Demain j’arrête – BD Comédie légère

DemainComédie romantique
Ado/Adulte

Demain j’arrête !

Laetitia Aynié (Ill.) et Véronique Grisseaux (Adapt.)

D’après le roman de Gilles Legardinier

Michel Lafon (2019)

*****

Lors d’une soirée où elle s’ennuie, Julie rencontre un jeune homme, Kevin, qui lui pose une drôle de question : « Dis-moi Julie, c’est quoi le truc le plus idiot que tu aies fait dans ta vie ? » En réfléchissant, Julie se rend compte que des trucs idiots, elle en a fait pas mal…

Mais le pire, elle l’a fait en rentrant d’un week-end calamiteux. Dans son immeuble, en regardant le contenu de sa boite aux lettres, elle s’aperçoit qu’elle a un nouveau voisin. Et qu’il a un nom plutôt rigolo : Ricardo Patatras. Ayant grand besoin de se changer les idées (elle a été larguée 2 semaines plus tôt par l’amour de sa vie), elle va faire une fixation sur son mystérieux voisin. Tous les moyens vont être bons pour l’apercevoir, lui parler… Tous les moyens, y compris les trucs les plus idiots bien sûr !

*****

J’ai lu le roman « Demain j’arrête » il y a déjà quelques années, et j’avoue que ça m’avait amusée. C’est léger, sans prétention, ça aère la tête et  on sourit. Ce n’est pas le genre de choses que je lirai tous les jours (je n’en ai pas lu d’autre depuis d’ailleurs), mais une fois de temps en temps… ça peut faire du bien !

Parlons maintenant de la BD :

Pour autant que je me souvienne, elle est plutôt fidèle au bouquin (bon j’avais totalement oublié certains personnages secondaires, comme le pote Xavier et sa bagnole, ou la gentille voisine, Mme Roudan), donc si vous aimez les romans de Gilles Legardinier (ou les comédies romantiques légères en général !) cette bande dessinée devrait vous plaire…

*****

Le blog de Laëtitia Aynié, l’illustratrice

Également adaptée par Véronique Grisseaux : La BD Cœur Cerise (T1 des filles au chocolat)

Les avis de Stephie et Mylène

Cette semaine nous sommes accueillis par Moka, Au milieu des livres

Nous suivre et partager :
error0

Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité

humanité

Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité
Face à la catastrophe écologique et sociale
Aurélien Barrau

Michel Lafon (2019)

*****

Présentation de l’éditeur

Écologie : il faut agir maintenant, il n’est pas trop tard pour éviter le pire !
La question écologique engage notre survie. Elle ne peut pas être considérée comme secondaire.  » La vie, sur Terre, est en train de mourir. L’ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L’ignorer serait aussi insensé que suicidaire.
Plus qu’une transition, je pense qu’il faut une révolution. Et c’est presque une bonne nouvelle.
Ce livre fait suite à l’appel, signé par 200 personnalités, que l’actrice Juliette Binoche et moi avons lancé dans le journal Le Monde du 3 septembre 2018. »

*****

La première partie de ce livre est un constat.

Nous consommons trop, nous gaspillons trop, nous polluons trop ! Et nous sommes de plus en plus nombreux chaque année. Tout le monde a pu s’apercevoir de la diminution criante des insectes (pour ne pas dire quasi disparition !), soit dans son jardin, soit sur son pare-brise. Les chiffres sur la disparition du vivant, donnés dans ce livre, non seulement les insectes, mais aussi les oiseaux, les poissons, les mammifères, sont effrayants.

Suite à ce constat plutôt terrifiant, tant pour les animaux que pour l’humanité, Aurélien Barrau propose « des ébauches d’évolution simples et urgentes« , telles que diminuer la consommation, modifier notre alimentation et beaucoup d’autres encore que je vous invite à découvrir en lisant son livre ou en écoutant la vidéo ci-dessous.

Aurélien Barrau est un scientifique de haut niveau (astrophysicien au CNRS et professeur à l’université de Grenoble), mais il s’exprime relativement simplement et il ne fait pas la morale. Il lance un cri d’alarme parce qu’il aime visiblement le vivant, la biodiversité, l’humain !

*****

J’ai apprécié que ce livre soit à la portée du plus grand nombre par sa clarté et sa simplicité. Je suis, de plus, totalement en phase avec ses valeurs. Une lecture des plus intéressantes, qui fait réfléchir et que je vous conseille vivement.

Si vous ne souhaitez pas acheter ou lire ce livre, vous pouvez toujours regarder l’interview ci-dessous qui est également très intéressante !!

Cosmogonies, le blog d’Aurélien Barrau

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Le secret de Lomé – Livre II : L’odyssée de Lomé

odyssée

Le secret de Lomé
Livre II : L’odyssée de Lomé
Alexiane De Lys

Michel Lafon (2019)

*****

Déjà présenté : le tome 1

*****

Dans le tome 1, Lomé, en tombant dans l’eau glacée d’une grotte lors d’une sortie scolaire, se retrouve dans un univers parallèle (et assez inhospitalier !) nommé « Bâl Shanta« . Elle y rencontre le prince Iollan, dont elle tombe éperdument amoureuse. Au cours de ce 2ème tome, elle va enfin comprendre qui elle est, qui l’a attirée là et pourquoi…

*****

Ce deuxième volume, est, comme le premier, plein de rebondissements, d’action et de secrets ! Lomé se découvre de nouveaux talents et on en apprend un peu plus sur les différents personnages, notamment sur le prince Iollan et sur le redoutable Maïkan.

