BOREAL-EXPRESS – Conte de Noël

Boréal

Pour l’entendre, il faut y croire !
Album à partir de 6 ans

 BOREAL – EXPRESS

Chris Van Allsburg

L’école des Loisirs (1986)

*****

C’était la veille de Noël. Tranquillement allongé sur son lit, un petit garçon essayait d’entendre un son. Celui des clochettes tintinnabulantes du traîneau du Père Noël. Un de ses amis lui avait dit que le Père Noël n’existait pas mais le jeune garçon savait que ce n’était pas vrai.

Tard dans la nuit, il entendit des bruits : le sifflement de la vapeur et le grincement du métal. Il y avait un train arrêté devant sa maison !

Un chef de train regarda sa montre et cria : “En voiture !” Le garçon se précipita vers lui et lui demanda où allait le train. “Mais enfin, au Pôle Nord bien sûr ! Voici le Boréal-Express. Tu viens ?” lui répondit-il.

C’est ainsi que le jeune garçon monta à bord du train, où il y avait déjà des tas d’enfants en pyjama, prêts pour un étrange rendez-vous…

*****

Quel beau conte sur la “magie” de Noël !

L’histoire est très belle et les illustrations  (je ne sais pas si c’est du pastel ou de la peinture) sont très douces. Il m’a beaucoup plu !

Et vous allez pouvoir vous faire votre propre idée tout de suite en écoutant la lecture ci-dessous.

*****

Chris Van Allsburg a reçu la Médaille Caldecott pour cet album en 1986. (Il avait déjà reçu ce prix pour Jumanji en 1982) Des films ont été tirés de ces deux albums.

De cet auteur, Mélissande vous a déjà présenté : Le jardin d’Abdul Gasazi

Ci-dessous, une lecture de l’album par Lectures en partage.

Un album qui participe au Challenge Christmas Time chez Mya

Ainsi qu’au Challenge Contes et Légendes chez Bidib

Pour le thème de Décembre “Contes de Noël”

http://mapetitemediatheque.fr/wp-content/uploads/2018/11/challenge-contes-et-l%C3%A9gendes-239x300.jpg

La théorie de l’élastique – Roman

théorieA partir de 10/11 ans

La théorie de l’élastique

Anne-Françoise De Bruyne

Coll. Rester vivant

le muscadier (2017)

*****

Clara est une fillette de 11 ans. Elle vit à Bruxelles avec sa mère et son chat. La mère de Clara a une théorie. La théorie de l’élastique. Elle pense qu’il y a des élastiques invisibles entre les gens, qui les relie. On ne le vois pas, mais on le sent. Il vibre. Il est très très long quand les gens sont très très loin. Elle dit aussi que pour être heureux, c’est important de bien soigner nos élastiques. Clara passe aussi beaucoup de temps avec son grand-père. Elle lui raconte tout ou presque.

Un jour, un nouvel élève arrive dans la classe de Clara. Il est plus vieux qu’eux, il a peut-être 14 ou 15 ans. C’est un migrant et il a parcouru plus de 7000 kms pour arriver en Belgique. Il va raconter son histoire à la classe et pour Clara, ça va tout changer.

*****

C’est le premier roman (et le seul ?) de cette autrice. Mais j’espère qu’elle en fera d’autres, j’ai beaucoup aimé son écriture à hauteur d’enfant. On est vraiment avec cette petite fille (11 ans) Clara.

C’est un roman qui parle des migrants, de leur parcours, leurs attentes, la façon dont ils sont perçus. Et c’est aussi la quête d’une enfant pour retrouver son père, qu’elle n’a jamais connu.

Une très belle histoire, dont le titre et la couverture ne me tentaient pas plus que ça et qui fait que ce roman a traîné pendant presque 4 ans dans ma pal !

A lire !

