Dans les coulisses du musée – Roman

coulissesRoman anglais

Dans les coulisses du musée

Kate Atkinson

Éditions de Fallois (1996)

*****

Ça commence très fort. Le premier chapitre s’intitule « Conception » et commence ainsi :

« Ça y est, j’existe ! Je suis conçue alors que minuit sonne à la pendule posée sur la cheminée, dans la pièce de l’autre côté du vestibule. »

Au départ, je me suis dit, il y a une erreur, elle doit parler de sa naissance ! Pas du tout ! C’est bien une petite graine à peine semée qui nous adresse la parole et nous raconte les sentiments, les rêves et les nausées qu’elle perçoit déjà du fond du ventre de sa mère…

Le narrateur alterne les chapitres parlant du présent (de la petite graine en question, Ruby) et parlant du passé (l’histoire de toute la famille).

*****

Il y a beaucoup de personnages et d’époques différentes qui font que “Dans les coulisses du musée” m’a laissé un gout un peu étrange (l’impression de tout mélanger !).

Et c’est dommage parce que j’aime beaucoup le style de l’auteur, très vif et plein d’humour.

Je dirais qu’il manque au début du roman un arbre généalogique qui permettrait de s’y retrouver plus facilement dans les différentes parties de la famille, parce qu’à plus de la moitié du bouquin, je me demandais encore régulièrement qui était telle ou telle personne… Mais c’est un livre que je vais garder et relire dans quelques années…

Le roman débute en 1951, à la conception, donc, de la dénommée Ruby. Le chapitre suivant est une « annexe » (qui part d’une photo pour nous raconter l’histoire de la photo en question). En fait, le roman est bâti de cette façon là : un chapitre, puis une annexe…

*****

Voici un petit extrait pour vous mettre dans l’ambiance :

« Je n’aime pas cela. Je n’aime pas cela du tout. Qu’on me sorte d’ici, et vite ! Mon frêle petit squelette est en train d’être écrasé comme une coquille de noix. Ma tendre petite peau, encore épargnée par le contact de l’atmosphère terrestre, est mise à vif par ces manipulations barbares. (Ce n’est sûrement pas très naturel, tout cela !)

– Dépêchez-vous, ma petite ! tonne une grosse voix furieuse. J’ai un dîner ! »

Vous l’aurez compris, vous venez d’assister à la naissance de Ruby…

*****

Prix Whitbread (ancien nom du Prix Costa – Une des plus hautes distinctions littéraires de Grande-Bretagne) en 1996.

Il a été élu meilleur livre de l’année (1996) par la rédaction de « Lire ».

Nous suivre et partager :

Paul à la pêche – BD Québecoise

pêcheBD Québecoise
Ados / Adultes

Paul à la pêche

Michel Rabagliati

La Pastèque (2006)

*****

Dans ce 5ème album, Paul est adulte, travaille comme graphiste et habite à Montréal. Il est même marié et bientôt père. Avec sa femme Lucie, ils vont passer les vacances au bord d’un lac avec la sœur de Lucie, Monique et sa famille. Paul va y découvrir les plaisirs de la pêche (ou pas) avec son beau-frère Clément. Il va également découvrir avec horreur comment sont chassés l’ours et l’orignal… Ces vacances vont être également l’occasion de se remémorer des souvenirs. Sa rencontre avec Lucie, une partie de pêche avec son père, ses années au collège…

*****

Beaucoup plus épais que Paul à la campagne, cet album-ci fait 208 pages. Paul s’interroge sur beaucoup de sujets.

Notre façon de travailler ou encore de consommer

Entre 1987 et 1995, j’ai donné plus de 40 000 $ à Apple et ses amis pour de l’équipement qui finissait à la poubelle presque aussitôt acheté. Et pour aboutir à quoi ? A m’user les yeux devant un écran lumineux, le dos courbé et la lèvre molle, pour le reste de ma vie professionnelle.”

Il repense à la façon dont les conditions de travail ont évolué aussi. Moins humaines pour plus de rentabilité (et aujourd’hui on s’interroge sur les nombreux “burn out ” ?).

Notre rapport à la nature et aux animaux

Comment on appâte les animaux pendant des mois pour les tuer plus facilement à l’ouverture de la chasse par exemple…

Il parle aussi de la difficulté qu’ont parfois les couples à avoir des enfants et la déprime que peut entraîner une fausse couche pour le couple.

Malgré tout ça, Paul à la pêche est une BD plutôt gaie et optimiste !

Paul est un homme qui pourrait paraître naïf. En fait, je le trouve très gentil et très humain. Il écoute les autres, s’interroge sur la vie. Un homme qu’on voudrait bien avoir comme ami !

*****

Comme c’est une BD québecoise, il y a beaucoup d’expressions que je ne connais pas, mais on comprend très bien et ça donne un côté “exotique” et amusant.

Le dessin, comme vous pouvez le voir sur la planche ci-dessous, est assez simple, très épuré mais néanmoins expressif.

https://static.wixstatic.com/media/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg/v1/fill/w_430,h_611,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg

Déjà présenté : Paul à la campagne

D’autres avis : Le petit carré jaune,

Le site de l’auteur

Sur le site de l’éditeur, une petite bio de l’auteur

*****

 

Pour notre rendez-vous de la BD de la semaine, nous faisons Mille et une frasques chez Stephie !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

La tresse – étapes indiennes 2 – LC

tresseRoman Ado/Adulte

La tresse

Laetitia Colombani

Grasset & Fasquelle (2017)

*****

Avec la tresse, nous partageons le quotidien de trois femmes. Trois femmes de pays éloignés et de conditions sociales très différentes.

