Mémoires d’un paysan bas-breton -BD

paysan Paysan paysan

Contes de Bretagne

Mémoires d’un paysan bas-breton ♥
Babonneau – Betbeder – Gonzalbo

Soleil Celtique

*****

T1 : Le Mendiant (2017)

T2 : Le Soldat (2018)

T3 : Le Persécuté (2019)

*****

Quimper, 1834. Jean-Marie Déguignet raconte qu’il est né dans une famille misérable. Son père était fermier, mais il perdit sa récolte à cause d’une épidémie de mildiou et le jeune Jean-Marie fut contraint de devenir mendiant. Puis il devint vacher. Mais suite à un accident qui changea sa vision des choses, et parce qu’il était intelligent et apprenait bien, il se sentit vite à l’étroit à la ferme. Il voulut voyager, aller voir le vaste monde, il devint donc soldat (T2). Mais la Bretagne lui manquait et il revint y vivre (T3). Cette bande dessinée est adaptée du livre « Mémoires d’un paysan bas-breton » de Jean-Marie Déguignet, écrivain Breton, qui raconte là sa propre vie.

*****

Je ne sais pas encore si la bande dessinée est fidèle au livre, car bien qu’il soit en ma possession, je ne l’ai pas encore lu. Mais une chose est sûre, elle m’a beaucoup plu ! Ce personnage est tout à fait sympathique. Anticonformiste, anticlérical, il regarde le monde autour de lui et cherche à améliorer les choses. Il n’est pas toujours tendre avec les Bretons ceci-dit, ils en prennent parfois plein la tête !! C’est une histoire qui raconte la vie quotidienne des « petites gens » au début du XIXème siècle.

J’ai trouvé ça passionnant, et c’est souvent drôle !

Et en plus (même si ça n’a rien à voir !!), j’aime beaucoup les couvertures de ces 3 BD (qui font plus de 90 pages chacune)

Bref, c’est à lire et pis c’est tout !!

*****

Lire les premières pages du tome 1

Du même scénariste, Stéphane Betbeder, nous vous avons présenter les deux tomes de l’Apache et la cocotte : Tome 1Tome 2

Cette semaine, nous sommes dans la bibliothèque de Noukette

Une bd qui participe également au Challenge contes et légendes de Bidib

légendes

Nous suivre et partager :
error0

Petites histoires pour enfants parfaits

parfaits

Le titre parle de lui-même !! ;)

Pour apprentis lecteurs (6/7 ans)

Petites histoires pour enfants parfaits
Florence Parry Heide
& Sergio Ruzzier (ill.)

La Joie de Lire (2019)

*****

Présentation de l’éditeur : Chacune des huit petites histoires de ce livre présente un enfant au tempérament bien trempé. Il y a Rosie, le poussin, à qui sa mère demande de surveiller son petit frère pendant qu’elle prend un bain… Il y a Arthur, le lapin, qui ne veut pas mettre ses nouveaux vêtements et aller voir Tante Eunice. Harriet, la petite chatte reine des gémisseuses, qui veut une tranche de gâteau avant de passer à table. Harry, le porcelet, qui ne veut pas manger ses carottes… Chacun arrivera avec beaucoup de finesse et de persévérance à ses fins et les parents seront au final les dindons de la farce.

*****

Huit petites histoires très drôles, où les enfants n’en font qu’à leur tête… Des histoires que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, tant elles sont pleines d’humour et d’intelligence !

Par contre, je dois bien dire que je n’aime pas du tout les illustrations et que la couverture ne m’attirait absolument pas. Un livre que je n’aurai jamais lu si on ne me l’avait pas envoyé ! Mais je reconnais que ça aurait été dommage, parce que les histoires sont vraiment très drôles.

Par contre, « moralement parlant » ça ne va pas plaire à tous les parents, ce n’est pas franchement « politiquement correct » ! Car si ici les enfants sont les plus malins, les parents se font quand même bien avoir ! Mais est-ce si loin de la vérité ??

A lire avec votre enfant, pour rire à deux des exagérations des parents ou des enfants parfaits ? Ce petit livre pourra peut-être vous aider, mine de rien, à démêler des situations explosives, qui sait ?

Et pour en lire une dizaine de pages, c’est sur le site de l’éditeur

Nous suivre et partager :
error0

Ici les femmes ne rêvent pas – Lectrices ELLE (8)

femmes

Une histoire terrible et bouleversante dans l’Arabie Saoudite des années 2000…

Ici les femmes ne rêvent pas
Récit d’une évasion

Rana Ahmad

Globe (2018)

*****

Quand elle était petite, Rana habitait avec ses parents et ses frères et sœurs à Riyad en Arabie Saoudite.
Et elle était parfaitement heureuse. Puis elle a grandi. Et comme c’était une fille, son pays l’a privée d’une grande partie de sa liberté. Elle nous raconte dans cet ouvrage comment et pourquoi elle a pris la décision de tout quitter, son mari, sa famille, ses amies, son pays…

*****

Pour l’occidentale que je suis, européenne, et élevée de surcroit par des parents athées, la lecture de ce livre a été une vraie « révélation » !

