Papi Gaga – Roman Hibouk

papiRoman jeunesse
A partir de 8/9 ans

PAPI GAGA

Márcia Abreu

Illustré par Lalalimola

Traduit du portugais par Dominique Nedellec

Coll. Hibouk

La Joie de Lire (2020)

*****

Résumé de l’éditeur : Jérônimo, alias , vit avec sa mère et son père, ainsi qu’avec Claudia, l’employée de maison. Mais depuis quelque temps son grand-père, Papi Ga est venu vivre avec eux à la maison. Il perd un peu la tête, c’est pour cela que l’appelle Papi Gaga. est super content que son grand-père vive avec eux, ces deux-là s’entendent vraiment très bien ! Ensemble, ils font des combats d’épée et Papi Gaga a toujours de drôles d’expressions qui font rire son petit-fils. Plusieurs fois par jour Papi Gaga demande à , avec beaucoup de nostalgie, s’il se souvient de Boa Esperança ? Ce qui a tendance à beaucoup énerver les parents du petit garçon… Lors d’un week-end les parents de sont invités à un mariage. Claudia doit rester s’occuper du grand-père et de mais cela ne l’enchante guère car elle aimerait beaucoup aller à une fête. Elle finit d’ailleurs par les laisser seuls en leur ordonnant de rester bien sages à la maison… Abandonnés mais heureux, les deux compères décident alors de partir en train pour Boa Esperança…

*****

C’est une histoire hautement improbable mais très drôle. La cavale d’un petit garçon et de son grand-père. Le grand-père parle sans arrêt de son enfance dans son village natal à son petit fils. Si bien que le jour où ils se retrouvent seuls, ils décident d’y aller. Et bien évidemment, ils y arrivent !

Le grand-père vieillissant et perdant la mémoire, on pourrait penser que c’est triste. Mais pas du tout. Le sujet est traité avec beaucoup de tendresse, il y a une relation très forte entre le grand-père et le petit fils. Et puis, en vieillissant, on n’oublie pas tout… Et on peut encore apprendre bien des choses à ses petits enfants !

Un joli roman qui attendait dans ma pal depuis bien longtemps (la faute à sa couverture verte qui ne m’attirait pas du tout !!)

L’illustratrice a une façon de dessiner les personnages qui rappelle Sempé.

*****

Lire un extrait (site de l’éditeur)

Le site de l’illustratrice

Une histoire un peu similaire, mais avec une grand-mère et sa petite fille : Mamie et moi

Un roman qui participe au Challenge d’Antigone Objectif Pal

Bacha Posh – Roman Important !

BachaComment renoncer à la liberté ?
A partir de 13/14 ans

Bacha Posh

Charlotte Erlih

Actes Sud Junior (2013)

*****

Sélection des Incorruptibles 2014/2015

Réédité en 2020 chez Gallimard Jeunesse avec une autre couverture

*****

Depuis 10 ans, Farrukh vit comme un garçon, s’habille comme un garçon et passe, aux yeux de tous, pour un garçon. Pourtant, c’est une fille. C’est une bacha posh : une de ces filles élevées comme des fils dans les familles afghanes qui n’en ont pas. A 5 ans, on lui a coupé les cheveux, retiré sa poupée et on lui a appris à se comporter comme un garçon. Sauf qu’à la puberté, elle doit redevenir une jeune femme. Faire la cuisine, porter la burka, ne plus sortir seule, baisser les yeux face aux hommes. Et dire adieu à ses rêves, ses habitudes, ses amis. Mais quand on a goûté à l’action et à la liberté, comment y renoncer ?

*****

Quel enfer ! On se demande presque en terminant ce roman s’il ne faut pas penser comme la mère de Farrukh, qui lui dit qu’elle a eu de la chance de vivre comme une bacha posh pendant 10 ans. Mais ce doit être une situation tellement épouvantable le jour où on vous retire toute cette liberté…

Un roman qui permet de découvrir une tradition qui perdure encore aujourd’hui et qui pose aussi question sur l’identité : Comment se construit-elle ? Vient-elle de notre sexe ou de notre éducation (famille, école, société) ?

En tous cas, ce roman ne peut pas laisser indifférent. Et ce n’est hélas pas aujourd’hui, avec le retour des talibans au pouvoir, que les droits des femmes vont s’améliorer en Afghanistan.