Il y a d’abord Smita l’indienne. elle vit avec son mari et sa fille dans le village de Badlapur. Ce sont des “Dalits”, des intouchables. Smita ramasse la merde des gens du village à mains nues. Son mari, lui, chasse les rats dans les champs. Il n’est pas payé pour ça, mais peut conserver les rats qu’il attrape pour nourrir sa famille. Smita a un rêve. Elle veut que leur fille, Lalita, aille à l’école pour apprendre à lire et à écrire. Pour échapper à son destin (prendre la suite de sa mère), pour avoir une vie meilleure. Mais en Inde, on ne change pas de statut comme ça.

Giulia travaille dans l’entreprise de son père en Sicile. Ils récupèrent, lavent, peignent, décolorent et teignent des cheveux pour en faire des perruques. Quand elle ne travaille pas, Giulia passe son temps à lire. Une vie simple et heureuse, jusqu’au jour où…

Avec Sarah, nous nous retrouvons à Montréal, Canada. Elle a une vie très organisée, planifiée et chronométrée. Mère de trois enfants, associée d’un prestigieux cabinet d’avocats, elle ne s’arrête jamais. Une machine bien huilée qui va pourtant se gripper…

*****

C’est un roman polyphonique.

A chaque chapitre, on change de voix, de personnage. C’est un livre qui se lit très vite et très facilement, même si les sujets abordés sont durs. On a envie de savoir la suite et de savoir si/comment/ où ces trois destins vont se croiser… Même si on s’en doute assez rapidement du lien qui “unit” ces 3 femmes. Mais ce n’est pas grave. Ce qui est important, c’est le courage et la ténacité de ces 3 femmes. Leur volonté d’aller de l’avant, leur façon de refuser un “destin” tout tracé pour elles.

Un livre qui parle de la place des femmes dans la société, de la façon dont on considère les personnes malades, du poids des traditions. Mais qui reste un livre léger et porteur d’espoir.

*****

Une lecture commune avec Hilde, Blandine, Kiona, Mya, n’hésitez pas à aller voir ce qu’elles en pensent !

*****

Lire le 1er chapitre sur le site de l’éditeur

Ce roman a reçu plusieurs prix : Prix Relay des voyageurs 2017 / Prix Ulysse 2017 / Prix Domitys 2018 / 1er prix littéraire de la FNABEH 2018 / Globe de cristal roman et essai 2018

*****

Voici ma 2ème participation aux étapes indiennes chez Hilde.

http://www.lelivroblog.fr/media/00/01/3463383214.jpg

Nous suivre et partager :

On les aura ! Carnet de guerre d’un poilu

carnetTémoignage : été 1914
A partir de 9/10 ans

ON LES AURA !

Carnet de guerre d’un poilu

(Août, septembre 1914)

BARROUX

Seuil (2011)

*****

Présentation de l’éditeur : Ce beau projet est né d’un heureux hasard, d’une rencontre fortuite, celle d’un cahier jeté sur un trottoir lors d’un déménagement et d’un illustrateur qui passe, se penche et l’emporte.

Ce carnet contient un témoignage d’une richesse historique et humaine incroyable : le récit des premières semaines de mobilisation d’un homme durant l’été 1914. L’auteur de ce journal raconte les débuts de la guerre, le mois de juillet, quand tous sont encore persuadés qu’ils vont vaincre, jusqu’à son rapatriement, en septembre, alors qu’il est blessé au bras. Ce texte relate donc un quotidien champêtre et bien moins horrible que les traditionnels récits de vie dans les tranchées.

*****

Est-ce une bande dessinée ? Un roman graphique ? Un album ? Un récit imagé ? Je ne sais pas trop…

Barroux a illustré un texte, un vrai carnet de guerre, qu’il a trouvé dans la rue.

 

3 août, l’homme est mobilisé, il doit partir. Jour après jour, nous le suivons dans son quotidien (ampoules au pieds, manque de vin, entraînement…) ses doutes quand à la durée de la guerre, son ennui aussi. Puis le 22 août, la guerre est là.

C’est une sorte de journal intime d’un homme qui vit les premiers jours d’une guerre à laquelle il est obligé de participer, mais dont il ne sait rien, ne comprend rien. Les soldats sont ballotés, emmenés d’un endroit à l’autre sans explications. Ils doivent se débrouiller pour trouver un endroit où dormir et parfois aussi pour trouver à manger.

On ne sent pas trop la peur dans cet album. Plutôt l’ennui. Et les dessins (très doux, au crayon à la mine de plomb) de Barroux illustrent bien ces jours qui passent… (il n’y a que sa façon de faire les nez que je n’aime pas !)

Un récit sur la première guerre mondiale qui change de ceux que j’ai pu lire. Assez peu de violence ici (on ne “voit” réellement le front qu’aux alentours de la page 60/93) mais une grande fatigue, de l’incompréhension ou de l’angoisse (où sont les allemands ? Mes proches sont-ils à l’abri ?) et un ennui profond.

Un album original qui m’a bien plu !

*****

BD sur la première guerre Mondiale

Illustrés par Barroux, nous vous avons déjà présenté plusieurs albums :

Lien vers son site

Interview de Barroux

*****

Cette semaine, on se retrouve chez Stephie pour Mille et une frasques !

*

Une bande dessinée qui participe aussi au Challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine

https://img.over-blog-kiwi.com/0/77/65/37/20200106/ob_82afab_logo-chall-1gm-2020.jpg#width=1200&height=828

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :