10 contes du Japon de Rafe Martin

Un merveilleux voyage au coeur de l’ancien Japon

Recueil de contes fantastiques dès 11 ans

10 contes du Japon

de Rafe Martin

Editions Flammarion jeunesse, janvier 2020 (réédition),

illustration de couverture de Fred Sochard,

128 pages- 4,70 euros

Thèmes: contes et légendes, Japon, fantastique, fantômes

 

 

Présentation de l’éditeur: “Le Japon, univers envoûtant des samouraïs, est aussi une île de poésie et de rêve. On y raconte notamment qu’un peintre donna naissance à des chats en les peignant et qu’une jeune fille fut blessée lorsqu’on entailla l’arbre qui porte son nom. Laissez place à l’imaginaire dans ces contes où la nature et le fantastique ne font qu’un.”

 

 

Présentés par Rafe Martin et paru pour la première fois en 1996, 10 contes du Japon nous emmène dans un Japon peuplé de créatures merveilleuses. Parfois hostiles, souvent amoureuses, ces figures des temps anciens content avec justesse les passions et les déboires humains.

 

Bien que je sois friande de contes japonais, certains récits m’étaient totalement inconnus. Je pense par exemple à “Saule vert” ou encore à “Ho-ichi le sans-oreilles”.  C’était une belle surprise bien que j’aie été aussi ravie d’en retrouver d’autres très célèbres. Prenez par exemple “Urashima Taro” ou encore “Le garçon qui dessinait des chats”.

10 contes du Japon est un ouvrage très bien conçu permettant de poser un regard neuf sur les croyances japonaises grâce à des textes variés. En effet, les plus belles légendes nippones sont rassemblées dans ce recueil pour notre plus grand plaisir!

Fantômes, métamorphoses, animaux symboliques; l’esprit même du shinto se ressent dans chaque récit. Avec 10 contes du Japon, Rafe Martin nous offre donc un très beau voyage littéraire.

Que vous soyez fan du pays du soleil levant ou non, ne passez pas à côté de cette pépite!

 

~Melissande~

 

L’enfant qui dessinait les chats ,un album présenté par Nathalie

+ Trois autres albums tirés de contes japonais, présentés par Nathalie: “La princesse au teint de lune”“Princesse Pivoive” et “Le mot qui arrêta la guerre”

+ Un recueil de contes présenté par Nathalie: Contes japonais (mois du Japon 3)

Nous suivre et partager :

Contes Japonais – Mois du Japon (3)

JaponaisTout public

 Contes Japonais

Miroslav Novák et Zlata Cerná

Illustrés par Jaroslav Šerých

Gründ (1970)

*****

Ce recueil est composée de 26 contes japonais. Certains sont apparemment des contes classiques très connus, tel “Momotaro, l’enfant des pêches“, “Ourachima” (ou Urashima), “Le vieillard qui faisait fleurir les arbres” que j’ai aussi en album sous le nom “Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers” (ou encore “Hanasaka Jiisan”). Bref, il est bien possible que vous en connaissiez certains sous d’autres noms !

*****

Comme très souvent dans les recueils d’histoires, de nouvelles ou de contes, on en aime certains plus que d’autres. Ainsi, je n’ai pas spécialement apprécié Momotaro, alors que l’histoire du blaireau et du renard m’a bien amusée (Comment le blaireau et le renard se défièrent). J’avais déjà lu d’autres versions du Dieu des pauvres et du Paradis des chats, mais j’ai bien aimé ces versions là. Je connaissais certains contes, j’en ai découvert d’autres.

Vu le nombre de contes présentés, et sauf si vous êtes un grand connaisseur des contes japonais, vous devriez avoir le plaisir d’en découvrir quelques-uns.

Je n’ai pas vraiment apprécié les illustrations, à part une ou deux. Je m’attendais à quelque chose de plus délicat, de plus gracieux pour des contes japonais et j’ai été un peu déçue. J’aimais bien la couverture pourtant.

