Le quartier des petits secrets de Sophie Horvath

Un vent de fraîcheur et de poésie souffle sur un quartier peu ordinaire…

Roman sentimental pour adultes

Le quartier des petits secrets

de Sophie Horvath

Editions Flammarion, avril 2019
hors-collection, littérature française,
208 pages
18,50 euros
disponible en e-pub et en format pdf à 12,99 euros

***

Thèmes : secrets de famille, enfance, amitié, fleurs

***

« Clémentine est fleuriste à Bordeaux, dans un quartier en retrait de l’effervescence urbaine. Sa plus proche amie, Nicole, tient le café sur la place et, ensemble, elles s’amusent à observer les habitudes de chacun. (…)

Et puis il y a Viviane, bien sûr, qui s’échappe régulièrement de sa maison de repos pour venir passer un moment dans son jardin imaginaire – la boutique de Clémentine – où elle coupe, tranche, éventre… Viviane est adorable mais ses pertes de repères ne favorisent pas le commerce.

Pourtant, lorsque cette dernière ne se présente plus, Clémentine s’inquiète.
Une mauvaise chute empêche la charmante massacreuse de venir ratiboiser ses bouquets. Malgré sa faiblesse, elle trouve la force de dessiner une fleur étrange… que Clémentine ne parvient pas à identifier.

Quelle est donc cette variété qui semble tellement importante pour la dame âgée?

Il n’en faut pas plus pour que Clémentine commence son enquête. »

 

A l’origine, ce roman a été édité sous le titre « La fleur de Clémentine » en 2017.

« Le quartier des petits secrets » est une très belle découverte. Moi qui lis très peu de récits réalistes, j’ai été véritablement conquise! La plume de Sophie Horvath n’y est pas étrangère, de même que sa facilité à plonger le lecteur dans une intrigue basée sur des secrets de famille.  L’histoire est simple, émouvante et très bien construite.

Au départ, l’auteur commence par nous présenter les personnages un à un. Grâce à une sorte de narrateur omniscient, le lecteur connaît tout du passé des protagonistes. Je trouve ce procédé original car cela permet de faire avancer l’histoire sans faire intervenir les protagonistes pour chaque événement raconté.

« Le quartier des petits secrets », c’est l’histoire d’une vie ordinaire ponctuée de rencontres extraordinaires. De ces rencontres qui vous changent une vie, permettent d’avancer mais aussi de se rendre compte de ce que l’on a perdu … ou gagné. L’héroïne principale est extrêmement attachante et les personnes gravitant autour d’elle ont chacune leur personnalité. On rencontre dans ce quartier des êtres fantasques, introvertis, altruistes, avec leurs qualités et leurs défauts.

Autre force de ce roman, on se laisse bercer par le destin de ces différents personnages aux souvenirs douloureux ou heureux.

En somme, « Le quartier des petits secrets » est un coup de cœur ! Une belle ode à la vie et à ses cadeaux.

A découvrir si ce n’est déjà fait !

~Melissande~

+ Autre oeuvre de Sophie Horvath présentée par Charthémiss: « A l’ombre du grand marronnier »

+ D’autres romans traitant de secrets de famille présentés sur ce blog par Hérisson et Nathalie:

Nous suivre et partager :
error0

Le grand Meaulnes – Un classique !

Meaulnes

A partir de 12/13 ans

Le Grand Meaulnes

Alain – Fournier

Le livre de poche (1971/ EO 1913)

*****

Une lecture commune avec Blandine et Une ribambelle d’histoires

*****

François Seurel, un jeune garçon de 15 ans, habite avec ses parents dans la grande maison rouge qui jouxte l’école. Ses parents sont instituteurs. François, suite à une maladie, ne sort guère jouer avec les autres enfants… Pour s’occuper, pendant que son père est à la pêche et que sa mère coud, il lit. Sa vie va être bouleversée par l’arrivée d’Augustin Meaulnes, mis là en pension par sa mère.

*****

Le Grand Meaulnes, c’est un roman que j’ai essayé de lire au moins deux fois. Sans succès, à chaque fois il m’était tombé des mains au bout d’une quarantaine de pages. Cette fois-ci pourtant, encouragée par la lecture commune, je me suis dit qu’il fallait que j’aille jusqu’au bout. J’ai donc persévéré dans ma lecture, et je ne le regrette pas !

