avoir le plaisir d’en découvrir quelques-uns.

Je n’ai pas vraiment apprécié les illustrations, à part une ou deux. Je m’attendais à quelque chose de plus délicat, de plus gracieux pour des contes japonais et j’ai été un peu déçue. J’aimais bien la couverture pourtant.

*****
D’autres contes japonais présentés sur ce blog :

Le chat bonheur, Le Kami de la lune, La princesse au teint de lune, L’enfant qui dessinait les chats, Contes du Japon (livre CD), Princesse Pivoine et Le mot qui arrêta la guerre, Itto le pêcheur des vents, Akiko la rêveuse, Feng,

10 contes japonais incontournables

Pour retrouver tous les titres de la collection”Légendes et contes” chez Gründ, voir l’article de l’association AEDES.

***

Ce recueil participe à 3 challenges

Challenge Mois du Japon chez Lou et Hilde + Contes et Légendes chez Bidib + à l’Objectif Pal chez Antigone

  légendes 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Du sang sur la toile – Polar – Mois du Japon (2)

polarMois du Japon
Polar adulte

Du sang sur la toile

MIYABE Miyuki

Éd. Philippe Picquier (2010)

*****

Présentation de l’éditeur : Une vie imaginaire peut-elle s’achever dans le sang ? Un homme est retrouvé lardé de vingt-quatre coups de couteau sur un chantier de construction dans la banlieue de Tôkyô. Rapidement, les inspecteurs du DPM, le département de la police métropolitaine de la capitale, découvrent que cet homme, en apparence bon père de famille, menait secrètement plusieurs vies, dont l’une se déroulait sur Internet, où il s’était créé une seconde famille, virtuelle.

*****

L’ayant lu sur plus d’une semaine, j’ai parfois eu du mal à me rappeler qui était qui… Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver avec des noms et prénoms étrangers comme les noms japonais lorsqu’on n’a pas trop l’habitude (j’avais eu le même souci au départ avec certains polars nordiques).

Pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce polar bien ficelé.

Une fascinante histoire qui mêle amour, haine, famille, collègues de travail, vie réelle et virtuelle. Une enquête redoutablement bien menée !

*****

On surnomme Miyuki MIYABE “la reine japonaise du crime“.

De cette autrice, Sophie vous avait déjà présenté : La librairie Tanabé (récits policiers)

Chez le même éditeur, d’autres romans de Miyuki Miyabe.

*****

C’est ma 2ème participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Femmes japonaises à l’honneur” (De plus en plus incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Nous suivre et partager :

Tokyo – Perdus dans la grande ville -Mois du Japon (1)

perdusSi un de vos proches avait disparu, que feriez-vous ?

A partir de 13 ans

TOKYO

Perdus dans la grande ville

Graham Marks

Albin Michel Suspense (2007)

*****

La sœur d’Adam, Charlie, 21 ans, a pris un an de congé sabbatique pour voyager avec sa copine Alice. Ce jour là, quand Adam se réveille, il voit son père furieux dans l’encadrement de la porte. Charlie a disparu depuis plusieurs jours. Avec son amie Alice, elles travaillaient comme hôtesses dans un bar de Tokyo pour gagner un peu d’argent. Et personne ne le savait, personne, sauf Adam.

Les grands-parents d’Adam étant âgés et très malades, sa mère ne peut partir. Et son père ne veut pas la laisser seule en ce moment difficile. La police ? Elle n’a aucune nouvelle non plus. Adam décide donc de partir seul, au Japon, à la recherche de sa sœur.

*****

Un roman que j’ai englouti en deux jours. Il faut dire qu’il est facile à lire, plaisant et distrayant ! L’histoire pourrait paraître tirée par les cheveux, mais les détails sont plutôt réalistes et on y croit ! Bref, un petit voyage à Tokyo avec “Perdus dans la grande ville”, en cette période de confinement, c’était très agréable.

*****

Autres romans ado “Japon” : Banzaï au pays des mangas, Banzaï Sakura, Azami (à partir de 11 ans), Les noces de la Renarde, Fleurs de Dragons (Ado/JA)

Challenge “Un mois au Japon

 

C’est ma 1ère participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Villes” (Incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Les noces de la renarde – Floriane Soulas

nocesFantômes et folklore japonais

Roman ado/jeune adulte

Les noces de la renarde ♥

Floriane Soulas

ScriNeo (2019)

*****

L’histoire se déroule alternativement entre le Japon d’aujourd’hui (2016) à Tokyo et le Japon de 1467 à la montagne.

1467 : Hikari est une étrange jeune fille qui vit avec son clan dans la forêt. Du haut de sa montagne boisée, elle épie la vie des hommes, en bas dans la vallée. Elle aime les regarder vivre et les envie.

2016 : Mina est une jeune lycéenne dotée d’un don un peu spécial. En effet, elle peut voir les fantômes. Elle a également des visions dès qu’elle entre en contact avec quelqu’un. C’est un “don” qui lui gâche sa vie et dont elle se passerait bien.

*****

Bon. Autant le dire tout de suite, quand je l’ai reçu, j’ai adoré la couverture (d’Aurélien Police, il avait déjà réalisé celle de Rouille : magnifique !) je la trouve très belle. Par contre, quand j’ai vu le pavé (587 pages tout de même !) ça m’a un peu refroidi… Et j’ai un peu traîné pour le lire.

Mais j’ai eu tort !

Parce qu’une fois commencé, je n’en ai fait qu’une bouchée. Bon, j’ai quand même mis deux jours pour le lire. Et j’ai passé un très bon moment au Japon avec Hikari et Mina ! En plus d’être emportée par ces deux histoires (qui bien évidemment finissent par se croiser…) j’ai eu le plaisir d’apprendre plein de choses. Floriane Soulas à l’air de connaître son sujet, je la soupçonne d’être passionnée par le Japon. Ou alors elle s’est beaucoup documentée !!

*****

Le blog de l’autrice (pas à jour…)

Sur ce blog, de la même autrice : Rouille ♥ que je vous conseille !!

Chez Scrinéo, j’ai également lu et apprécié “Le Dieu oiseau“, “La mort du temps“, “Le livre de Saskia” (3 tomes), “Le roman d’un non-mort” ou encore “Le premier“.

Sur le site de l’éditeur ScriNeo, vous trouverez une courte bio de l’autrice ainsi qu’un extrait du roman.

Les noces de la Renarde aurait pu participer à deux challenges : Le mois du Japon (un peu tard, c’était en avril) et le challenge Halloween (trop tôt c’est fin octobre !!) Avis aux amateurs. ;)

Mais ce roman participe quand même au Challenge Petit Bac chez Enna

Catégorie Animal !

Nous suivre et partager :