Bien sûr, j’ai déjà croisé des femmes voilées ou portant la burka dans la rue. Bien sûr j’ai entendu parler de ces histoires dans les banlieues où les garçons surveillent leurs sœurs, leurs mères, allant parfois jusqu’à les frapper…

Mais je ne m’étais jamais rendue compte à quel point la loi islamique, la charia, faisait d’un pays comme l’Arabie Saoudite une prison à ciel ouvert pour les femmes… Un endroit où aucune liberté n’existe pour elles.

Tout ce que cette jeune femme raconte est récent, puisque ce dont elle parle s’est passé dans les années 2015/2016.

Page 136, j’ai été frappée par une de ses réflexions :

« Je sais aujourd’hui que dans d’autres pays on apprend la théorie de l’évolution aux enfants, qu’elle y est devenue une évidence et que ces connaissances sont librement accessibles. Pour une personne qui a grandi là-bas, il doit être difficile de comprendre quelle sensation on éprouve quand on voit la lumière après tant d’années d’obscurité. »

Si, à l’époque de Darwin (voir sa bio en bd), il n’est pas étonnant que ses théories aient été controversées, j’ai été scotchée de voir qu’il y avait encore des gens pour remettre en cause sa fameuse théorie de l’évolution au XXI ème siècle !

La 2ème partie du livre parle de la dure vie de migrant.

Comment ils se font voler par certains passeurs et comment leurs vies sont mises en danger. Comment ils sont traités ensuite par les différents pays traversés…

Puis, quand ils sont enfin arrivés dans un pays susceptible de les accueillir (ici l’Allemagne), le temps passé à attendre d’avoir des papiers pour avoir le droit de mener, enfin, une vie normale.

Une chose est sûre : je ne suis pas près d’aller en Arabie Saoudite ! J’étais bien assez agacée, en Italie, d’être obligée de couvrir mes cheveux et mes épaules pour visiter les églises… Une lecture « coup de poing » !

« Les femmes saoudiennes n’iront pas en enfer, il y a longtemps qu’elles y vivent » Hamza Kashgari, poète saoudien. (p.283)

*****

ELLE

8ème lecture / 28

***

C’est ma 9 ème participation au Challenge 1% de la Rentrée Littéraire

Logo Challenge 1% Rentrée Littéraire 2018 – Picos/Shutterstock

Nous suivre et partager :
error0

Le bidule – Album jeunesse au charme « rétro » !

bidule

Le bidule

Corinne Boutry & Toni Demuro
Coll. Rêves bleus
Éd. D’Orbestier (2015)
*****

« Monsieur Banal ne faisait jamais rien d’extraordinaire ». Ainsi commence cet album de petit format (14,5 x 21 cm).

Et en effet, chaque jour ressemble au précédent, Mr Banal a une vie très bien réglée. Jusqu’au jour où… Il trouve quelque chose par terre, un « bidule ». Quelque chose de tout petit, mais qui, progressivement, va prendre une grande place dans sa vie jusqu’à la chambouler totalement.

*****

La jolie histoire que voilà ! Comment, grâce à un petit déclic, un petit « bidule », un homme jusque là réservé et sans aucune fantaisie, va, petit à petit, s’ouvrir aux autres…

Une histoire simple, mais très agréable, avec même une pointe de suspense puisqu’on met un certain temps à nous dire ce qu’est ce fameux bidule ! (non je ne vous dirai pas ce que c’est, vous n’avez qu’à lire l’album et pis c’est tout !)

C’est la couverture de cet album qui m’a tout d’abord attirée. Je trouve le point de vue original. Pas vraiment une « contre plongée », mais plutôt un point de vue qui part presque à ras du sol, à hauteur des yeux d’un chat… (Et puis la bagnole est super belle !) J’ai aimé aussi le dégradé du ciel en grandes bandes. Bref, je trouve cette couverture très jolie !

Et j’ai également beaucoup aimé les illustrations intérieures et la façon, très originale, qu’à l’illustrateur « d’apposer » la couleur en larges bandes (ce qu’on ne voit pas, bien sûr, sur l’image que j’ai choisi ci-dessous…) pour le ciel, la végétation, le sol… Une histoire avec un petit air rétro puisque je pense qu’elle se passe dans les années 40/50 si l’on en croit les meubles et les voitures, mais qui aurait pu se dérouler à n’importe quelle époque.

bidule

Un ♥ pour ce très bel album dont j’ai bien aimé l’histoire et adoré les illustrations !

***

Le nom de l’auteure ainsi que celui de l’illustrateur ne me disaient rien à priori… Erreur ! En cherchant un peu, je me suis aperçue que Corinne Boutry avait adapté le conte « La légende du papier découpé de Yangzhou » (très joliment illustré par Isaly) que je n’ai pas encore lu mais que j’avais noté en le voyant passer sur un blog… (j’ai retrouvé, c’est sur celui de Blandine Vivrelivre).

Et en ce qui concerne l’illustrateur, Toni Demuro, j’ai été attirée à de nombreuses reprises par des couvertures d’albums qu’il a illustré : Je ne les ai pas encore lus, mais ça viendra !

    

*****

Le blog de l’auteure Corinne Boutry

Celui de l’illustrateur Toni Demuro

C’est ma   participation au challenge albums 2018

challenge albums 2018

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0