En effet, passé les 40/50 premières pages, l’histoire prend un tout autre tournant avec « l’aventure » vécue par Augustin Meaulnes. Une aura de mystère, de romantisme vient planer sur cette équipée au cours de laquelle il est tombé désespérément amoureux d’une jeune femme rencontrée par hasard au cours d’une étrange fête…

*****

Extrait :

« Je n’avais guère été, jusqu’alors, courir dans les rues avec les gamins du bourg. Une coxalgie, dont j’ai souffert jusque vers cette année 189…, m’avait rendu craintif et malheureux. Je me vois encore poursuivant les écoliers alertes dans les ruelles qui entouraient la maison, en sautillant misérablement sur une jambe…

Aussi ne me laissait-on guère sortir. Et je me rappelle que Millie (sa mère), qui était très fière de moi, me ramena plus d’une fois à la maison, avec force taloches, pour m’avoir ainsi rencontré, sautant à cloche-pied, avec les garnements du village.

L’arrivée d’Augustin Meaulnes, qui coïncida avec ma guérison, fut le commencement d’une vie nouvelle. »

*****

Texte intégral en PDF

Site consacré au Grand Meaulnes

*****

Un livre qui participe à notre challenge : Cette année, je relis des classiques

Classique

Nous suivre et partager :
error0

Là où vont les fourmis – BD d’aventure

fourmisUn joli conte plein d’humour !
Bande dessinée

Là où vont les fourmis ♥

Frank Le Gall
& Michel Plessix (ill.)

Casterman, 2016

Thèmes : désert, enfance, chèvre
*****

Saïd, un jeune garçon qui habite une ville près du désert, préfère suivre les fourmis qui remontent le caniveau plutôt que d’aller à l’école. Il aimerait bien les suivre et voir où vont les fourmis, mais il a promis à sa mère de ne pas dépasser la fontaine. Un jour, un vieil vient le chercher et l’emmène dans le désert. Saïd devra dorénavant garder un troupeau de chèvres…

*****

Raconté comme ça, je vous l’accorde, ça ne paraît sans doute pas passionnant. Mais Frank Le Gall a un merveilleux talent de conteur (que je n’ai pas) et il sait nous emmener très loin à partir de peu (quelques fourmis…)

Sans parler du merveilleux dessin de Michel Plessix ! Avez-vous vu la bouille du jeune Saïd ? Il est vraiment craquant ! Le dessin est à la fois beau, amusant (heu… Vous avez vu la tête de la chèvre Zakia ?)

https://www.casterman.com/casterman_img/Produits_planches/9782203098213/9782203098213_7.jpg

et plein de détails. Et les couleurs (de Sébastien Orsini) sont chaudes et participent au charme de l’ensemble.

 

Lire cette bd m’a fait l’effet d’un bon chocolat chaud : Elle est agréable, délicatement veloutée, réconfortante, l’humour en plus ! Une vraie bd « feel-good ».

Un gros coup de cœur pour cette très jolie histoire qui fait rêver ♥

 

Je ne connaissais ni les histoires de Frank Le Gall, ni les dessins de Michel Plessix. J’espère qu’ils ont fait d’autres livres ensemble, pour avoir le plaisir de les découvrir. Ne faites pas comme moi, n’attendez pas, lisez-la !!

*****

Feuilleter les premières pages sur le site de l’éditeur (faites-vous plaisir !)

De Frank Le Gall nous vous avons déjà présenté Miss Annie

*****

Nous suivre et partager :
error0

La visite de Antje Damm

Un album illustré original et émouvant.

Album pour enfants dès 4 ans

La visite

d’Antje Damm

Editions Astrid Franchet, 2018
36 pages -13,90 euros.

Thèmes: solitude, amitié, enfance.

 

Présentation de l’éditeur: « Elise est seule, et elle a peur de tout. Jamais elle ne quitte sa maison. Mais un jour, un drôle d’objet entre par la fenêtre. Et le lendemain, Élise reçoit une visite. Une visite qui va tout changer… »

 

 

Élise est une dame d’âge mûr solitaire dont la vie semble bien morne dans sa maison terne et vide. Pour ne rien arranger, notre brave femme a peur de tout: elle ne sort jamais et personne ne vient lui rendre visite.

Sans l’irruption d’un petit garçon candide, la vie d’Élise aurait pu se terminer de cette manière, sans réconfort. Heureusement, en une seule journée, le petit Émile va orner de mille couleurs le quotidien de la vieille dame.

Au moyen d’un procédé artistique astucieux, l’auteur a créé un espace clos qui évolue en fonction des actes des protagonistes et des sentiments qui en résultent. Petit à petit, une maquette représentant les pièces de la maison se colore et reprend vie sous nos yeux. Les personnages et certains éléments du décor sont dessinés au crayon sur du papier (ou du carton) blanc, ce qui fait ressortir l’ensemble. Les couleurs utilisées dans la deuxième partie de l’histoire sont chaudes et lumineuses, joyeuses même comparées aux teintes sombres du début.

 

 

J’ai adoré cet album novateur ! Le message véhiculé tout en simplicité et en finesse est très touchant.

~Melissande~

 

+ le site de l’éditeur

+ l’article du New York Times

Nous suivre et partager :
error0