*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

D’autres romans jeunesse sur le thème de l’immigration : La peau noire des angesKhadim, le petit Lord (9/10 ans)- Rage (12/13 ans) – La saveur des bananes fritesMoi Gulwali, réfugié à 12 ans

Le caméléon et les fourmis blanchesRefugesUn ami en danger

*****

Ce livre participe à l’Objectif Pal chez Antigone

(Reçu en 2017... Oui, j’ai honte !)

Jusqu’à la dernière dernière page de Laura Ferracioli et Alice Coppini

“Les voyages forment la jeunesse!”

Album pour la jeunesse dès 4 ans

Jusqu’à la dernière dernière page

de Laura Ferracioli

et Alice Coppini

Editions Balivernes, ill. d’Alice Coppini, novembre 2019, 32 pages, 14 euros

Thèmes: écriture, voyage, magie, écrivain, création, découverte du monde

 

Présentation de l’éditeur: “La vie est faite de rencontres et de surprises. Alors pourquoi rester chez soi?”

 

J’ai beaucoup aimé le message véhiculé par cet album! En bon conte de fées moderne, Jusqu’à la dernière dernière page illustre parfaitement à quel point l’existence  peut être monotone si on ne prend pas le risque de la vivre.

C’est ce qui arrive à notre jeune écrivain. Son quotidien morose le détache petit à petit du monde qui l’entoure.

Avec le temps et sans s’en rendre compte, il a renoncé aux petits bonheurs tout simples. Cloîtré, le jeune homme en vient à perdre sa santé. C’est grâce à une intervention pour le moins singulière que notre écrivain reprendra sa vie en main.

Le protagoniste de Jusqu’à la dernière dernière page vivra donc de fabuleuses aventures le jour où il décidera de changer de vie.

Et ce que l’on prend pour une malédiction au départ, le cadeau empoisonné d’une sorcière acariâtre, va se révéler bénéfique. Tout en finesse, Laura Ferracioli nous livre une version personnelle du Carpe diem. Quant aux illustrations d’Alice Coppini, elles apportent un souffle de fraîcheur au texte. Le mariage des tons vifs et des décors tout en sobriété mettent ce très beau récit en valeur.

Jusqu’à la dernière dernière page  est donc une vraie réussite. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cet album une pépite! Loin d’être moralisateur, Jusqu’à la dernière dernière page nous enseigne que nous avons tout à gagner à sortir de notre coquille pour découvrir le monde. En somme, un bel album comme on aimerait en lire plus souvent.

 

~Melissande~

 

+ Vous trouverez d’autres illustrations d’Alice Coppini ici

+ Un autre album original présenté par Nathalie: Voyage en toboggan de Victor Hussenot

Le train – Album Leporello de 7m de long !

trainUn album de 7 m de looong !
A partir de 4 ans

LE TRAIN

Hubert Poirot-Bourdain

La joie de lire (2020)

*****

Deux enfants montent dans un train. Ils avancent et passent de wagons en wagons. Ils croisent le monsieur qui sert les boissons, traversent le wagon-restaurant et s’installent à table, comme des grands. Mais la curiosité les emmène vite vers le wagon cuisine où ils aident les cuisiniers avant d’aller jouer plus loin. Leur train transporte beaucoup de choses : Du bois, des voitures et même un aquarium géant, une piscine, une jungle, un zoo, un golf… Un livre sans texte qui se déplie et dans lequel on peut voyager longtemps !

*****

Je rêverais d’un train comme celui-ci, avec salon-bibliothèque, restaurant, cinéma et piscine ! Un très loooong livre à parcourir plié, ou mieux encore, si l’on a la place, à déplier pour mieux l’examiner. Les couleurs à l’intérieur sont vives, contrairement à la couverture, que je trouve jolie mais un peu “froide”. Il y a ce que font les enfants (et les autres passagers) dans le train, mais il y a aussi bien évidemment les paysages qui changent…

Un très joli album que les enfants auront beaucoup de plaisir à parcourir, j’en suis sûre !

*****

Pour voir plein d’autres illustrations, c’est sur le site de l’éditeur ou celui de l’auteur

Un autre album sans texte chez le même éditeur : tous emmitouflés