*****
D’autres contes japonais présentés sur ce blog :

Le chat bonheur, Le Kami de la lune, La princesse au teint de lune, L’enfant qui dessinait les chats, Contes du Japon (livre CD), Princesse Pivoine et Le mot qui arrêta la guerre, Itto le pêcheur des vents, Akiko la rêveuse, Feng,

10 contes japonais incontournables

Pour retrouver tous les titres de la collection”Légendes et contes” chez Gründ, voir l’article de l’association AEDES.

***

Ce recueil participe à 3 challenges

Challenge Mois du Japon chez Lou et Hilde + Contes et Légendes chez Bidib + à l’Objectif Pal chez Antigone

  légendes 

Nous suivre et partager :

Du sang sur la toile – Polar – Mois du Japon (2)

polarMois du Japon
Polar adulte

Du sang sur la toile

MIYABE Miyuki

Éd. Philippe Picquier (2010)

*****

Présentation de l’éditeur : Une vie imaginaire peut-elle s’achever dans le sang ? Un homme est retrouvé lardé de vingt-quatre coups de couteau sur un chantier de construction dans la banlieue de Tôkyô. Rapidement, les inspecteurs du DPM, le département de la police métropolitaine de la capitale, découvrent que cet homme, en apparence bon père de famille, menait secrètement plusieurs vies, dont l’une se déroulait sur Internet, où il s’était créé une seconde famille, virtuelle.

*****

L’ayant lu sur plus d’une semaine, j’ai parfois eu du mal à me rappeler qui était qui… Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver avec des noms et prénoms étrangers comme les noms japonais lorsqu’on n’a pas trop l’habitude (j’avais eu le même souci au départ avec certains polars nordiques).

Pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce polar bien ficelé.

Une fascinante histoire qui mêle amour, haine, famille, collègues de travail, vie réelle et virtuelle. Une enquête redoutablement bien menée !

*****

On surnomme Miyuki MIYABE “la reine japonaise du crime“.

De cette autrice, Sophie vous avait déjà présenté : La librairie Tanabé (récits policiers)

Chez le même éditeur, d’autres romans de Miyuki Miyabe.

*****

C’est ma 2ème participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Femmes japonaises à l’honneur” (De plus en plus incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Nous suivre et partager :

Tokyo – Perdus dans la grande ville -Mois du Japon (1)

perdusSi un de vos proches avait disparu, que feriez-vous ?

A partir de 13 ans

TOKYO

Perdus dans la grande ville

Graham Marks

Albin Michel Suspense (2007)

*****

La sœur d’Adam, Charlie, 21 ans, a pris un an de congé sabbatique pour voyager avec sa copine Alice. Ce jour là, quand Adam se réveille, il voit son père furieux dans l’encadrement de la porte. Charlie a disparu depuis plusieurs jours. Avec son amie Alice, elles travaillaient comme hôtesses dans un bar de Tokyo pour gagner un peu d’argent. Et personne ne le savait, personne, sauf Adam.

Les grands-parents d’Adam étant âgés et très malades, sa mère ne peut partir. Et son père ne veut pas la laisser seule en ce moment difficile. La police ? Elle n’a aucune nouvelle non plus. Adam décide donc de partir seul, au Japon, à la recherche de sa sœur.

*****

Un roman que j’ai englouti en deux jours. Il faut dire qu’il est facile à lire, plaisant et distrayant ! L’histoire pourrait paraître tirée par les cheveux, mais les détails sont plutôt réalistes et on y croit ! Bref, un petit voyage à Tokyo avec “Perdus dans la grande ville”, en cette période de confinement, c’était très agréable.

*****

Autres romans ado “Japon” : Banzaï au pays des mangas, Banzaï Sakura, Azami (à partir de 11 ans), Les noces de la Renarde, Fleurs de Dragons (Ado/JA)

Challenge “Un mois au Japon

 

C’est ma 1ère participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Villes” (Incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Nous suivre et partager :