On fait également connaissance avec la faune (pas toujours très sympathique !!) de Bâl Shanta…

J’ai dévoré ce roman comme j’avais dévoré le premier ! L’écriture est fluide et on ne s’ennuie pas une minute.

Un petit regret

qu’il n’y ait pas de résumé du 1er tome ! Je l’ai lu il y a presque un an (et j’ai beaucoup lu depuis…) et du coup, j’ai eu un peu de mal au départ pour m’y retrouver. En général, je ne garde pas les livres, je les donne à mes sœurs. Ce qui fait que je n’ai pas pu relire ce premier tome. Une carte du monde de Bâl Shanta (même très simple) ça pourrait être sympa aussi !

Et maintenant ? Ben… j’attends le tome 3 !

*****

Extrait (p. 25) : « Je suis Yarel qui me guide vers un laïmo, un étalon gigantesque, à la robe d’un blanc immaculé. La corne qu’il a sur le front est colossale, et de la même couleur que le reste de son corps puissant. Alors que je m’approche de lui avec une certaine appréhension, il se tourne vers moi et je me fige, pétrifiée. L’animal a les yeux mordorés, fendus comme ceux d’un chat. Et je ne sais pas si c’est à cause de cet étrange regard, mais il n’a pas l’air commode. »

Petite bio prise sur le site de l’éditeur :

Passionnée de fantasy et de dystopie, Alexiane de Lys a connu le succès à 20 ans avec son premier roman, Les Ailes d’Émeraude, Prix de l’imaginaire 2014. Elle vit en Dordogne avec sa famille et ses nombreux animaux.

Sa page Facebook

*****

Nous suivre et partager :
error0

Le bruissement du papier et des désirs – Roman

bruissement

Avis aux nostalgiques de « Anne… La maison aux pignons verts » !

Romance historique et familiale

Le bruissement du papier et des désirs
Sarah McCoy

Michel Lafon (2019)

*****

1837. Canada. Île-du-Prince-Édouard. La famille Cuthbert mène une vie paisible et campagnarde dans sa maison aux pignons verts. Le fils, Matthew, 21 ans, s’occupe des champs et des bêtes avec le père, Hugh. La fille, Marilla, n’a que 13 ans, mais elle a quitté provisoirement l’école pour aider sa mère à la maison. En effet, celle-ci est enceinte de 8 mois et doit rester couchée le plus possible, ayant fait, par le passé, de nombreuses fausses couches. Ce jour-là, Marilla est un peu nerveuse, car ils attendent la venue de la sœur de sa mère, sa tante Izzy, qu’elle n’a pas vu depuis l’âge de quatre ans et dont elle n’a absolument aucun souvenir…

*****

Si vous avez lu le roman « Anne… la maison aux pignons verts« , le résumé ci-dessus a dû vous rappeler quelque chose. Dans « la maison aux pignons verts« , Matthew et Marilla, se sentant vieillir, décident d’adopter un petit orphelin pour les aider à la ferme.

Dans ce roman-ci, sorte de « prequel », on retrouve ces mêmes personnages, Matthew et Marilla, mais ils sont beaucoup plus jeunes.

Je ne suis pas une spécialiste d’Anne, la maison… Mais en lisant cette histoire, j’ai retrouvé ce côté « nature » et désuet qui m’avait beaucoup plu dans l’histoire d’Anne. Et cela m’a de nouveau donné envie d’aller là-bas ! Bon, il y a aussi des moments où j’ai eu bien envie de mettre quelques claques à Marilla… Preuve que j’étais totalement immergée dans cette histoire qui m’a beaucoup plu !

Par contre, pourquoi ce titre qui ne veut rien dire ? Il aurait été plus judicieux de traduire simplement le titre anglais « Marilla of Green Gables »…

A mon avis, Sophie ne saurait tarder à nous donner le sien, et, elle, c’est une connaisseuse !!

*****

Extrait :

« Pourtant, certains jours, Marilla n’avait pas envie de coudre à côté de sa mère, ni de suivre son frère dans leur jardin à la lisière du pâturage. Certains jours, aussi immoral que cela pût être, Marilla voulait profiter de la journée comme il lui plaisait. Quand elle parvenait à se libérer, elle courait dans les bois de sapins baumiers avec ses magazines et suivait le ruisseau vers l’endroit où il se jetait dans une petite mare séparée en deux par un érable qui poussait en plein milieu. Elle s’asseyait sur son île avec l’eau qui clapotait autour d’elle et lisait jusqu’à ce que le soleil commence à filtrer à travers les arbres. »

*****

Du même auteur, j’ai lu (présentés sur un autre blog à l’époque) :

Le souffle des feuilles et des promesses (2017)

Un parfum d’encre et de liberté (2016)

Et mon préféré : Un goût de cannelle et d’espoir (2014)

*****

Ce roman participe à deux challenges (les deux chez Enna !!) L’African-American History Month et le Petit Bac catégorie « Lecture »

Nous suivre et partager :
error0