Une lecture que je vous recommande !

*****

D’autres livres qui parlent de privation de liberté pour les jeunes filles : J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelleL’histoire de Malala

La théorie de l’élastique – Roman

théorieA partir de 10/11 ans

La théorie de l’élastique

Anne-Françoise De Bruyne

Coll. Rester vivant

le muscadier (2017)

*****

Clara est une fillette de 11 ans. Elle vit à Bruxelles avec sa mère et son chat. La mère de Clara a une théorie. La théorie de l’élastique. Elle pense qu’il y a des élastiques invisibles entre les gens, qui les relie. On ne le vois pas, mais on le sent. Il vibre. Il est très très long quand les gens sont très très loin. Elle dit aussi que pour être heureux, c’est important de bien soigner nos élastiques. Clara passe aussi beaucoup de temps avec son grand-père. Elle lui raconte tout ou presque.

Un jour, un nouvel élève arrive dans la classe de Clara. Il est plus vieux qu’eux, il a peut-être 14 ou 15 ans. C’est un migrant et il a parcouru plus de 7000 kms pour arriver en Belgique. Il va raconter son histoire à la classe et pour Clara, ça va tout changer.

*****

C’est le premier roman (et le seul ?) de cette autrice. Mais j’espère qu’elle en fera d’autres, j’ai beaucoup aimé son écriture à hauteur d’enfant. On est vraiment avec cette petite fille (11 ans) Clara.

C’est un roman qui parle des migrants, de leur parcours, leurs attentes, la façon dont ils sont perçus. Et c’est aussi la quête d’une enfant pour retrouver son père, qu’elle n’a jamais connu.

Une très belle histoire, dont le titre et la couverture ne me tentaient pas plus que ça et qui fait que ce roman a traîné pendant presque 4 ans dans ma pal !

A lire !

*****

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

D’autres romans jeunesse sur le thème de l’immigration : La peau noire des angesKhadim, le petit Lord (9/10 ans)- Rage (12/13 ans) – La saveur des bananes fritesMoi Gulwali, réfugié à 12 ans

Le caméléon et les fourmis blanchesRefugesUn ami en danger

*****

Ce livre participe à l’Objectif Pal chez Antigone

(Reçu en 2017... Oui, j’ai honte !)

Haumont 14-16 L’or et la boue

HaumontDès 11/12 ans (collège)

Haumont 14-16

L’or et la boue

Christophe Lambert

Coll. Les romans de la mémoire

Nathan (2002)

*****

Décembre 1914, du côté de Verdun. Casimir, 20 ans, vient d’être blessé. Pas très gravement, il n’a que quelques éclats d’obus dans le derrière. Mais il est totalement sonné et a envie de dormir. Un autre soldat, à peine plus vieux que lui, vient le secouer. C’est Martin, un soldat chargé de tirer les lignes téléphoniques. Ils vont devenir inséparables. Un jour, sur une carte, Martin voit quelque chose qui le laisse bouché bée. Il lui est revenu à l’esprit une histoire qu’on lui a raconté, concernant un trésor…

La recherche de ce trésor va leur permettre de survivre, de garder espoir dans cet environnement où il y en a si peu. La boue, la pluie, le vent, le froid, le bruit, le manque de sommeil, la crasse, les totos (les poux), tout ça va être atténué par l’espoir de trouver ce trésor.

*****

C’est un petit livre (115 p.) très vivant et qui se lit très facilement. On suit avec beaucoup d’intérêt la vie quotidienne de ces deux soldats. J’aime décidément beaucoup l’écriture de cet auteur, à la fois vivante et imagée.

A la fin, 4 pages documentaires expliquent comment la guerre a démarré.

*****

Dans la même collection : Verdun 1916 Un tirailleur en enfer

De cet auteur, nous vous avons présenté plusieurs romans fantastiques : “Soul breakers” et “le dos au mur”  et “Si tu vois le Wendigo

Son blog (plus à jour depuis 2013)

D’autres récits jeunesse sur le même sujet et déjà présentés sur le blog :

Soldat PeacefulIl s’appelait comme moi14-14Le petit cœur rougeLe journal d’AdèleLe violoncelle poiluCouleur BarbeléInfirmière pendant la première guerre mondiale

***

Un petit récit qui participe au challenge de Blandine sur la première guerre mondiale

Logo 1ere guerre 2021